26 Décembre 2007

Mel

"La mise en scène, c'est la chose la plus excitante à faire en dehors d'un lit".

Caricature de Mel Gibson (Simon Léturgie).

Dans Spoon & White - Tome 1 - "Requiem pour Dingo" (Léturgie Père et fils, et Yann, Vents d'Ouest) Simon Léturgie (le fils) croque Mel Gibson et lui donne le rôle d'un flic de choc prénommé Martin qui intervient dans la prise d'otage de l'hôtel Gold Gotha.
(L'image est tirée de la page 21, case 6).

En plus du clin d'œil à Gibson, les auteurs font référence à son personnage culte, Martin Riggs des films de la saga L'Arme Fatale, où il campe un inspecteur de police forcené et incontrôlable.

 

Mel Gibson (1956) est un acteur et un réalisateur américain. Il est le sixième d'une famille de onze enfants qui, installée aux Etats-Unis, émigre en Australie, terre natale de la mère. Après une formation au National Institute of Dramatic Arts de Sidney, Mel fait ses débuts au cinéma et 1977 dans Summer city, un thriller australien de Christopher Fraser. Parallèlement, il se produit au théâtre, et dans des séries télévisées comme The Sullivans ou encore Tickled pink.

En 1979, le succès du film d'action futuriste Mad Max de George Miller lui assure une renommée mondiale. Suivent deux suites en 1981 et 1985 : Mad Max 2 et Mad Max au-delà du Dôme du Tonnerre avec Tina Turner. Parallèlement, ses prestations d'attardé mental dans Tim de Michael Pate en 1979 et de jeune soldat inconscient dans Gallipoli de Peter Weir en 1981, lui permettent de gagner deux Prix du Meilleur acteur de la part de l'Australian Film Institute et d'une nomination aux Oscars. Gibson retourne sous la direction de Peter Weir dans L'Année de tous les dangers, en 1982.

En 1984, il se lance à l'assaut d'Hollywood avec Le Bounty de Roger Donaldson et La Rivière de Mark Rydell. Mais c'est en 1987, avec son personnage de flic déjanté et suicidaire dans L'Arme fatale de Richard Donner qu'il devient mondialement connu. Cette saga compte trois autres opus. Mel élargie ensuite son répertoire, en multipliant les genres cinématographiques : la tragédie classique dans Hamlet de Franco Zeffirelli, le western avec Maverick de Richard Donner ou encore la comédie romantique dans Ce que veulent les femmes de Nancy Meyers.

Amateur de grandes fresques guerrières, Gibson s'illustre en indépendantiste américain dans The Patriot, le chemin de la liberté de Roland Emmerich et en lieutenant aux prises avec l'ennemi Viet Cong dans Nous étions soldats de Randall Wallace. En 2001, il s'essaie à un nouveau registre, celui du thriller surnaturel, en tournant sous la direction du brillant M. Night Shyamalan dans Signes, un film sur l'apparition de gigantesques cercles et signes étranges dans des champs de Pennsylvanie.

En 1993, il se lance dans la réalisation avec L'Homme sans visage, un drame où il interprète un ermite défiguré et marginal. En 1995, fort de cette expérience, il se met en scène dans Braveheart, l'évocation de la vie de William Wallace, héros et symbole de l'indépendance écossaise. Cette ambitieuse et remarquable fresque historique récolte cinq Oscars, dont ceux du Meilleur film et du Meilleur réalisateur, ainsi que le Golden Globe du Meilleur réalisateur. Fondateur de Icon Productions, il produit via cette société Payback, et The Million Dollar Hotel de Wim Wenders, deux films dont il est également l'interprète principal.

En 2004, il a été à l'origine d'une forte controverse, lors de la sortie de son film tourné en araméen, La Passion du Christ, traité d'antisémite. En 2006, il recommence l'aventure de la réalisation avec Apocalypto, fresque consacrée cette fois-ci à la civilisation maya et tournée en langue maya. La même année, il continue de scandaliser l'Amérique en étant arrêté à cause de son taux d'alcoolémie et lance à cette occasion des tirades antisémites.

Mel Gibson est un homme politiquement engagé, aux idées arrêtées mais reste avant tout un grand acteur et un réalisateur doué.

PS: Encore un, enfin si j'en juge aux vues de mes maigres infos, à classer dans la catégorie des conards de la vie de tous les jours magistralement doué dans leur travail.

Publié par Chelmi à 09:10am
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

Commentaires