22 Mai 2007

Lorre le maudit

Charlie Chaplin: "Il est le plus grand acteur de tous les temps".

Dans Sœur Marie-Thérèse - Tome 1 - "Sœur Marie-Thérèse des Batignolles" (Maëster, Fluide Glacial), Maëster croque Peter Lorre et lui donne le rôle d'un pilleur de banque timide et pas très doué, que notre bonne sœur préférée est obligée d'initier par charité chrétienne.
(L'image est tirée de la page 25, case 4).

 

Peter Lorre (1904-1964) est un acteur, un réalisateur et un scénariste américain. Il fugue à l'âge de 17 ans pour se joindre à une troupe d'improvisation. Mais pour faire plaisir à son père, il devient en 1922 commis dans une banque, boulot qu'il déteste. Il se retrouve malgré tout rapidement à travailler au théâtre, et participe à diverses tournées en Europe. Il subi une opération relativement mineure en Suisse et commence un long combat contre la morphine, qui le hantera toute sa vie.

Peter se lance dans le cinéma, à la naissance du parlant, marquant de son étonnante présence le chef-d'œuvre de Fritz Lang M le Maudit où il incarne Franz Becker, le tueur d'enfants. En 1933, se sentant menacé, il quitte l'Allemagne hitlérienne pour la France, puis pour l'Angleterre et s'installe finalement aux Etats-Unis, où sa carrière se poursuivra jusqu'à sa mort.

Il sait admirablement tirer parti de son corps trapu, de son faciès mou, et de ses yeux exorbités. On lui fait jouer volontiers les pervers, les lâches, les espions, parfois les détectives retors. Ses meilleurs rôles avant guerre sont : deux prestations avec Alfred Hitchcock, L'homme qui en savait trop et Quatre de l'espionnage ; Raskolnikov dans l'adaptation américaine par Sternberg de Crime et Châtiment ; le chirurgien sadique des Mains d'Orlac de Karl Freund ; et le détective japonais dans Le serment de Mr. Moto.

Peter Lorre trouve l'un de ses meilleurs rôles dans Le faucon Maltais, premier film de John Huston, adapté du chef d'oeuvre de Dashiell Hammett : il y incarne le suave Joel Cairo, petite frappe que Humphrey Bogart se fait un plaisir de boxer... Il retrouve d'ailleurs -Bogey- dans Echec à la gestapo, Casablanca, Passage to Marseille et Plus fort que le diable. Il formera aussi avec Sydney Greenstreet, son partenaire du Faucon Maltais, un tandem tragi-comique dans d'autres productions Warner Bros telles que Intrigues en Orient, Le masque de Dimitrios, Les conspirateurs, Three Stangers et The verdict.

Après avoir travaillé aux Etats-Unis, Peter Lorre revint en Allemagne vers 1950 pour y réaliser et interpréter lui-même, L'homme perdu, histoire d'un biologiste criminel témoin de l'effondrement du régime nazi. Il tourne ensuite des petits rôles dans des productions à grand spectacle: Vingt mille lieues sous les mers, Le tour du monde en 80 jours, Le sous-marin de l'apocalypse ...

Après avoir incarné Buster Keaton dans L'homme qui n'a jamais ri et avoir croisé Fred Astaire et Cyd Charisse dans La belle de Moscou, il est dirigé par Roger Corman dans deux adaptations d'Edgar Allan Poe : L'Empire de la terreur et Le corbeau.

Peter Lorre est mort d'une crise cardiaque à Hollywood, le 23 mars 1964.

PS: M le Maudit est le premier grand film parlant venant d'Allemagne. Le titre original devait être Les meurtriers sont parmi nous, allusion subtile au parti nazi, ces derniers, qui n'ont pas trouvé ça très drôle, ont exigé un changement rapide.

Publié par Chelmi à 12:28pm
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

Commentaires