5 Septembre 2016

Ю́рий Алексе́евич Гага́рин

"Dieu n'existe pas, je ne l'ai pas rencontré".

Caricature de Youri Gagarine (Malo Kerfriden).

Dans KGB - Tome 2 - "Le sorcier de Gaïkonour" (Kerfriden et Ma,gin, Quadrant) Malo Kerfriden caricature Youri Gagarine et lui fait jouer son propre rôle de cosmonaute soviétique.
(L'image est tirée de la page 31, case 6).

Youri Gagarine dans son vaisseau Vostok 1 Youri Gagarine selon Malo Kerfriden.
Youri Gagarine dans son vaisseau Vostok 1
et
Dessin de Malo Kerfriden dans le supplément de la BD en fin d'album.

 

Youri Alexeïevitch Gagarine (1934-1968). Fils d'un charpentier et d'une paysanne, il devient technicien fondeur après ses études. Il découvre le pilotage en amateur dans un aéro-club à 18 ans puis entre à l'école d'aviation militaire d'Orenbourg. Il est promu pilote de chasse à partir de 1957. Trois ans plus tard il fait partie des 20 pilotes sélectionnés pour participer au programme spatial soviétique.

C'est l'époque de la course à l'espace entre américains et soviétiques. Gagarine passe avec succès les différentes sélections qualificatives en vue du premier vol habité. Il se retrouve dans le groupe final qui comprend trois pilotes. Le choix définitif se porte sur lui, en raison de ses compétences et de ses origines ouvrières, un atout supplémentaire pour la propagande soviétique.

Le 12 avril 1961 Gagarine entre dans l'Histoire en devenant le premier homme à voyager dans l'espace. Décollant du cosmodrome de Baïkonour, un centre spatial créé en 1955 pour tester des missiles balistiques, il effectue en moins de 2 heures une orbite terrestre à bord de la capsule Vostok 1, à une moyenne de 250 kilomètres d'altitude avant de revenir sur Terre.

Ce vol a une portée immense. Gagarine fait le tour du monde, accueilli partout en héros. Vexés, les américains annoncent le 25 mai 1961, par la voix de leur président, John F. Kennedy, la naissance du programme Apollo, qui doit emmener un homme sur la Lune avant la fin de la décennie. Dans son pays Gagarine a droit à de nombreuses distinctions: promu major, il reçoit le titre de Héros de l'Union Soviétique et devient membre d'honneur de l'Académie internationale d'astronautique. On lui confie le poste de directeur de la Cité des Etoiles, le centre d'entraînement des cosmonautes russes.

Le 27 mars 1968 Gagarine meurt au cours d'une mission aérienne: son avion de chasse s'écrase dans des conditions qui restent encore pour beaucoup mystérieuses.

Coluche: "L'homme qui a eu le moins de chance dans sa vie, c'est Youri Gagarine: il est parti d'URSS, il a fait dix-sept fois le tour de la terre ... et il est retombé en URSS".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #exploration

31 Août 2016

Nancy sous terre ?

Frédéric Beigbeder: "Ce qui serait bien, à présent, pour l'évolution de l'histoire du cinéma, ce serait de tourner un film porno où les acteurs feraient l'amour en se disant «Je t'aime» au lieu de «Tu la sens, hein, chiennasse». Il paraît que cela arrive dans la vie.".

Photographie de Nancy Suiter prise par Art Mancini pour le magazine Club International (1978).
Photographie de Suiter prise par Mancini pour Club International (1978).

Nancy Suiter selon Elvifrance.
Super-Terrifiant - Tome 18 d'Elvifrance (Couverture).

Dans le fumetti Super-Terrifiant - Tome 18 - "Le château hanté" (Elvifrance), l'illustrateur de la couv' plagie une photographie de Nancy Suiter alias Leyla prise par Art Mancini pour le numéro novembre 1978 du magazine Club International, sur la couverture de sa BD. Ici, Nancy est remplacée par Ophélie.

