28 Février 2013

La Compagnie de Frans Banning Cocq et Willem van Ruytenburch

... dite aussi ...

La ronde de nuit de Rembrandt.
La ronde de nuit de Rembrandt exposée au Rijksmuseum d'Amsterdam (1642).

La ronde de nuit selon Richard Isanove.
Captain America #10 de Davis et Brubaker (Couverture alternative d'Isanove).

ans le comics book Captain America #10 - "Powerless" (Davis et Brubaker, Marvel) Richard Isanove, l'illustrateur de la couverture, pastiche le tableau de Rembrandt, La ronde de nuit, sur la couv' de sa BD. Ici, le capitaine de la compagnie et également bourgmestre d'Amsterdam, Frans Banning Cocq, est remplacé par Captain America; le lieutenant Willem van Ruytenburch, par Iron Man; le porte-enseigne Jan Visscher Cornelisen, par Œil de Faucon; le milicien qui remplit de poudre le fût de son arquebuse, par Thor; et pour les autres, je te laisse repérer: Nick Fury, la Veuve Noire et Ant Man, car leurs homologues n'ont jamais été identifié officiellement.

 

La ronde de nuit, est un tableau de Rembrandt (1606-1669) qui date de 1642. Elle représente une compagnie de la milice bourgeoise des mousquetaires d'Amsterdam, commandée par Frans Banning Cocq, sortant en armes d'un bâtiment. Cette toile a été peinte l'année de la mort de Saskia, la première épouse de Rembrandt et s'assombrit inexorablement en raison d'un apprêt au bitume de Judée mal séché.

La technique principale que l'artiste utilise est le clair-obscur. Ce procédé jumelé avec l'asymétrie des militaires les uns par rapport aux autres donne l'impression d'un mouvement vers l'avant. Cette impression est accentuée par les personnages eux-mêmes et leurs mouvements dans tous les sens. La lumière provient d'un point supérieur aux personnages avec une légère tendance vers la gauche. Elle éclaire surtout le centre du tableau où les personnages les plus importants sont situés. Les couleurs utilisées sont assez sobres, à l'exception de certains personnages ayant des costumes avec des couleurs plus vives. Les teintes, en général, oscillent du noir au beige, tout en incorporant des couleurs plus vives accentuant les parties plus emblématiques.

PS: Le titre exact de l'œuvre est inconnu. Mais le titre -La Ronde de Nuit- est une tradition infondée datant du XIXe siècle. Ce tableau qu'on avait pris l'habitude de considérer comme une scène nocturne s'est révélé être une représentation d'un groupe sortant à la lumière du jour, c'est la saleté et le vieillissement du vernis qui donnaient l'illusion de la nuit, qui pouvait passer pour normale dans l'œuvre de Rembrandt, familier des scènes très obscures. De plus, l'utilisation de bitume comme liant, s'assombrit avec le temps. Lors de la restauration du tableau faite en 1947, la peinture est réapparue comme les contemporains de Rembrandt avaient pu l'admirer.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure , #militaire

25 Février 2013

Le Rossignole de Parme

"AAAH! Je ris ♫♪ de me voir si belle ♪♫ en ce miroir ♪ ..."

Caricature de Renata Tebaldi (Hergé).

Dans Tintin et Milou (Hergé, Casterman) s'est largement inspiré de Renata Tebaldi pour donner vie à son insupportable Rossignole Milanais, Bianca Castafiore, dit La Castafiore.
(L'image est tirée du tome 21, page 34, case 11).

Archives d'Hergé.
Tintin - 21 - "Les bijoux de la Castafiore" de Hergé (Page 8, case 13)
et
Manteau de fourrure de la collection Hiver 1960 tiré des archives d'Hergé.

 

Renata Ersilia Clotilde Tebaldi (1922-2004) était une soprano italienne. Elle étudie la musique au conservatoire de Parme. Les scènes de Parme et de Trieste accueillent les tout premiers pas de la jeune chanteuse qui interprète notamment Desdémone. En 1944, âgée de 22 ans, la débutante incarne Hélène de Troie dans Mefistofele.

En 1946, lors d'une audition, le grand chef Arturo Toscanini lui trouve -la voix d'un ange-. Adoubée par le Maestro, elle se produit lors du concert de réouverture d'après-guerre de la Scala. Elle brille dans des interprétations de Rossini et de Verdi. Elle entame un règne de cinq ans sur la prestigieuse scène milanaise.

