8 Juin 2008

Le Roi du Crazy

"Le businessman américain est un monsieur qui, toute la matinée, parle de golf à son bureau et qui, le reste de la journée, discute affaires sur le terrain de golf."

Caricature de Jerry Lewis (Jean-Claude Mézières).

Dans Valérian - Tome 1 - "La cité des eaux mouvantes" (Mézières et Christin, Dargaud) Jean-Claude Mézières croque Jerry Lewis et lui donne le rôle du scientifique Schroeder, à la solde de Xombul.
(L'image est tirée de la page 30, case 4).

Outre ce clin fait à l'acteur, les auteurs font aussi référence à son rôle titre du film Docteur Jerry et Mister Love dont il est le réalisateur en 1963, une version comique de Dr Jekyll et Mr Hyde. Ce long métrage a été dénigré par la critique américaine mais encensé en France, notamment par les Cahiers du cinéma. Il y a même eu un remake et sa suite avec Eddy Murphy: Le Professeur Foldingue et La famille Foldingue, où Jerry y était producteur exécutif.

 

Jerry Lewis (1926) est un acteur et un réalisateur américain. Fils d'un couple d'artistes, Jerry Lewis monte sur les planches dès l'âge de quinze ans pour y mimer des chanteurs célèbres de l'époque. Il rencontre Dean Martin en 1946 avec qui il forme rapidement le duo comique le plus apprécié d'Amérique. Ils jouent ensemble les seconds rôles dans leur premier film, Ma bonne amie Irma, suivi un an plus tard de sa suite, My Friend Irma goes West, puis interprètent leurs premiers rôles principaux dans Le Soldat récalcitrant.

Se succèdent ensuite treize comédies, toujours basées sur le même modèle: un maniaque stupide, silhouette comique et singulière -Lewis- nuit par ses pitreries à un homme sensuel et droit -Martin-. Mais les incessantes querelles entre ces deux acteurs les conduisent à se séparer. Un vrai cinglé de cinéma en 1956 est leur dernière collaboration.

Lewis poursuit alors une carrière solo et n'a de cesse de rechercher son indépendance. Il crée sa propre maison d'édition en 1959. Son premier film Le Dingue du palace en 1960 est un hommage au burlesque primitif. Le Tombeur de ces dames dénonce le matriarcat américain et les illusions du spectacle.

La seconde moitié des années 60 marque le début de la désaffection du public américain pour ses films et les années 70 sont désastreuses: Jerry la grande gueule, Cramponne-toi Jerry, et Which way to the front ?... Il revient à l'affiche en 79 avec Au boulot... Jerry ! qui remporte un vif succès commercial. Il joue dans La Valse des pantins aux côtés de De Niro, et s'exile en France où il tourne Retenez-moi ou je fais un malheur, et Par où t'es rentré? On t'a pas vu sortir. Pendant les années 90, il n'apparaît que dans Arizona Dream et Les Drôles de Blackpool mais ses prestations sont très remarquées. Dernièrement, en 2006, il a fait une petite apparition dans un épisode de la série New York Unité Spéciale.

Jerry Lewis a marqué la comédie américaine en révolutionnant le -slapstick-, comédie burlesque célébrée par Buster Keaton. Un vrai stéréotype populaire aux Etats-Unis qualifie les Français comme des grands fans de Jerry Lewis, et ce n'est pas pour rien qu'il est désigné pour décerner au grand comédien Louis de Funès un César d'honneur.

PS: C'est pour Le Dingue du palace que Jerry Lewis invente l'assistance vidéo. A l'époque, cette invention, pour laquelle il dépose un brevet, s'appelle le -circuit fermé de télévision appliqué aux films- (Closed Circuit Television Applied to Motion Pictures).

Publié par Chelmi à 08:00am
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

Commentaires