Si tu connais les auteurs de cette BD (Scénariste, dessinateur et illustrateur de couverture), je suis preneur pour compléter l'article. :-)

 

Pour avoir plus de détails sur le magazine masculin pour adulte Club International, et revoir d'autres playmates, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10. ;-)

Ce Club International est le volume 7 numéro 10 paru en novembre 1978. Il met en avant Nancy Suiter d'abord sur sa Une shootée par Barry Vincent, puis à intérieur dans une série de clichés pris par Art Mancini intitulée: Leyla, le pseudo de Nancy pour cette séance photo. Parmi les autres donzelles de cette revue, on trouve aussi: Billie, Beverly, et Suzie sous l'objectif de Rupert Daines, Mandy photographiée par Fanny, et Kate shootée par Adam Cole.

 

Nancy Suiter (196?-????) est/était une actrice porno américaine. Elle commence sa carrière en posant pour des revues érotiques sous différents pseudonymes à la fin des années 70. La jolie blonde devient ensuite très vite un phénomène de l'industrie du cinéma porno en quatre ans et peu de films entre 1979 et 1983 avec les films: Taxi girls où elle est présentée comme le sosie de l'actrice Cherryl Ladd de la série TV Drôles de dames, 800 Fantasy Lane créditée au générique sous le nom de Candy Summer, The ecstasy girls, et The beauty pageant. Puis elle disparait laissant dernière elle toute une pléiade de rumeurs comme... Elle aurait épousé un multimillionnaire qui l'aurait fait quitter la pornographie. Elle aurait été assassinée par un petit ami jaloux / par un amant / par son souteneur. Elle serait morte d'une overdose après avoir eu de mauvaises fréquentations et être tombé dans la prostitution. Elle se serait reconvertie dans le trafic de narcotique... Bref on ne sait pas qui elle était avant d'arriver dans le porno, ni ce qu'elle est devenue après.

Michel Galabru: "J'ai bien connu une actrice de film porno qui était prédestinée: elle était née sous X".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

28 Août 2016

The Body

"Plus je m'aime, moins je veux faire semblant d'être une autre personne".

Photographie de tournage du film Perfect de James Bridges (2002).
Photographie de Curtis sur le tournage de Perfect de Bridges (2002).

Jamie Lee Curtis selon Stéphane Roux.
Uncanny X-Men #512 de Paquette et Fraction (Couverture bis de Roux).

Dans le comics book Uncanny X-Men #512 - "The origins of the species" (Paquette et Fraction, Marvel) l'illustrateur de la couv', Stéphane Roux, Pastiche un cliché du tournage du film Perfect de James Bridges, sur la couverture de sa BD. Jamie Lee Curtis alias Jessie Wilson est remplacée par Anna Marie alias Rogue (Malicia en VF).

 

Pitch du film:

Un journaliste (John Travolta) du magazine Rolling Stone spécialisé dans les enquêtes spectaculaires est sur deux coups: l'interview d'un trafiquant de drogue qui peut compromettre quelque importante personnalité et une enquête sur les clubs de la forme. En attendant son rendez-vous avec le truand, il visite le club le plus coté de la ville et rencontre la parfaite Jessie Wilson (Jamie Lee Curtis), professeur de body-building.

Perfect réalisé par James Bridges est sorti dans les salles obscures en 1985. Le film est un échec total tant auprès du public que des critiques. John Travolta est nommé au Razzie Awards pire acteur, Marilu Henner, pire second rôle féminin et enfin pire scénario.

Le seul intérêt du film, il faut bien l'avouer, c'est de contempler Jamie Lee Curtis transpirer et se donner cœur et âme dans ses scènes de coach en aérobic. Oo'

Jann Wenner qui joue le supérieur de John Travolta dans le film est en réalité le rédacteur en chef du magazine Rolling Stone. Le scénario de Perfect est adapté d'un roman d'Aaron Latham dont l'histoire est parue en plusieurs épisodes dans les colonnes de Rolling Stone. Un précédent livre du romancier avait déjà inspiré James Bridges qui réalisa en 1980 Urban Cowboy avec John Travolta dans le rôle principal.