En 1951, elle déclare forfait un soir de représentation de Aïda... Une star montante, Maria Callas, la remplace sur la scène de la Scala... et lui vole la vedette. La Tebaldi continue toutefois de chanter, régulièrement, de 1949 à 1954, sur la mythique scène.

Callas règne sur la Scala ? Qu'à cela ne tienne ! La Tebaldi s'empare de New York, où elle enchaîne les triomphes au Metropolitan Opera. En 1955, elle triomphe dans le rôle de Desdémone. A la fin des années 50, elle recommence à chanter régulièrement à la Scala, au moment où la voix de Maria Callas amorce son déclin.

En 1962, à 40 ans, alors qu'elle triomphe dans Adriana Lecouvreur, opéra de Cilea ressorti de l'oubli à son initiative, Renata Tebaldi doit suspendre brutalement sa carrière, du fait de problèmes aux cordes vocales. Sa convalescence dure treize mois. Elle fait finalement son retour au Met où elle prête sa voix avec panache à des opéras moins connus comme Andrea Chenier ou Fernando Cortez.

La rivalité Callas/ Tebaldi, savamment entretenue par les médias, prend officiellement fin en 1968, lorsque Maria Callas vint féliciter Renata Tebaldi à l'issue d'une représentation de Adriana Lecouvreur.

En 1973, Tebaldi se produit pour la dernière fois dans un opéra. En 1976, après un ultime récital, elle met fin à sa carrière, en toute sérénité. Renata Tebaldi s'est éteinte en 2004 dans sa maison de San Marin, des suites d'un cancer.

Renata Tebaldi: "La peur c'est demain. Personne n'a peur d'hier".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #musique

22 Février 2013

Pas de Facehugger sans casser d'œuf

"Dans l'espace, personne ne vous entend crier".

Alien, le huitième passager de Ridley Scott.
Alien, le huitième passager de Scott (1979).

Alien, le huitième passager selon Arthur Suydam.
Deadpool: Merc with a Mouth #8 de Dazo et Gischler (Couverture de Suydam).

Dans le comics book Deadpool: Merc with a Mouth #6 - "Head Trip" (Dazo et Gischler, Marvel) l'illustrateur de la couverture, Arthur Suydam, parodie l'affiche du film de Ridley Scott, Alien, le huitième passager. Ici, l'œuf prêt à éclore et éjecter un facehugger, est remplacé par Têtepool.

Mais Arthur Suydam n'a rien inventé. Treize ans plus tôt, Paco Diaz pondait ça:

Alien, le huitième passager selon Paco Diaz.
Deadpool #40 - "Warriors Four!" (Diaz et Priest, Marvel).

 

Pitch du film:

Le vaisseau commercial Nostromo et son équipage, sept hommes et femmes, rentrent sur Terre avec une importante cargaison de minerai. Mais lors d'un arrêt forcé sur une planète déserte, l'officier Kane (John Hurt) se fait agresser par une forme de vie inconnue, une arachnide qui étouffe son visage. Après que le docteur de bord (Ian Holm) lui retire le spécimen, l'équipage retrouve le sourire et dîne ensemble. Jusqu'à ce que Kane, pris de convulsions, voit son abdomen perforé par un corps étranger vivant, qui s'échappe dans les couloirs du vaisseau...

Ridley Scott rapporte souvent qu'il aurait souhaité mettre en scène une fin beaucoup plus sombre au film Alien. Il voulait que la créature tue sauvagement le lieutenant Ripley (Sigourney Weaver) lors du face-à-face final dans la nacelle spatiale, puis que l'Alien s'asseye et prenne la voix de Ripley en envoyant un message rassurant d'arrivée sur la planète Terre. Mais la société de production 20th Century Fox n'était pas très enjouée à l'idée d'une fin aussi désespérée.

C'es vrais que ça aurait pu être cool de conclure ainsi, mais ça nous aurait privé de Ripley dans les épisodes suivant, et ça, c'est beaucoup moins cool.

PS: Le titre d'introduction d'Alien se présente sous la forme de sept traits, avant de composer finalement l'appellation définitive du long métrage. Un graphisme épuré et surtout volontaire, le titre révélant ainsi le nombre de victimes de la créature dans le film.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

19 Février 2013

"Groupir, restez groupir !"

On a retrouvé la 7e compagnie)

Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles.
Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles (1967).

Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band selon Ramon Rosanas.
The age of the sentry #4 de Dragotta et Tobin (Couverture alternative de Rosanas).

Dans le comics Book The age of the sentry #4 - "I wanna hold your band!" (Dragotta et Tobin, Marvel) Ramon Rosanas, l'illustrateur de la couverture, parodie la pochette de l'album musical des Beatles, Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band.

 

Pour avoir plus de détails sur ce célèbre album des Beatles et en voir d'autres adaptations, va faire un tour »ici« , »là« , et aussi »ici« où j'ai déjà développé le sujet. ;-)

PS: Scott Bricher pastiche aussi cette pochette sur »la couverture« du numéro 420 du magazine Mad sorti en août 2002.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

16 Février 2013

A bout !

Donald Rumsfeld: "Les bonnes nouvelles ne font jamais la une des journaux !" (Ça dépend de quel côté on se place ! ^^)

Photographie d'Abou Ghraib pour la couverture de The Economist.
Photographie d'Abou Ghraib pour la couverture de The Economist (2004).

Photographie d'Abou Ghraib selon Rick Veitch.
Army @ Love - Vol.2 #6 de Veitch (Couverture).

Dans le comics book Army @ Love - Vol.2 #6 - "It ended when you said goodbye" (Veitch, Vertigo) Rick Veitch dénonce les tortures d'Abou Ghraib, en reprenant la Une d'un numéro de mai 2004 de The Economist sur la couverture de sa BD.

 

The Economist est un magazine britannique. Il est l'un des hebdomadaires de référence à l'échelle mondiale; reconnu pour la qualité de ses analyses, il couvre l'ensemble de l'actualité mondiale, en étudiant en particulier l'économie et les relations internationales. Journal d'information, il prend régulièrement parti sur les grandes questions d'actualité, défendant une vision libérale classique.

Ce numéro de mai 2004 qui nous intéresse aujourd'hui, a pour titre "Resign, Rumsfeld". The Economist demande (ou en tout cas s'interroge sur) la démission de Donald Rumsfeld, suite aux implications supposé du Secrétaire à la Défense des Etats-Unis, sur la torture de prisonniers irakiens. En tout cas, ce qui est avéré, c'est qu'il a légalisé sa pratique sur les présumés terroristes. Je te laisse cogité sur la subtile frontière juridique qui différencie un prisonnier de guerre et présumé terroriste ! Jack Bauer Power ! ^^

La photographie en couverture a été prise en 2003 au pénitencier d'Abou Ghraib. Ce complexe tristement célèbre est mondialement connu à l'étranger à la suite du tollé suscité par la publication dans la presse et sur le web de photos prises par des soldats américains montrant des prisonniers torturés, attachés à des câbles électriques, obligés de poser nus ou bien menacés par des chiens de garde voire désacralisés après leur mort.

PS: En 2006, onze soldats américains ont été jugés et condamnés dans le cadre du scandale des tortures d'Abou Ghraib. Le président américain George W. Bush a déclaré que la prison était la "plus grosse erreur" des Américains en Irak. Mais d'après le général Janis Karpinski, jugée coupable et dégradée, les ordres de torture seraient venus de Donald Rumsfeld; ils seraient intervenus dans le cadre général de l'utilisation de la torture en Irak et en Afghanistan.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #militaire , #journalisme

13 Février 2013

Aviator

"Chaque homme a son prix, ou un gars comme moi ne pourrait pas exister".

Caricature d'Howard Hughes (Philippe Berthet).

Dans le second cycle de la série Pin-Up (Berthet et Yann, Dargaud) Philippe Berthet caricature Howard Hughes et lui fait jouer son propre rôle de cinéaste paranoïaque et obsédé par Dottie.
(L'image est tirée du Tome 5, planche 38, case 6).

 

Howard Hughes (1905-1976) était un réalisateur, producteur et aviateur américain. Héritier de la fortune de son père, magnat du pétrole, Hughes fait ses débuts de producteur en 1925 avec un film non commercialisé, Swell Hogan, réalisé par un ami acteur. Son entourage le dissuade de poursuivre dans cette voie, mais, entêté, il crée en 1927 la Caddo, sa maison de production et obtient ses premiers succès grâce aux comédies Everybody's acting de Marshall Neilan et Frères d'armes de Lewis Milestone.

Il se lance en 1927 dans la réalisation de son premier long métrage, Hell's Angels, avec Jean Harlow, qui rencontre un grand succès critique et public. Il produit en 1932, Scarface, dont la violence déclenche les foudres de la censure et lui vaut une réputation sulfureuse qu'accentuent ses liaisons avec des dizaines d'actrices de renom: Billie Dove, Ava Gardner, Katharine Hepburn.

A partir du milieu des années trente, Howard se consacre à sa seconde passion, l'aviation; bat à plusieurs reprises des records de vitesse et rachète en 1939 la compagnie TWA.

Il n'en délaisse pas pour autant le cinéma et tourne son deuxième long-métrage, Le Banni, en 1943. Dans ce long-métrage, Hughes, fidèle à sa réputation, filme longuement le décolleté de Jane Russell, qui est encore une jeune débutante inconnue. Devenu en 1948 le patron de la RKO, il produit notamment Le Paradis des mauvais garçons réalisé par Josef von Sternberg et Nicholas Ray et Un si doux visage d'Otto Preminger.

Mais rattrapé par ses démons et ses excentricités: la paranoïa et la phobie des microbes, il mène le studio à la faillite. Howard Hughes décède sous le nom de John T. Conover, dans l'hôtel le plus luxueux du Mexique. Il ne s'est pas lavé depuis des mois, n'est pas sorti depuis trois ans, ne s'habille plus depuis vingt-quatre ans, a les ongles immensément longs et, ravagé par la codéine et le valium, regarde des films toute la journée.

PS: Le cinéaste Martin Scorsese lui consacre un biopic en 2005: Aviator. Et c'est Leonardo DiCaprio qui incarne Hughes à l'écran.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

10 Février 2013

Le spécialiste endimanché

"Mon but fondamental est d'interpréter l'Américain typique. Je suis un conteur."

The Connoisseur de Norman Rockwell.
The Connoisseur de Rockwell pour la couverture du Saturday Evening Post (1962).

The Connoisseur selon Jacen Burrows.
Crossed: Valeurs familiales #6 de Barreno et Lapham (Couverture de Burrows).

Dans le comics book Crossed: Valeurs familiales #6 (Barreno et Lapham, Avatar Press) le dessinateur de la couverture, Jacen Burrows, parodie l'illustration de Norman Rockwell, The Connoisseur, faisant la Une du Saturday Evening Post du 13 janvier 1962.

 

On constate beaucoup d'humour et d'ironie dans ce dessin conçue par Norman Rockell (1894-1978) pour illustrer la couverture du magazine Saturday Evening Post. De dos, planté devant une peinture moderne, certainement une parodie de l'œuvre de Pollock malicieusement réalisée par Rockwell lui même, se trouve un vieux monsieur, digne et élégant, portant costume, gants, chapeau, parapluie... chez Rockwell chaque détail compte de façon jubilatoire.

Le titre indique que nous avons affaire à un connOisseur, traduire un historien de l'art laconique (et non un connaisseur). On ne voit pas l'expression du personnage. On peut l'imaginer dubitatif. Son soucis? Se tenir informé de ce qui est en vogue. Il examine l'œuvre, sans recul, dans une attitude de raideur circonspecte. Malgré sa bonne volonté, l'innovation reste quelque chose avec laquelle il n'est pas familiarisé.

On pourra douter de son engouement pour une peinture moderne dont la vocation est de bouleverser l'ordre et le sens commun, valeurs auxquelles son style vestimentaire tend à prouver qu'il est attaché. Ce monsieur bien mis et bien droit venu -s'encanailler- dans un musée d'art moderne nous offre un savoureux moment de décalage esthétique.

Norman Rockwell: "Je n'aurai jamais assez de temps pour peindre toutes les images que je voudrais". On en est tous là...

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #illustration

7 Février 2013

Tiens toi droit !

"L'art ne peut pas être moderne. Il est intemporel".

Autoportrait aux alkékenges d'Egon Schiele.
Autoportrait aux alkékenges de Schiele exposé au Leopold Museum de Vienne (1912).

Autoportrait aux alkékenges selon Alex Maleev.
Wolverine and the X-Men #9 de Jason et Christopher (Couverture alternative de Maleev).

Dans le comics book Wolverine and the X-Men #9 - "Day of the Phoenix" (Jason et Christopher, Marvel) Alex Maleev, l'illustrateur de la couverture, pastiche le tableau d'Egon Schiele, Autoportrait aux alkékenges, sur la Une de sa BD. Ici, Egon Schiele est remplacé par Captain America, et le rouge de l'armure d'Iron Man et de la cape de Thor rappelle celui des alkékenges (ou lanternes).

 

Egon Schiele (1890-1918) appartient au mouvement Expressionniste fortement imprégné par la Sécession viennoise à l'image de son maître Gustave Klimt. Très grand portraitiste, Schiele a le génie du dessin. Comme le montre cet autoportrait, ses personnages sont filiformes, sur des fonds monochromes, très caractéristiques de son style. La position du corps est excentrique. L'artiste donne au motif botanique une importance presque aussi grande qu'à son propre visage et à son buste. La figure et les plantes composent l'œuvre en y créant des tensions. Ainsi, la finesse des tiges de la plante et le rouge de ses alkékenges s'opposent à la zone noire de l'habit et de la chevelure.

***

Cette couverture spéciale s'inscrit dans le projet "Avengers Art Appreciation" accompagnant la sortie en salle du blockbuster Avengers en 2012. De nombreux auteurs Marvel s'amusent à dessiner les vengeurs à la manière de grands Maîtres avec plus ou moins de réussite et de ressemblance. Les meilleurs, comme celle d'aujourd'hui, auront droit à leur propre article à paraître prochainement.

Et voici celles qui n'auront pas droit à leur article:

Dardevil #11 de Steffi Schutzee à la manière d'Al Hirschfeld.
Dardevil #11 de Steffi Schutzee à la manière d'Al Hirschfeld (Aerosmith - 1977 / Woody Allen - 1999).

Age of Apocalypse #2 de Christian Nauck à la manière d'une fresque égyptienne.
Age of Apocalypse #2 de Christian Nauck à la manière de la fresque égyptienne de la chambre funéraire du fonctionnaire Merib (IVe dynastie).

Winter Soldier #4 de John Tyler Christopher dans un style art déco à la Erté.
Winter Soldier #4 de John Tyler Christopher dans le style art déco de Romain de Tirtoff, alias Erté (Rubis, série Pierres précieuses - 1930).

Fantastic Four #605 de Michael Kaluta à la manière de Winsor McCay.
Fantastic Four #605 de Michael Kaluta à la manière de Winsor McCay pour Little Nemo in Slumberland.

Avengers Assemble #2 de Stéphanie Hans à la manière de Claude Monet
Avengers Assemble #2 de Stéphanie Hans à la manière de Claude Monet pour une de ses nombreuses Cathédrale de Rouen et un de ses multiples Nymphéas.

X-Men #27 de Khoi Pham à la manière de Gustave Doré.
X-Men #27 de Khoi Pham à la manière de Gustave Doré, l'illustrateur du poème épique de John Milton - Paradis perdus.

Scarlet Spider #4 de Mike Del Mundo à la manière de Milton Avery.
Scarlet Spider #4 de Mike Del Mundo à la manière de Milton Avery (Yellow Sky - 1958).

Amazing Spider-Man #683 de Mike Del Mundo à la manière de Saul Bass.
Amazing Spider-Man #683 de Mike Del Mundo à la manière de Saul Bass (Vertigo / Anatomy of a murder / West side story / Advice & consent / Bird man of Alcatraz / Exodus / North by north west / One two three / In harm's way).

New Avengers #24 de Mike Deodato dans un style vitral.
New Avengers #24 de Mike Deodato dans un style vitral (Trinity Church de Boston).

PS: Schiele a fait près d'une centaine d'autoportraits se représentant souvent affligé d'un strabisme impressionnant, allusion humoristique à son nom de famille: en effet, le verbe -schielen- signifie loucher en allemand, et nombre de critiques hostiles à son art n'hésitaient pas à en faire des jeux de mots.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure

4 Février 2013

The Long One

"Je pense que l'équipe qui va recevoir aura peut-être l'avantage à domicile de jouer à la maison". C'est pas faux ! ^^

Caricature de Patrick Vieira (Serge Carrère).

Dans Leo Loden - Tome 12 - "Tirs à vu" (Carrère et Arleston, Soleil) Serge Carrère caricature Patrick Vieira et lui fait jouer son propre rôle de footballeur au sein de l'Equipe de France de football pendant la Coupe du monde 1998.
(L'image est tirée de la page 32, case 7).

 

Patrick Vieira (1976) est un footballeur français. Parti du Sénégal à 8 ans avec sa famille, il débute en 1993 à l'AS Cannes où il reste deux saisons et quelques mois. En 1995, il rejoint le Milan AC où il ne fait qu'une saison et deux matchs avant de partir pour Arsenal, club de Premier League anglaise. Après neuf années de bons et loyaux services dans l'équipe d'Arsenal, il a signé le 14 juillet 2005 avec l'équipe de la Juventus de Turin pour 5 ans et pour un montant de 20 millions d'euros. Il y retrouve notamment les autres Français de l'équipe, Lilian Thuram, Jonathan Zebina et David Trézéguet. Mais suite à l'affaire des matchs truqués du championnat italien au cours de l'année 2005-2006, il signe un contrat de 9,5 millions d'euros en faveur du club de l'Inter Milan.

Il participe à la Coupe du monde 1998 en France qu'il remporte. En 2000, il gagne également le Championnat d'Europe des nations avec l'Equipe de France. Il est considéré alors comme l'un des piliers de l'équipe de France, dont il a été le capitaine après l'Euro 2004, jusqu'au retour de Zinedine Zidane.

Critiqué au début de la Coupe du monde de football 2006, il est capitaine lors du match France/Togo (2-0, Vieira 55' et Henry 61') en l'absence de Zidane où il est l'homme du match. Il récidive en 1/8 de finale face à l'Espagne, lors duquel il réalise pour la deuxième fois consécutive le doublé but-passe décisive. Il sort malheureusement sur blessure pendant la finale Italie-France. Le 15 novembre 2006, lors de France/Grèce (1-0), il dispute son 100e match avec les bleus.

En 2011, très peu utilisé depuis son arrivée à Manchester City, cantonné au rôle de mentor dans les vestiaires des Citizens, âgé de 35 ans, il met un terme à sa carrière de footballeur professionnel et devient responsable du développement du club mancunien en Angleterre et à l'étranger.

Patrick Vieira: "Perdre une finale aux tirs au but, il n'y a rien de pire. Chaque équipe a eu sa mi-temps. L'Italie a dominé en première période mais on était bien en place en seconde. Il n'y a pas eu trop d'occasions. Le tournant du match, c'est peut-être d'avoir pris un but tout de suite après avoir ouvert le score, sur un coup de pied arrêté ou je marque Materrazi. On est tombé sur une belle équipe d'Italie, ça fait mal mais c'est comme ça, c'est difficile à digérer, on avait les moyens de gagner ce match, on est passé à travers. C'est dur mais si on regarde l'ensemble de la compétition, c'est positif".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #sport

1 Février 2013

Misty

"Il faut peu de caméras, sinon cela prouve que l'on n'est pas metteur en scène puisqu'on ne sait pas où la poser".

Un frisson dans la nuit de Clint Eastwood.
Un frisson dans la nuit de Eastwood (1972).

Un frisson dans la nuit selon Simon Léturgie.
Spoon & White - Tome 8 des Léturgie (Quatrième de couverture).

ans Spoon & White - Tome 8 - "Neverland" (Léturgie Père et fils, Vents d'Ouest) Simon Léturgie (le fils) parodie un plan du film de et avec Clint Eastwood Un frisson dans la nuit sur le quatrième de couverture de sa BD.

 

Pitch du film:

Dave Garver (Clint Eastwood) est disc jockey dans la station de radio KRML de Monterey, en Californie. Un soir, après son émission, il fait la rencontre d'Evelyn (Jessica Walter), une de ses ferventes admiratrices. Celle-ci l'appelle à chaque fois pour lui demander de passer la même chanson, Misty de Erroll Garner. Ils sympathisent et passent la nuit ensemble. Très vite pourtant, Dave va se rendre compte de la folie d'Evelyn, qui se montre très possessive et violente, notamment envers l'ancienne compagne de Dave (Donna Mills) que ce dernier cherche à reconquérir.

Ce film marque les débuts de Clint Eastwood derrière la caméra. D'ailleurs pour faire ses preuves, il n'a été payé qu'en tant qu'acteur, sa fonction de réalisateur n'a pas été rétribuée. En raison d'un budget réduit, Clint décide de filmer à Monterey et Carmel et non en studio. Le tournage s'achève avec deux jours et demi d'avance sur le plan initial. Les recettes du film rapportent cinq fois le coût de production, et Eastwood peut poursuivre sereinement sa carrière de metteur en scène.

PS: Pour le rôle de Murphy, Clint Eastwood a fait appel au cinéaste Don Siegel, qui l'a notamment dirigé dans Un shérif à New York, L'Inspecteur Harry, ou encore Les proies.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv