28 Octobre 2011

$ Doll Art $

Mon dernier photomontage ChelmImage ...

Doll Art - Montage ChelmImage.
(Clique sur l'image pour la voir en HD).

Et comme d'hab', si ça t'intéresse tu peux aller voir le Making of »ici« sur mon site.

***

A ce propos, j'ai modifié la façon de visionner les Making of. C'est n'est plus une animation Flash (Caca !). Maintenant il suffit de survoler avec sa souris les vignettes en bas de page. Ce qui permet très simplement d'aller à la vitesse que l'on désire pour visionner chaque étape du montage, de façon chronologique (de gauche à droite), ou en rembobinant (de droite à gauche).

Je ne sais pas si je suis bien clair mais va essayer, ça coule de source ! Je ne suis pas peu fier du rendu et de la réactivité du code, du simple Html et du CSS, pas Java caca ou de Flash tout moisi ! Toutes les pages web respectent la norme W3C. J'ai testé avec les dernières versions des navigateurs, Firefox 7, Chrome 14, et Internet Explorer 9: le résultat est identique.

Le seul bémol et pas des moindres, c'est la dimension de mon site, qui n'est pas du tout adaptée aux petits écrans, ou du moins aux petites résolutions (surtout en ce qui concerne la hauteur). Donc si tu as un ordi portable (ou une tablette), tu es obligé de dézoomer. Le [Ctrl]+[roulette], ou le [Ctrl]+[-] fonctionne très bien sur tous les navigateurs digne de ce nom ! (Au passage [Ctrl]+[+] pour zoomer et [Ctrl]+[0] pour revenir à la taille de base).

Je suis bien conscient que ce problème doit faire fuir pas mal de visiteurs, mais c'est pour moi, un parti pris de départ de montrer mes montages dans une relativement grande dimension. J'ai bien trouvé un bout de code Java caca qui permet de détecter la résolution de l'écran du visiteur, et force automatiquement si nécessaire un affichage pleine écran ([F11]) et un dézoom, mais je refuse d'utiliser ce genre de bidouille car je ne supporte pas les sites qui font ça, d'ailleurs quand c'est le cas je change de crèmerie ou je désactive le Javascript de mon navigateur Firefox.

PS: Si tu veux voir ou revoir mes autres montages, c'est »ici« que ça se passe. ;-)

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #nombriliste , #montage-photo

25 Octobre 2011

Butch

"- D'abord, tu pars LOIN !
- Ok.
- Une fois loin... tu RESTES loin !"
Pulp Fiction de Tarntino - Marsellus et Butch).

Caricature de Bruce Willis (Maëster).

Dans Meurtres fatals - Tome 1 - "Meurtres fatals graves" (Maëster, Fluide Glacial) Maëster caricature Bruce Willis dans l'histoire "Pure fiction". Il lui fait jouer le rôle de John McClane, un ancien flic ringard devenu un boxeur ringard.
(L'image est tirée de la page 10, case 5).

Avec ce clin d'œil, Maëster fait bien sûr référence à son rôle de John McClane, le flic de la saga des Die Hard, et à celui de Butch Coolidge, le boxeur de Pulp Fiction.

 

Pour avoir plus d'information sur la bio/filmographie de Bruce, rends toi »ici« , »là« , et aussi »ici« , où j'ai déjà traité le sujet. ;-)

PS: En 2010, il apparaît dans l'excellent clip Stylo, de Gorillaz, dans le rôle d'un tueur en voiture qui poursuit Murdoc, 2D et Noodle.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

22 Octobre 2011

"Don't be a paleface !"

Le Slogan de la marque...

Coppertone Girl de joyce Ballantyne.
Coppertone Girl de Ballantyne pour la marque Coppertone.

Coppertone Girl selon Lucio Parillo.
Raise the dead II #3 de Vilanova, Reppion et Moore (Couverture de Parrillo).

