18 Décembre 2014

Stars and tripes... heu... Stripes !

Les petite filles aiment les poupées.
Les petits garçons aiment les soldats.
Les grandes filles aiment les soldats.
Les grands garçons aiment les poupées.

Raising the flag on Iwo Jima de Joe Rosenthal.
Raising the flag on Iwo Jima par Rosenthal (1945).

Raising the flag on Iwo Jima selon Ron Wilson.
What if ...? #28 de Wilson et Caragonne (Couverture).

Dans le comic book What if... #28 - "No Captain America had led an army of super soldiers in world war II ?" (Wilson et Caragonne, Marvel) Ron Wilson pastiche la photographie Raising the flag on Iwo Jima de Joe Rosenthal sur la couverture de sa BD. Ici, les militaires sont remplacés par Steven 'Steve' Rogers alias Captain America et son équipe de super-soldats.

 

Pour avoir plus d'informations sur cette photographie et en voir d'autres parodies, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11. ;-)

Salim Jabran: "Le soleil passe les frontières sans que les soldats tirent dessus".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #journalisme , #militaire , #propagande

16 Décembre 2014

Martian Gothic

Gustave Flaubert: "Fermier: Toujours lui dire: Maître un tel. Les fermiers sont tous à leur aise".

American Gothic de Grant Wood.
American Gothic de Wood exposé à l'Art Institute de Chicago (1930).

American Gothic selon Ivan Reis.
Brightest day #15 de Gleason, Clark, Johns, et Tomasi (Couverture alternative de Reis).

Dans le comics book Brightest day #15 - "Whatever happened to the Manhunter from Mars?" (Gleason, Clark, Johns, et Tomasi, DC Comics) Ivan Reis, l'illustrateur de la couv', pastiche la célèbre peinture de Grant Wood, American Gothic, sur la couverture alternative de la BD. Ici, le fermier est remplacé par J'Onn J'Onzz alias Martian Manhunter, et la fermière par D'Kay D'Razz.

 

Pour avoir plus de détails sur cette célèbre toile américaine et en voir d'autres adaptations, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5. ;-)

Nicolas Boileau: "Tout ce qu'on boit est bon, tout ce qu'on mange est sain. La maison le fournit, la fermière l'ordonne".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure

14 Décembre 2014

Citizen Hearst

"Sortir un journal sans promotion, c'est comme faire un clin d'œil à une fille dans le noir. Bien intentionnés, mais inefficaces".

Caricature de William Randolph Hearst (Laurent Verron).

Dans Odilon Verjus - Tome 6 - "Vade Retro Hollywood !" (Verron et Yann, Le Lombard) Laurent Verron caricature William Randolph Hearst et lui fait jouer son propre rôle de magnat de la presse écrite.
(L'image est tirée de la planche 28, case 11).

 

William Randolph Hearst (1863-1951) était un homme d'affaires américain, magnat de la presse écrite. Son père, sénateur de Californie, est un industriel multimillionnaire dans le secteur minier, et sa mère est institutrice. A l'âge de dix ans, William fait le tour de l'Europe avec sa mère. Il entre à l'école St. Paul's dans le New Hampshire, à l'âge de seize ans. Entre 1882 et 1885, William étudie à l'Université Harvard, mais il est expulsé pour avoir envoyé des pots de chambre contenant la photo du destinataire à des membres de l'institution.

Il prend la tête du quotidien San Francisco Examiner, que son père reçoit en guise de paiement pour une dette de jeu. Hearst donne au journal le surnom de -Monarch of the Dailies-, acquiert le meilleur matériel disponible et recrute des journalistes talentueux. Le journal publie des révélations d'affaires de corruption et des articles sensationnalistes.

Patron de presse avisé, il crée en 1895 à New York le Journal, premier quotidien américain à un cent et devint propriétaire d'une chaîne de journaux à sensation de tendances conservatrice et isolationniste.

Hearst est membre de la Chambre des représentants entre 1903 et 1907, mais est battu aux élections de la mairie de New York en 1905 et 1909, et au poste de gouverneur de l'Etat en 1906.

Orson Welles représente la vie de Hearst dans un portrait à peine voilé dans son film épique Citizen Kane. Hearst est au courant de la production du film et met tout en œuvre pour le stopper, en partie parce qu'il considère que le film est insultant vis-à-vis de Marion Davies, représentée dans la fiction comme une chanteuse ivrogne et sans talent. Welles et son studio de production résistent à la pression, mais le conflit nuit à la sortie du film, causant de piètres résultats au box-office, et met en péril la carrière de Welles. Toutefois, les efforts de Hearst se révèlent inutiles à long terme puisque, après sa mort, la popularité de Citizen Kane augmente au point que le film est souvent considéré comme un des plus grands films de tous les temps, et qu'il est devenu indissociable de la vie de Hearst.

PS: Le 19 novembre 1924, le producteur de cinéma muet Thomas Harper Ince meurt d'un infarctus du myocarde alors qu'il participe à une croisière avec Hearst, et plusieurs autres personnalités notables d'Hollywood. Des rumeurs selon lesquelles Hearst aurait tiré sur Ince et utilisé son influence pour couvrir l'affaire circulent à l'époque. Le film Un parfum de meurtre, sorti en 2001, raconte une histoire inspirée par ces rumeurs. Toutefois, la théorie voulant que Hearst ait tué Ince est généralement jugée très improbable.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #journalisme , #politique , #cinema-serie-tv

12 Décembre 2014

Le mateur maté

"Je ne me soucie pas de vivre dans un monde d'hommes si je peux y être une femme".

7 ans de réflexion de Billy Wilder.
7 ans de réflexion de Wilder (1955).

7 ans de réflexion selon John Salvatore Romita Jr.
What if ... #34 de Morgan et Gimple (Couverture de Romita).

Dans le comic book What if... #34 - "No One Was Watching the Watcher ?" (Morgan et Gimple, Marvel) John Salvatore Romita Jr, l'illustrateur de la couverture, parodie une scène du film de Billy Wilder, 7 ans de réflexion, sur la Une de sa BD. Ici Marilyn Monroe est remplacée par le Gardien Uatu, dans la scène mythique de la grille de métro où sa robe blanche se soulève innocemment pour le plus grand plaisir de Tom Ewell.

Les comics What if... appartient à un univers parallèle à la continuité Marvel classique. -What if- qu'on peut traduire par -Et si- donne lieu a une sorte d'uchronie parfois humoristique de l'univers Marvel: Et si Dr Fatalis était pédiatre, Et si Wolverine hibernait, Et si Spiderman était boulimique, Et si Tony Stark était à la tête d'une chaine le laverie automatique, ... Pour le numéro qui nous intéresse aujourd'hui: Et si le guetteur se lâchait ?!. ^^

 

Si tu veux mater les guibolles de Marilyn sous la plume d'autres auteurs, et par la même occasion en apprendre un peu plus sur ce célèbre film, va faire un tour »ici« , »là« , aussi »ici« , et encore »là« , où j'ai déjà parcouru le sujet. ;-)

***

Betty Boop, première héroïne de dessin animé, représentée sous les traits d'une petite femme aguicheuse et sensuelle qui n'est pas sans rappeler Marilyn Monroe, laquelle reprendra avec un grand retentissement le fameux gloussement: "Poo-poo-pee-doo !", a souvent reprit cette pose...

Betty Boop se prend pour Marilyn Monroe.

Marilyn Monroe: "Les femmes ont à leur disposition deux armes terribles: le fard et les larmes. Heureusement pour les hommes elles ne peuvent pas s'en servir en même temps".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv , #glamour

10 Décembre 2014

SamCop

RoboCop: - Je vous préviens: Résister provoquera... votre mort.
Steve Minh : - Va te faire huiler !
RoboCop de Paul Verhoeven).

I want you for U.S. Army de James Montgomery Flagg.
I want you for U.S. Army de Flagg pour la couverture du journal Frank Leslie's Illustrated Weekly (1916).

I want you for U.S. Army selon Lee Sullivan.
RoboCop #5 de Sullivan et Grant (Couverture).

Dans le comics book RoboCop #5 - "War Monger" (Sullivan et Grant, Marvel) Lee Sullivan pastiche l'affiche I want you for U.S. Army de James Montgomery Flagg, sur la couverture de sa BD. Ici, l'oncle Sam est remplacé par Alex J. Murphy alias RoboCop.