 

Jamie Lee Curtis (1958) est une actrice américaine. Fille de Tony Curtis et de Janet Leigh, elle débute à 17 ans dans un épisode de Columbo, puis dans la série Operation Petticoat, où le réalisateur John Carpenter remarque son physique androgyne et décide de lui offrir le rôle de l'étudiante Laurie Strode, traquée par son demi-frère Michael Myers dans Halloween, La Nuit des masques. Le succès du film encourage l'actrice débutante à diriger sa carrière vers des films d'horreurs: Fog, Le bal de l'horreur, Le monstre du train, ce qui lui vaut bientôt d'être surnommée nouvelle -Scream queen- du cinéma de genre. Mais effrayée à l'idée de ne plus jamais pouvoir se débarrasser de cette étiquette, elle refuse après le tournage d'Halloween 2 en 1981 toutes les propositions de films d'épouvante qu'elle reçoit.

Jamie décide de casser radicalement son image en s'essayant aux drames avec Perfect en 1985, et Nicky et Gino en 1988, mais c'est surtout dans le registre de la comédie qu'elle démontre ses talents d'actrice, notamment grâce à Un fauteuil pour deux en 1983 et Un poisson nommé Wanda en 1988. L'actrice s'essaye ensuite dans des rôles physiques sous la direction de Kathryn Bigelow dans Blue Steel en 1990 ou pour le film d'action Virus en 1999, mais sa prestation la plus célèbre dans ce registre date de 1994 grâce à True Lies, dans le rôle d'une femme ordinaire cherchant à pimenter sa vie. La scène où elle effectue un strip-tease en face d'Arnold Schwarzenegger, dévoilant son corps sculptural, ne fera que confirmer son surnom de -The Body- auquel elle est associée depuis la fin des années 80.

C'est d'après son idée que naît le projet Halloween, 20 ans après en 1998, dans lequel elle interprète pour la troisième fois Laurie Strode, devenue adulte et mère de famille, affrontant de nouveau son dangereux et increvable demi-frère. Puis en 2002, cette actrice, qui avoue détester les films d'horreur, accepte une nouvelle fois de reprendre le rôle qui l'a rendu célèbre dans le huitième épisode de la saga Halloween, Halloween résurrection. L'année suivante, elle donne la réplique à Lindsay Lohan dans le culte Freaky Friday - Dans la peau de ma mère, avant d'enchaîner films familiaux et autres comédies.

Les opportunités se faisant plus rares au cinéma, l'actrice se tourne vers le petit écran à partir de 2012. Psychologue dans la saison 9 de NCIS: Enquêtes Spéciales, puis mère de Jess dans la saison 3 de New girl, elle rejoint, en 2015, le casting de Scream Queens, série comico-horrifique de Ryan Murphy qui rend hommage aux slashers des années 80.

Jamie Lee Curtis: "Ce que je recommande à tout le monde : abaissez-vous et regardez le monde de la façon qu'un enfant le voit".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv , #glamour

25 Août 2016

Douche froide

Antoine Chuquet: "Economisez l'eau, prenez votre douche avec un ami".

Photographie de Mariwin Roberts prise par Malinowski pour le magazine Penthouse (1978).
Photographie de Roberts par Malinowski pour Penthouse (1978).

Mariwin Roberts selon Roberto Molino.
Les drôlesses - Tome 5 de Dino et Pizzardi (Couverture de Molino).

Dans le fumetti Les drôlesses - Tome 5 - "Palo Alto" (Dino et Pizzardi, Elvifrance) l'illustrateur de la couv', Roberto Molino, plagie une photographie de Mariwin Roberts prise par Malinowski pour le numéro d'avril du magazine Penthouse sur la couverture de sa BD. Ici, la drôlesse remplace Mariwin.

 

Pour avoir plus de détails sur ce mensuel masculin pour adulte et en revoir d'autres Pets, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9. ;-)

Dans ce numéro paru en avril 1978, c'est Jane Hargrave shootée par Bob Guccione qui est en Une du mag'. A l'intérieur, sous l'objectif de Malinowski, c'est Mariwin Roberts qui est la Penthouse Pet's of the month du mois. Dans une série de clichés intitulés: Sky Queen, on la voit tour à tour: faire du deltaplane, se prélasser sur la plage, prendre une douche, et se tripoter sur son canapé.

Et au beau milieu de toute une pléiade d'autres Pets, on peut lire différents articles dont The first hundred lies of Jimmy Carter de Craig S. Karpel, ou la dernière histoire de James Jones: Stateside.

Denis Langlois: "Un jour, en prenant sa douche, Dieu découvrit qu'il avait un nombril et commença à se poser la question de son origine".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

22 Août 2016

Fenn-Tastic Woman

"Ce n'est pas réaliste de penser que quelque chose de magique va arriver, mais je pense que je cherche la magie".

Photographie de Sherilyn Fenn prise par Barry Hollywood pour le magazine Playboy (1990).
Photographie de Fenn prise par Hollywood pour Playboy (1990).

Sherilyn Fenn selon Jeff Johnson.
Wonder Man #2 de Johnson et Jones (Couverture).

Dans le comics book Wonder Man #2 - "Screen goddess" (Johnson et Jones, Marvel) Jeff Johnson pastiche une photographie de Sherilyn Fenn prise par Barry Hollywood pour le numéro de décembre 1990 du magazine Playboy. Ici, Sherilyn est remplacée par Julia Cornwall Carpenter alias Spider-Woman.

Wonder Man #2 - Crayonné de Jeff Johnson. Wonder Man #2 - Encrage de Terry Austin.
Travail sur la couverture de Wonder Man #2 - Crayonné de Johnson et encrage de Austin.

Entre le crayonné de Jeff Johnson et l'encrage de Terry Austin, la caricature de Sherilyn Fenn a perdu de sa ressemblance au niveau du visage et de la coupe de cheveux, et son buste a été rhabillé. En plus le nounours a été remplacé par d'autres jouets mais ça on s'en fout ! ^^

 

Pour avoir plus d'informations sur le mensuel masculin aux longues oreilles et voir d'autres parodie de playmates, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28. ;-)

Le Playboy qui nous réunit aujourd'hui est paru en décembre 1990. Ce numéro met à l'honneur l'actrice Sherilyn Fenn que l'on retrouve en couverture et l'intérieur du mag' shootée en noir et blanc et en couleur par Barry Hollywood dans l'article intitulé: Fenn-Tastic ! Met twin peaks' mysterious siren Sherilyn Fenn. La Playmate of the month de ce mois de décembre est Morgan Fox photographiée par Stephen Wayda. On peut aussi une longue interview de Jay Leno.

 

Sherilyn Fenn (1965) est une actrice américaine. A 17 ans elle débute des études pour devenir actrice. Elle fait ses premières apparitions cinématographiques dans Out of control, Phantom, ... mais aussi à la télévision dans les séries Cheers et 21 Jump Street. Elle trouve dans A fleur de peau en 1988 son premier rôle marquant et dénudé, mais le film reste malgré tout très moyen, puis elle enchaine dans des rôles plus mineur dans: Crime zone, True blood, Meridian: le baiser de la bête...

Mais c'est en 1990 avec le rôle de la sensuelle et intrépide Audrey Horne, la femme fatale de la série culte Mystères à Twin Peaks créé par David Lynch qui lui offre la célébrité et qui lui vaut une nomination aux Emmy Awards ainsi qu'aux Golden Globes. Le personnage d'Audrey fut l'un des plus marquants du show, notamment pour une scène dans laquelle elle réussit à faire un nœud avec une queue de cerise dans sa bouche ainsi qu'une scène où elle se met à danser seule sur la musique d'Angelo Badalamenti. En parallèle, Lynch fait aussi appel à elle pour une courte mais epique scène dans Sailor et Lula.

Après Twin Peaks et une série de photos pour le numéro de Playboy de décembre 1990, Sherilyn devient l'un des nouveaux sex symbols du moment, elle est notamment choisie en 1991 par le magazine People comme l'une des 50 plus belles personnes du monde, et peut s'extirper des rôles de série B qui lui étaient proposés jusque-là. Les années 90 sont son heure de gloire et elle enchaîne ses meilleurs films qui malheureusement seront tous de relatifs échecs: Hitman, le tueur avec Sharon Stone, Ruby avec David Duchovny, Des souris et des hommes avec John Malkovich, Boxing Helena avec Bill Paxton, 3 de cœur avec William Baldwin... mais malgré de bonnes interprétations, elle n'arrive pas à sortir du lot.

En 2003, elle Mme Calderon dans The United States of leland de Matthew Ryan Hoge avec Ryan Gosling et Kevin Spacey. Mais le cinéma se fait de plus en plus rare et elle revient vers la petite lucarne qui a fait son succès en apparaissant dans les séries suivantes avec des rôles plus ou moins récurrents: Rude Awakening, Friends, Love therapy, Les nuits de l'étrange, Boston public, Dawson, New York, unité spéciale, NCIS: Enquêtes spéciales, Les 4400, Dr House, Ray Donovan...

PS: 2017 devrait voir revenir Twin Peaks pour une saison 3 plus de 25 ans après le dernier épisode de la saison 2. Sherilyn Fenn a resigné et après moult rebondissements et négociations David Lynch devrait bien être aux manettes. Miam !! :-)

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #glamour

19 Août 2016

Bimbo 007

Albert Brie: "L'homme de l'année, la femme de l'année, la célébrité de l'année, ces immortels de l'éphémère".

Peter Voss, der Held des Tages de Georg Marischka (1959).
Peter Voss, der held des tages de Marischka (1959).

Linda Christian selon Elvifrance.
Super-terrifiant - Tome 61 de Montanari et Pierre (Couverture).

Dans le fumetti Super-terrifiant - Tome 61 - "Préjudice sanglant" (Montanari et Pierre, Elvifrance) l'illustrateur de la couv', pastiche l'affiche italienne du film allemand, Peter Voss, der held des tages, de Georg Marischka sur la couverture de sa BD. Ici, la prisonnière prend la place de l'actrice Linda Christian dans le rôle de Grace McNaughty.

En Italie le film porte le titre suivant: I trafficanti di Singapore. En version anglaise, il s'appelle: Peter Voss, hero of the Day. Et il n'a pas du sortir en France car je n'ai trouvé aucune VF.

 

Pitch du film:

Pourtant à la retraite, Peter Voss (O.W. Fischer) reprend du service pour une nouvelle une mission, afin d'aider un vieil ami. Il doit récupérer huit figurines Ming inestimables volé à Mary de la Roche (Helga Sommerfeld). Cette enquête rocambolesque l'entraine aux quatre coins du monde: Nice, Marrakech, Las Palmas, Singapour, Bangkok, Delhi, Jaipur et Las Vegas. Pour affronter ces redoutables gangsters, il fait équipe avec Grace McNaughty (Linda Christian) et son ancien rival, le détective privé Bobby Dodd (Walter Giller).

Peter Voss, der held des tages réalisé par Georg Marischka sort sans les salles en 1959. C'est le second opus des aventures de l'écrivain baroudeur, Peter Voss. Le premier film réalisé par Wolfgang Becker paru un an plutôt, qui s'intitule Peter Voss, der Millionendieb, est l'adaptation du roman éponyme d'Ewald Gerhard Seeliger.

 

Linda Christian. Linda Christian (1923-2011) était une actrice Mexicaine. Née à Tampica d'un père néerlandais, travaillant dans le secteur pétrolier, et d'une mère germano-mexicaine, elle passe son enfance à voyager à travers le monde avec ses parents, acquérant la maîtrise de sept langues.

C'est un peu par hasard que Linda se voit ouvrir les portes d'Hollywood. Repérée par Errol Flynn, elle est embauchée par la MGM, mais ne parviendra jamais à véritablement percer dans le milieu. Elle est pourtant en 1954 la première James Bond Girl dans une adaptation pour la télévision de Casino Royale (Ursula Andress dans James Bond contre Dr No n'apparaitra qu'en 1962) et joue aussi dans le dernier Tarzan avec Johnny Weissmuller, Tarzan et les sirènes en 1948. Avec son physique plus qu'avantageux, elle pose en 1949 pour Vogue et le magazine Life la surnomme -La bombe anatomique-. Mais ça ne suffit pas pour être une grande carrière...

C'est en revanche dans les pages people des journaux que Linda Christian laisse une trace. Elle épouse en 1949 l'acteur Tyrone Power, une énorme vedette à l'époque, et un mariage qui l'est tout autant. Des milliers de personnes assistent à la cérémonie à Rome à l'église Santa Francesca Romana, à deux pas du Colisée. Les époux sont même reçus par le pape Pie XII. Ils auront ensemble deux enfants, Taryn et Romina, cette dernière connaissant dans les années 70 et 80 un gros succès dans la chanson, en duo avec son mari. Al Bano et Romina Power sont notamment les interprètes de Felicità.

Mais la vie de famille n'est pas pour Linda qui devient la reine des nuits italiennes, la fameuse -dolce vita-. Elle s'affiche aux bras de nombreux amants puis épouse un autre acteur, Edmund Purdom, un mariage qui ne dure même pas un an. A 40 ans, Chritian est déjà has been, elle sort ses mémoires et tombe dans l'oubli. Elle décède à 87 ans d'un cancer dans sa maison de Palm Springs en 2011.

Serge Uzzan: "A l'instar d'un sprint la célébrité peut se gagner en quelques secondes; la réputation en revanche est un marathon qui exige de prendre le temps comme allié".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #cinema-serie-tv , #glamour

16 Août 2016

Clin d'œil

Jean-Edern Hallier: "La plus sûre manière de paralyser l'individu est de lui faire croire qu'il peut embrasser l'univers d'un clin d'œil".

Illustration de Billy De Voss pour la couverture du magazine Wink (1945).
Illustration de De Vorss pour la couverture de Wink (1945).

Wink selon Philippe Berthet.
Carte postale de Berthet pour sa série Pin-up.

Sur cette carte postale tirée de la série Pin-up (Berthet et Yann, Dargaud) Philippe Berthet pastiche le dessin de Billy De Vorss de la couverture du numéro d'été du magazine pour adulte Wink paru en 1944.

Cette carte postale est tirée d'une collection de six éditée à 2000 exemplaire par Granit Associés à l'occasion de la sortie du tome 6 la série.

 

Wink est un magazine américain pour adulte créé par Robert Harrison en 1944. Cette revue de pinups contenant des dessins, des photographies, des stips BD, et des romans photo, a fait fantasmer son lectorat masculin jusqu'en 1955. Comme les autres publications de Harrison sorties à la même époque et toutes clôturées en 1955: Beauty Parade, Eyeful, Titter, Whisper, et Flirt; Wink a connu ses heures de gloire juste après la seconde guerre mondiale.

Ses recettes déclinent à partir de 1952 avec la concurrence d'autres revues de pinups rivales, et l'arrivée un an plus tard du magazine Playboy, pour lequel Robert Harrison a une aversion sans nom ne supportant pas cette nudité réelle et totale. Car oui, chez Harrison, les dessins de pinups restent bon enfant (quoique pour l'époque) et les photographies bien que souvent un poil sadomasochiste et fétichisme, les girls sont un minimum couverte, rien n'est révélé, tout est suggéré.

Durant ces dix années, ces publications newyorkaises ont vu défiler grand un nombre de models restés célèbres comme: Bettie Page, Lili Christine, Evelyn West... et de grands dessinateurs comme: Peter Driben, Earl Moran... et Billy De Vorss qui nous réunis aujourd'hui.