Dans le comics book Raise the dead II #3 (Vilanova, Reppion et Moore, Dynamite) le dessinateur de la couverture, Lucio Parillo, parodie une affiche publicitaire de la célèbre marque de crème solaire Coppertone. Cette illustration, Coppertone girl, est l'œuvre de la dessinatrice Joyce Ballantyne. Ici, la jeune fille est remplacée par une jeune femme sexy (qui, elle, contrairement à la fillette, fait apparemment du bronzage intégral ! ^^), et le chien par un zombie.

 

Coppertone est une marque américaine de crème solaire appartement au groupe pharmaceutique Merck & co. C'est Benjamin Green qui est l'inventeur de cette lotion en 1944. Mais cet écran solaire devient véritablement célèbre en 1953 avec la campagne publicitaire Coppertone Girl montrant un cocker dévoilant la marque de bronzage d'une fillette en tirant le bas de sa culotte.

En 1959, la marque fait appel à Joyce Ballantyne, illustratrice américaine connue pour ses dessins de Pin-ups, pour moderniser et normaliser cette affiche publicitaire. Le résultat de son travail est le dessin qui nous intéresse aujourd'hui. Elle est restée fidèle aux dessins d'origine, tout en prenant modèle sur sa propre fille, Cheri. A l'époque, ce dessin a été transposé en immenses panneaux mécaniques mimant ce -tirage de culotte-. Le succès de cette illustration est tel qu'elle devient même le logo de Coppertone, qui jusqu'alors était le profil d'un peau rouge.

***

Vu la popularité de ce dessin, de nombreux artistes d'autres médias l'ont parodié. Comme les photographes dont voici quelques clichés exemples:

Coppertone Girl selon Playboy.
Photographie de fausse publicité parue dans le magazine Playboy de novembre 1968.

Coppertone Girl selon RollingStone.
Photographie de Jim Carrey pour la couverture du magazine RollingStone de Juillet 1995.

Coppertone Girl selon Esquire.
Photographie de Carmen Electra pour la couverture du magazine Esquire de juin 2004.

Coppertone Girl selon Playboy.
Photographie de Juliana Salimeni par Autumn Sonnichsen pour la couverture du magazine Playboy brésilien de janvier 2010.

Coppertone Girl selon Gian Paolo Tomasi.
Cliché du photographe italien Gian Paolo Tomasi.

etc ...

(Une petite recherche sur Google image et tu en trouveras pleins d'autres.)

PS: En 1965, âgée de trois ans, Jodie Foster a fait ses débuts d'actrice en tant que Coppertone Girl dans une pub TV.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #illustration , #publicité , #glamour

19 Octobre 2011

The Eye

"Nous ne dormons jamais".

Caricature d'Allan Pinkerton (Achdé).

Dans Lucky Luke - Tome 76 - "Lucky Luke contre Pinkerton" (Achdé, Penna, et Benacquista, Dupuis) Achdé croque Allan Pinkerton, et lui fait jouer son propre rôle de détective.
(L'image est tirée de la page 10, case 5).

 

Allan Pinkerton (1819-1884) était un détective américain. Né à Glasgow en Ecosse dans une famille modeste, il doit très vite prendre le chemin du travaille à la mort de son père afin de nourrir sa mère. Il est d’abord coursier puis apprenti fabriquant de tonneaux chez McCauley Cooperage Works, et devient vite responsable, augmentant ses revenus. Impliqué politiquement, il défend les Chartist, un groupe révolutionnaire qui dérange le gouvernement et demande à se faire entendre. Lui et son épouse doivent d'ailleurs quitté le pays le lendemain de leur noce afin d'éviter d'être arrêter par les soldats.

Les époux Pinkerton embarquent sur un navire pour le nouveau continent. La traversée de l’Atlantique se déroule sans problème jusqu’à ce que le bateau se rapproche des côtes et affronte une tempête côtière. Ils échouent sur une plage inconnue et tous leurs biens sont perdus dans le naufrage. Pinkerton entend parler d’une ville en pleine expansion qui pourrait les accueillir, il décide donc d’emmener sa femme avec les moyens du bord jusqu’à Chicago. Il trouve très vite un emploi de tonnelier dans la communauté écossaise et fait ses preuves en quelques mois en ouvrant son propre commerce de tonneaux qui se développe très vite.

Toujours à l’affût d’une opportunité, il décide d’aller chercher lui-même son bois sur une île inhabitée. Supposément déserte, elle porte les traces d’un campement récent et certains détails retiennent l’attention de Pinkerton. Il sait qu’une arnaque aux fausses factures fait rage dans la région mais personne n’a encore été arrêté faute de preuves. Considérant l’île comme une planque ingénieuse, il fait part de ses découvertes au shérif et une semaine de surveillance s’avère assez pour prouver qu’il avait vu juste. C’est d’ailleurs lui qui fait tomber tout le réseau, provoquant un flagrant délit tout en utilisant une méthode révolutionnaire, le travail -sous couverture-. Impressionné par ses procédés, le chef du comté lui offre un poste d’enquêteur dans son service. Pinkerton accepte, installe sa famille à Chicago et se lance dans la carrière pour laquelle l’histoire des Etats-Unis se souviendra de lui.

Il démissionne peu de temps après et fonde en 1850 sa première agence de détective sous le nom de Pinkerton National Detective Agency. Il y élucide une série d'affaires de vols dans des trains. En 1861, il fait échouer le complot de Baltimore visant à assassiner Abraham Lincoln, fraîchement élu président. C'est à la demande de ce dernier que Pinkerton travaille pour les services secrets durant la guerre de Sécession.

Allan Pinkerton meurt le 1er juillet 1884 d'une gangrène après s'être mordu la langue. Son agence, connue pour sa devise "We never sleep" assortie d'un logo représentant un œil grand ouvert, connaîtra un grand succès. Homme de justice profondément attaché aux Etats-Unis, Pinkerton fait partie des personnages légendaires qui ont fondé l’histoire américaine.

PS: Après la mort de leur père les deux fils d'Allan, Robert et William Pinkerton, poursuivent les activités de l'agence, qui s'illustrera parfois par des opérations peu glorieuses. C'est ainsi que l'agence Pinkerton fournira des hommes de main aux industriels désireux de briser les grèves et les syndicats. En 2001, l'Agence Pinkerton et la société Burns international ont fusionnées leurs activités et font désormais partie de Securitas.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #police

16 Octobre 2011

"Lustrer ! Frotter ! ..."

©Karaté Kid  (Ben quoi ! On a les références qu'on mérite ! ^^)

Les raboteurs de parquet de Gustave Caillebotte.
Les raboteurs de parquet de Caillebotte exposé au musée d'Orsay.

Les raboteurs de parquet selon Christian Lax.
>Pain d'alouette - Tome 1 de Lax (Page 47, case 1).

Dans Pain d'alouette - Tome 1 - "Première époque" (Lax, Futuropolis) Christian Lax rend hommage à la toile, Les raboteurs de parquet de Gustave Caillebotte, en l'insérant dans une planche de sa BD. Ici, les trois ouvriers rabotant le parquet, sont par trois pensionnaire récurant le sol de l'orphelinat où survit la jeune Reine Fario, héroïne de la série (cachée dernière la porte). En arrière plan, l'auteur a rajouté, Poirier, le directeur despotique de l'orphelinat, et sœur Gustave.

 

Cette huile sur toile de 1875 constitue une des premières représentations du prolétariat urbain. Si les paysans, Des glaneuses de Millet, ou les ouvriers des campagnes, les Casseurs de pierres de Courbet, ont souvent été montrés, les ouvriers de la ville ont très rarement fait l'objet de tableaux. Contrairement à Courbet ou Millet, Caillebotte, bourgeois aisé, n'introduit aucun discours social, moralisateur ou politique dans son œuvre. L'étude documentaire: gestes, outils, et accessoires, le place parmi les réalistes les plus chevronnés.

Caillebotte (1848-1894) a suivi une formation académique auprès de Bonnat, et la perspective accentuée par l'effet de plongée et l'alignement des lames de parquet est conforme à la tradition. L'artiste a dessiné une à une toutes les parties de son tableau, avant de les reporter au carreau sur la toile. Le torse nu des raboteurs est celui de héros antiques. Mais loin de s'enfermer dans ces exercices académiques, Caillebotte en exploite la rigueur afin d'explorer l'univers contemporain de manière inédite.

Présenté au Salon de 1875, le tableau est refusé par le jury, sans doute choqué par ce réalisme cru, certains critiques ont parlé de "sujet vulgaire". Le jeune peintre décide alors de se joindre aux impressionnistes et présente son tableau à la seconde exposition du groupe en 1876 où Degas expose ses premières Repasseuses. Les critiques sont impressionnés par cette grande page moderne, Zola notamment qui condamne cependant cette "peinture bourgeoise à force d'exactitude".

PS: Une seconde version, d'une composition très différente est conservée au Danemark.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

13 Octobre 2011

Dans la famille Soprano, je veux le neveu...

"[David Chase (créateur des Soprano)] avait le visage d'un joueur de poker. J'ai donc pensé qu'il n'aimait pas mon jeu mais il continua à me donner des notes et me fit recommencer, ce qui est souvent un mauvais signe. J'ai pensé que je ne l'aurais pas. Il m'a dit -Merci- et je suis parti. Je ne m'attendais pas à en réentendre parler. Puis ils m'ont appelé."

Caricature de Michael Imperioli (Salvador Larroca).

Dans le comics book NéoUniversel #1 - "Mystère" (Larroca et Ellis, Marvel) Salvador Larroca caricature Michael Imperioli, le temps d'une case, et lui donne le rôle d'un adjoint du shérif Félix.
(L'image est tirée du chapitre 2, planche 33, case 3).

Après Gandolfini, Pastore, et Sirico, les auteurs continuent leur passage en revue des mafieux de la série TV de David Chase, Les Soprano.

 

Michael Imperioli (1966) est un acteur américain. Pur produit new-yorkais, il grandit dans l'état de New York aux Etats-Unis. Une fois le lycée terminé, Michael rejoint le New York City's Stella Adler Conservatory où il étudie la comédie. A 22 ans, il débute sa carrière dans le film Alexa, de Sean Delgado. L'année suivante, il croise Morgan Freeman sur le plateau de Lean on me, où il joue un rôle mineur. En 1990, en tant qu'italo-américain, Imperioli obtient un rôle marquant dans Les Affranchis, de Martin Scorsese. Il incarne le jeune Spider qui se fait tirer dans le pied par Joe Pesci. C'est aussi dans Les Affranchis qu'il croise pour la première fois Lorraine Bracco, Tony Sirico et Vincent Pastore, qu'il retrouvera quelques années plus tard dans Les Soprano.

Malgré le succès du film, Imperioli a du mal à joindre les deux bouts. Il court les castings et obtient des rôles de second plan dans de gros succès hollywoodiens tels que Malcolm X, Bad Boys ou encore The Basketball diaries. Il participe aussi à de nombreux téléfilms, comme Firehouse, où il croise un certain Richard Dean Anderson, et à quelques séries policières: New York Police Judiciaire, New York Police Blues ou encore New York Undercover...

1999 est une année charnière. L'acteur mise encore sur ses origines italiennes en décrochant un rôle dans une série sur la mafia new-yorkaise, destinée à la chaîne câblée HBO: Les Soprano. Pendant 6 saisons, Michael Imperioli incarne Christopher Moltisanti, un lieutenant de la mafia, le protégé de Tony Soprano. Profitant de cette popularité, le comédien met à profit ses talents de scénariste en signant 5 épisodes de la série. Fort de cette expérience, il écrit en 2000 le script du film de Spike Lee, Summer of Sam. Jouant sur plusieurs tableaux, il fonde un théâtre à Broadway, dont il est le directeur artistique.

A l’arrêt des Soprano, en 2007, Imperioli ne reste pas au chômage bien longtemps. Avec son partenaire John Ventimiglia, il joue dans le long métrage portugais The Lovebirds, puis obtient un des rares rôles américains de The Higher Force. Il revient au petit écran en 2008 en incarnant l'inspecteur Ray Carling dans le remake US de Life on Mars. Malheureusement, la série est annulée au bout d’une unique saison. Michael en profite pour se concentrer sur The Hungry Ghosts, un projet cinématographique qu'il écrit et dirige. La même année, il partage l'affiche avec Mark Wahlberg, Rachel Weisz, Susan Sarandon et Stanley Tucci du Lovely Bones, de Peter Jackson. Après des apparitions dans Mercy Hospital et La Vie secrète d'une ado ordinaire, il est, à l’automne 2010, au générique de Detroit 1-8-7, une nouvelle série du network ABC, dans laquelle il tient l'un des rôles principaux, celui de l'inspecteur Louis Fitch.

PS: Le rôle de Christopher Moltisanti vaut à Imperioli pas moins de 5 nominations, dont une statuette, aux Emmy Awards et 2 nominations aux Golden Globes.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #comics , #cinema-serie-tv

10 Octobre 2011

Green Fiction

Marsellus Wallace: "Le soir du combat, tu sentiras comme une piqûre d'insecte. C'est l'amour-propre qui te turlupinera. L'amour-propre tu l'emmerdes ! L'amour-propre fait mal, il ne sert jamais à rien".

Pulp Fiction de Quentin Tarantino.
Pulp Fiction de Tarantino (1994).

Pulp Fiction selon Angel Medina.
The incredible Hulk #441 de Medina et David (Couverture)

Dans le comics book The incredible Hulk #441 - "Hulk Fiction" (Medina et David, Marvel), Angel Medina rend hommage au film de Quentin Tarantino en parodiant l'affiche Pulp Fiction sur la couverture de sa BD. Ici Miss Hulk alias Jennifer Walters prend la place de Mia Wallace alias Uma Thurman.

 

Pour avoir plus d'informations sur cet excellent film et en voir d'autres pastiches, va faire un tour »ici« et »là« où j'ai déjà évoqué le sujet. ;-)

La légende veut que les rôles du dealer Lance (Eric Stoltz) et de sa femme Jody (Rosanna Arquette) aient été à l'origine destinés à Kurt Cobain et Courtney Love. En revanche, Tarantino pense dans un premier temps jouer le rôle du dealer, mais il tient absolument à se trouver derrière la caméra pour filmer la scène de la seringue, ce qui l'oblige à abandonner cette idée.

Voilà sur quoi, je suis tombé en faisant mes recherches (si si je t'assure ! ^^): Il n'y a pas que les auteurs de BDs qui parodient Pulp Fiction, les productions de vidéos pornos Brazzers aussi... »Nikki Benz dans Pump Fiction«.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

7 Octobre 2011

The big new

"Le marxisme est simultanément la victoire de l'homme actif externe sur l'homme intérieur passif et la victoire de la raison sur la croyance".

Caricature de Zbigniew Brzeziński (Philippe Buchet).

Dans Jour J - Tome 1 - "Les Russes sur la Lune !" (Buchet, Duval et Pécau, Delcourt) Philippe Buchet croque Zbigniew Brzeziński est lui fait jouer son propre rôle de conseiller du président Jimmy Carter dans cette uchronie où les russes sont les premiers à poser le pied sur la Lune.
(L'image est tirée de page 46, case 3).

 

Zbigniew Kazimierz Brzeziński (1928) est un politologue américain d'origine polonaise. Il est le conseiller à la sécurité nationale du Président des Etats-Unis Jimmy Carter, de 1977 à 1981. En tant que tel, il est un artisan majeur de la politique étrangère de Washington, soutenant alors à la fois une politique plus agressive vis-à-vis de l'URSS, en rupture avec la détente antérieure, qui met l'accent à la fois sur le réarmement des Etats-Unis et l'utilisation des Droits de l'homme contre Moscou.

Brezinski devient un critique important de la "guerre contre la terreur" menée par l'administration Bush, affirmant entre autres qu' "il n'y a pas d'islamisme global" en mettant l'accent sur la diversité du monde musulman.

Après l'obtention fin 2009 du Prix Nobel de la paix par Obama, Brzezinski déclare que cela apporte une "légitimité internationale" à la politique étrangère de l'administration Obama, et que le nouveau président avait "redéfini les relations de l'Amérique avec le reste du monde, [...] nettement amélioré son image, [...] et fait une série de promesses pour tenter de résoudre certains conflits d'une manière non unilatérale".

Zbigniew Brzeziński: "C'est également un fait que l'Amérique est trop démocratique chez elle pour être autocratique à l'étranger. Cela limite l'utilisation de la puissance américaine, notamment sa capacité d'intimidation militaire. Jamais précédemment une démocratie populaire avait atteint une suprématie internationale. Mais la poursuite du pouvoir n'est pas le but poursuivi par les passions populaires, excepté dans des conditions d'une menace ou d'une remise en cause du sentiment populaire de bien-être domestique. L'abnégation économique, c'est-à-dire les dépenses militaires, et le sacrifice humain, les pertes même parmi les soldats professionnels, qui sont nécessaires à l'effort sont peu agréables pour les instincts démocratiques. La démocratie est inamicale envers la mobilisation impériale".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #politique

4 Octobre 2011

Les qui ? Les Who !

"J'ai inventé une musique qui rend sourds ceux qui l'écoutent".

My generation des Who.
My generation de The Who (1964).

My generation selon Christopher.
Love Song - Tome 4 de Christopher (Couverture).

Dans Love Song - Tome 4 - "Greg" (Christopher, Le Lombard) Christopher rend hommage au groupe de rock The Who en parodiant la pochette de l'album My Generation. Il remplace les membres du groupe pas les héros de sa BD.

 

Les qui ? Les Who ! Fort heureusement, le groupe de Pete Townshend a apporté bien plus à l'histoire du rock qu'un jeu de mot gonflant et mille fois entendu. Musicalement, il a anticipé, entre le milieu des 60 et le début de la décennie suivante, le passage du rock d'une musique simple et nerveuse calquée sur l'hymne My Generation de 1965 à celle, plus sophistiquée, de l'album Who's Next de 1971, proche du hard-rock de Led Zeppelin, les sons électroniques en plus.

Mais revenons à My Generation, le premier album du groupe de rock britannique, sorti dans les bacs en 1965. A sa sortie, il atteint la cinquième place des charts en Grande Bretagne. Le disque reste célèbre pour sa chanson-titre My Generation, qui a lancé la carrière des Who. Ce titre est classé par le magazine Rolling Stone: 11e dans son classement des 500 plus grandes chansons de tous les temps.

Titres de l'album:

1. Out in the Street
2. I Don't Mind
3. The Good's Gone
4. La-La-La Lies
5. Much Too Much
6. My Generation
7. The Kids Are Alright
8. Please, Please, Please
9. It's Not True
10. I'm a Man
11. A Legal Matter
12. The Ox

My Generation comprend de nombreuses reprises de groupes de rhythm and blues, comme James Brown, en plus des compositions R&B écrites par le guitariste du groupe Pete Townshend. Cet album reste dans la mouvance générale de la musique pop de l'époque. Cependant, on dénote certaines caractéristiques qui placent ce disque un peu à part. Le son est un peu plus agressif. La section rythmique de Keith Moon et John Entwistle est bien mise en valeur. On peut entendre d'impressionnantes parties de batterie joués par Moon notamment dans The Ox et des lignes de basse démontrant la virtuosité d'Entwistle. Si My Generation et The kids are alright restent parmi les chansons les plus reprises des Who, My Generation est un morceau agressif et cru qui présage les mouvements heavy metal et punk. The kids are alright, morceau pop plus sophistiqué, avec des guitares claquantes, des harmonies vocales et une mélodie chantée, garde pourtant le rythme général des titres des Who de l'époque.

Sur la pochette de My Generation figure une photographie du groupe, posant à côté de quelques bidons d'essences, regardant vers le haut l'objectif. John Entwistle porte sur ses épaules une veste au motif du drapeau britannique. La pochette de la version des Etats-Unis diffère de l'originale anglaise. Sur celle-ci se trouve une photographie du groupe avec Big Ben en arrière-plan.

PS: Pour les jeunots qui ne connaitraient pas l'œuvre des Who. Ouvrez grand vos esgourdes pendant les génériques des Experts Las Vegas, Miami, et Manhattan, qui sont en faite trois excellents morceaux du groupe. Respectivement: Who are you?, Won't get fooled again, et Baba O'Riley.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #musique

1 Octobre 2011

Queen of Pin-Up

"Dieu approuve la nudité. Adam et Eve dans le jardin d’Eden étaient nus comme des vers".

Caricature de Bettie Page (Philippe Berthet).

Dans Pin-Up - Tome 3 - "Flying Dottie" (Berthet et Yann, Dargaud) Philippe Berthet caricature Bettie Page et lui donne le rôle de son héroïne Dottie.
(L'image est tirée de la planche 12, case 6).

Comme je l'avais déjà évoqué dans l'article sur Klaw, les auteurs ne se contentent pas simplement d'utiliser la plastique de Bettie Page pour donner vie à Dottie, ils s'approprient et romancent les origines de la célèbre Pin-Up. Dans les premiers tomes, Dottie est le modèle du dessinateur Milton Caniff qui crée le personnage de Poison Ivy pour un comic strip destiné à maintenir le moral des troupes (perso faisant référence à Male Call). Pour la petite histoire, Poison Ivy est aussi le patronyme d'une super vilaine de l'Univers DC Comics dont la première version du personnage est largement calqué sur le physique de Bettie Page. Fin de la parenthèse. Dans le tome 3, Dottie devient le model d'Irvin Klaw qui lui donne le pseudonyme de Betty. Et voilà comment nait la Betty de Berthet et Yann, et afin d'ancrer cette chimère dans la réalité, de nombreuses cases de la série s'inspirent de véritables clichés de Page par Klaw, dont voici quelques exemples:

Bettie Page.
(Planche 12, case 1).

Irving Klaw et Bettie Page.
(Planche 12, case 7).

Bettie Page.
(Planche 14, case 1).

Bettie Page.
(Planche 16, case 2).

Bettie Page.
(Planche 25, case 1).

 

Bettie (/Betty) Mae Page (1923-2008) était un mannequin américaine. Pin-up icône des années 1950, elle a préparé le terrain de la révolution sexuelle de la décennie suivante. Elle se fait connaître avec ses photographies dénudées parfois à tendance sadomasochistes et fétichistes.

En 1955, Bettie est l'une des premières playmates du mois du magazine Playboy qui lui offre une double page. D'abord secrétaire à New York, sa carrière de pin-up s'envole grâce aux clichés d'Irving Klaw. Ces photographies sont très controversées. Particulièrement celle où on la voit suspendue entre deux arbres, les bras en croix et les pieds pendants. Mais aussi celles qui évoquent la pratique du bondage. Elle devient rapidement l'étoile montante de l'érotisme underground des magazines comme Wink, Titter, Eyefull, Beauty Parade... tout un programme.

Elle tombe dans l'oubli dans les années 1960, se convertit au christianisme et devient missionnaire baptiste en Afrique. Puis elle travaille à plein temps au ministère de l'évangéliste Billy Graham. Dépressive et schizophrène, Page est internée en hôpital psychiatrique près de deux ans. Dans les années 1990, elle accorde quelques rares interviews mais refuse d'être prise en photo. Icône érotique à la vie tourmentée, Bettie Page reste un modèle de liberté et de sensualité.

PS: Maëster, lui rend aussi hommage sur son blog, »ici« et »là«.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #glamour