31 Décembre 2015

Super Année 2016

sur kiCswiLA?

Super Année 2016.

Meilleurs vœux à toutes et tous ! :-)

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #nombriliste , #montage-photo

29 Décembre 2015

L'arme X

Voici mon buste tirelire Wolverine tiré de l'univers Marvel et produit par Semic Distribution.

Tirelire Wolverine (Semic Distribution).
Tirelire Wolverine (Semic Distribution).

Tirelire Wolverine (Semic Distribution) - Face. Tirelire Wolverine (Semic Distribution) - Côté gauche.Tirelire Wolverine (Semic Distribution) - Dos. Tirelire Wolverine (Semic Distribution) - Côté droit.

Mensurations:

Hauteur: 18,5 cm.
Largeur: 15 cm.
Profondeur: 13 cm.
Poids: 249g (Vide ! ^^).
Matière: plastique.

PS: Lien pointant sur le site Semic Distribution.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #3d

26 Décembre 2015

Connizia

Alfred de Musset: "Nu comme un plat d'argent, nu comme un mur d'église, nu comme le discours d'un académicien".

Photographie de Connie Kreski prise par Mario Casilli pour Playboy (1969).
Photographie de Kreski par Casilli pour Playboy (1969).

Connie Kreski selon le studio ROSI.
Lucrèce - Tome 17 du Studio ROSI, Barbieri, et Cavedon (Couverture).

Dans le fumetti Lucrèce - Tome 17 - "Le jeu de la mort" (Studio ROSI, Barbieri, et Cavedon, Elvifrance), l'illustrateur de la couv' du Studio ROSI, plagie une photographie de Connie Kreski prise par Mario Casilli pour le magazine Playboy de juin 1969, sur la couverture de sa BD. Ici, Connie, la Playmate of the year 1969, est remplacée par la sorcière Lucrèce, une descendante de Lucrezia Borgia.

 

Pour avoir plus d'informations sur ce mensuel masculin pour adulte et voir d'autres pastiches de playmates, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26. ;-)

Dans ce numéro de Playboy paru en juin 1969, c'est Connie Kreski, en tant que Playmate of the year, qui est en Une du magazine sous l'objectif de Mario Casilli. On la retrouve aussi à l'intérieur dans une série de sept clichés dont celui qui nous réunit aujourd'hui. La Playmate of the month de ce mois de juin 69 est Helena Antonaccio shootée par Pompeo Posar.

 

Connie Kreski (1946-1995) était une actrice et un modèle de charme américaine. Diplômée d'une école catholique d'infirmières à Detroit, elle étudie la psychiatrie et travaille trois mois dans un hôpital psychiatrique avant d'être recruté par le magazine aux grandes oreilles.

Alors qu'elle assiste à un match de football de l'Université de Michigan, un employé de Playboy, ami du médecin qu'elle fréquente alors la repère. Elle quitte l'état précipitamment après que sa mère ait appris qu'elle serait la future Playmate of the month de janvier 1968. Les photos sont prises par Larry Gordon.

L'année suivante, lors de son élection comme Playmate of the year, elle reçoit en cadeau un coupé Shelby GT500 Fastback rose, devant lequel elle pose pour un des clichés du mag. Et grâce au cachet qui va avec, elle part pour Londres où elle reste plus d'un an. Elle y travaille comme mannequin, et y rencontre Anthony Newley. Ce cinéaste lui confie alors le rôle-titre féminin de Mercy Humppe, dans la première comédie musicale classé X: Can Heironymus Merkin ever forget Mercy Humppe and find true happiness?. Connie apparait aussi par la suite dans quelques films comme The trackers (1971), The outside man (1972), ou The black bird (1975)... Au début des années 1970, elle fréquente un temps l'acteur James Caan.

Elle est une des onze Playmates of the year présentes en 1979, lors de la grande fête organisée pour les 25 ans du magazine au manoir Playboy de Los Angeles, qui en tout rassemble 136 playmates. Connie Kreski décède d'un cancer dans sa maison de Beverly Hills le 21 mars 1995.

Alain: "On dit communément que le nu est toujours chaste pourvu qu'il soit beau; mais il vaut mieux dire que le nu est beau pourvu qu'il soit chaste".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

24 Décembre 2015

We wish you a Merry Christmas ♫

Philippe Geluck: "Je veux bien me déguiser en sapin de Noël pour les fêtes, si on me promet de faire très très très attention quand on enlèvera les boules".

Joyeux Noël 2015.

Roy Lemon Smith: "Celui qui n'a pas Noël dans le coeur ne le trouvera jamais au pied d'un arbre".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #nombriliste , #montage-photo

22 Décembre 2015

BLAfard & MORTIfié

"L'état est incompétent en matière d'art".

Autoportrait dit Le Désespéré de Gustave Courbet.
Le désespéré de Courbet, collection privée (1844).

Le désespéré selon Antoine Aubin.
Blake et Mortimer - Tome 22 d'Aubin et Dufaux (Page 27, case 12).

Dans Blake et Mortimer - Tome 22 - "L'onde Septimus" (Aubin et Dufaux, Edition Blake et Mortimer) d'Antoine Aubin parodie la toile de Gustave Courbet, Le désespéré, sur une planche de sa BD. L'autoportrait du peintre est remplacé par le visage du colonel Olrik horrifié par les visions du professeur Jonathan Septimus.

 

Pour avoir plus d'informations sur cette toile de Courbet et en voir un autre pastiche, va faire un tour »ici« où j'ai déjà dépeint le sujet. ;-)

Gustave Courbet: "A quoi sert la vie si les enfants n'en font pas plus que leurs pères ?".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

20 Décembre 2015

Jack, c'est par où ?

"Moi ? Je suis malhonnête ! Et on sait qu'un homme malhonnête le restera quoi qu'il arrive... Honnêtement, ce sont des hommes honnêtes dont il faut se méfier, parce qu'on peut jamais prévoir à quel moment ils feront un truc incroyablement... stupide".
(©Jack Sparrow dans Pirates des Caraïbes de Verbinski).

Caricature de Johnny Depp (Simon Léturgie).

Dans Spoon & White - Tome 8 - "Neverland" (Léturgie Père et fils, Vents d'Ouest) Simon Léturgie (le fils) croque Johnny Depp et lui fait jouer le rôle de Jack, un des rescapés de l'île déserte.
(L'image est tirée de la page 37, case 1).

Avec ce clin d'œil, les auteurs rendent aussi hommage au personnage de Jack Sparrow, le héros de la saga cinématographique Pirates des Caraïbes.

 

Pour avoir plus d'informations sur la bio-filmographie de cet acteur et en voir d'autres caricatures, va faire un tour »ici« et »là« où j'ai déjà traité le sujet. ;-)

Johnny Depp alias Jack Sparrow: "Elle est saine et sauve, comme je te l'ai promis. Et elle est prête à épouser Norrington comme elle l'a promis ; et toi tu vas mourir pour elle, comme tu l'as promis... Nous sommes tous des hommes d'honneur, tu vois... exceptée Elizabeth qui est en fait, une femme".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

16 Décembre 2015

Home Alone

"J'te donne dix secondes pour bouger ton gros cul dégueulasse de là ! Unnn... Deuuuux... DIX !!"

Maman, j'ai raté l'avion de Chris Columbus.
Maman, j'ai raté l'avion de Columbus (1990).

Maman, j'ai raté l'avion selon Joe Quesada.
Spider-Man's Get Kraven de McCrea et Zimmerman (Couverture de Quesada).

Dans le comics book Spider-Man's Get Kraven #4 (McCrea et Zimmerman, Marvel) Joe Quesada, l'illustrateur de la couv', parodie l'affiche du film Maman, j'ai raté l'avion de Chris Columbus, sur la couverture de sa BD. Ici, Kevin McCallister alias Macaulay Culkin est remplacé par Alyosha 'Al' Kravinoff, Harry Lime alias Joe Pesci par Stitch Williams the Beater, et Marv Merchants alias Daniel Stern par Script Doctor.

 

Pitch du film:

La famille McCallister a décidé de passer les fêtes de Noel à Paris. Seulement Kate (Catherine O'Hara) et Peter (John Heard) McCallister s'aperçoivent dans l'avion qu'il leur manque le plus jeune de leurs enfants, Kevin (Macaulay Culkin), âgé de 9 ans. D'abord désespéré, Kevin reprend vite les choses en main et s'organise pour vivre le mieux possible. Quand deux cambrioleurs choisissent sa maison pour commettre leurs méfaits.

A sa sortie, le film arrive en tête du box-office. Maman j'ai raté l'avion est un des meilleurs ratio coût/chiffre d'affaire de tous les temps. En effet, le film n'a coûté que 15 millions de dollars et en a rapporté 533 dans le monde.

L'idée de Maman, j'ai raté l'avion est venue au scénariste John Hughes sur le tournage de L'oncle Buck, réalisé un an auparavant. Dans ce film, Macaulay Culkin interroge une soi-disant baby-sitter par le trou de la boîte aux lettres.

Maman, j'ai raté l'avion a engendré deux suites mais la seconde étant plus un remake qu'une suite. Maman, j'ai encore raté l'avion suit les nouvelles aventures de Kevin MacAllister perdu cette fois dans les rues de New York et Maman, je m'occupe des méchants suit des personnages nouveaux dans une histoire différente mais reposant sur le même principe que Maman, j'ai raté l'avion.

PS: La maison où habite Kevin est bien située Avenue Lincoln, mais au numéro 671 dans le village de Winnetka situé dans le comté de Cook en proche banlieue de Chicago dans l'Illinois. En 2011, ses propriétaires actuels mettent la fameuse maison en vente et les agents immobiliers en font la promotion comme étant: la maison de Home Alone (Titre en VO du film).

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

14 Décembre 2015

Noël au balcon, enrhumé comme un con

Georges Dor: "Noël, c'est la veille, c'est l'attente".

Christmas de Norman Rockwell.
Christmas de Rockwell pour le Saturday Evening Post (1930).

Christmas selon Mark Dos Santos.
Ex-libris - Batman de Dos Santos.

"What if Rockwell had been from Gotham City?". C'est le sujet que s'est imposé le dessinateur Mark Dos Santos pour une série d'Artwork... et l'Ex-libris - Batman (Dos Santos, DC Comics) d'aujourd'hui est une des réponses à cette interrogation. The Saturday Evening Post du 6 décembre 1930, avec en Une l'illustration Christmas de Norman Rockwell, s'est transformé en The Gotham Evening Post. Et ici, le garde est remplacé par Batman.

 

Un jour, Norman Rockwell confesse à sa seconde femme, Mary Barstow, que son père lui lisait des histoires de Charles Dickens pendant qu'il dessinait étant enfant. Et Mary, en bonne institutrice, s'intéressant de près au travail de son tout récent mari, commence à lui lire des histoires à haute voix pendant qu'il peint. Non seulement, Norman aime les histoires qu'elle lui raconte, mais en plus, ça lui donne d'autres sources d'inspiration, et de nouveaux thèmes viennent côtoyer des vieux sujets maintes fois représentés.

Noël 1930 était le premier Noël de sa nouvelle vie, et il décide de sortir des sentiers battus pour cette couverture. Et pourquoi pas un Noël médiéval ?!

Et ça sent bon le porcelet rôti derrière la vitre ! Et ça festoie ! Et ça ripaille ! Les traine-besaces, les coupe-jarrets et les marauds s'en mettent une ventrée ! Seul le pauvre garde se gèle dehors et regarde avec envie tous ces manants qui s'amusent. Mais son tour viendra, et quand la relève sera là, c'est lui qui ira boire une pinte et pincer les fesses de Rosine pour finir la plus belle nuit de l'année... ^^

Avec cette couverture, Christmas, Rockwell nous montre que finalement, quelque soit l'époque, il y a toujours des gens qui s'amusent, mais aussi des -laissés pour compte-.

PS: En 1950, il reprend la méthode que je qualifierai de -voyeur- pour nous montrer les musiciens qui répètent dans la boutique du coiffeur. La scène est prise de l'extérieur, à travers la vitre de la boutique. Cette couverture c'est Shuffelton's Barbershop et c'est une merveille, une des plus belles de Rockwell.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #illustration

12 Décembre 2015

The Invisibles band

Grant Morrison: "Abandonner le je, parce que c'est un mensonge".

Abbey Road des Beatles.
Abbey Road des Beatles (1969).

Abbey Road selon Kevin Colden.
Our sentence is up: Seeing Grant Morrison's The Invisibles de Meaney (Couverture de Colden).

Dans le hors série Our sentence is up: Seeing Grant Morrison's The Invisibles (Meaney, CreateSpace Independent) l'illustrateur de la couverture, Kevin Colden, pastiche la pochette de l'album musical Abbey Road des Beatles. Ici, les quatre Beatles sont remplacés par les 5 Invisibles: Ragged Robin, Boy, Jack Frost, Lord Fanny, et King Mob.

Cet ouvrage n'est pas un comics, mais un livre sur Grant Morrison et sa série The Invisibles. Comics, qui pour une grande majorité des ses lecteurs, est la série phare de l'auteur, son chef d'œuvre. On y trouve une très longue interview de Morrison par Patrick Meaney traitant et analysant en profondeur les idées complexes de cette œuvre. Le livre est préfacé par Timothy Callahan.

 

Pour avoir plus de détails sur cet album et en voir d'autres adaptations, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21. ;-)

PS: Si tu veux voir d'autres illustration de cet auteur, je t'invite à visiter sa galerie.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

10 Décembre 2015

De la mûre, de la mûre, de la mûr..ge ♫

"Ma devise est: exister, c'est insister !"

Caricature de Johnny Hallyday (Didier Conrad).

Dans Astérix - Tome 35 - "Astérix chez les Pictes" (Conrad et Ferri, Les édition Albert René) Didier Conrad croque Johnny Hallyday et lui donne le rôle du barde Mac Keul du village des Mac Oloch. Le pauvre se prend une rouste par Obélix qui n'a pas apprécié d'être dérangé pendant son repas par l'interprétation d'un air du Loch Andloll... Réaction du barde: "Quoi Mac Keul ? Qu'est ce qu'il a ma Mac Keul !" ^^
(L'image est tirée de la page 29, case 6).

 

Pour avoir plus de détail sur la bio/discographie de la grande star du rock francophone, va faire un tour »ici« où que j'ai déjà (à que coucou ! ^^) traité le sujet ! ;-)

Ce Johnny, quel poète :

"Je vis avec moi-même tous les jours".

"[...] pour remettre les pendules à leur place".

"Est-ce que vous les connaissez ces joueurs de l'équipe de France de Football ? - Oui, je connais Zazie évidemment, je l'adore...".

"Si on avait pas perdu une heure et quart, on serait là depuis une heure et quart".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #musique