30 Septembre 2010

Alden

"C'est un petit pas pour l'homme mais un bond de géant pour l'humanité".

Caricature Neil Armstrong (Philippe Buchet).

Dans Jour J - Tome 1 - "Les Russes sur la Lune !" (Buchet, Duval et Pécau, Delcourt) Philippe Buchet caricature Neil Armstrong et lui fait jouer son propre rôle.
(L'image est tirée de page 4, case 3).

 

Neil Alden Armstrong (1930) est astronaute américain. Passionné par l'aviation et le modélisme dès son enfance, il passe son brevet de pilote en 1946. Il participe à la guerre de Corée à partir de 1950 comme pilote de l'US Navy sur l'USS Essex. Rentré aux Etats-Unis, il suit les cours de l'Université Purdue, dont il sort diplômé en génie aéronautique en 1955.

Il intègre ensuite la base aérienne d'Edwards en Californie en qualité de pilote d'essai pour le NACA, qui deviendra la NASA en 1958. A cette occasion, il effectue sept vols en North American X-15, puis quitte son poste après avoir effectué près de 2500 heures de vol sur près de 200 appareils.

Il participe au programme de planeur orbital Dyna Soar entre 1960 et 1962, année de sa sélection par la NASA au sein de son second groupe d'astronautes. Il se voit confier en 1966 le commandement de la navette Gemini 8 aux côtés de David Scott, puis la mission Apollo 11 en juillet 1969, faisant de lui le premier homme à marcher sur la lune le 20 juillet de la même année. Le petit pas d'Armstrong sur le sol lunaire dure 2 heures 31 minutes, durée pendant laquelle il parcourt environ 250 mètres.

Administrateur adjoint de la section aéronautique de la NASA de 1970 à 1971, il démissionne pour devenir professeur d'ingénierie aérospatiale à l'université de Cincinnati de 1971 à 1979. Il est alors nommé vice-président de la commission d'enquête sur l'explosion de la navette spatiale Challenger, en 1986.

De 1992 à 2002, il assure la présidence de la société d'avionique AIL Technologies. Neil Armstrong est membre de la Commission nationale sur l'espace.

Neil Armstrong: "Les pilotes se moquent de marcher. Ce qui les motive, c'est de pouvoir voler." ^^

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #exploration

27 Septembre 2010

Les melons aveugles

Après le concombre masqué... ^^

Blind Melon.
Blind Melon de Blind Melon (1992).

Blind Melon selon Harold Sakuishi.
Beck - Tome 8 de Sakuishi (page 128, case 1).

Dans le manga Beck - Tome 8 (Sakuishi, Delcourt), Harold Sakuishi parodie la pochette de l'album musical Blind Melon du groupe du même nom sur la page d'introduction du troisième chapitre de sa BD. Ici Saitô Ken'ichi revêt le costume d'abeille à la place de la petite fille.

 

Titres de l'album:

1. Soak the Sin
2. Tones of Home
3. I Wonder
4. Paper Scratcher
5. Dear Ol' Dad
6. Change
7. No Rain
8. Deserted
9. Sleepyhouse
10. Holyman
11. Seed to a Tree
12. Drive
13. Time

Dès la fin 1992, le groupe part en tournée dans tous les Etats-Unis mais malgré un single, Tones Of Home, quelques clips vidéos et des premières parties de leurs amis, les Guns N' Roses, le succès reste confidentiel. C'est alors que Capitol Records décide de sortir la chanson No Rain en single. Le clip qui met en scène une petite fille déguisée en abeille faisant des claquettes, passe en boucle sur MTV et c'est le début du succès pour le groupe qui vendra finalement quelques 4 millions d'exemplaires de leur premier CD intitulé tout simplement Blind Melon.

PS: Tu peux écouter cet album (légalement et gratuitement) »ici«.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #manga , #musique

24 Septembre 2010

O

"La biologie est ce qui fait le moins d'une femme, une mère".

Caricature d'Oprah Winfrey (Bryan Hitch).

Dans le comics book Ultimates - Volume 2 Chapitre 4 - "Frère" (Hitch et Millar, Marvel) Bryan Hitch croque Oprah Winfrey et lui fait jouer son propre rôle d'animatrice TV interviewant Madame Pym alias la Guêpe.
(L'image est tirée du chapitre 4, planche 2, case 4).

 

Oprah Winfrey (1954) est une animatrice de TV américaine. Après une enfance difficile passée d'abord dans la ferme de sa grand-mère, puis de six à treize ans avec sa mère à Milwaukee où elle subit des sévices, Oprah se retrouve sous la garde de son père à Nashville.

A dix-sept ans, elle est engagée par la radio locale, avant de s'attaquer à la télévision WTVF-TV de Nashville deux ans plus tard. Après des études brillantes, la jeune femme travaille en tant que journaliste et animatrice de talk show à Baltimore.

Visant toujours plus haut, elle part en 1984 pour Chicago où elle perfectionne son art du talk show. En un an, son émission AM Chicago passe au format une heure et change de nom pour devenir The Oprah Winfrey Show. A partir de 1986, l'émission passe sur les chaînes nationales et devient numéro un. Elle crée alors sa société de production, HARPO productions Inc, devient son propre patron, faisant d'elle la première femme de l'histoire à produire et présenter un talk show à son nom.

Femme de cœur, elle s'investit dès 1991 dans la cause des enfants victimes d'abus et de sévices. Elle est nommée dans la liste des cent personnes les plus influentes du XXe siècle établie par le Time magazine. Forbes publie en 2003 la liste des personnes les plus riches de l'année, où Oprah Winfrey est citée, faisant d'elle la première femme afro-américaine à devenir millionnaire.

Oprah Winfrey: "Si vous regardez ce que vous n'avez pas, vous n'en aurez jamais assez".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #comics , #television-radio

21 Septembre 2010

Zombie Sam

Merci à Pasukare de BDthèque pour m'avoir aiguillé sur ce filon. :-)

I want you for U.S. Army de Montgomery Flagg.
I want you for U.S. Army de Flagg pour la couverture du journal Frank Leslie's Illustrated Weekly (1916).

I want you for U.S. Army selon Arthur Suydam.
Raise the dead #1 de Petrus, Reppion et Moore (Couverture de Suydam).

Dans le comics book Raise the dead #1 - "The beginning of the end" (Petrus, Reppion et Moore, Dynamite) le dessinateur de la couverture, Arthur Suydam, parodie l'illustration, I want you for U.S. Army, de James Montgomery Flagg sur la couverture de la BD. Ici, l'oncle Sam est remplacé par un zombie.

 

Pour en savoir plus sur cette illustration et en voir d'autres adaptations, va faire un tour »ici« et »là« où j'ai déjà traité le sujet. ;-)

PS: Cette série inédite en France (Corrige-moi, si je me trompe) compte quatre tomes dont la sortie de chaque numéro est parue avec deux couvertures différentes: une de Sean Phillips que je qualifierais de classique, et une autre d'Arthur Suydam qui parodie des œuvres célèbres à la sauce zombie. Les trois autres versions de cette deuxième mouture feront donc l'objet de futurs articles.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #illustration , #militaire , #propagande

18 Septembre 2010

T'es mytho... heu Timothy

Tagada tagada voilà Timothy... ♪♫♪♪♫

Caricature de Timothy Dalton (Léturgie).

Dans Spoon & White - Tome 4 - "Spoonfinger" (Léturgie Père et fils, Isard, et Yann, Vents d'Ouest) Simon Léturgie (le fils) caricature Timothy Dalton et lui donne le rôle d'un espion du MI5.
(L'image est tirée de la page 43, case 7).

Encore une fois, avec ce clin d'œil, les auteurs font référence à l'agent secret le plus connu de la planète...

 

Timothy Dalton (1946) est un acteur britannique. Il se découvre une vocation de comédien en jouant dans la pièce MacBeth alors qu'il a 16 ans. Il partage ses études entre la Royal Academy of Dramatic Art et le Birmingham Repertory Theater.

Ses débuts à la télévision sont marqués par la série Sat' day while Sunday. En 1968, il joue dans Lion en hiver, aux côtés de Peter O'Toole. Dans les années 1970, on le retrouve dans Cromwell de Ken Hughes et Marie Stuart de Charles Jarrott. A partir de 1978, l'acteur se lance dans une carrière internationale en apparaissant dans El Hombre que Supo Amar, Agatha, où il donne la réplique à Vanessa Redgrave, et dans la super production américaine Flash Gordon en 1980.

Mais c'est à partir de 1987 que sa carrière prend un second souffle. Elu agent 007, il tourne dans Tuer n'est pas jouer et Permis de tuer en 1989, tous deux réalisée par John Glen.

Malgré l'envol de sa popularité, il ne parvient pas à percer réellement et se contente de jouer dans des films peu connus. Ainsi, on peut le voir dans La Putain du roi en 1990, The Rocketeer en 1991, Naked in New York en 1993 ou encore Fausse donne en 1999.

Peu présent sur le grand écran depuis 2000, on peut néanmoins apercevoir Timothy dans Les Looney Tunes passent à l'action en 2003 et dans Hot Fuzz en 2007.

PS: Son nom, paraît-il OO, circulait déjà en 1966, pour incarner James Bond dans Au service secret de sa Majesté.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

15 Septembre 2010

Mona Falbala

"La simplicité est la sophistication suprême".

La Joconde de Léonard De Vinci.
La Joconde de De Vinci exposée au musée du Louvre à Paris (1503).

La Joconde selon Albert Uderzo.
Astérix - Tome 34 d'Uderzo et Goscinny (Page 30).

Dans Astérix - Tome 34 - "L'anniversaire d'Astérix et Obélix, Le livre d'or" (Uderzo et Goscinny, Edition Albert-René) Albert Uderzo parodie la toile de Léonard De Vinci, La Joconde, sur une planche de sa BD. Mona Lisa est remplacée par Roswell Falbala. A noter qu'en arrière plan, on distingue le village des irréductibles gaulois.

 

Pour plus d'information sur cette toile et en voir d'autres adaptations, rends-toi »ici« et »là« où j'ai déjà traité le sujet. :-)

Petite piqûre de rappel: Ma Joconde à moi. ^^

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

12 Septembre 2010

Harris sonne

"Parmi tout ce qu'on peut essayer dans cette vie, rien n'égale ni ne surpasse l'art de mourir".
Art of Dying)

Caricature de George Harrison (Efix).

Dans Mon amie la poof - Chapitre V - "Ivan" (Efix, Petit à Petit) Efix croque George Harrison, et lui donne le rôle de George, un des quatre tueurs à la solde d'Homère.
(L'image ci-dessus est tirée de la planche 73, case 5).

 

Pour en savoir sur ce Beatles et en voir une autre caricature, va faire un tour »ici« où j'ai déjà traité le sujet. ;-)

PS: A travers sa société de production, Handmade Films, George Harrison fut le producteur de certains films des Monty Python, en particulier La Vie de Brian.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #musique

9 Septembre 2010

"Ce n'est pas un film sur le Vietnam, c'est le Vietnam !"

de Coppola a propos de son film au Festival de Cannes de 1979.

Apocalypse Now de Francis Ford Coppola.
Apocalypse Now de Coppola (1979).

Apocalypse Now selon Kaare Andrews.
Incredible Hulk #46 de Immonen et Jones (Couverture d'Andrews).

Dans le comics book Incredible Hulk #46 (Immonen et Jones, Marvel) Kaare Andrews, l'illustrateur de la couverture, parodie l'affiche du film de Francis Ford Coppola, Apocalypse Now, sur la couverture de sa BD. Ici, Marlon Brando alias le colonel Kurtz est remplacé par le Dr Banner, et Martin Sheen alias le capitaine Willard par Hulk.

 

Pitch du film:

Lors de la guerre du Viêt Nam, les services secrets militaires américains confient au capitaine Willard (Martin Sheen) la mission de trouver et d'exécuter le colonel Kurtz (Marlon Brando) dont les méthodes sont jugées «malsaines». Celui-ci, établi au-delà de la frontière avec le Cambodge, a pris la tête d'un groupe d'indigènes et mène des opérations contre l'ennemi avec une sauvagerie terrifiante. Au moyen d'un patrouilleur mis à sa disposition, ainsi que de son équipage, Willard doit remonter le fleuve jusqu'au plus profond de la jungle pour éliminer l'officier. Au cours de ce voyage, il découvre, en étudiant le dossier de Kurtz, un homme très différent de l'idée qu'il s'en faisait. Comment cet officier au parcours exemplaire a-t-il pu devenir le fou sanguinaire qu'on lui décrit ?

Le tournage d'Apocalypse Now appartient à la légende du cinéma. Prévu pour durer 6 semaines, il s'est étalé sur 16 mois, entre mars 1976 et août 1977. Situés aux Philippines, les plateaux de tournage ont dû subir rien de moins qu'un ouragan, la crise cardiaque de leur interprète principal, Martin Sheen - cachée à la production pour un Francis Ford Coppola terrifié à l'idée d'un arrêt du film, l'attitude de Marlon Brando pachydermique qui ne connaissait pas son texte et avait à peine lu le script avant de débarquer, les problèmes de drogues divers et variés...

Décrit par de nombreux témoins comme de plus en plus mégalo et paranoïaque au fur et à mesure du tournage, Francis Ford Coppola a investi une grande partie de son argent personnel dans l'aventure, menacé à plusieurs reprises de se suicider et perdu plus de 40 kilos.

Les problèmes d'Apocalypse Now ne se sont pas limités au seul tournage. Le montage du film a, pour sa part, pris près de trois ans. Francis Ford Coppola a notamment pris la décision de recourir à une voix-off pour mieux montrer l'état d'esprit de son personnage principal, le Capitaine Willard. Martin Sheen n'ayant pu se libérer, la mission a été attribuée à Joe Estevez, le frère de l'acteur, dont la voix se rapproche de celle de Martin Sheen.

Présenté en 1979 en compétition officielle du Festival de Cannes, Apocalypse Now y a remporté la Palme d'or. L'odyssée de Francis Ford Coppola a également été récompensée de deux Oscars: Meilleure photographie et Meilleur son ; trois Golden Globes: Meilleur réalisateur, Meilleur second rôle masculin pour Robert Duvall, et Meilleure musique ; et du César du Meilleur film étranger.

Francis Ford Coppola: "Après Apocalypse Now, j'ai réalisé que je ne serais plus jamais un jeune réalisateur".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

6 Septembre 2010

Propagatrice

Caricature de Leni Riefenstahl (Laurent Verron).

Dans Odilon Verjus - Tome 4 - "Adolphe" (Verron et Yann, Le Lombard) Laurent Verron caricature Leni Riefenstahl, et lui fait jouer son propre rôle de cinéaste. Plusieurs références à sa filmographie et son affiliation au parti Nazi sont parsemées dans l'album.
(L'image est tirée de la planche 3, case 4).

 

Leni Riefenstahl (1902-2003) est une danseuse, actrice, réalisatrice et photographe allemande. Elle débute sa carrière artistique par la danse. Elle fréquente les cours des Ballets Russes et de Mary Wigman. Sa première prestation sur scène date de 1923. Mais rapidement, elle doit renoncer à cette discipline, à cause de problèmes de santé.

En 1925, Leni rencontre le réalisateur Arnold Fanck. Il lui écrit le scénario de La montagne sacrée. Un rôle taillé sur mesure où elle partage l'affiche avec Luis Trenker. Ce film est un triomphe et Riefenstahl devient, de ce fait, la star incontestée du film montagnard. Par la suite, Fanck la dirige régulièrement, dans le même genre de production: Le grand sauten 1927, Prisonniers de la montagne en 1929, Tempête sur le Mont Blanc en 1930, Ivresse blanche en 1931, S.O.S. iceberg en 1933...

En 1932, Leni écrit, produit et dirige son premier film, La lumière bleue, avec Mathias Wieman. Le film raconte l'histoire d'une jeune femme qui vit dans une grotte de cristal, au sommet de la montagne. Le sujet est un peu naïf, mais c'est ainsi qu'elle se fait remarquer par le Führer Adolf Hitler. Après plusieurs rencontres, une amitié se tisse entre eux et elle devient la réalisatrice officielle du troisième Reich. L'année suivante, elle réalise son premier documentaire: La victoire de la foi, pur produit de propagande nazie. En 1935, devenue une intime des dirigeants allemands, et particulièrement de Joseph Goebbels, elle filme la conférence du parti national socialiste à Nuremberg: Le triomphe de la volonté. Finalement, en 1938, elle réalise le chef-d'œuvre très controversé: Les dieux du stade, sur les Jeux Olympique de Munich. La coupe Mussolini couronne son talent au festival de Venise.

Après la fin du conflit, Leni Riefenstahl est très exposée par les procédures de -dénazification-. Elle est accusée et jugée pour son travail fourni pendant les années sombres. Elle est accusée et condamnée pour sympathie et propagande nazie. Elle est donc emprisonnée pendant plusieurs mois, ce qui met un terme à sa carrière.

En 1953, elle tente un come-back et termine le film Tiefland commencé en 1940. Mais il s'avère être un échec commercial. Elle essaie de monter plusieurs projets, mais tous resteront inachevés. Leni part au Soudan afin de fuir cette malédiction. Dès son retour en 1973, elle publie un ouvrage de photographies sur les Noubas, livre qui se révèle être de toute beauté! Les grands magazines du monde entier s'arrachent ses clichés. Elle renoue ainsi avec le succès et consacre plusieurs albums à l'art de la photo. Dans les années soixante-dix, Leni Riefenstahl devient photographe de fonds marins.

En 1982, elle publie son autobiographie intitulée Mémoires. Elle poursuit la plongée jusqu'au début du troisième millénaire, apparaissant occasionnellement dans quelques documentaires sur sa vie. Elle meurt le 9 septembre 2003, à 101 ans, à Poecking, dans son pays natal.

PS: Dans Inglourious Basterds de Quentin Tarantino, de nombreuses allusions plus ou moins cachées sont faite à l'égard de Leni Riefenstahl.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv , #propagande

3 Septembre 2010

Bruce Springfield

Petit exception, ce clin d'œil n'a pas été publié dans un comics mais dans un magazine...

Born in the USA de Bruce Springsteen.
Born in the U.S.A. de Springsteen (1984).

Born in the USA selon Matt Groening.
Rollingstone - n°910 (Couverture de Groening).

Dans le magazine Rollingstone - n°910 - Numéro spécial du 28 novembre 2002, Matt Groening parodie la pochette de l'album musical de Bruce Springsteen, Born in the U.S.A., sur la couverture du mag. Le postérieur du chanteur est remplacé par celui d'Homer Simpson.

Ce numéro spécial de novembre 2002, est sortie sous trois couvertures différentes, toutes illustrées par Groening. Les deux autres feront l'objet d'articles à venir. ;-)

 

Born in the U.S.A. est le septième album de Bruce Springsteen. Il est sorti en 1984. Longtemps pris par certain, Reagan en tête, pour un monument de chauvinisme yankee éhonté, Born In The U.S.A. est en réalité tout l'inverse.

Titres de l'album:

1. Born in the U.S.A.
2. Cover me
3. Darlington county
4. Working on the highway
5. Downbound Train
6. I'm on fire
7. No Surrender
8. Bobby Jean
9. I'm goin' down
10. Glory days
11. Dancing in the dark
12. My hometown

La pochette avec sa bannière étoilé, son jeans usé, et sa casquette d'ouvrier, était peut être maladroite, voire démago mais elle avait le mérite de toucher sa cible: le public américain modeste, les petites gens ignorées par Reagan, désarçonnées par une crise qui les jette à la rue, hantées par le souvenir de la guerre du Viêt-Nam imposée par les politiciens.

Le Boss tente de redonner une dignité à ces gens humiliés en partageant son désarroi, mais l'impact miraculeux de cet album repose avant tout dans son énergie. La batterie pilon du morceau titre le montre d'emblée: Springsteen veut réveiller l'Amérique, lui apprendre la solidarité mais en tapant du pied. Le E Street Band, fidèle orchestre rodé par les tournées marathon, l'épaule parfaitement, tout en discrétion. L'orgue, le saxophone, les claquements de mains réveillent le souvenir du rhythm'n'blues new-yorkais.

PS: La chanson titre de l'album, Born in the U.S.A., cet hymne véritable dénonçant la guerre du Viêt-Nam, fut utilisé par le Parti républicain américain à des fins électorales sans le consentement de l'auteur. En effet, George H. W. Bush utilise ce titre de l'album comme hymne pour sa campagne de 1988, et quelques années auparavant, Ronald Reagan avait tenté de se réapproprier les paroles de Born in the U.S.A. pour sa campagne électorale.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique