Gabriel Sénac de Meilhan: "Ce qui doit dégoûter de la science, c'est que jamais elle ne nous apprendra ni l'origine du monde, ni le premier principe des êtres, ni leur destination". En revanche la peinture !... ^^

L'origine du monde de Gustave Courbet (1886).
L'origine du monde de Courbet exposé musée d'Orsay (1866).

L'origine du monde selon Michel Plessix.
Le vent dans les Saules - Tome 1 de Plessix (page 24, case 1)

Dans Le vent dans les Saules - Tome 1 - "Le bois sauvage" (Plessix, Delcourt) Michel Plessix incruste subtilement dans l'une de ses planches, le tableau L'origine du monde de Jean-Désiré-Gustave Courbet. Les reliefs de bois sauvage s'alignent sur les courbes de Constance Quéniaux. Une fois l'hommage révélée, le texte des bulles prend un nouveau sens.

L'origine du monde selon Michel Plessix.
Superposition des deux œuvres.

Descriptif rapide du tableau:

Le cadrage de la scène, entre les cuisses et la poitrine, renforce l'érotisme de l'œuvre. De plus, un sein en érection et la rougeur des lèvres vaginales laissent penser que le modèle vient d'avoir un rapport sexuel. L'artiste, qui a osé ainsi montrer le désir et l'excitation, a réalisé une oeuvre quasi pornographique très osé pour l'époque (1866).

poitrine - érotisme - sein - lèvres - vaginales - sexuel - désir - excitation - pornographique: ça c'est du mot clé qui va m'attirer du beau monde. ^^

Bien que l’œuvre n'ait pas été exposée en public avant la fin du xxe siècle, elle est connue et décrite par les commentateurs du monde artistique et littéraire de son époque, et en premier lieu par Maxime Du Camp qui la voit, vers 1867, chez son premier propriétaire et la présente en ces termes:

"Dans le cabinet de toilette du personnage étranger, on voyait un petit tableau caché sous un voile vert. Lorsque l’on écartait le voile, on demeurait stupéfait d’apercevoir une femme de grandeur naturelle, vue de face, émue et convulsée, remarquablement peinte, reproduite con amore, ainsi que disent les Italiens, et donnant le dernier mot du réalisme. Mais, par un inconcevable oubli, l’artisan qui avait copié son modèle d’après nature, avait négligé de représenter les pieds, les jambes, les cuisses, le ventre, les hanches, la poitrine, les mains, les bras, les épaules, le cou et la tête".

Edit de 2020:
Le modèle anonyme suscite bien des fantasmes sur son d’identité durant des centaines d'années... Mais en 2018, le voile est levé, et l'origine du monde est découverte... par hasard par Claude Schopp alors que ce dernier taravaille sur la correspondance entre Alexandre Dumas fils et de George Sand. La jeune femme s’appelle Constance Quéniaux, une danseuse de l'opéra de Paris, et maîtresse de Khalil-Bey, le diplomate turco-égyptien commanditaire du fameux tableau.

PS: Après ça, tu ne verras plus jamais Rat, Taupe et compagnie de la même manière. ^^

Retour à l'accueil