24 Mars 2009

Garou

/!\ Ne pas confondre avec l'autre, là, c'est juste son surnom.

"L'un de nos problèmes est l'uniformisation. Il n'y a plus de débats d'idées. Les gens suivent les sondages et les top 50. Les jeunes ne sont pas assez fous !".

Caricature de Robert Charlebois (Achdé).

Dans Lucky Luke - Tome 73 - "La belle province" (Achdé et Gerra, Lucky Comics) Achdé croque Robert Charlebois et lui donne le rôle de Lindberg, un client du saloon Au Caribou.
(L'image est tirée de la page 24, case 3).

Le nom, Lindberg, fait bien sûr référence au titre de son quatrième album et tout particuliairement à la deuxième chanson.

 

Robert Charlebois (1944) est un est un parolier-compositeur-interprète, et musicien québécois. Il née dans un milieu bourgeois, il apprend à jouer du piano très jeune. Vers la fin des années 1950, il abandonne les études pour le théâtre et la musique.

Il n'a que 18 ans lorsqu'il fait la première partie de Félix Leclerc. En 1965, sort son premier album Charlebois vol.1, pour lequel il reçoit le prix du Meilleur disque au festival du disque. L'année suivant, Charlebois vol.2 sort et il commence à fréquenter les cabarets français.

En 1969, Robert fait son premier Olympia, salle mythique parisienne. L'accueil du public français est mitigé. De rage, Robert envoi sa batterie dans le public. A ses débuts, il est totalement rocker psychédélique, fait des spectacles plus beaux les uns que les autres, et sort des albums à un rythme plutôt effréné.

Dans les années 1980, il élargit son cercle de compositeurs avec Didier Barbelivien et Luc Plamondon. Il s'assagit (Tu n'étonnes avec Barbelivien ! ^^), et se retire tranquillement pendant quelques années. Pendant ce temps là, il s'exerce au cinéma, notamment dans Les blancs manteaux et dans Sauve-toi Lola.

Son retour, il le fait en 1989 avec Dense, mais l'impact n'est pas celui escompté. Il faut attendre 1992 pour qu'il retrouve le succès commercial. L'année suivante, Immensément est récompensé en France par la Victoire de la Musique du meilleur album francophone.

En octobre 1996, sort un nouvel album, Le chanteur masqué. Les textes sont évidement signés Réjean Ducharme, mais aussi Lewis Furey et Jean-Jacques Goldman. Une tournée française a lieu en février-mars, avant un passage parisien au Bataclan en octobre. Il continue sa tournée durant l'hiver 97-98.

En 2002, au gala de l'Adisq, il reçoit le Felix du meilleur Album dans la catégorie Folk contemporain. Homme de scène avant tout, show man explosif, bon vivant, Charlebois a toujours privilégié le plaisir artistique avant le succès à tout prix. Même si l'artiste s'est apaisé avec le temps, il sait toujours enflammer les foules si l'envie lui en prend.

Robert Charlebois dans Les ailes d'un ange: "Je suis un Hell's Angels à pied... J'mange des hot-dogs pis j'bois du thé... Je suis un bum de bonne famille. Quand j'vas su' a Main j'mange des guenilles...♪♫♫♪♫♪♪"

Publié par Chelmi à 09:00am
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #musique

Commentaires

Thanagra 26/03/2009 08:29

Au cinéma on l'a surtout vu dans "Un Génie, Deux Associés, Une Cloche" un western spaghetti avec Terence Hill et Miou-Miou 

Chelmi 26/03/2009 17:34


Ah ? Connais pas ! :-)