 

Billy De Vorss (1908-1985) était un dessinateur américain. Caissier dans une banque mais aussi dessinateur amateur autodidacte de talent, il est vite encouragé à vivre de son talent artistique par sa ravissante femme, Glenna, qui devient son premier modèle officiel.

Il publie ses trois premières pinups en 1933 pour le calendrier la Louis F Dow Compagny de St Paul. Toujours dans les années trente s'en suivent de nombreuses autres commandes pour des calendriers: Brown & Bigelow, Joseph C. Hoover ... et toujours la Louis F Dow Compagny .

Dans les années 40 et 50, il publie énormément de couvertures de pinups pour les magazines dont celles des publications de Robert Harrison comme Wink. En 1949, il dessine toute la campagne de publicité des robes Botany Woollen.

Son travail est reconnu pour son incroyable variété de couleurs pastel, ces lignes gracieuses et fluides, et pour son sens aigu de la composition dut à sa volonté de toujours vouloir travailler à partir de modèle vivant.

Jane Austen: "L'imagination des femmes court vite et saute en un clin d'œil de l'admiration à l'amour et de l'amour au mariage".
PS: Pour les anglophobes comme moi: Wink = Clin d'œil.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #illustration , #glamour

13 Août 2016

Zara vit goth

Théophile Gautier: "Rentre ! C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille".

Photographie de Stephanie prise par Clive McLean pour le magazine Men Only (1975).
Photographie de Stephanie par McLean pour Men Only (1975).

Stephanie selon Alessandro Biffignandi.
Zara la vampire - Tome 68 de Balzano et Pederiali (Couverture de Biffignandi).

Dans le fumetti Zara la vampire - Tome 68 - "Le bal des vampires" (Balzano et Pederiali, Elvifrance), Alessandro Biffignandi, l'illustrateur de la couv', pastiche une photographie du magazine Men Only volume 40 numéro 4, paru en avril 1975, sur la couverture de sa BD. Le modèle qui pose sur ce cliché est Stephanie, et le photographe est Clive McLean. Ici, Stephanie est remplacée par Zara Bapst, la vampire.

 

Pour avoir plus d'informations sur ce numéro spécifique de Men Only, va faire un tour »ici« et »là« où j'ai déjà traité le sujet. Et si tu veux revoir d'autres donzelles de ce mensuel masculin pour adulte, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2. ;-)

Richard Burton Matheson: "Encore une question sans réponse, à ajouter à celle qui lui était venue la nuit précédente : comment un vampire musulman aurait-il réagit à la vue d'une croix ?".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

10 Août 2016

Je peux pas j'ai piscine !

Maria Pacôme: "Je ne suis pas photogénique. Dans une piscine, quand j'ai la tête mouillée, j'ai l'air d'un rat saucé dans l'huile".

Photographie de Jamie et une de ses acolytes prise par J. Stephen Hicks pour le site web www.DDGirls.com (2005).
Photographie d'Adams et une de ses acolytes par Hicks pour www.DDGirls.com (2005).

DDGrils.com selon Higashiyama Shou.
Prism #1 de Higashiyama (Chapitre 5, page 140, case 3).

Dans le manga Prism #1 - Chapitre 5 (Higashiyama, Houbunsha) Higashiyama Shou plagie une photographie du site web pour adultes www.ddgirls.com prise J. Stephen Hicks en 2005.Ici, Jamie Adams (aussi connu sous le nom de Adrienne D.) et sa comparse sont remplacées par Megumi dit Megu et Hikaru.

Ce manga a été abandonné au milieu du deuxième tome car l'auteur a eu des problèmes avec la justice pour plagiat et violation de Copyright sur des photos prises sur la toile dont il n'avait pas l'accord des ayants droit. J'en ai encore quelques unes à te montrer dans de futures articles. ;-)

 

www.DDgirls.com est un site web pour adultes créé par le photographe, J. Stephen Hicks, au début des années 2000. A l'origine DDGirls était l'acronyme Digital Dream Girls mais depuis quelques années ça a changé pour Digital Desire, et l'url du site s'est elle aussi transformée en www.digitaldesire.com.

Bien que Hicks se défend de ne pas être un producteur de pornographie en argumentant, à raison, que la qualité de son travail met l'accent sur "[...] le choix des modèles [...], la lumière souvent saturée, parfois très colorée, [...] et la géométrie des compositions, qui révèle et accentue les formes de ses modèles [...]", ok certains clichés comme celui d'aujourd'hui peuvent être classé comme érotique, mais beaucoup d'autres sont pornographiques, jolis et de qualité mais pornographique !

La photographie d'aujourd'hui est tiré d'une série de clichés pris Hicks montrant d'abord Jamie Adams se déshabiller dans une piscine, puis se faire rejoindre par une compagne de jeux, où elles s'enlacent langoureusement pour un baiser sous-marin, avant de s'adonner à toutes sortes de cascades lesbiennes subaquatiques à faire pâlir un poisson rouge et à rendre martin un requin ! Haha ! ^^

Fanny Ardant: "En amour, il y a un temps pour plonger, mais il faut attendre que la piscine se remplisse si l'on ne veut pas plonger dans un bain de pieds".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #manga , #photographie , #glamour

7 Août 2016

Clim au max !

Woody Allen: "Nous vivons une société beaucoup trop permissive. Jamais encore la pornographie ne s'était étalée avec une telle impudeur. Et en plus, les films sont flous !".

Photographie de Janet et Jeff par Jens Theander pour le magazine Blue Climax (1976).
Photographie de Janet et Jeff par Theander pour Blue Climax (1976).

Janet de Blue Climax selon Elvifrance.
Hors-Série Bleu - Tome 14 d'Elvifrance (Couverture).

Dans le fumetti Hors-Série Bleu - Tome 14 - "Le mystère de la dame en noir" (Elvifrance), l'illustrateur de la couverture plagie une photographie des de Janet (et Jeff) prise par Jens Theander pour numéro 5 du magazine pornographie Blue Climax paru en novembre 1976. Ici, Janet est remplacée la dame en noir terrorisée par Wallestein.

(Si tu connais les auteurs de cette BD: Scénariste(s), dessinateur(s) et Illustrateur de couverture, je suis preneur).

Une fois n'est pas coutume, même si cette solution de censure ne me convient pas vraiment, j'ai flouté les photos, que j'ai jugées trop hardcore pour kiCswiLA?.

 

Color Climax Corporation (CCC) est une société de production pornographique danoise fondée en 1967. Elle a été, jusque dans les années 90, l'un des principaux producteurs de porno européen. CCC a d'abord publié des revues, puis dans les années 70 a commencé à produire des vidéos en 8mm puis en VHS.

CCC a été un pionnier dans la pornographie juvénile commerciale, oui oui -juvénile-, perso j'appelle ça de la pédophilie, mais apparemment dans les années 70 à Copenhague filmer des gosses de 7ans se faisant tripoter par des adultes c'était légal ! Putain c'est quand même bien flippant !! OO

Leurs éventails de choix étant pour le moins très éclectique, Ben oui quand on utilise des enfants et des animaux, après les clichés d'adultes hétéro, homo, lesbo, et transgenre, ça passe comme une lettre à la Poste !, leurs éditions papier se divisaient en plusieurs titres avec chacun sa spécialité, dont Blue Climax qui proposait des clichés hardcore restant relativement soft. Au milieu des années 90, les titres ont été revendus à Silwa, une société allemande.

Aujourd'hui Color Climax continue de vivre mais uniquement sur la toile avec son site: www.colorclimax.com, mais durant ses années de gloire sur papier et VHS, CCC a vu passer une belle brochette de star du X: Julia Channel, Lolo Ferrari, John Holmes, Silvia Saint, Tabatha Cash, Rocco Siffredi ... et Clyda Rosen en couverture du numéro qui nous réunit aujourd'hui.

Umar Timol: "L'homme est un pornographe qui a inventé l'érotisme pour mieux séduire les femmes".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour