31 Mars 2010

L'album blanc...

...ou Double blanc.

The Beatles des Beatles.
The Beatles des Beatles (1968).

The Beatles selon Bruno Bazile.
Les Avatars - Tome 3 de Bazile et Veys (Couverture).

Dans Les Avatars - Tome 3 - "Thames Machine" (Bazile et Veys, Dargaud) Bruno Bazile parodie la pochette de l'album musical The Beatles des quatre garçons dans le vent sur la couverture de sa BD. Je t'accorde, ici, que -parodie- est un bien grand mot pour le travail effectué ! ^^

 

L'album est un nouveau tournant musical dans la carrière des Beatles. Le psychédélisme des derniers albums laisse place à un retour vers le rock'n'roll, des arrangements plus simples et des textes moins philosophiques. Les chansons sont écrites durant leur séjour à Rishikesh en Inde.

Paul McCartney aborde une large palette de genres, George Harrison affirme ses talents d'auteur-compositeur, Ringo Starr compose sa première chanson, tandis que John Lennon va de plus en plus loin dans l'introspection, et chante son amour pour Yoko Ono. La présence de cette dernière dans les studios est d'ailleurs un facteur de tensions dans le groupe.

Malgré de nombreuses difficultés, dues à une mésentente croissante durant sa réalisation, la formule de cet album double fonctionne, puisque le succès du disque est colossal. C'est la troisième meilleure vente d'album des Beatles, après Sgt. Pepper et Abbey Road.

Titres du double albums:

Face A
1. Back in the U.S.S.R.
2. Dear Prudence
3. Glass Onion
4. Ob-La-Di, Ob-La-Da
5. Wild Honey Pie
6. The Continuing Story of Bungalow Bill
7. While My Guitar Gently Weeps
8. Happiness Is a Warm Gun

Face B
9. Martha My Dear
10. I'm So Tired
11. Blackbird
12. Piggies
13. Rocky Raccoon
14. Don't Pass Me By
15. Why Don't We Do It in the Road?
16. I Will
17. Julia

Face C
18. Birthday
19. Yer Blues
20. Mother Nature's Son
21. Everybody's Got Something to Hide Except Me and My Monkey
22. Sexy Sadie
23. Helter Skelter
24. Long, Long, Long

Face D
25. Revolution 1
26. Honey Pie
27. Savoy Truffle
28. Cry Baby Cry
29. Revolution 9
30. Good Night

La pochette est entièrement blanche. Le titre est du même tonneau, simplement -The Beatles- embouti en relief sur le carton. Une légende affirme que la couverture de cet album est blanche car John Lennon voulait qu'il y soit placé une photo assez osée de lui et sa femme Yoko Ono; pour lui c'était soit cette photo, soit rien et ce fut rien. D'autres légendes coururent, comme souvent autour de ce qui concerne les Beatles, dont une variante de la précédente où c'est après une censure des autorités britanniques que l'idée d'une pochette blanche naquit. En réalité, au départ, ils pensaient faire un collage avec des photos des Beatles sur un fond blanc. Ce premier projet fut finalement inclus dans la pochette intérieure sous forme de poster.

PS: Chaque pochette de la série initiale est numérotée. Le 24 novembre 2008, un collectionneur de vinyles autrichien a acheté un exemplaire de l'album blanc sur eBay pour 24550€. Le vinyle était numéroté 005. Les numéros 001, 002, 003 et 004 sont les numéros des vinyles des Beatles eux-mêmes (un exemplaire chacun).

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #musique

28 Mars 2010

La petite Nancy Callahan

"Je refuse que l'on voit en moi une nouvelle pin-up prête à traverser l'écran en string !"

Caricature de Jessica Alba (Salvador Larroca).

Dans le comics book NéoUniversel #1 - "Mystère" (Larroca et Ellis, Marvel) Salvador Larroca décalque Jessica Alba et lui donne le rôle de Maddie, la petite amie de Kenneth Connell.
(L'image est tirée de la planche 4, case 2).

Cet article aurait très bien pu faire parti de la catégorie kesKIfouLA? sachant que cette case est une copie conforme d'un plan du film Sin City de Robert Rodriguez, et Frank Miller.

 

Jessica Alba (1981) est une actrice américaine. A douze ans, elle prend des cours de théâtre et décroche son premier rôle un an plus tard dans le film Camp Nowhere, une prestation qui ne nécessite que deux semaines de tournage. Mais le destin en décide autrement, à la suite du désistement d'une des actrices principales, le réalisateur fait appel à elle pour la remplacer.

Après ces débuts peu orthodoxes sous les feux des projecteurs, la carrière de Jessica se poursuit modestement avec quelques spots publicitaires et des séries télévisées: Les nouvelles aventures de Flipper le dauphin, et Beverly Hills. Au cinéma, elle trouve ses premiers rôles d'importance en 1999 dans les comédies P.U.N.K.S. et College attitude, aux côtés de Drew Barrymore.

Sa carrière ne décolle pas pour autant. La télévision est plus généreuse en lui offrant le rôle de Max dans la série de James Cameron Dark Angel. Elle ne dure que deux saisons mais désormais Jessica est connue par le public et par les réalisateurs qui, dès son contrat terminé, se jettent sur cette magnifique actrice. Elle incarne alors une star de hip-hop en devenir dans le pas terrible Honey en 2004, et fait tourner la tête de Bruce Willis en interprétant une sensuelle strip-teaseuse dans l'excellent Sin City. Sa plastique parfaite ne passe dès lors plus inaperçue et lui permet d'enfiler la combinaison moulante de La Femme Invisible dans Les Quatre Fantastiques en 2005, et d'évoluer dans les eaux profondes du film d'aventure Bleu d'enfer.

Après être redevenue invisible pour Les 4 Fantastiques et le Surfer d'Argent en 2006, Alba s'illustre au générique de la comédie Charlie, les filles lui disent merci. En 2008, elle noircit son cinéma avec le film fantastique The Eye, réalisé par les français David Moreau et Xavier Palud. Elle y incarne une jeune aveugle subissant une greffe des yeux et étant en proie à d'étranges visions. Plus tard dans l'année, elle retrouve un registre plus léger en recevant les drôles de cours d'un Love Gourou incarné par Mike Myers.

Prochainement, elle sera à l'affiche de plusieurs films de Robert Rodriguez : Machete, Sin City 2, et Insiders.

Jessica Alba: "Les journalistes ne s'attendent pas à ce que je fasse une phrase avec plusieurs verbes".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #comics , #cinema-serie-tv

25 Mars 2010

Sortez masqués !

Si tu croyais tomber sur un n-ième débat sur la burqa passe ton chemin ! ^^

Publicité Durex.
Affiche publicitaire Durex (1998).

Pub Durex selon David Mack.
Dessin de Mack.

Pour un crayonné sur le thème de Daredevil, David Mack transpose l'affiche publicitaire Durex de 1998 faisant la promotion des préservatifs de la marque. Ici les deux models sont remplacés par les personnages de l'univers Marvel, Matt Murdock alias Daredevil et Natacha Romanov alias -La veuve noire- (Pour le personnage féminin, j'avais d'abord pensé à Elektra que je trouve plus ressemblante mais vu l'inscription sur le dessin...).

 

Durex est une marque de préservatifs du groupe SSL international, société fondée en 1999 par la fusion de Seton Scholl Healthcare et de London International Group. Le label Durex provient d'un concept de marketing qui présente trois qualités principales qu'un préservatif doit présenter, c'est-à-dire: DUrability (=durabilité), Reliability (=fiabilité) et EXcellence (=excellence). Cette marque représente 26% du marché mondial des ventes de préservatifs, ce qui en fait le leader dans le monde. En France, elle est numéro un.

