19 Novembre 2015

Vénus Prince

Jean Nohain: "Mars, Vénus, Saturne, ce qui m'étonne ce n'est pas qu'on ait découvert tous ces astres lointains, c'est qu'on connaisse leur nom".

Vénus de Willendorf.
Vénus de Willendorf conservée au Musée d'histoire naturelle de Vienne (~23000 avant JC).

Vénus de Willendorf selon Rick Parker.
Wonder Woman #19 de Sudzuka, Akins, et Azzarello (Couverture bis de Parker).

Dans le comics book Wonder Woman #19 - "Under Seas" (Sudzuka, Akins, et Azzarello, DC Comics) l'illustrateur de la couv', Rick Parker, parodie La Vénus de Willendorf sur une des couvertures alternatives de la BD. Ici la Vénus est remplacée par Diana Prince alias Wonder Woman, la princesse des Amazones.

 

La Vénus de Willendorf est en calcaire oolithique et mesure 11 cm de hauteur. Cette statuette représente une femme nue debout, présentant une forte obésité, les bras posés sur sa poitrine. La tête, finement gravée, est penchée en avant et semble être entièrement recouverte par des tresses enroulées. Des restes de pigments laissent supposer qu'originellement la statuette était peinte en rouge. Les détails et la perfection de ces derniers lui ont apporté une renommée mondiale.

Elle est découverte en 1908 sur le site d'une ancienne briqueterie à Willendorf dans région de la Wachau, un petit village de Basse-Autriche. La stratigraphie reconnue lors des fouilles effectuées sur le site a permis d'attribuer la statuette au Gravettien et de lui attribuer un âge relatif d'environ 23 000 ans avant l'ère chrétienne.

Dès sa découverte, une dispute éclate entre les trois responsables des fouilles. A qui la découverte de la statuette devrait-elle être attribuée ? Szombathy résout la question en faisant mentionner les trois noms: Szombathy, Bayer, et Obermaier, sur l'étui dans lequel la Vénus de Willendorf est conservée. Mais Ferdinand Brun qui est pourtant à l'origine de la découverte du lieu des fouilles est écarté.

Cette statuette fait partie des Vénus paléolithiques, pratiquement toujours très corpulentes et stéatopyges. Ces traits, que l'on retrouve notamment chez la Vénus de Lespugue trouvé en Haute-Garonne réalisée en ivoire.

Au fil du temps, cette statuette a été interprétée de différente manière. On parle de Déesse mère, ou de Gardienne du feu, c'est-à-dire de gardienne de de la maison et du foyer, mais aussi de symbole de la fécondité féminine en rapport avec la grossesse et la maternité en soulignant les parties génitales féminines, ou encore de représentation de l'idéal féminin paléolithique... Aujourd'hui, la Vénus de Willendorf est devenue une icône et sert de logo pour les mouvements de revendication de la rondeur qui se sont développés depuis une trentaine d'années.

Walpurga Antl-Weiser (Responsable de la section Préhistoire du Musée d'histoire naturelle de Vienne): "C'est la première statuette dont les traits sont aussi détaillés, et c'est aussi la première statuette à avoir été découverte à l'époque sur un chantier archéologique".

Publié par Chelmi à 08:00am
Avec les catégories : #reference , #comics , #sculpture-bronze , #religion-mythologie

Commentaires