 

Pour avoir plus de détails sur cette illustration de Flagg et en voir d'autres parodies, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10. ;-)

***

Le magazine Mad s'est aussi amusé à parodier cette célèbre affiche de James Montgomery Flagg:

I want you for U.S. Army selon Norman Mingo.
Illustration de Mingo pour Mad (1969).

Ici, sur la couverture du Mad paru en avril 1969, l'illustrateur Norman Mingo remplace l'oncle Sam par la mascotte du magazine satirique: Alfred E. Neuman.

RoboCop: "Mort ou vif, vous venez avec moi !".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #illustration , #militaire , #propagande

8 Décembre 2014

Road Movie XVIII

George Harrison: "Les Beatles ont sauvé le monde de l'ennui".

Abbey Road des Beatles.
Abbey Road des Beatles (1969).

Abbey Road selon Ben Dunn.
Ninja High School #171 de Dunn et Bevard (Couverture).

Dans le comics book Ninja High School #171 - "Departure" (Dunn, et Bevard, Antarctic Press) Ben Dunn pastiche la pochette de l'album Abbey Road des Beatles sur la couverture de sa BD. Ici, les quatre garçon dans le vent sont remplacés par Ricky Feeple, Itchy Koo Ichinohei, et Asrial.

 

Pour avoir plus d'infos sur cet album mythique et en voir d'autres parodies, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17. ;-)

John Lennon devant la famille royale britannique au Prince of Wales Theatre de Londres: "Pour notre prochain titre, est-ce que les gens installés dans les places les moins chères peuvent taper dans leurs mains ? Et tous les autres, agitez vos bijoux !".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

6 Décembre 2014

Ça se dispute

"Etre jeune et riche, c'est indécent. Vieux et riche, au contraire, c'est logique...".

Caricature de Jean-Luc Delarue (Kévin Hérault).

Dans HK - Tome 1.4 - "Paradiso" (Hérault et Morvan, Glénat) Kévin Hérault croque Jean-Luc Delarue et lui donne le rôle du caméraman de la grande reporter Ophélie Summer prénommé, je te le donne en mille, Jean-Luc.
(L'image est tirée de la page 52, case 11).

 

Jean-Luc Delarue (1964-2012) était un animateur et producteur de télévision français. Après des études de publicité, il devient rédacteur concepteur publicitaire en 1986, avant de se lancer dans l'audiovisuel. Il anime alors Une page de pub, une émission diffusée sur la chaîne TV6. En 1987, le jeune homme, déjà ambitieux, entre à la radio pour occuper la tranche matinale du 7-9 sur Europe 1.

Mais l'appel du petit écran se fait pressant et Canal+ l'engage deux ans plus tard en tant que simple chroniqueur puis comme animateur vedette de La grande famille en 1991. Une émission qu'il finit par produire. En 1994, le groupe Réservoir Prod naît, Jean-Luc Delarue se place aux commandes et débute alors son ascension fulgurante dans le monde audiovisuel, notamment avec l'émission Ça se discute, qui ne s'arrêtera qu'en 2009.

Il lance la carrière nationale de nombreuses jeunes animatrices comme Evelyne Thomas avec C'est mon choix en 1999 sur France 3, et Laurence Ferrari avec Vis ma vie en 2001 sur TF1. Il reçoit un 7 d'Or en octobre 2000 pour Ça se discute et un second pour Jour après jour.

Suite à la médiatisation de son addiction aux drogues dures, il est écarté de la présentation de Toute une histoire sur France 2 et remplacé par Sophie Davant. Il commence une désintoxication avant de parcourir la France dans un camping-car pour sensibiliser les jeunes sur le sujet.

En décembre 2011, il annonce depuis le siège de France télévisions qu'il souffre d'un cancer, et il décède le 23 août 2012.

Jean-Luc Delarue: "En réalité, Canal+ était un creuset de prétention et de suffisance du standard à la direction: le salarié de Canal a tout compris et parce qu'il a tout compris, il s'arroge le droit de se moquer des autres".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #television-radio

4 Décembre 2014

Rencontre avec Giuseppe Manunta et Fabrice Linck

Au 29ème festival Bédéciné d'Illzach, en 2013, je me suis fait dédicacer mon album de Zombie Walk (Manunta et Linck, Edition du long bec) par ses auteurs: le dessinateur Giuseppe Manunta et le scénariste Fabrice Linck.