PS: J'imagine que ce dessin est une dédicace mais je ne peux pas l'affirmer. Si tu as plus d'information à ce sujet, je suis preneur. Idem si tu sais qui sont les models et le photographe de l'affiche publicitaire. ;-)

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #glamour , #publicité

22 Mars 2010

Le sculpteur de l'air

"Pour un ingénieur, bien signifie parfait. Pour un artiste, la perfection n'existe pas."

Caricature d'Alexander Calder (Laurent Verron).

Dans Odilon Verjus - Tome 2 - "Pigalle" (Verron et Yann, Le Lombard) Laurent Verron croque Alexander Calder, et lui fait jouer son propre rôle d'artiste sculpteur.
(L'image est tirée de la page 40, case 1).

Le Cirque Calder selon Laurent Verron.

Les auteurs font aussi un clin d'œil à son fameux cirque miniature.

 

Alexander Calder (1898-1976) était un sculpteur américain. Ingénieur de formation, il rentre à l'Art Students League de New York en 1923. Pendant ses études, il travaille comme illustrateur pour la National Police Gazette et réalise notamment les illustrations des spectacles de plusieurs cirques.

Fasciné par ce thème, il crée le Cirque Calder, un spectacle miniature dans lequel il orchestre des figures en fil de fer. Après une performance à Paris en 1926, il s'installe dans la capitale et commence à fréquenter des artistes de l'avant-garde artistique parisienne comme Robert Desnos, Marcel Duchamp ou Piet Mondrian, qui influencent largement ses futurs travaux.

A partir de 1930 il adopte un langage sculptural plus abstrait et rejoint le groupe Abstraction-Création. Il commence à créer des sculptures composées d'éléments mobiles, qui lancent sa carrière en 1932. Environ dix ans plus tard, une première rétrospective de son œuvre est organisée au Museum of Modern Art de New York suivie d'une exposition parisienne préfacée par Jean-Paul Sartre en 1946.

Dans les années 1950, il reçoit le Grand prix de la Biennale de Venise et réalise plusieurs œuvres monumentales : 125 pour l'aéroport JFK en 1957, La Spirale pour le siège de l'UNESCO à Paris en 1958, ou encore El Sol Rojo pour les Jeux olympiques de Mexico.

Internationalement reconnu pour ses sculptures, Alexander Calder est également connu pour son travail graphique, notamment ses gouaches sur papier.

Alexander Calder: "Toute ma théorie sur l'art est la disparité qui existe entre les formes, les masses et le mouvement".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #sculpture-bronze

19 Mars 2010

Si sel il y a, Annie gallère

Je sais, c'est du grand n'importe quoi !

La dame à l'hermine de Léonard de Vinci.
La dame à l'hermine de De Vinci exposée au musée Czartoryski de Cracovie.

La dame à l'hermine selon Joann Sfar.
L'ancien temps - Tome 1 de Sfar (Page 61, case 2).

Dans L'ancien temps - Tome 1- "Le roi n'embrasse pas" (Sfar, Gallimard) Joann Sfar rend hommage au tableau de Léonard de Vinci, La dame à l'hermine, dans une case de sa BD. Ici Cecilia Gallerani est remplacée par la reine.

 

La Dame à l'hermine peint par Léonard de Vinci (1452-1519) entre 1488 et 1490, présente Cecilia Gallerani, la favorite du Ludovico Sforza, Duc de Milan, et protecteur de De Vinci, avec une hermine dans les mains. Ce portrait dépasse de loin, par le dynamisme de sa représentation, les conventions en vigueur à Milan: la pose de trois-quarts, le visage tourné vers le spectateur, la grâce du geste de la main, la définition des formes par la lumière, et le sens du mouvement interrompu.

Sa tête est enveloppée d'un précieux voile transparent. Léonard a mis un soin tout particulier rendre le collier de perles, ainsi que ses reflets noirs sur la chair rose du modèle. Le décalage entre la richesse des vêtements, le geste ferme et le visage encore juvénile ajoutent au charme du tableau. La coiffure de la jeune femme souligne la perfection de son visage et la profondeur de son regard.

L'hermine est le symbole de la pureté et de la vertu, mais elle fait aussi allusion à Sforza, sachant que cet animal est son emblème et que le Duc est décoré de l'ordre de l'hermine par Ferdinand II, le roi de Naples.

Léonard de Vinci: "L'hermine […] se laisse capturer par les chasseurs plutôt que de se réfugier dans un terrier plein de boue, pour ne pas entacher sa pureté".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

16 Mars 2010

L'espion intérimaire

♫♪♫♫♪♫♪♪♪

Caricature de George Lazenby (Simon Léturgie).

Dans Spoon & White - Tome 4 - "Spoonfinger" (Léturgie Père et fils, Isard, et Yann, Vents d'Ouest) Simon Léturgie (le fils) caricature George Lazenby et lui donne le rôle d'un espion du MI5.
(L'image est tirée de la page 6, case 9).

Tout l'album est un hommage à la saga des James Bond. Tous les Bond sauf Daniel Craig (Trop récent) y sont croqués. Le titre de l'album Spoonfinger fait référence à Goldfinger de Guy Hamilton avec Sean Connery.

 

George Lazenby (1939) est un acteur australien. D'abord vendeur de voitures, il se tourne ensuite vers le mannequinat, avant de se décider pour une carrière sur grand écran. Après un premier petit rôle en 1966, il incarne James Bond trois ans plus tard dans Au service secret de Sa Majesté, succédant ainsi à Sean Connery.

Mais son agent lui conseille d'arrêter, arguant que la série de l'espion anglais s'essoufflerait vite (Quel visionnaire ! ^^). Sean Connery reprend alors son rôle dès l'épisode suivant: Les Diamants sont éternels.

Ce mauvais choix est sans doute l'une des raisons de la carrière discrète de l'acteur australien. Il obtient un petit rôle dans Jack le magnifique. Il fait ensuite de nombreuses apparitions dans la série des Emmanuelle, et dans une vingtaine d'autres films, sans toutefois n'être jamais véritablement reconnu par le public ou la profession.

Plus récemment, à la fin des années 90, Il décroche un rôle récurrent dans la série TV Le caméléon où il joue le Major Charles, le père de Jarod. Je n 'ai jamais réellement suivi cette série, mais chez moi et mon entourage, elle a fait naître quelques expresssions de tous les jours: "Tu te prends pour Jarod ou quoi !", "Eh oh, j'suis pas Jarod hein !", "Jaaarrrroooooood !" ... et plein d'autres variantes. Si tu en as l'utilité, je te laisse te servir ! ^^

PS: Dans Au service secret de Sa Majesté, lorsque Tracy échappe à James à l'issue du pré-générique, 007 dit à la caméra: "Ça ce n'est jamais arrivé à l'autre", en référence à Sean Connery. C'est la seule fois où l'on s'adresse directement au public dans un film de James Bond.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

13 Mars 2010

35 ans et encore toutes ses dents !

... mais "Le requin a toujours l'air aussi faux !".
(© Marty McFly dans Retour vers le futur II)

Les dents de la mer de Steven Spielberg.
Les dents de la mer de Spielberg (1975).

Les dents de la mer selon Jean Tabary.
Iznogoud - Tome 22 de Tabary et Goscinny (Couverture).

Dans Iznogoud - Tome 22 - "Les cauchemars d'Iznogoud (Tome 2)" (Tabary et Goscinny, Edition Tabary) Jean Tabary parodie l'affiche du film de Steven Spielberg, Les dents de la mer, sur la couverture de sa BD. L'actrice Susan Backlinie alias Christine Watkins (dite Chrissie), la première victime, est remplacée par Iznogoud.

 

Pitch du film:

A quelques jours du début de la saison estivale, les habitants de la petite station balnéaire d'Amity sont mis en émoi par la découverte sur le littoral du corps atrocement mutilé d'une jeune vacancière. Pour Martin Brody (Roy Scheider), le chef de la police, il ne fait aucun doute que la jeune fille a été victime d'un requin. Il décide alors d'interdire l'accès des plages mais se heurte à l'hostilité du maire (Murray Hamilton) uniquement intéressé par l'afflux des touristes. Pendant ce temps, le requin continue à semer la terreur le long des côtes et à dévorer les baigneurs...

Bob Mattey, le créateur de la pieuvre géante dans 20 000 lieues sous les mers, conçoit trois requins animatroniques en polyuréthane. Appelés Bruce, ces faux squales mesurent plus de huit mètres de long et pèsent chacun une tonne et demi. Compte tenu des difficultés de fonctionnement, Steven Spielberg est contraint de montrer le moins possible l'animal et d'avoir recours à des contre-plongées épousant son point de vue.

De plus, une grève annoncée des acteurs oblige Steven à filmer les premières scènes avant que le requin et le scénario ne soient terminés. Tout ça sans compter, de mauvaises conditions climatiques, une durée de tournage dépassant de loin les prévisions du plan, une multiplication du budget par trois...

Mais heureusement après trois mois d'exploitation, Les Dents de la mer totalise plus de 67 millions d'entrées aux Etats-Unis et détrône ainsi Le Parrain à la tête des plus gros succès cinématographiques. Il reste à cette place jusqu'en 1977. Le film remporte trois Oscars en 1976: celui du meilleur montage, de la meilleure musique, et du meilleur son. Dun coup trois suites beaucoup moins réussies voient le jour entre 1978 et 1987.

PS: Le film Piranhas de Joe Dante plagie aussi cette affiche (»Affiche américaine de Piranhas«).

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

10 Mars 2010

Joe Dassin Jack et Averell

"Toute la vie sera pareille à ce matin... aux couleurs de l'été indien… ♪♫♫♪♪"

Caricature de Joe Dassin (Achdé).

Dans Lucky Luke - Tome 74 - "La corde au cou" (Achdé et Gerra, Lucky Comics) Achdé caricature Joe Dassin et lui donne le rôle d'un chanteur profitant de la pendaison des Dalton pour vendre sa chanson -Tagada voilà les Dalton-.
(L'image est tirée de la page 8, case 4).

 

Joe Dassin (1938-1980) était un chanteur français. Pendant son enfance, il habite New York et Los Angeles. A cause du maccarthisme, ses parents s'expatrient en Europe. Après le divorce de ses parents, Joe choisit de retourner aux Etats Unis où il s'inscrit à l'université, en ethnologie. Il y obtient l'équivalent d'un doctorat. Musicien dans l'âme, il se produit sur les terrasses des bars en interprétant Georges Brassens.

Nostalgique, il regagne la France, et par le biais de quelques relations, parvient à se faire engager par CNS. Son premier disque Je change un peu de vent ne s'impose pas ; néanmoins le fameux Bip Bip récolte le succès qu'il mérite.

Son répertoire se singularise par quelques airs de country-folk et des textes s'inspirant de chanteurs populaires. Il multiplie dès lors les tubes : Les Dalton, Guantanamera, Cecilia, L'Amérique, Les Champs-Elysées... L'engouement du public atteint son paroxysme avec son tube incontestable L'Eté indien. S'enchaîne une kyrielle de tournées et une série de représentations à l'Olympia.

Son parcours s'achève subitement: une crise cardiaque l'emporte loin de la scène, laissant derrière lui des fans inconditionnels et désolés.

PS: Le groupe de punk rock américain NOFX a repris Les Champs-Élysées, en français.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #musique

8 Mars 2010

La reine en lambeaux

(J'ai aussi longuement hésité avec: -L'épouvantail court vêtu-).

Drink Me de Queen Adreena.
Drink Me de Queen Adreena (2002).

Drink Me selon Harold Sakuishi.
Beck - Tome 3 de Sakuishi (Planche 1, case 1).

Dans le manga Beck - Tome 3 (Sakuishi, Delcourt), Harold Sakuishi parodie la pochette de l'album musical Drink Me de Queen Adreena sur la page d'introduction du chapitre 1 de sa BD. Ici, la chanteuse du groupe, Katie Jane Garside, est remplacée par Maho Minami.

 

Queen Adreena est un groupe britannique de rock indépendant formé à Londres en 1999. Fondé sur les cendres du groupe Daisy Chainsaw, la chanteuse Katie Jane Garside et le guitariste Crispin Gray en forment le noyau dur. Mené par sa fragile et charismatique chanteuse, le groupe s'est fait connaître pour ses comptines malsaines, rock, et noise.

En 2002, accompagné par le bassiste Orson Wajih, et le batteur Pete Howard, Queen Adreena sort son second album, Drink Me sur les labels Rough Trade et One Little Indian. L'album n'est aujourd'hui plus pressé et demeure assez difficilement trouvable. Drink Me contient leur titre le plus célèbre: Pretty Like Drugs.

Titres de l'album:

1. Pretty Like Drugs
2. Kitty Collar Tight
3. Siamese Almeida
4. Razorblade Sky
5. Sleeping Pill
6. A Bed Of Roses
7. My Silent Undoing
8. Desert Lullaby
9. Under A Floorboard World
10. Hotel Aftershow
11. For I Am The Way

PS: Avec sa voix fragile et rocailleuse, et sa silhouette androgine et sexy, Katie, a une certaine prédilection pour les excentricités vocales, et les tenues courtes en haillons et guenilles. C'est spécial ou original, au choix ! Ce qui est sûr, c'est que ça ne laisse pas indifférent !

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #manga , #musique

6 Mars 2010

Maître Folace

"On a dû arrêter la fabrication, y a des clients qui devenaient aveugles, ça faisait des histoires."
Les tontons flingueurs)

Caricature de Françis Blanche (Efix).

Dans Mon amie la poof - Chapitre I - "Moorad" (Efix, Petit à Petit) Efix croque Francis Blanche le temps d'une case et lui donne le rôle d'un figurant de bar jouant au cartes.
(L'image ci-dessus est tirée de la planche 23, case 7).

Vu les energues humaines qui l'entourent, l'auteur rend aussi et surtout hommage au film culte de Georges Lautner, Les tontons flingueurs, où Blanche incarne Maître Folace.

 

Francis Blanche (1921-1974) était un acteur et un humoriste français. Fils de comédien, il débute dès l'âge de 17 ans au cabaret. Sa carrière d'humoriste se profile en 1948, au théâtre avec Les Branquignols: Louis de Funès, Jean Lefebvre, Jean Carmet, Jacqueline Maillan et Michel Serrault.

Auteur de Débit de lait, débit de l'eau mis en musique par le fameux Charles Trenet, il s'essaie également à la chanson. Il s'avère être aussi responsable de l'adaptation en français de l'incontournable Besame Mucho.

Mais Francis est surtout reconnu pour ses prestations cinématographiques dans le rôle de personnages loufoques et grinçants, notamment dans Babette s'en va en guerre, Les tontons flingueurs, Les Barbouzes ; il s'adonne également à la réalisation avec Tartarin de Tarascon.

Ses talents d'humoriste se révéleront au grand public aux côtés de Pierre Dac, ce qui lui vaut d'ailleurs le Grand Prix de l'humour en 1956. Les deux compères deviennent alors des incontournables de la radio, réalisant au jour le jour des feuilletons comme Faites chauffer la colle !, Malheur aux barbus !, ou Signé Furax.

Il meurt d'une crise cardiaque à cinquante-deux ans. Très affecté, Pierre Dac, quatre-vingt-un ans, le suivra quelques mois plus tard.

Francis Blanche: "Mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et malade".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv