30 Avril 2014

Retraite forcée

André Malraux: "Le tombeau des héros est le coeur des vivants".

La Pietà de Michel-Ange.
La Pietà de Michel-Ange exposé à la Basilique Saint-Pierre du Vatican à Rome.

La Pietà selon Marco Rudy. La Pietà selon Sergio Carrera.
After the cape de Rudy et Wong (Couverture TBP).
et
After the cape II de Carrera et Wong (Couverture TBP).

Dans les comics After the cape - "How far to fall !" (Rudy et Wong, Image Comics) et After the cape II - "All falls down !" (Carrera et Wong, Image Comics) Marco Rudy puis Sergio Carrera parodient tour à tour La Pietà de Michel-Ange sur les couvertures respectives de leur TBP. Sur le premier recueil, Jésus Christ est remplacée par Ethan Falls en civil ""retraité"" de son ancienne activité de super-héros, et la Sainte Vierge Marie par Captain Gravity alias Ethan Falls avant sa retraite forcée. Sur le deuxième receuil, Ellen Falls, la femme d'Ethan remplace Jésus, et monsieur Falls remplace Marie.

 

Pour avoir plus de détails sur cette statue de marbre et en voir d'autres parodies, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8. ;-)

Janine Boissard: "La retraite, qu'est-ce que c'est, sinon la permission officielle de rouiller".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #sculpture-bronze , #religion-mythologie

28 Avril 2014

Mercy qui ?!

Georges Perros: "L'érotisme, c'est de donner au corps les prestiges de l'esprit".

Mercy Nilsson dans Mayfair.
Photographie de Nilsson pour Mayfair (1976).

Mercy Nilsson selon Alessandro Biffignandi.
Contes Malicieux - Tome 58 (Couverture de Biffignandi).

Dans le fumetti Contes Malicieux - Tome 58 - "C'est pas de la tarte" (Elvifrance), Alessandro Biffignandi plagie une photographies du magazine Mayfair volume 11 numéro 6, paru en juin 1976. Le modèle qui pose sur ce cliché est Mercy Nilsson, et le photographe n'est pas crédité. Ici, Mercy est remplacée par Blanche-Neige.

Mercy Nilsson selon Alessandro Biffignandi. Mercy Nilsson selon Alessandro Biffignandi.

Pour l'édition espagnole, la censure est passée par là. La généreuse poitrine de Blanche-Neige a été masquée par un soutien-gorge vite-fait mal-fait, et son sexe par un biniki qui ne cache rien du tout (?).

 

Si tu veux avoir plus de précision sur ce numéro spécifique de Mayfair, va faire un tour »ici« où j'ai déjà traité le sujet autour d'une autre pin-up: Suzy Corby. Et si tu veux revoir d'autres playmates du mensuel, c'est par là que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6. ;-)

PS: La série de clichés d'où la photographie qui nous réuni aujourd'hui est tirée s'intitule: "A Malmo maid remembered".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

26 Avril 2014

Mona Liddle

Antoine de Saint-Exupéry: "Un sourire est souvent l'essentiel. On est payé par un sourire. On est récompensé par un sourire".

La Joconde de Léonard De Vinci.
La Joconde de De Vinci exposée au musée du Louvre à Paris (1503).

La Joconde selon Stjepan Šejić.
Grimm Fairy Tales presents Wonderland #16 de Osuna et Gregory (Couverture bis de Šejić).

Dans le comics book Grimm Fairy Tales presents Wonderland #16 (Osuna et Gregory, Zenescope), Stjepan Šejić, l'illustrateur de la couv', pastiche La Joconde de Léonard de Vinci, sur la couverture de sa BD. Ici, Mona Lisa est remplacée par Carroll Ann 'Calie' Liddle.

 

Pour avoir plus d'informations sur cette célèbre toile et en voir d'autres parodies, va faire un tour »ici« , »là« , ou »ici« , auussi »là« et encore »ici« où j'ai déjà traité le sujet. ;-)

William Shakespeare: "On peut sourire et sourire et pourtant être un scélérat".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure

24 Avril 2014

Marche mal !

"Tu sais quoi, j'en ai assez de t'entendre. Malgré l'analyse simpliste que tu fais de cette trilogie. Le seigneur des anneaux est un magnifique accomplissement que l'académie a reconnu en décernant à Peter Jackson l'Oscar du meilleur réalisateur. Une récompense que ton Joujou Plastic Lucas n'a jamais eu et n'obtiendra sûrement jamais !".
Cleck II de Kevin Smith).

Caricature de Kevin Weisman (Simon Léturgie).

Dans Spoon & White - Tome 7 - "Manhattan Kaputt" (Léturgie Père et fils, et Isard, Vents d'Ouest) Simon Léturgie (le fils) croque Kevin Weisman et lui fait jouer le rôle de l'agent de la CIA Marshmall.
(L'image est tirée de la page 26, case 4).

Après Jack Bristow, les auteurs rendent un second et dernier hommage à Alias où Weisman interprète Marshall Flinkman le -Géo Trouvetou- de la série.

 

Kevin Weisman (1970) est un acteur américain. Originaire de Los Angeles, c'est au Lycée Taft de Woodland Hills en Californie que la passion de la scène lui vient. Il intègre ensuite le New York's circle au square theatre. Avec d'autres passionnés rencontrés à l'université, il fonde en 1992 la Compagnie de Théâtre Buffalo Nights. Il en est le producteur attitré, tout en se retrouvant aussi sur scène.

En parallèle, il débute dans le film Ollywoo en 1994 et dans un épisode de la série Frasier en 1995. Après un courte apparition dans Rock en 1996, il intègre le casting de la série Pauly et multiplie les apparitions dans des séries à succès telles que: Urgences, JAG, Roswell, Le Caméléon, Felicity produite par J.J.Abrams, X-Files, Buffy, Charmed ...

Il ne quitte pas la scène pour autant puisque, après avoir joué le rôle-titre de la pièce d'Arthur Schnitzler, Anatole, il triomphe avec Les Grecques, et la Trilogie Goldoni. Son activité cinématographique n'est hélas pas au même niveau. Il ne fait que des courtes apparitions dans Man of the Century, 60 Secondes chrono et Sac d'embrouilles.

En 2001, J.J.Abrams lui offre le rôle de Marshall J.Flinkman, le M. Gadget du SD6 dans la série Alias. Elle lui permet d'accentuer son personnage de clown, qui lui a valu le Garland Award 2003 du meilleur acteur dans la pièce Crazy drunk de Robert Fieldsteel. Son intelligence, sa maladresse, son innocence et son côté extra-terrestre font de lui le personnage le plus sympathique de la série.

Après avoir produit et joué dans l'Illusion en 2004, il a participé au Terminal de Spielberg, et fait un cameo dans Cleck II. Depuis la fin d'Alias en 2006, tu as pu le voir au casting du film Bending the rules en 2012, et dernièrement dans la série Hello ladies.

PS: Kevin participe à de nombreuses œuvres caritatives et organisations comme le Children's Hospital Los Angeles, le Children's Defense Fund, Wheels For Humanity ou encore le Koreh LA.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

22 Avril 2014

Animal House

(Titre en VO).

American College de John Landis.
American College de Landis (1978).

American College selon Darick Robertson.
The Boys #24 de Robertson et Ennis (Couverture).

Dans le comics book The Boys #24 - "We gotta go now" (Robertson et Ennis, Dynamite Entertainment), Darick Robertson pastiche l'affiche du film de John Landis, American College, sur la couverture de sa BD.

 

Pitch du film:

1962. Deux confréries d'étudiants cohabitent sur le campus de la fac américaine de Faber. L'une, très fermée, la Omega, est composée de riches bourgeois dont le snobisme n'a d'égal que leur éducation, la seconde, la Delta, est le repaire d'une bandes de chahuteurs. Le doyen (John Vernon) s'associe avec la première afin d'expulser du campus les joyeux lurons de la Delta. Mais ces derniers ont un tout autre plan en tête ...

American College est considéré comme le film qui popularisera le genre gross-out qui inspirera d'innombrables autres comédies telles que Police Academy, et Retrour à la fac. Produit avec un petit budget de 2 700 000 dollars, American College se révèle être l'un des films les plus lucratifs de l'histoire du cinéma. Depuis sa sortie, le film a recueilli une somme de 141 000 000 dollars grâce aux seules ventes de vidéos cassettes VHS et de DVD.

PS: Le film inspira une émission de télévision de courte durée diffusée sur la chaîne ABC, dans laquelle John Vernon reprend son rôle du doyen malveillant Dean Wormer.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

20 Avril 2014

Hope bas mot !

Barack Obama: "Je veux vous [Shepard Fairey] remercier d'avoir utilisé votre talent au service de ma campagne. Vos messages politiques ont encouragé les Américains à croire qu'ils pouvaient changer le statu quo. Vos images ont un effet profond sur les gens, qu'elles soient vues dans une galerie ou sur un panneau indicateur. C'est un privilège pour moi d'avoir été l'objet de votre travail d'artiste et une fierté d'avoir eu votre soutien".

The Barack Obama Hope poster de Shepard Fairey.
The Barack Obama "Hope" poster de Fairey (2008).

The Barack Obama Hope poster selon David Hutchison.
President Evil #4 de Hutchison (Couverture).

Dans le comics book President Evil #4 - "Yes we cannibal" (Hutchison, Antarctic Press) David Hutchison pastiche l'affiche de propagande The Barack Obama "Hope" poster de Shepard Fairey sur la couverture de sa BD. Ici, le visage de Barack Obama est détourné à la sauce zombie.

Le slogan "Hope" est remplacé par "Yes we Cannibal" faisant bien sûr référence à la fameuse anaphore "Yes we can" prononcé en 2008 par le, alors, sénateur Obama dans son discours de défaite après la perte du New Hampshire dans la course à la primaire. Ce slogan "Oui, nous pouvons" a ensuite été repris de nombreuses fois lors de la campagne des primaires, puis présidentielle, et enfin en 2009 lors de du discours d'investiture du président Obama. Mais le vrai slogan de sa campagne présidentielle était "Change we can believe in" (=Nous pouvons croire au changement).

 

L'artiste de rue, Shepard Fairey, crée une série d'affiches en soutien à la candidature de Barack Obama à l'élection présidentielle de 2008. Cette sérigraphie du portrait de Barack Obama est constituée d'aplats de trois couleurs empruntées à la bannière étoilée: du bleu décliné en deux tons, du rouge et du blanc. Le rendu est Warholien, et l'image devient rapidement une icône. Shepard distribue à ses frais 300 000 autocollants et 500 000 affiches pendant la campagne, se finançant par la vente d'affiches et de dérivés.

Shepard Fairey: "Parfois, on croit que j'ai été engagé par son équipe de campagne, mais non. Je l'ai fait parce que j'ai trois filles, que je fais de mon mieux pour leur donner une vie décente. Obama était simplement celui qui me semblait le mieux défendre mes valeurs".

A l'origine le slogan sur le poster est "Progess" (=Progrès) mais suite au succès et à l'impact grandissant de cette propagande sauvage, l'équipe de campagne d'Obama contacte l'illustrateur freelance, et lui demande si il veut bien remplacer son texte par "Hope" (=Espoir), message plus en phase avec celui de la campagne d'Obama. Fairey accepte et en imprime même d'autres séries avec "Change" (=Changement), et "Vote".

Shepard Fairey: "J'ai créé le premier, le portrait Hope, la deuxième semaine de janvier 2008 et dans les deux semaines suivantes, j'ai réalisé que cela avait un impact, car c'était partout sur Internet. J'en avais fait des affiches que j'avais accrochées dans Los Angeles et j'en ai distribué plusieurs milliers à un meeting mené par Oprah Winfrey. Et je les ai retrouvées sur les sites d'informations, les blogs, les pages Facebook et Myspace des gens... Pour moi, cela vient de deux choses: premièrement, il n'y avait pas d'image iconographique d'Obama et les supporters veulent avoir un symbole qui puisse être représentatif tout en ayant un caractère humain. Le logo d'Obama était un bon logo mais cela ne touchait pas les gens comme un portrait peut le faire. Comme aucun portrait n'existait, cela satisfaisait un besoin. Deuxièmement, avec mon statut d'artiste urbain et le fait que je me sois prononcé publiquement contre la guerre en Irak et contre la politique de George W. Bush, cela a pu faire comprendre qu'il y avait une dimension de plus que l'image elle-même".

Photographie de George Clooney et Barack Obama par Mannie Garcia pour Associated Press.
Photographie de Clooney et Obama par Garcia pour Associated Press (2006).

La photographie à l'origine du travail de Fairey, est un cliché datant du 27 avril 2006, de Mannie Garcia, photographe indépendant. Garcia, travaillant ce jour là en freelance pour le compte d'Associated Press, doit photographier George Clooney, de retour de visite des camps de réfugiés au Darfour. Obama, alors sénateur de l'Illinois, accompagne l'acteur à la conférence de presse et il se retrouve ainsi sur plusieurs clichés du photographe. Plus d'un an après, cette photo attire l'attention de Shepard Fairey alors qu'il cherche sur Google un portrait d'Obama pour réaliser son fameux poster. L'affichiste a d'ailleurs, par la suite, été ennuyé par l'agence de presse AP détenteur des droits d'auteur de ce cliché, mais les deux parties ont fini par s'entendre à l'amiable.

En janvier 2009, l'US National Portrait Gallery achète l'image originale Hope pour sa collection permanente.

PS: Time Magazine a commandé à Fairey le portrait d'Obama utilisé en couverture du numéro consacré à la personnalité de l'année 2008. Cette nouvelle image a aussi été utilisée en couverture du numéro de février 2009 d'Esquire Magazine. GQ Magazine a désigné Fairey parmi ses hommes de l'année, pour l'influence qu'il a eue sur l'élection.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #illustration , #politique , #propagande

18 Avril 2014

Pulp is kitsch

Jarvis Cocker: "Jeune, j'ai été trompé par les images idéales que donnaient le cinéma, la télé et la musique pop. Dans mes chansons, je parle de cette déception, j'essaie d'être plus réaliste. La vie réelle m'intéresse, je ne désire pas m'en échapper. Le quotidien recèle suffisamment de drame et de glamour pour ne pas en rajouter".

This is hardcore de Pulp.
This is hardcore de Pulp (1998).

This is hardcore selon Jamie McKelvie.
Phonogram - Intégrale Volume 1 de McKelvie et Gillen (Couverture).

Dans l'intégrale du comics book Phonogram - Vol. 1- "Rue Britannia" (McKelvie et Gillen, Image Comics) Jamie McKelvie parodie la pochette de l'album musical This is hardcore du groupe Pulp. Ici, la jeune femme blonde est remplacée par Emily Aster.

 

This is Hardcore est le sixième album de Pulp, sorti en 1998, trois ans après l'album qui leur avait ouvert les portes du succès: Different Class. Et même s'il ne rencontre pas le même succès commercial que son grand frère, il reçoit cependant un bon accueil de la critique. Les magazines Rolling Stone et Q, lui attribuent tous deux une note de quatre sur cinq.

Si Different Class était l'apogée d'un monde parfaitement conçu sur le mode d'une éthique confrontant pop-color bon marché, chorégraphies grandiloquentes et simplistes, descriptions relationnelles, sentimentalisme et message brièvement sociologique, This Is Hardcore, en conservant la profondeur textuelle et sonore d'une âme pulpesque, comporte des parties de cordes raffinées et évolue vers une image plus élégante, plus sensuelle, s'inspirant aussi de l'imagerie bourgeoise des feuilletons Américains.

Le morceau titre This is hardcore contient un sample du morceau Bolero on the Moon Rocks composé par Peter Thomas et interprété par son orchestre, le Peter Thomas Sound Orchestra.

Titre de l'album:

1. The fear
2. Dishes
3. Party hard
4. Help the aged
5. This is hardcore
6. TV movie
7. A little soul
8. I'm a man
9. Seductive barry
10. Sylvia
11. Glory days
12. The day after the revolution
13. Like a friend
14. Tomorrow never lies

La pochette a été réalisée par le photographe Horst Diekgerdes, l'artiste Peter Saville, et le peintre John Currin connu pour ses toiles figuratives provocatrices. Le résultat de cette collaboration a ensuite été manipulé numériquement par Howard Wakefield qui a également conçu l'album. Et c'est ainsi qu'une ravissante russe de 18 ans à la blondeur flamboyante se hisse sur du cuir rouge, comme démembrée, le cou allongé, l'air morte. Le visuel se veut sensuel et sulfureux. L'univers de Pulp est avant tout affaire de classe, mais s'aventure pourtant là où le kitsch est sans mesure.

PS: Des affiches identiques à cette jaquette qui arboraient les couloirs du métro londonien lors de la sortie de l'album, ont été taguées à coup de slogans féministes, ces dernières trouvant la pochette dégradante pour la femme.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

16 Avril 2014

La reine Adjano

"Je suis actrice pour donner de l'amour".

Dans Meurtres fatals - Tome 1 - "Meurtres fatals graves" (Maëster, Fluide Glacial) Maëster croque Isabelle Adjani dans le récit "Blanche Neige fatale et les se7en usual nains". Il lui fait jouer le rôle de Blanche Neige suspecte plus que présumée des meurtres atroces de Atchoum, Dormeur, Timide Joyeux et Grincheux.
(L'image est tirée de la page 49, case 2).

 

Isabelle Adjani (1955) est une actrtice française. C'est au théâtre, à l'âge de dix-sept ans qu'elle connaît ses premiers succès grâce à l'interprétation d'Agnès dans L'école des femmes. La même année, elle tourne La gifle de Claude Pinoteau. Cette comédie sur le thème du conflit de génération marque le début d'une filmographie étonnante où se côtoient les meilleurs metteurs en scène et les rôles les plus surprenant: François Truffaut avec L'histoire d'Adèle H, Roman Polanski et Le locataire, André Téchiné et Les sœurs Brontë, Andrzej Zulawski et Possession, Bruno Nuytten et Camille Claudel.

Ses personnages sont sur le fil, passionnés, tourmentés, hantés, si près du désespoir, de la folie et de la mort. C'est Jean Becker qui lui offre, sous le soleil de Provence, le rôle de sa vie avec L'été meurtrier. Une interprétation qui vaut à Isabelle Adjani un César.

Nouvelle égérie du cinéma français, elle n'hésite pas non plus à faire équipe avec de jeunes réalisateurs débutants comme Luc Besson dans Subway en 1985, ou Philomene Esposito dans Toxic affair en 1993. En 1995, elle remporte un nouveau César pour son interprétation tragique de La reine Margot.

Plus rare, en 2002, elle revient au cinéma devant la caméra de Laetitia Masson pour La repentie, dans lequel elle retrouve Sami Frey, son partenaire de Mortelle randonnée. La critique est unanime quant à sa composition d'Elléonore dans Adolphe, louant le retour après de longues années d'absence de l'une des actrices préférées des français. En 2003, elle est l'une des figures de proue de l'impressionnant casting du Bon voyage de Jean-Paul Rappeneau, évoluant notamment aux côtés de Gérard Depardieu et Virginie Ledoyen.

Toujours assez rare au cinéma, elle y revient en 2009, sous l'oeil de la caméra de Jean-Paul Lilienfeld dans La journée de la jupe pour lequel elle remporte son cinquième César de la Meilleure Actrice. En 2010, elle partage l'affiche de la comédie Mammuth avec son ami de longue date et autre monstre sacré du cinéma français, Gérard Depardieu.

La belle actrice est d'ores et déjà pour le public une légende, peut-être parce qu'elle aime tant se montrer distante et insaisissable.

Isabelle Adjani: "Dès qu'on parle une langue étrangère, les expressions du visage, des mains, le langage du corps changent. On est déjà quelqu'un d'autre".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

14 Avril 2014

Rencontre avec Pablo Correa

Au 29ème festival Bédéciné d'Illzach, en 2013, je me suis fait dédicacer le Tome 1 -"L'âge sombre" de la série Star Wars - Dark Times (Wheatley, Hartley, et Harrison, Delcourt) par Pablo Correa, un des illustrateurs de couverture de la série.

Dédicace de Pablo Correa sur Star Wars Dark Times

Milieu d'après-midi. Pas de file d'attente. Dédicace éclair. Deux minutes montre en main. Après les bonjours d'usage, M. Correra m'indique froidement qu'il n'a pas participé à ce premier recueil. Dépité et sur le départ donc, je me confonds en excuses en lui expliquant que je pensais qu'il était l'auteur d'au moins une des illustrations de la galerie en fin d'album, et je lui indique tout de même que j'ai toute la série à la maison. J'ai l'impression qu'il ne me croit qu'à demi mot, mais il me retient tout de même, et me dessine un Dark Vador vite fait aux crayons gras. Je ne me permettrai pas de critiquer M. Correa, c'était peut être pas son jour, et les casse-pieds baratineurs, ce n'est pas ce qui manque dans ce genre d'évènement... De plus, exprimer son talent sur du papier noir glacé, c'est par forcément évident et pratique.

Oh et puis merde, je suis tout de même maintenant l'heureux possesseur d'un album de Star Wars dédicacé avec un Dark Vador, ce n'est pas rien ! Sans rancune M. Correa. :-)

PS: Oui sans rancune, car j'encourage tous les fans de l'univers étendu de la saga Star Wars à lire cette excellente série, qui retrace l'épopée du Jedi Dass Jennir après que l'ordre 66 ait mit fin à la guerre des clones.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #dedicace , #comics

12 Avril 2014

Catcheur en ville !

Pour une fois, c'est Greg Land qui s'est fait plagier et non l'inverse... mais une fois n'est pas coutume !

CM Punk pour la couverture de WWE magazine de mars 2011.
Photographie de CM Punk pour la couverture de WWE magazine (2011).

Dardevil selon Greg Land.
Daredevil #65 de Below et Bendis (Couverture de Land / 2004).

Avec Daredevil #65 - "The Universe" (Below et Bendis, Marvel) Greg Land, l'illustrateur de la couverture, a inspiré le catcheur CM Punk pour sa pose de la couv' du numéro de mars 2011 de WWE Magazine. Ici, Matthew Michael Murdock alias Daredevil est remplacé par Phillip Jack Brooks alias CM Punk.

C'est pas que je tiens à faire ma langue de pute, mais à plus je regarde cette illustration de Land, à plus j'ai une impression de déjà vu... Je me demande si elle n'est pas repompée d'une couverture de Spiderman ?

 

WWE Magazine est le mensuel officiel de la World Wrestling Entertainment. Et la WWE est la plus grande ligue de catch du monde, atteignant 14,4 millions de téléspectateurs cumulés par semaine aux Etats-Unis et diffusant ses émissions en une trentaine de langues dans plus de 145 pays.

Phillip Jack Brooks (1978 Excellent cru ! ^^), plus connu sous le nom de CM Punk, est un catcheur américain qui travaille à la World Wrestling Entertainment dans la division Raw.
Il s'est d'abord fait connaître sur le circuit indépendant, surtout pour son travail à la Ring Of Honor. C'est en 2005 que CM Punk rejoint la WWE, où il fait ses débuts télévisés en 2006. Durant ses premières années à la fédération, il remporte plusieurs titres mondiaux.
Le gimmick de Punk est celui d'un catcheur straight edge, (Une sous-culture du punk hardcore dont les adhérents ne consomment ni alcool, ni tabac et autres drogues), il s'agit d'un réel choix de vie qu'il assume aussi bien devant les écrans que dans sa vie privée.
Punk a été sept fois champion du monde: deux fois champion de la WWE, trois fois champion du monde poids lourds de la WWE, une fois champion du Monde de la ECW et une fois champion du Monde de la ROH.

CM Punk: "The Rock s'est propulsé au sommet en catchant deux jours par an. The Rock dit que la WWE c'est sa famille, et bien moi, je passe le plus de temps possible avec ma famille".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #sport