11 Septembre 2008

Monsieur Batignole

"Le rire, comme les essuie-glaces, permet d'avancer même s'il n'arrête pas la pluie."

Caricature de Gérard Jugnot (Bédu).

Dans Les Psy - Tome 9 - "On se calme !" (Bédu et Cauvin, Dupuis), Bédu caricature Gérard Jugnot dans le gag "Déprime des primés" et il lui donne le rôle de Gérard Jeunot, un comédien primé au Molière.
(L'image est tirée de la page 42, case 4).

 

Gérard Jugnot (1951) est un acteur, scénariste, réalisateur et producteur français. Au Lycée Pasteur de Neuilly, il rencontre ses futurs comparses : Christian Clavier, Thierry Lhermitte et Michel Blanc, avec lesquels il crée la troupe non moins légendaire du Splendid. L'adaptation pour le grand écran de l'une de leurs premières pièces écrite par Jugnot: Amour, coquillages et crustacés qui devient le film culte Les Bronzés, marque l'avènement d'une troupe de comédiens mythiques. Parallèlement, il fait aussi ses débuts sous la direction de grands cinéastes tels que Bertrand Blier dans Les valseuses, Bertrand Tavernier dans Le juge et l'assassin, et Roman Polanski dans Le locataire.

Dès lors, Gérard Jugnot se cantonne à des rôles qui s'inspirent de son physique: un Français moyen bougon et fanfaron, que ce soit dans Pour cent briques t'as plus rien... ou Le Père Noël est une ordure ou encore Papy fait de la résistance et Le Quart d'heure américain.

Mais 1987 marque un véritable tournant dans sa carrière, sa moustache rasée, il incarne le souffre-douleur d'un présentateur radio dans Tandem. Après la dislocation de la troupe du Splendid, il passe à la mise en scène avec Pinot simple flic, s'ensuivent une kyrielle de réalisations: Scout toujours, Une époque formidable, Casque bleu, Meilleur espoir féminin, Monsieur Batignole, ... que des bons films !

Pour autant il ne délaisse en rien la scène et se donne en spectacle interprétant Charles-Augustin Sainte-Beuve dans Etat critique.

Il tourne Les Brigades du Tigre et le magnifique Les Choristes en 2004. Il met en scène Boudu, à partir de Boudu sauvé des eaux de Jean Renoir, et remplace Michel Simon par Gérard Depardieu ; et figure en 2006 aux côtés de ses partenaires du Splendid dans Les Bronzés 3 amis pour la vie.

Gérard Jugnot retrouve, en 2007, Josiane Balasko et de Christian Clavier dans le remake de la comédie L'Auberge rouge où il reprend le rôle de Fernandel. Prochainement, il sera à l'affiche de Musée haut, musée bas de Jean-Michel Ribes, et Envoyés très spéciaux de Frédéric Auburtin.

Gérard Jugnot:

"L'imbécile ne peut pas se définir mais on peut toujours donner des exemples".

"Le rire se termine vite. L'émotion, on l'emmène avec soi. C'est un peu pareil qu'entre faire l'amour et être amoureux".

Publié par Chelmi à 08:00am
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

Commentaires

Gilles Penso 11/09/2008 12:06

Bravo pour ce bel hommage à ce bon vieux Gérard Jugnot, hilarant dans sa période Splendid et émouvant dans ses propres films (notamment l'excellent UNE EPOQUE FORMIDABLE).

Chelmi 11/09/2008 18:17


Merci. :-)
Sympa ton blog, il me fait penser à celui de l'ami Spooky pour son contenu (http://ansible.over-blog.net).


pasca 11/09/2008 11:27

salut, je suis toute nouvelle sur overblog, alors je passe te faire un petit coucou et te dis à bientot

Chelmi 11/09/2008 18:11


Salut ! :-)
Si tu vas dire bonjour à tous les membres, tu vas t'amuser ! ^^