Dédicace de Giuseppe Manunta et Fabrice Linck sur Zombie Walk.

Et j'ai eu droit à un joli zombie bien ragoutant ! ^^ En plus cette année, dans les allées du festival, la troupe Art Maniac, avait même organisé une petite danse pour l'occasion: la Zombie Walk Dansees. "Une farandole de zombies, debout, assis, au sol. Ils déambulent au fil de leurs chorégraphies assoiffés de bonne humeur". Vraiment très sympa à regarder les trois quatre premières fois, jolis costumes, maquillage bien flippant, et chouette chorégraphie... mais au bout de la 100e représentation en fin de journée, j'avais comme une forte envie de me dézinguer du zombie ! ^^

Philippe Bouvard: "Un écrivain est un zombie qui croit être allé au bout de son destin chaque fois qu'il est parvenu à la fin d'un feuillet".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #dedicace

2 Décembre 2014

La vie nia/meurt/hait

William Shakespeare: "Le sourd oreiller recevra les confidences des consciences souillées".

Lavinia Murray par Ed Alexander pour le magazine Mayfair de Mai 1977.
Photographie de Murray par Alexander pour Mayfair (1977).

Lavinia Murray selon Alessandro Biffignandi.
Contes Malicieux - Tome 70 d'Elvifrance (Couverture de Biffignandi).

Dans le fumetti Contes Malicieux - Tome 70 - "Loup, y es tu ?" (Elvifrance) Alessandro Biffignandi, l'illustrateur de a couverture, plagie une photographie de Lavinia Murray du magazine Mayfair volume 12 numéro 5 de Mai 1977, sur la couv' de sa BD. C'est un cliché pris par le photographe Ed Alexander. Ici, Blanche Neige remplace Lavinia.

 

Si tu veux avoir plus de détails sur ce mensuel masculin pour adulte et voir d'autres playmates du magazine, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8. ;-)

Le numéro qui nous réuni aujourd'hui est paru en mai 1977. C'est Alexandra Bogojevic shooté par Roy Brewington qui fait la couverture. On retrouve cette dernière à l'intérieur du mag' dans série de clichés intitulés: Alexandra: Bavaria's most spectacular blonde. On peut aussi voir les models: Ginny Lonsdale, Kelly St. John, Suzanne 'suzy' Setchell, Veronica Ashby ... et bien sûr Lavinia Murray sous l'objectif d'Ed Alexander pour une série de dix clichés titrés: Lavinia: Leamington's sexiest sparring partner.

Korneï Ivanovitch Tchoukovski: "Pose la tête sur mon oreiller, nous regarderons ensemble mon rêve".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

30 Novembre 2014

American Bar !

"Le grand art est l'expression extérieure d'une vie intérieure chez l'artiste, et cette vie intérieure nous entraîne dans sa vision personnelle du monde".

Nighthawks d'Edward Hopper.
Nighthawks de Hopper exposé au Art Institute of Chicago (1942).

Nighthawks selon Howard Chaykin.
American Flagg! #19 de Chaykin (Planche ??, case ??).

Dans le comics book American Flagg ! #19 - "Bullets and Ballots !" (Chaykin, First Comics) Howard Chaykin, pastiche le tableau d'Edward Hopper, Nighthawks, sur une planche de sa BD. Ici, le diner Philies devient le Nighthawks.

Ne possédant pas ce comics, et n'ayant pas réussi à trouver les numéros de la planche et de la case de cette référence après moult recherches, j'ai dû me résigner à publier cet article sans ces informations. Si tu connais les coordonnées de cette case, je suis bien sûr preneur afin de compléter ce billet.

 

Pour avoir plus de détails sur cette toile américaine et en voir d'autres adaptations, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6. ;-)

***

L'illustrateur portugais, Marco Mendes, a lui aussi repeint Nighthawks à sa façon:

Nighthawks selon Marco Mendes.
Nighthawks selon Mendes

Wim Wenders: "Donner à toute chose une forme définie, lui désigner sa place, surmonter le vide, la peur et l'horreur, en les bannissant sur cette toile blanche justement: c'est cela que son œuvre a de commun avec le cinéma et qui fait de Hopper un grand conteur de la toile blanche".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure