30 Mai 2010

Jersey Cowpunchers

"Il est tellement fort qu'il n'essaye même plus de le prouver."
(©Sherif John T. Chance)

Rio Bravo d'Howard Hawks.
Rio Bravo de Hawks (1959).

Rio Bravo selon Brüno.
Junk - Tome 1 de Brüno et Pothier (Couverture).

Dans Junk - Tome 1 - "Come Back" (Brüno et Pothier, Treize Etrange) Brüno rend hommage au film Rio Bravo d'Howard Hawks en parodiant une des affiches du long métrage sur la couverture de sa BD. Ici John Wayne alias John T. Chance est remplacé par Wood Strode, Dean Martin alias Dude Walton par Jill Mc Bain, et Ricky Nelson alias Jim Ryan dit Colorado par Hank Williams.

 

Pitch du film:

Un shérif (John Wayne) arrête le frère de l'homme le plus puissant de la région. Il n'a pour alliés qu'un adjoint ivrogne (Dean Martin), un vieillard boiteux (Walter Brennan), un gamin (Ricky Nelson), une joueuse de poker (Angie Dickinson) et un hôtelier mexicain, et contre lui une armée de tueurs.

Les films d'Howard Hawks tiennent essentiellement à la force de leurs personnages. Le cinéaste s'expliquait sur ce point dans une interview: "Laissez les personnages raconter l'histoire pour vous. Ne vous souciez pas de l'intrigue. Moi, je ne le fais pas. Tout vient de la manière dont les personnages sont définis et évoluent. Dans Rio Bravo, beaucoup de choses arrivent simplement parce que John Wayne est le témoin des efforts de son amis pour se reprendre. Vous noterez que quasiment tous les personnages masculins de mes films traversent des périodes de crise. Ensuite, ils doivent reprendre leur vie en main. C'est un sujet d'écriture passionnant.".

En terme de mise en scène, Rio Bravo répond aux exigences d'Howard Hawks à savoir aller vers le plus de simplicité possible: "La meilleure manière de raconter une histoire au cinéma est de la filmer comme on la voit. Partez de vos yeux. Laissez le public voir les choses comme s'il était là. La plupart du temps, ma caméra reste au niveau du regard. De temps en temps, elle se déplace comme si un homme marchait et découvrait quelque chose. Sinon, elle peut avancer ou reculer pour mettre en avant un élément du cadre sans faire de coupe. A part ça, ma mise en scène est la plus simple du monde.".

PS: Le long métrage, Assaut de John Carpenter, est un remake non officiel mais avoué du Rio Bravo. Il s'est d'ailleurs crédité au montage du film comme John T. Chance, le nom du personnage qu'interprète John Wayne dans le western.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

27 Mai 2010

Le Chevalier au Pancréas

"Je me sens la fureur de l'ours !
Je me sens le courage de l'oiseau !
Je suis sautillant comme le mulot !
Je frétille comme une p'tite truite !
J'ai la vigueur d'un insecte !"

Caricature d'Aurélien Portehaut (Steven Dupré).

Dans Kaamelott - Tome 2 - "Les sièges de transport" (Dupré et Astier, Casterman), Steven Dupré dessine Aurélien Portehaut, le jeune chevalier Gauvin, neveu du Roi Arthur.
(L'image est tirée de la page 43, case 7).

 

Aurélien Portehaut (19??) est un comédien français. Il débute le théâtre à huit ans dans la région grenobloise. Une fois majeur, il part pour Lyon suivre les cours de l'Acting Studio, et également se former au métiers d'acteur télé.

Il y fait la connaissance d'Alexandre Astier. Ils vont jouer ensemble dans Le Jour du Froment au théâtre. Et c'est tout naturellement qu'il est recruté par Astier pour jouer le chevalier Gauvin dans la série TV Kaamelott diffusée sur M6.

Aurélien Portehaut est également scénariste et metteur en scène. Il a écrit plusieurs pièces et a récemment mis en scène Le chevalier des Dames. Il a aussi dernièrement fait son premier One man show, appelé A chacun sa méthode.

Il est également co-scénariste et co-rédacteur de dialogues d'Hero Corp, la série de Simon Astier, le frère d'Alexandre.

Gauvin:

"Nous sommes jeunes, nous marchons à pieds… J'opterai donc pour un surnom en rapport: les Petits Pédestres."

"Seigneur Bohort, pouvons-nous nous retirer afin d'aller prendre notre goûter ?"


"Noblesse bien remisée, ne trouve jamais l'hiver à sa porte, non..., porte close."

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

24 Mai 2010

Le 600e

PS: Y a des fois où il n'y a rien à ajouter ! ^^

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #news-blog , #montage-photo

21 Mai 2010

Migraine

"Blondie, c'est la rencontre de deux mythes: Marilyn et la guitare électrique"

KooKoo de Debbiie Harry (H R Giger).
KooKoo de Debbie Harry (1981).

KooKoo selon Lorenzo Lepori.
Incube - Tome 23 de Lepori et Gozzo (Couverture).

Dans le fumetti Incube - Tome 23 - "La déesse de la douleur" (Lepori et Gozzo, Elvifrance) Lorenzo Lepori s'inspire grandement de la pochette de l'album musical KooKoo de Debbie Harry sur la couverture de sa BD. Ici, la chanteuse est remplacée par l'héroïne Jane.

 

Deborah Harry dit Debbie Harry est surtout connu pour être la leader du groupe Blondie qui a eu un énorme succès dans les années 70 et 80. Du disco au punk, en passant par la new wave ou le rap, Blondie a embrassé de nombreux styles musicaux, mais en 1981 Debbie sort un album solo très différent, KooKoo, de la pop avec de petites touches reggae.

Titres de l'album:

1. Jump Jump
2. The Jam Was Moving
3. Chrome
4. Surrender
5. Inner City Spillover
6. Backfired
7. Now I Know You Know
8. Under Arrest
9. Military Rap
10. Oasis
11. Backfired
12. The Jam Was Moving

La pochette de l'album est réalisée sur commande par le célèbre artiste suisse, Hans Ruedi Giger. Le tableau se nomme Debbie I. Les épingles qui transpercent le visage de la chanteuse symbolisent les quatre éléments: les yeux pour le feu, le nez pour l'air, la bouche pour l'eau, et la gorge pour la terre.

PS: Hans Ruedi Giger dont les œuvres fantasmagoriques, dérangeantes et cauchemardesques mêlent l'organique et la mécanique, est sur tout connu pour son travail effectué sur la saga des Alien, et notamment la conception de la créature.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #musique

18 Mai 2010

Richard Starkey

"Je me souviens un jour, je me suis regardé dans un miroir et je me suis dit : -Il est pas si gros que ça, hein ?- On pourrait dire qu'aujourd'hui, j'ai enfin accepté mon nez. Quand les gens parlent de moi, c'est leur grand sujet de conversation. Il faut bien que j'en rie, ça rentre par une narine et ça ressort par l'autre !"

Caricature de Ringo Starr (Efix)

Dans Mon amie la poof - Chapitre V - "Ivan" (Efix, Petit à Petit) Efix caricature Ringo Starr, et lui donne le rôle de Ringo, un tueur à la solde d'Homère.
(L'image ci-dessus est tirée de la planche 73, case 2).

Je te laisse deviner qui sont ses trois comparses, qui feront l'objet de futurs articles.

 

Pour trouver plus d'infos sur cet artiste et en voir une autre caricature, tu peux faire un tour »ici« où j'ai déjà évoqué le sujet. ;-)

PS: Ringo est le père du batteur Zak Starkey qui joue avec les Who et Oasis.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #musique

15 Mai 2010

Perrine et le poteau rose

Si tu ne comprends pas, c'est normal, je fais des associations tordues dans ma tête ! ^^

Valerie Perrine par Arthur Knight pour Playboy (Avril 1975). Valerie Perrine selon Elvifrance.
Photographie de Perrine par Knight pour Playboy (1975).
et
Série Bleue - Tome 45 chez Elvifrance (Couverture).
(Clique sur les images pour les voir en grand)

Dans le fumetti Série Bleue - Tome 45 - "Autosuggestion" (Elvifrance), l'illustrateur de la couverture copie une photographie du magazine Playboy d'Avril 1975 sur la couverture de sa BD. Ce cliché de l'actrice Valerie Perrine est pris par Arthur Knight. Ici elle est remplacée par Justine l'héroïne de la BD.
(Comme d'hab, si tu connais le dessinateur de la couverture de ce tome je suis preneur).

 

Pour lire plus d'informations sur le mensuel Playboy et voir d'autres Playmates du fameux magazine, va faire un tour »ici« et »là« où j'ai déjà traité le sujet. 'Oo

 

Valerie Ritchie Perrine 1943) est un mannequin et une actrice américaine. Elle est née à Galveston au Texas, fille de Kenneth Perrine, Lieutenant Colonel dans l'armée américaine, et Winifred McGinley, une danseuse qui fit une apparition dans George White Scandals. À cause de la carrière de son père, Perrine a vécu dans plusieurs villes au gré de ses mutations.

Perrine commence sa carrière comme danseuse à Las Vegas. Elle fait ses débuts au cinéma dans Les Diamants sont éternels en 1971. Elle joue l'actrice Montana Wildhack dans Abattoir 5 en 1972, et Carlotta Monti dans Fields et moi en 1976. Son rôle le plus célèbre est sans doute Mademoiselle Eve Teschmacher dans Superman en 1978 et Superman II en 1980. Elle a aussi joué Samantha dans Rien n'arrête la musique le film avec les Village People en 1980.

On la retrouve en 1974 au côté de Dustin Hoffman dans Lenny, où elle incarne l'épouse de Lenny Bruce. Ce rôle lui vaut une nomination à l'Oscar de la meilleure actrice et le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes 1975. C'est pour la promotion de ce film qu'on la retrouve dénudée dans le numéro de Playboy qui nous inétresse aujourd'hui. La série de clichés intitulée "Perrine in Queen" pris par Arthur Knight, y est précédée d'une interview de Dustin Hoffman.

PS: Ce numéro de Playboy a en couverture Cyndi Wood. La Playmate of the month en page centrale est Victoria Cunningham.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

12 Mai 2010

藤田 嗣治

Faut bien aussi se faire référencer au japon ! ^^

Caricature de Tsuguharu -Léonard- Foujita (Laurent Verron).

Dans Odilon Verjus - Tome 2 - "Pigalle" (Verron et Yann, Le Lombard) Laurent Verron croque Tsuguharu -Léonard- Foujita, et lui fait jouer son propre rôle aux côtés d'Alexander Calder.
(L'image est tirée de la page 38, case 4).

 

Tsuguharu -Léonard- Foujita (1886-1968) était un peintre français d'origine japonaise. Fils d'un général, il grandit au Japon pendant l'Ere Meiji, époque d'ouverture du pays et notamment d'ouverture à l'Occident. Très tôt il manifeste un goût prononcé pour la peinture et son père accepte rapidement sa vocation.

Il entre en contact avec la France de manière précoce lorsque son œuvre est choisie pour représenter le Japon dans son pavillon de l'Exposition universelle de 1900 à Paris, alors qu'il n'a encore que 14 ans.

Il se forme ensuite à l'Ecole des beaux-arts de Tokyo en s'inscrivant dans la section d'art occidental et apprend parallèlement le français, préparant ainsi son départ quelques années plus tard. Il arrive en France en 1913 et Montparnasse devient son quartier de prédilection. Il y découvre le travail de Picasso et du Douanier Rousseau, fréquente Apollinaire, André Salmon, George Braque, Fernand Léger, Kees Van Dongen... et aussi les peintres qui constituent déjà l'Ecole de Paris dont il est considéré comme l'un des membres. C'est à cette période qu'il forge sa manière de peindre, ce syncrétisme imprégné des avant-gardes occidentales tout en exprimant également ses racines asiatiques.

Foujita devient alors célèbre en peignant des sujets récurrents : des femmes, des fillettes, des chats et des autoportraits. Les scènes religieuses chrétiennes sont également présentes dans son œuvre dès les années 1910.

A la suite d'une révélation le peintre se fait baptiser de manière catholique en 1959 et abandonne son ancien prénom pour celui de Léonard, en hommage au grand peintre de la Renaissance.

PS: Son patronyme Tsuguharu Foujita signifie respectivement -héritier de la paix- et -champ cultivé de glycines-.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

9 Mai 2010

Bonne mine au volant

"L'adversité rend aux hommes toutes les vertus que la prospérité leur enlève."

La Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix.
La Liberté guidant le peuple de Delacroix exposée au musée du Louvre à Paris (1831).

La Liberté guidant le peuple selon Albert Uderzo.
Astérix - Tome 34 d'Uderzo et Goscinny (Page 43).

Dans Astérix - Tome 34 - "L'anniversaire d'Astérix et Obélix, Le livre d'or" (Uderzo et Goscinny, Edition Albert-René) Albert Uderzo parodie la toile d'Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple, sur une planche de sa BD. Au premier plan les légionnaires romains remplacent les soldats tombés ; au centre, Bonemine tient la place de la femme symbolisant la liberté, avec en guise d'étendard et de fusil, un rouleau à pâtisserie et un balaie (Vive la liberté ! ^^) ; à sa droite, Obélix joue l'autoportrait de Delacroix ; derrière lui, on reconnait respectivement de gauche à droite: Cétautomatix et Abraracourcix, en lieux et place des deux combattants de la liberté armés de sabre ; à la gauche de Bonemine, Astérix hérite (par anticipation) du rôle de Gavroche ; et pour finir, au fond à droite, Notre Dame est remplacée par un camp retranché Romain.

Je t'invite à scruter attentivement ce pastiche, qui à l'image de celui du Radeau de la méduse, est riche en détails.

 

Extraits de la fiche du Louvre:

"[...] A la suite de la publication par Charles X d'une série d'ordonnances limitant les libertés, Paris se révolte durant trois jours, les 27, 28 et 29 juillet 1830, journées appelées depuis lors les Trois Glorieuses. A l'issue de ces journées d'insurrection particulièrement violentes, Charles X abdique et s'enfuit en Angleterre. Louis-Philippe, le duc d'Orléans, devient roi des Français le 9 août 1830. Ainsi débute la monarchie de Juillet, monarchie bourgeoise.[...]

[...] Dans cette scène, tout est vrai, un suisse, un cuirassier, un enfant, des citoyens en armes, une femme. Ce sont ceux que l'on a vus durant les Trois Glorieuses. Cette femme à la poitrine dénudée, au bonnet phrygien, aux pieds nus, à la robe légère est bien une allégorie, celle de la Liberté. Pas d'abstraction, pas de figure idéale puisée dans l'Antiquité. Il n'y a que le peuple et cette Liberté pour laquelle on donne sa vie et qui n'est qu'une femme des rues sans pudeur. «Si je n'ai pas vaincu pour la Patrie, au moins peindrais-je pour elle...», écrit Delacroix [(1798-1863)] à son frère le 18 octobre 1830. En prise avec l'évènement, ce tableau est un manifeste politique révélateur de l'engagement personnel du peintre. [...]

em>[...] Au fond, on devine Notre-Dame, qui sert de décor à cet évènement sacralisé. On a voulu voir dans le personnage en chapeau haut-de-forme, qui tient un fusil, un autoportrait de Delacroix, qui avait fait partie brièvement de la Garde nationale. On a traditionnellement fait de l'adolescent, qui surgit de la barricade, un pistolet à la main, sur la droite du tableau, une prémonition du Gavroche que Victor Hugo créera dans les Misérables trente ans plus tard.[...]"

