"La différence entre les surréalistes et moi, c'est que moi je suis surréaliste !".

Persistance de la mémoire de Salvador Dalí.
Persistance de la mémoire de Dalí exposée au Museum of Modern Art de New York.

Persistance de la mémoire selon Tramber.
William Vaurien - Tome 4 de Tramber (couverture).

Dans William Vaurien - Tome 4 - "Pas de cadeau pour Gromago" (Tramber, Albin Michel) Tramber parodie la toile de Salvador Dalí Persistance de la mémoire pour illustrer la couverture de sa BD.

 

Extrait de la fiche du Petit Larousse:

"[...] Thème récurrent dans son œuvre, les montres molles ne sont, selon Salvador Dalí [(1904-1989)], que le «camembert paranoïaque-critique tendre, extravagant, solitaire, du temps et de l'espace», définition typique du plus délirant de tous les surréalistes.

Transposition du thème classique du temps qui passe, cette Persistance de la mémoire [(1931)], avec au centre la caricature de l'artiste lui-même, vu de profil, est l'évocation, à travers un autoportrait sorti d'un rêve plus que de la réalité, du caractère éphémère de la vie humaine.

On retrouve dans cette petite peinture - à peine plus grande qu'une feuille de papier [(Huile sur toile de 24 x 31 cm)] - tout l'art de Dalí : minutie des détails, goût pour une facture classique emprunté aux maîtres du passé, audace de la perspective, mise en scène de sujets énigmatiques se référant à la «psychanalyse artistique de son auteur».[...]"

Salvador Dalí: "Le moins que l'on puisse demander à une sculpture, c'est qu'elle ne bouge pas".

Retour à l'accueil