29 Mai 2016

Les chicots de la mère

Herman Melville: "Si tu gouvernes le requin en toi, tu seras un ange ; car tous les anges, c'est rien de plus que des requins bien gouvernés".

Les dents de la mer de Steven Spielberg.
Les dents de la mer de Spielberg (1975).

Les dents de la mer selon Jim Balent.
Tarot: Witch of the Black Rose #24 de Balent (Couverture).

Dans le comics book Tarot: Witch of the Black Rose #24 - "Hawaiian holiday: Ghouls gone wild !" (Balent, Broadsword Comics) Jim Balent parodie l'affiche du film de Steven Spielberg, Les dents de la mer, sur la couverture de sa BD. L'actrice Susan Backlinie alias Christine Watkins (dite Chrissie), la première victime, est remplacée par Rowan alias Tarot, et le requin par Madam Mako.

 

Pour avoir plus de détails sur ce long métrage et en voir d'autres pastiches, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9. ;-)

Jean-François Kahn: "Pourquoi dit-on communément -Requin de la finance- et jamais –mérou- ou -saumon de la finance- ? Demandez aux petits poissons et aux petits actionnaires".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

26 Mai 2016

Hagard ?!

Hägar ! Hägard ! Hagard !? Il ne m'a pas l'air ni hébété ni effaré le gaillard ! Ce n'est pas moi qui irai le chatouiller pour vérifier! ^^

The silver warrior de Frank Frazetta.
The silver warrior de Frazetta pour la couverture de The silver warriors de Moorcock.

The silver warrior selon Chris Browne.
Hägar the Horrible #0 de Browne (Couverture).

Dans le comic strip Hägar The horrible - Hors série (Browne, Avalon Communications) Chris Browne parodie l'illustration The silver warrior réalisé par Frank Frazetta pour la couverture des Guerriers d'argent de Michael Moorcock, sur la couv' de sa BD. Ici, le guerrier d'argent est remplace par Hägar the Horrible.

Pour l'anecdote, en France, Hägar the Horrible a été traduit en Hägar Dünor en raison du jeu de mots sur la -gare du Nord-... Hahah ! ^^ Il apparaît dans Le journal de Mickey à partir d'août 1973, quatorze années durant.

 

Les guerriers d'argent (Phoenix in Obsidian en VO ou The silver warriors selon les éditions) et le deuxième volume de La quête d'Erekosë écrite par Michael Moorcock paru en 1970 chez Mayflower. Le premier roman s'intitule: Le champion éternel (The eternal champion en VO) ; et le troisième: Le dragon de l'épée (The dragon in the sword en VO). Cette saga met en scène les aventures de Erekosë, l'incarnation du champion éternel qui se souvient de ses vies passées.

Quatrième de couverture:

Il était l'immortel, le vagabond des univers, voué à combattre indéfiniment la tyrannie. Une fois de plus les voix l'appelèrent et il tomba dans les couloirs de l'éternité... Une autre incarnation. La Terre du grand crépuscule. Les bas nuages bruns, le ciel obscur, l'océan triste. Il était Comte des Déserts blancs, seigneur de la forteresse Gelée. Maître de l'Epée froide... - L'Epée Froide ? Pas l'Epée noire ? - L'Epée froide. C'était la fin des temps, voilà tout. La race humaine était condamnée. Pensez aux peaux blafardes, aux appétits malsains, aux horreurs dérisoires. Pensez à l'évêque Belphig, le dégoûtant Seigneur spirituel de la cité d'Obsidienne. Alors, l'invasion des Guerriers d'Argent, vous savez... Mais le sang des Guerriers d'Argent, habitants incandescents de Lune, irait nourrir le Soleil La Dame au Calice l'avait dit. Alors, Erekosë allait reprendre l'Epée. C'était la seule chose à faire. Il ferait mal et aurait mal. Et son cœur torturé ne connaîtrait pas le repos.

Le dessin de Frank Frazetta qui nous intéresse aujourd'hui a été crée en 1972 pour la couverture de la réédition chez Dell Publishing de ce tome en 1973.

Frank Frazetta: "A l'époque, je pouvais livrer un dessin à moitié achevé à un directeur artistique et il chantait mes louanges. Je ne ressentais aucun défi. Et puis j'ai pris conscience qu'il circulait une rumeur qui m'a dérangée - que j'étais fichu, que je n'avais plus rien fait depuis des années. Mon succès était un hasard, juste une question d'opportunité. Ces flatteurs qui m'avaient tourné autour me taillaient maintenant en pièces pour le dîner ! Dans des publications ! Et bien je voulais leur montrer qu'ils n'y connaissaient rien, leur faire voir mon audace d'antan. Je pense que j'avais besoin de cet aiguillon. Je me suis assis et j'ai peint [...] Silver Warrior. Bang ! Aussi bon voire meilleur que tout ce que j'avais jamais fait. Tout d'un coup les critiques se sont faits très discrets".

Alphonse Allais: "Les ours blancs sont blancs parce que ce sont de vieux ours".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #illustration , #litterature

23 Mai 2016

White album

Vassili Kandinsky: "Le blanc sonne comme un silence, un rien avant tout commencement".

The Beatles des Beatles.
The Beatles des Beatles (1968).

The Beatles selon Michael Avon Oeming.
Powers #11 d'Oeming et Bendis (Couverture).

Dans le comics book Powers #11 - "Role play, Part 4" (Oeming et Bendis, Image Comics) les auteurs rendent hommage à l'album musical The Beatles des Beatles sur la couverture de leur BD.

 

Pour avoir plus de détails sur ce double album des Beatles, va faire un tour »ici« où j'ai déjà traité le sujet. ;-)

Ambrose Bierce: "Optimiste. Adepte de la doctrine selon laquelle le noir est blanc".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

20 Mai 2016

Dirty Cassy

Euphémisme: "Je n'ai pas trop mal réussi comme acteur et comme réalisateur". ^^

Caricature de Clint Eastwood (Glenn Fabry).

Dans le comics book Preacher #17 "Le messie" (Dillon et Ennis, Vertigo), l'illustrateur de la couv', Glenn Fabry croque (inconsciemment* ??) Clint Eastwood et lui fait jouer le rôle du vampire, Proinsias Cassidy, le temps d'une couverture.

(*): Le visage de Cassidy est assez changeant sur les excellentes couvertures de Fabry, et sur quelques-unes d'entre elles, il a vraiment des faux airs du grand Clint un peu rachitique. Et tout particulièrement sur celle-ci du numéro 17, mais pourtant d'après Glenn Fabry qui commente cette couverture: "[...]. Au final, Cassidy ressemble presque à Clint Eastwood. [...].", ce qui laisse entendre que ce n'est pas volontaire... d'où mon "insciemment" ! Oo

 

Pour avoir plus d'informations sur la bio/filmographie de cette légende vivante du cinéma et en voir d'autres caricatures, va faire un tour »ici« et »là« où j'ai déjà traité le sujet. ;-)

Clint Eastwood: "Je ne suis pas très doué, mais je cherche constamment à m'améliorer".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #comics , #cinema-serie-tv

17 Mai 2016

Chatte noire sur toit brûlant

Voici ma statuette Alma Mayer tirée de la série Blacksad de Juanjo Guarnido et Juan Diaz Canales chez Dargaud. Ce buste a été sculté et édité par Attakus à 2000 exemplaire. Le mien porte le numéro 372.

Alma Mayer (Attikus).
Buste Alma Mayer (Attakus).

Alma Mayer (Attikus) - Face. Alma Mayer (Attikus) - Côté gauche.Alma Mayer (Attikus) - Dos. Alma Mayer (Attikus) - Côté droit.

Mensurations:

Hauteur: 14 cm.
Largeur: 8 cm.
Profondeur: 6 cm.
Poids: 255g.
Matière: Résine porcelaine.

PS: Lien pointant sur le site Attakus.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #3d

14 Mai 2016

Tiens, voilà du boudin... ♫

Général Deligny: "Soldats de la Légion étrangère, votre drapeau n'a pas de plis assez amples pour contenir tous vos titres de gloire".

Raising the flag on Iwo Jima de Joe Rosenthal.
Raising the flag on Iwo Jima par Rosenthal (1945).

Raising the flag on Iwo Jima selon Kevin Maguire.
L.E.G.I.O.N. #32 de Kitson et Grant (Couverture de Maguire).

Dans le comics book L.E.G.I.O.N. #32 - "The seeds of dissent" (Kitson et Grant, DC Comics) l'illustrateur de la couv', Kevin Maguire, parodier la photographie Raising the flag on Iwo Jima de Joe Rosenthal sur la couverture de sa BD. Ici, les militaires sont remplacés par la nouvelle L.E.G.I.O.N composée de: Bertron Diib, Amon Hakk, Borb Borbb, Darius alias A.I.-11, Adam Blake alias Captain Comet, Ig'nea G'odd, Lydea Mallor alias Darkstar, et Zena Moonstruk.

 

Pour avoir plus de détail sur cette photographie de guerre et en voir d'autres pastiches, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16. ;-)

Guillaume Apollinaire: "Les grands hommes qui n'ont pas leur statue sont légion".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #journalisme , #militaire , #propagande

11 Mai 2016

Irrésistible Mona

Jules Renard: "Le sourire est le commencement de la grimace".

La Joconde de Léonard De Vinci.
La Joconde de De Vinci exposée au musée du Louvre à Paris (1503).

La Joconde selon Mike Del Mundo.
Indestructible Hulk #12 de Scalera et Waid (Couverture bis de Del Mundo).

Dans le comics book Indestructible Hulk #12 - "Agent of T.I.M.E.- Part 2" (Scalera et Waid, Marvel) Michael 'Mike' Del Mundo, l'illustrateur de la couverture parodie La Joconde de Léonard de Vinci, sur la couverture de sa BD. Ici, Mona Lisa est remplacée par Hulk alias le Dr. Robert Bruce Banner.

 

Tu trouveras plus de détails et tu reverras d'autres pastiches de cette célèbre toile de De Vinci en te rendant sur les liens suivants où j'ai déjà dépeint le sujet: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6. ;-)

Albert Cohen: "La Joconde a une tête de femme de ménage, je ne comprends pas pourquoi on fait tant de chichis pour cette bonne femme".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure

8 Mai 2016

En voiture...

"On ne naît pas femme: on le devient".

Caricature de Simone de Beauvoir (Olivier Schwartz).

Dans Le Spirou de - Tome 7 - "La femme léopard" (Schwartz et Yann, Dupuis) Olivier Schwartz croque Simone de Beauvoir dans son propre rôle. Elle accompagne son compagnon Jean-Paul Sartre qui est interviewé par Fantasio.
(L'image est tirée de la page 52, case 5).

 

Simone de Beauvoir (1908-1986) était une femme de lettre française. Née dans une famille bourgeoise et catholique, elle entreprend, à l'âge de 17 ans, des études de lettres et de mathématiques.

En 1926, elle adhère à un mouvement socialiste et suit des cours de philosophie à la Sorbonne pour préparer le concours de l'agrégation. C'est à cette époque qu'elle fait la connaissance de Jean-Paul Sartre, qui fréquente le même groupe d'étudiants qu'elle. Débutent alors une vie commune, sans cohabitation, ainsi qu'une collaboration et un dialogue intellectuel qui vont durer pendant près d'un demi-siècle, et rendre le couple de penseurs mythique. Tous deux reçus à l'agrégation, ils deviennent professeurs; c'est alors le temps d'une courte séparation puisque Sartre est envoyé au Havre et Beauvoir à Marseille.

Après la Seconde Guerre mondiale, elle fait partie du comité de rédaction des Temps modernes, le journal fondé par Sartre. Son premier livre, L'Invitée, paraît en 1943. Les voyages se succèdent à partir de 1947. Simone de Beauvoir se rend aux Etats-Unis, séjourne en Afrique, en Europe, visite la Chine en 1955, Cuba et le Brésil en 1960.

Elle publie Le Deuxième Sexe, livre phare du féminisme français, en 1949, et devient ainsi une personnalité très controversée à cause de ses prises de position, notamment en faveur de l'avortement. Récompensée par le Prix Goncourt en 1954 pour Les Mandarins, elle délaisse cependant le genre romanesque au profit de l'essai et de la rédaction de ses mémoires.

Auteur reconnue et icône du féminisme, Simone de Beauvoir reste indissociablement liée à Jean-Paul Sartre et au courant philosophique de l'existentialisme auquel elle a également contribué.

Simone de Beauvoir: "La femme est tout ce que l'homme appelle et tout ce qu'il n'atteint pas".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #litterature

5 Mai 2016

Bas de cuir

James Fenimore Cooper: "Les grands principes parviennent rarement à ne pas créer l'injustice dans les cas particuliers".

Le chasseur de daims de Kurt Neumann.
Le rachat des indiens de Neumann (1957).

The Deerslayer selon Kit Carson.
Kit Carson #78 Collectif (Couverture).

Dans le comics de poche Kit Carson #78 - "Kit Carson et les forts disparus !" (Collectif, Iprima) l'illustrateur de la couv' parodie un plan du film Le rachat des indiens (ou Le chasseur de daims) de Kurt Neumann, sur la couverture de sa BD. Ici le Deerslayer est remplacé par Kit Carson.

Si tu as plus d'informations sur les auteurs de ce comics, je suis bien sûr preneur.

 

Pitch du film:

Vers 1760, dans l'Amérique coloniale, les blancs vivant dans la région de New York sont entourés par différentes tribus indiennes: Mingas, Hurons, Iroquois, Mohicans... En réplique des attaques indiennes, le gouvernement des blancs offre par une loi, 100 dollars pour celui qui apporte un scalp d'un indien. Tom Hutter (Jay C. Flippen), un présumé chasseurs de peaux, en fait la collection pour les revendre grâce à son partenaire, Harry Marsh (Forrest Tucker). Mais le Deerslayer (Lex Barker) avec Chingachgook (Carlos Rivas), son frère de sang Mohican, veulent apaiser le conflit, en rendant les scalps aux indiens, afin que l'esprit des guerriers morts puissent partir en paix. Mais Hutter n'est pas d'accord, et continue son marché légal et lucratif...

Le rachat des indiens, et plus connu sous son titre belge: Le tueur de daims, qui est une traduction plus fidèle de The deerslayer de la version originale américaine. Le film est peu connu en France, il n'est pas terrible, même si il a eu un certain succès en Allemagne et en Belgique. Tourné en Californie dans le comté de Madera près du parc national de Yosemite, il offre tout de même de très beaux paysages de forêts et lacs.

L'histoire est une adaptation du roman Le tueur de daims, tiré de la saga Bas-de-Cuir du célèbre écrivain américain: James Fenimore Cooper (1789-1851).

Le cycle des Histoires de Bas-de-Cuir (Leatherstocking Tales en VO), comprend cinq romans historiques, publiés de 1823 à 1841. A travers la vie du chasseur blanc élevé chez les indiens Nathaniel 'Natty' Bumppo, la saga évoque l'histoire des Etats-Unis de 1740 à 1804. L'ordre chronologique du récit ne correspond pas à l'ordre de parution des volumes.

- Le tueur de daims (The Deerslayer en VO) qui traite de la période 1740-1755 est paru en 1841.
- Le dernier des Mohicans (The last of the Mohicans en VO) qui se déroule en 1757 est paru en 1826.
- Le lac Ontario (The Pathfinder en VO) qui traite la période 1757-1759 est paru en 1840.
- Les pionniers (The pioneers en VO) qui se passe en 1793 est parue en 1823.
- La Prairie (The prairie en VO) qui se déroule en 1804 est parue en 1827.

Au cours ses aventures, Natty Bumppo est affublé de plusieurs aliases: Straight-Tongue (=?), The Pigeon (=Le Pigeon), Lap-Ear (=Tour d'oreille ?), Deerslayer (=Chasseur de daims), Hawkeye (=Œil de Faucon), La Longue Carabine (en français dans le texte), Pathfinder (=Pisteur), Leatherstocking (=Bas-de-cuir), et The trapper (=Le trappeur).

PS: Le volume 2, Le dernier des Mohicans, a lui aussi fait l'objet d'adaptations cinématographiques dont la plus connue est celle de Michael Mann.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

2 Mai 2016

Action de graisse

Jules Renard: "Ma tête est comme une basse-cour. Quand j'appelle les idées poules pour leur donner du grain, ce sont les idées canes, oies ou dindes, qui accourent".

Freedom from want de Norman Rockwell.
Freedom from want de Rockwell pour la couverture du Saturday Evening Post (1943).

Freedom from want selon Gordon Purcell.
Flare #31 collectif (Couverture de Purcell).

Dans le comics book Flare #31 - "Thanksgiving with the Madisons" (Collectif, Heroic Publishing) Gordon Purcell parodie l'illustration Freedom from want de Norman Rockwell, faisant la Une du Saturday Evening Post du 6 mars 1943, sur la couverture de sa BD. Ici, la famille modèle américaine s'apprêtant à déguster la dinde de Thanksgiving, est remplacée par Flare et la famille Madison.

 

Pour avoir plus d'informations sur cette célèbre couverture du Saturday Evening Post, ... blablabla... : 1 - 2 - 3 - 4 -5 - 6 - 7.

PS: Le photographe Liam Crotty, a aussi pastiché cette scène de Rockwell, sur »un cliché« prit dans la salle à manger de la Maison Baine du Gouverneur John Baldacci. Ici les convives sont les ambassadeurs de l'alimentation, et de l'agriculture du Maine.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #illustration