Cacher ce sein que je ne saurais voir (© Molière):
-En 1999, lors d'un voyage pour une exposition de cinq semaines au Japon, les seins découverts de la Liberté furent masqués lors d'une escale dans le Golfe.
-En 2006, le gouvernement turc a demandé à l'éditeur d'un manuel scolaire de retirer cette illustration de son livre scolaire pour la même raison.
-Toujours en 2006, l'Etat américain du Maine considère ce tableau, qui illustre l'étiquette de la bière des Sans-culottes comme -manquant de dignité et indécent-. La commercialisation de cette bière donne lieu à un débat sur la liberté d'expression dans le Maine et dans quatre autres Etats.
(Vive la burq... heu... la Liberté !!)

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

6 Mai 2010

Christopher le Blanc

... le mal élégant.

Caricature de Christopher Lee (Maëster).

Dans Sœur Marie-Thérèse - Tome 6 - "La guère sainte" (Maëster, Drugstore) Maëster caricature Christopher Lee, et lui donne le rôle du gardien de l'ordre qui veille à ce que le Saigneur ne soit jamais réveillé.
(L'image est tirée de la page 24, case 6).

Outre l'hommage rendu à l'acteur; l'auteur fait surtout un clin d'œil à son personnage de Saroumane dans la trilogie du Seigneur des anneaux de Peter Jackson adaptée des romans de John Ronald Reuel Tolkien.

 

Pour consulter la bio/filmographie de Lee et voir d'autres caricature, va faire un tour »ici« et »là« où j'ai déjà traiter le sujet. ;-)

PS: Cette année, Christopher Lee a sorti un album solo By the Sword and the Cross sous le nom de Charlemagne dans un style Metal Symphonique.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

3 Mai 2010

Le journal de Mia

"Trois tomates se baladent dans la rue. Papa tomate, maman tomate et bébé tomate. Bébé tomate traîne, regarde les belles nanas. Papa tomate se met en rage, lui balance une claque et lui dit : «Qu'est ce t'as ? T'es tout rouge.»".
(©Mia dans Pulp Fiction)

Pulp Fiction de Quentin Tarantino.
Pulp Fiction de Tarantino (1994).

Pulp Fiction selon Laurel.
Le journal de Carmilla - Tome 1 de Laurel et Murrail (Couverture).

Dans Le journal de Carmilla - Tome 1 - "Reproduction interdite" (Laurel et Murrail, Vents d'Ouest), Laurel parodie l'affiche du film de Quentin Tarantino Pulp Fiction sur la couverture de sa BD. Ici Carmilla prend la place de Mia Wallace alias Uma Thurman, le roman photo de Mia est remplacée par le journal intime, et la cigarette par un crayon.

Syndrome Lucky Luke: A noter que cette cigarette a été retirée de l'affiche française du film (C'est pour ça que je lui ai préférée la VO pour la comparaison et de toute manière l'effet vintage de cette dernière correspond mieux à l'esprit du film). Loi Evin oblige...

 

Essai de Pitch du film:

Euh bah non en fait, c'est impitchable cette affaire là... ^^ Je vais me contenter de: "L'odyssée sanglante et burlesque de petits malfrats dans la jungle de Hollywood à travers trois histoires qui s'entremêlent."

Pulp Fiction a obtenu la Palme d'or du Festival de Cannes 1994, l'Oscar du meilleur scénario original en 1995, et une nomination aux Césars dans la catégorie -Meilleur Film étranger-.

Au départ, Uma Thurman a décliné l'offre plusieurs fois. Tarantino a dû insister longtemps pour qu'elle accepte le rôle.

Ce film génial est surprenant par son montage non linéaire à base non pas de flashbacks mais, ce qui est plus original (en tout cas pour l'époque), de flashforwards. Par exemple, la fin du film apparaît au milieu et il se termine par un flash-back dans lequel apparaissent les deux tueurs(Samuel L. Jackson et John Travolta) encore vivants, alors que l'on a vu la mort de l'un d'entre eux quelques scènes auparavant.

PS: Rocky dans Pulp Fiction, Quentin Tarantino avait d'abord pensé à attribuer le rôle de Butch à Sylvester Stallone avant de l'attribuer finalement à Bruce Willis.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv