21 Août 2014

Ariel

"Tu pousses le bouchon un peu trop loin petite friture !"
(©Morgana dans La petite sirène 2 de Disney).

Stephanie Seymour par Herb Ritts pour le Playboy de mars 1991.
Photographie de Seymour par Ritts pour Playboy (1991).

Stephanie Seymour selon Laura Allred.
It Girl! and the Atomics #7 de Norton et Rich (Couverture Allred).

Dans le comics book It Girl! and the Atomics #7 - "The world is flat - Part one" (Norton et Rich, Image) Laura Allred, l'illustratrice de la couverture, pastiche un cliché du magazine Playboy de mars 1991 sur la couv' de sa BD. Cette photographie de Stephanie Seymour a été prise par Herb Ritts à Hawaï. Ici, Stephanie est remplacée par Luna Romy alias It Girl.

 

Pour avoir plus d'informations sur le mag' aux grandes oreilles, et te rincer l'œil sur d'autres pin-ups, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17. ;-)

Le numéro de Playboy qui nous intéresse aujourd'hui est sorti en mars 1991 aux Etats-Unis. C'est Stephanie Seymour qui est en couverture. On la retrouve à l'intérieur du magazine dans une série de clichés du photographe Herb Ritts prises sur la côte de Kona de la grande île d'Hawaï. Parmi ces photos figure celle qui nous réunis ce jour où la séduisante Stephanie se transforme en sirène.
La Playmate of the month en page centrale de ce numéro est Julie Clarke shootée par Arny Freytag. Pour la caution intellectuelle du mag' (^^), il y a aussi une interview du psychiatre Scott Peck, auteur du best-seller Le chemin le moins fréquenté.

Stephanie Seymour (1969 Ça ne s'invente pas ! ^^) est un mannequin américain. Dès l’âge de 14 ans, elle commence sa carrière en travaillant pour des journaux locaux et des magasins de sa ville natale. Un an plus tard, elle gagne un concours organisé par l’agence Elite et les professionnels commencent à s’intéresser à elle.
A la fin des années 1980, elle pose pour de nombreux magazines de sport, dont elle fait plusieurs fois la couverture. C’est à la même époque qu’elle devient une égérie de la marque de sous-vêtements Victoria’s Secret.
Mais la notoriété du top-modèle en France est surtout due à ses apparitions dans plusieurs clips musicaux, dont ceux du groupe Guns n’Roses et à sa relation avec son chanteur Axl Rose.
Connue pour avoir posé nue à plusieurs reprises dans le célèbre Playboy, mais également dans l’édition allemande de Maximal, Stephanie a fait la une de plusieurs magazines féminins de renom comme Cosmopolitan ou Self, en particulier grâce à ses longues et élégantes jambes qui ont fait sa réputation dans le monde de la mode.

PS: Elle s'est aussi essayée à la comédie notamment avec un petit rôle dans Pollock d'Ed Harris.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #glamour

19 Août 2014

Tiens-toi à carreau !

Jean-Marie Gourio: "Il faut être de mauvaise foi pour confondre l'érotisme et la pornographie, une petite culotte ressemble pas à un gros slip...".

Malicia de Salvatore Samperi.
Malicia de Samperi (1973).

Laura Antonelli selon les studios Rosi.
Jacula - Tome 92 des studios Rosi et de Pederiali (Couverture).

Dans le fumetti Jacula - Tome 92 - "Malice et perversion" (Studio Rosi et Pederiali, Elvifrance), l'illustrateur de la couv' pastiche un plan du film, Malicia, de Salvatore Samperi, sur la couverture de sa BD. Ici, Laura Antonelli alias Angela La Barbera est remplacée par la nouvelle -proie- de Jacula Velenska, la reine des vampires.

 

Pitch du film:

Une servante, Angela (Laura Antonelli), envoyée dans une maison sicilienne va faire la conquête sentimentale et érotique de toute la famille. Nino (Alessandro Momo), le second fils saura imposer à Angela un chantage comblant ses désirs sexuels et lui réservant néanmoins la possibilité d'un mariage honorable avec son père (Turi Ferro) veuf depuis peu.

Avec plus de cinq milliards de lires de recette au box-office, le film est un des plus grands succès des comédies érotiques à l'italienne et a servi de modèle à de nombreux films du genre. Ce fut le plus grand succès commercial de Salvatore Samperi et l'affirmation de Laura Antonelli comme icône du cinéma érotique.

Le producteur Silvio Clementelli veut l'actrice Mariangela Melato dans le rôle principal, mais Samperi insiste pour choisir Laura Antonelli, qui vient de tourner Ma femme est un violon, film dans lequel l'actrice, s'était généreusement dévoilée et apparaissait au sommet de sa beauté.

En 1974, l'année suivant le succès de Malicia, Salvatore Samperi tourne un film analogue, Péché véniel dans lequel il reprend les mêmes acteurs, les mêmes auteurs, et le même compositeur. Et en 1991, presque vingt ans après, est produit Malicia 2000, avec le même réalisateur et les mêmes acteurs principaux. Le film est un échec total. L'eau ayant coulée sous les ponts, Laura Antonelli utilise des produits au collagène censés faire disparaître ses rides, ce qui lui provoque de graves réactions allergiques.

Orson Welles: "La carrière d'une star commence quand elle ne peut pas entrer dans son soutien-gorge et finit quand elle ne peut plus entrer dans sa jupe".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #cinema-serie-tv , #glamour

17 Août 2014

Saucissonnée !

Victor Hugo: "Pareille à la vague où l'œil plonge, votre gorge m'apparaissait dans une nudité de songe, avec une étoile au corset".

Mainbocher Corset de Horst P. Horst pour Vogue.
Mainbocher Corset de Horst pour Vogue (1939).

Mainbocher Corset selon Jean Giraud.
Griffes d'Ange de Mœbius et Jodorowsky (Planche 51 et Couverture).

Dans Griffes d'Ange (Mœbius et Jodorowsky, Les Humanoïdes Associés) Jean Giraud alias Mœbius pastiche une photographie de Horst P. Horst, Mainbocher Corset, tirée du magazine Vogue, sur une planche de sa BD ainsi que sur la couverture de la réédition de l'album. Ici, madame Bernon est remplacée par Griffes d'Ange.

Alexandro Jodorowsky (le scénariste): "Griffes d'Ange a constitué une expérience, car j'ai créé les textes d'après les dessins de Mœbius. En fait, je lui avais dit: Tu es tellement pur, tellement angélique, tu devrais faire du porno, quelque chose qui te fasse honte. Car pour moi, la honte est un moteur artistique. Alors il s'est forcé".

 

Mainbocher est une marque de haute couture crée par le couturier américain Main Rousseau Bocher (1890-1976) plus connu sous le nom de Mainbocher. Fondée à Paris en 1929, cette maison de couture a été transférée à New York en 1940 avant de fermer en 1971. La dernière collection parisienne de Mainbocher, qui réintroduit les tailles de guêpe sanglées, est sujette à de vives controverses. A l'instar du -New Look- de Christian Dior, le -Corset Mainbocher- tranche radicalement avec la silhouette fluide des années 1930. Le corset Mainbocher est immortalisé par le photographe Horst, dans l'un des derniers clichés pris dans les studios du magazine Vogue avant l'Occupation.

Horst P. Horst (1906-1999) était un photographe allemand, réfugié à Paris puis aux Etats-Unis, surtout connu pour ses photographies de mode. A Paris, il rencontre le baron George Hoyningen-Huene qui dirige les studios de Vogue France. Il devient son modèle puis son amant et son élève. En 1931, il réalise ses premiers clichés pour l'édition française de Vogue puis pour l'édition américaine l'année suivante. En 1935, il prend la tête des studios à la suite du départ de Hoynigen-Huene.

Le 11 août 1939, à la veille de la Seconde guerre mondiale, Horst prend sa célèbre photographie de madame Bernon avec son corset Mainbocher dans les studios Vogue sur les Champs-Elysées. Cette image marque la fin de son travail en France. "C'est la dernière photographie que j'ai prise à Paris avant la guerre. J'ai quitté le studio à 4h00, [...], et j'ai pris le train de 07h00, pour ensuite monter à bord du Normandie au port du Havre. Nous avons tous senti la guerre arriver. [...]. Et nous savions que quoi qu'il arrive, la vie serait complètement différente après. J'avais trouvé une famille à Paris, un mode de vie, des vêtements, des livres, un appartement, et j'ai tout laissé derrière moi. J'avais déjà quitté l'Allemagne auparavant, et maintenant je vivais une fois de plus le même genre de perte. Cette photographie est pour moi l'essence même de ce moment. Pendant que je la prenais, je pensais à tout ce que je laissais".

Mainbocher Corset illustre bien l'ensemble de l'œuvre de ce photographe de studio, aimant préparer minutieusement ses prises de vue. Sa mise en scène et sa lumière sont très influencées par la sculpture grecque. Combinant des éclairages dramatiques, le souci du détail et des poses théâtrales, il donne une image de la femme pleine de sensibilité et de grâce. On disait de lui qu'il photographiait les femmes comme des déesses: inaccessibles et d'un calme Olympien.

Michelle Guérin: "Le corset était si serré, si serré, il nous a creusé l'âme par le milieu comme un sablier, et presque plus rien ne passe du vrai Soi à l'extérieur".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #photographie , #glamour

15 Août 2014

Elektradance

Alex: "Quand on oublie ses rêves, et bien, on meurt".

Flashdance d'Adrian Lyne.
Flashdance de Lyne (1983).


Ex-libris Elektra de Chiang.

Sur un Ex-libris tiré de l'univers d'Elektra (Marvel), Cliff Chiang pastiche l'affiche du film d'Adrian Lyne Flashdance. Ici, Alexandra Owens alias Jennifer Beals est remplacée par Elektra Natchios.

 

Pich du film:

Alex Owens (Jennifer Beals) vit à Pittsburg où le travail se fait rare. Elle a dû se faire embaucher comme soudeur sur un chantier. Le soir, pour arrondir ses fins de mois, elle se produit dans un cabaret. Mais la vraie vie d'Alex, c'est la danse.

Après plusieurs échecs aux Etats-Unis, le réalisateur britannique Adrian Lyne accepte de porter à l'écran le scénario de Flashdance avec un petit budget. Le film remporte un succès inattendu aux USA et en Europe et permet au cinéaste d'enchaîner sur 9 semaines 1/2.

Bien que son scénario soit relativement convenu, Flashdance est considéré comme un classique des années 1980. L'histoire est imaginée par Tom Hedley qui la rédige en forme de scénario avec Joe Eszterhas, le futur scénariste de Basic Instinct.

Certaines scènes, comme celle de la première chorégraphie d'Alex ou encore celle de l'audition, sont reprises de nombreuses fois dans différents films ou clips musicaux. C'est Jeffrey Hornaday qui crée toutes les chorégraphies du film. Leur caractère spectaculaire permit à Hornaday de régler par la suite celles de Chorus Line, ainsi que la courte scène de danse de Teri Hatcher dans Tango et Cash.

Afin de trouver l'actrice qui interprète le rôle d'Alex, un casting national est organisé. Les trois finalistes sont Jennifer Beals, Leslie Wing et Demi Moore. Afin de déterminer avec précision l'actrice qui fédère le plus la gente masculine, des photos circulent dans l'équipe de production avec la question suivante: "Avec laquelle de ces actrices aimeriez-vous coucher ?" (Classe !! ^^). C'est Jennifer Beals qui l'emporte au final.

En revanche, pour toutes les scènes de danse, Beals est doublée par Marine Jahan, une danseuse française, à l'exception de la scène de l'audition finale où c'est Sharon Shapiro qui vole dans les airs, et Crazy Legs, un homme, qui effectue le break dance pour la toupie au sol.

PS: La chanson phare du film, What a feeling, est interprétée par Irène Cara, qui jouait le personnage de Coco dans Fame. Ce titre a contribué au succès populaire du film en devenant un véritable tube.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

13 Août 2014

Roulé-boulé !

Jean-Paul Grousset: "Chassez le naturiste, il revient au bungalow".

Photographie d'Anne Kaurin par Gernot Plitz pour Penthouse.
Photographie de Kaurin par Plitz pour Penthouse (1973).

Anne Kaurin selon Mario Cubbino.
Wallestein - Tome 19 de Cubbino (Couverture).

Dans le fumetti Wallestein - Tome 19 - "Le dernier naufrage" (Cubbino, Elvifrance) Mario Cubbino plagie une photographie d'Anne Kaurin triée du magazine Penthouse d'Août 1973. Ce cliché est pris par Gernot Plitz en France à Saint-Tropez.

 

Pour lire plus d'informations sur ce mensuel masculin pour adulte et en revoir d'autres Pets, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6. ;-)

C'est la Pet Lane Jackson Coyle qui est doublement à l'honneur dans ce numéro de Penthouse paru en Août 1973. En faisant tout d'abord la Une du mag', et en étant la Penthouse's Pet of the Month de ce mois d'août en pages centrales. Cette série de clichés est l'œuvre de Bob Guccione. A l'intérieur hormis Lane et quelques autres donzelles, on trouve bien entendu la scandinave Anne Kaurin complètement nue posant pour l'objectif de Gernot Plitz sur une plage privée de Saint-Tropez, la Bamboo beach, pour une kyrielle de clichés titrée: Dune what comes naturely. Et en article de fond, on peut notamment lire différents sujets tels que: The politics of death d'Eric Norden, The liberated call girl de Gail Sheehy, ... , ou bien une interview de Stewart Mott par Ric Ballad.

Mario Vargas Llosa: "Ma haine pour Playboy, Penthouse et les autres n'est pas gratuite. Ce spécimen de revue est un symbole de l'encanaillement du sexe, de la disparition des beaux tabous qui l'entouraient d'ordinaire et grâce auxquels l'esprit humain pouvait se révolter, exerçant la liberté individuelle, affirmant la personnalité singulière de chacun, et l'individu souverain se créer peu à peu dans l'élaboration, secrète et discrète, de rituels, conduites, images, cultes, fantaisies, cérémonies qui, ennoblissant éthiquement et conférant une catégorie esthétique à l'acte amoureux, l'avaient désanimalisé progressivement jusqu'à en faire un acte créatif. Un acte grâce auquel [...] un homme et une femme pouvaient rivaliser pour quelques heures avec Homère, Phidias, Botticelli ou Beethoven".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

11 Août 2014

Paire de cousins étasuniens

"Tu sais ce que c'est mon morceau de musique préféré ? ... Casse-noisette !".

American pie: No Limit ! de Steve Rash.
American pie: No Limit ! de Rash (2005).

American pie: No Limit ! selon Jürg.
Les Couzes de Jürg et Baloo (Couverture).

Dans Les Couzes - Tome 1 (Jürg et Baloo, Emmanuel Proust édition), le dessinateur Jürg se fait plagier (même si j'imagine que c'est un coup du hasard pour une fois) la couverture de sa BD pour les besoins de l'affiche du film, American pie: No Limit! de Steve Rash.

 

Pitch du film:

La fête bat son plein sur le campus pendant l'été quand Matt Stifler (Tad Hilgenbrink), le jeune frère de Steve, vient tout ruiner. Ses singeries d'obsédé sexuel vont transformer l'été en une orgie de blagues et de caméras cachées.

American Pie: No Limit ! est un film américain de Steve Rash sorti directement en vidéo en 2005. C'est le premier spin-off de la série American Pie, il ne reprend pas les personnages principaux de la saga mis à part Chuck Sherman alias le -Sherminator- joué par Chris Owen.

Tad Hilgenbrink remplace Eli Marienthal dans le rôle de Matt Stifler, car Hilgenbrink ressemble beaucoup à l'acteur Seann William Scott, celui qui joue Steve Stifler, le frère de Matt. Ils ont en particulier le même tic au niveau de la lèvre supérieure.

Proverbe berbère: "Celui qui passe la nuit dans la mare se réveille cousin des grenouilles".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv , #glamour

9 Août 2014

Babewatch !

"Je pense que les fringues rendent grosse, je préfère être nue".

Pamela Anderson shootée par Stehen Wayda pour Playboy.
Photographie d'Anderson par Wayda pour Playboy (1994).

Pamela Anderson selon Lorenzo Sperlonga.
Art Fantastix #11 de Sperlonga (Couverture).

Dans l'art book Art Fantastix #11 - "The art of Lorenzo Sperlonga" (Sperlonga, MG/Publishing) Lorenzo Sperlonga pastiche une photo de Pamela Anderson tirée du mensuel Playboy de novembre 1994, sur la couverture de son recueil d'illustrations. Ce cliché est l'œuvre du photographe Stephen Wayda.

 

Pour avoir plus d'infos sur le magazine aux longues oreilles et reluquer d'autres playmates, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16. ;-)

C'est aussi Pamela Anderson qui fait la Une du numéro de Playboy qui nous intéresse aujourd'hui. Cet exemplaire est paru en novembre 1994. La Playmate of the Month du mois est Donna Perry shootée par Arny Freytag. On peut lire différents articles: Rock Girls rédigé par Christopher Napolitano où on croise notamment les rockeuses Liz Phair, Courtney Love, et Tanya Donelly ; Sex in cinema de Bruce William ; des interviews de Quentin Tarantino et Christian Slater ; ... A l'intérieur, on trouve aussi toute une pléiade de jolies filles dont bien entendu une série de clichés de Pamela Anderson intitulée Pamwatch en référence à son rôle de C.J. Parker dans la série Baywatch (Alerte à Malibu en VF). Ces photographies de Pam dont celle qui nous retiens ici, ont été prises par Stephen Wayda lors de plusieurs séances de shoot à Saint Tropez en France, où la blonde fortement poumonée arbore différentes tenues pour finir à la piscine revêtu exclusivement de simples colliers.

Pamela Anderson: "Je voulais prendre ma retraite, mais il semble que mes seins aient encore une carrière, alors je continue".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #glamour

8 Août 2014

Une Coppertone Girl de plus !

En faisant mes recherches pour un autre article, je suis tombé par hasard sur un pastiche photographique (ci-dessous à droite) du magazine Playboy qui parodie la célèbre affiche publicitaire de Joyce Ballantyne pour la marque Coppertone.

Coppertone Girl de joyce Ballantyne. Coppertone Girl selon Playboy.

J'ai donc complété mon article sur le sujet en intégrant ce cliché dans les photos bonus du billet en question. Et comme ça ne fait pas trop hors sujet avec ma thématique estivale (^^), je t'invite donc à le redécouvrir...

...»ici« et aussi »là« pendant que tu y es ! ^^

En poussant ma recherche un peu plus avant, j'ai découvert que ce cliché est paru dans le Playboy de novembre 1968 dans un article intitulé Made Ave Unclad où le magazine parodie de nombreuses réclames en dénudant les affiches publicitaires.

Teaser: Demain, tu auras droit à un magnifique (^^) cliché d'une playmate incontournable de chez Playboy: Miss Pamela Anderson. Tadamm !!! ^^

Publié par Chelmi à 12:21pm - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #news-blog

7 Août 2014

Club Malicieux

Woody Allen: "Est-ce que le sexe est sale ? Seulement quand il est bien fait".

Photographie de Serena pour Club International.
Photographie de Serena pour Club International (1975).

Serena selon Alessendro Biffigandi.
Contes Malicieux - Tome 46 d'Elvifrance (Couverture de Biffigandi).

Dans le fumetti Contes Malicieux - Tome 46 - "Les n'a tif" (Elvifrance) Alessendro Biffigandi plagie une photographie de Serena tirée du mensuel Club International paru en Août 1975, sur la couverture de sa BD. Ici, Serena est remplacée par Blanche-Neige.

 

Pour avoir plus de détails sur ce magazine masculin pour adulte et en reluquer d'autres pin-ups, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7. ;-)

Le numéro de Club International qui nous intéresse aujourd'hui est sorti dans les kiosques en aout 1975. C'est Martie qui est en Une. Et c'est Serena qui est en page centrale. Sinon on croise aussi Lucinda Santana, et Sarah. Et côté rédactionnel, on peut lire divers articles tels que: Venus is alive and well and living in Hollywood, Oh, Baby Doll !, Once lurking within now leaping forth, ou The day the circus hit town traitant du grand prix de Silverstone.

Woody Allen: "Hé ! Ne te moque pas de la masturbation ! C'est faire l'amour avec quelqu'un qu'on aime...".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

5 Août 2014

Au poteau !

Emily Lotney: "Quand il est converti, un cannibale, le vendredi, ne mange que des pêcheurs".

La montagne de dieu cannibale de Sergio Martino. La montagne du dieu cannibale selon André Franquin.
La montagne du dieu cannibale de Martino (1978).


Red Sonja #43 de Geovani et Reed (Couverture de Neves).

Dans le comics book Red Sonja #43 - "The secrets of the Blood dynasty" (Geovani et Reed, Dynamite), l'illustrateur de la couv', Fabiano Neves, parodie la pochette du DVD du film La montagne du dieu cannibale de Sergio Martino sur la couverture de sa BD. Ici, Susan Stevenson alias Ursula Andress est remplacé par Red Sonja.

 

Pour avoir plus d'informations sur ce long métrage d'épouvante et en voir un autre pastiche, va faire un tour »ici« où j'ai déjà cuisiné le sujet. :-)

Certaines scènes du film montrent des massacres d'animaux dont un varan écorché vif et un singe se faisant mâchouiller la tête par un python. Et d'après Wikipédia, je cite: "Les massacres d'animaux sont réels". Flippant non ?! OO

Jack Benny: "Un cannibale est un type qui va dans un restaurant et qui commande le serveur".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv , #glamour