"L'avion, c'est pareil que le cinéma, il n'y a que des erreurs humaines. Un mauvais film, c'est une erreur humaine".

Caricature de Gérard Depardieu (Arnaud Toulon).

Dans Les informaticiens - Tome 1 - "Droit au bug" (Toulon, Brrémaud et Reynès, Bamboo) Arnaud Toulon croque Gérard Depardieu et lui donne le rôle de Gégé, un dangereux gangster qui purge sa peine au coté d'un maigrichon mais néanmoins dangereux reprit de justice enfermé pour avoir téléchargé illégalement des films via internet.
(L'image est tirée de la page 33, case 3).

 

Gérard Depardieu (1948) est un acteur français. Issu d'une famille de six enfants, il aurait pu devenir vendeur de savonnettes, plagiste ou employé dans une imprimerie, métiers qu'il exerça d'ailleurs dans son adolescence, ou rester viticulteur, sa seconde passion. Il aurait tout aussi pu mal tourner... Mais une représentation du Dom Juan dans sa ville natale et la rencontre de Jean-Laurent Cochet l'aiguillent très tôt vers le monde de la scène.

En 1971, il fait ses premiers pas au cinéma dans Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques de Michel Audiard. Mais il est révélé en 1974 par son rôle de gentil voyou en cavale dans Les Valseuses de Bertrand Blier. L'année suivante, le succès du thriller médical Sept morts sur ordonnance permet au comédien, jusqu'alors abonné aux rôles de loubards, de montrer l'étendue de son répertoire. Depardieu passe avec aisance de l'univers de Marguerite Duras: Le Camion en 1977, à celui de Claude Zidi: Inspecteur la Bavure en 1980.

Tout en poursuivant sa collaboration avec Blier, du grinçant Tenue de soirée à l'émouvant Trop belle pour toi, Gérard devient le compagnon de route de plusieurs grands noms du cinéma d'auteur français: alter ego de Pialat, qui le fait tourner dans quatre de ses films, il obtient le Prix d'interprétation à Venise pour Police en 1985, et campe un abbé rongé par le doute dans Sous le soleil de Satan. L'acteur est l'un des trois cobayes de l'expérimentateur Resnais dans Mon oncle d'Amérique et trouve à la même époque des rôles d'amoureux passionné chez Truffaut, dans Le Dernier Métro qui lui vaut un César en 1981, puis La Femme d'à côté. Il s'illustre parallèlement dans les comédies de Francis Veber en formant un tandem gagnant avec Pierre Richard: La Chèvre, Les Fugitifs.

Après le succès du Retour de Martin Guerre en 1982, Gérard Depardieu incarnera plusieurs personnages historiques ou issus de classiques de la littérature française: Jean de Florette pour Berri, Rodin dans Camille Claudel, il accomplit une de ses compositions les plus mémorables dans Cyrano de Bergerac de Rappeneau. Il décroche pour ce rôle un César, un prix à Cannes et une nomination à l'Oscar. Ce succès l'autorisant à quelques escapades américaines avec Christophe Colomb de Ridley Scott, et lui offrant le luxe de tourner avec Godard: Hélas pour moi, il multiplie alors les succès dans la comédie: Astérix I et II, Le Placard encore avec Veber ; et sa prestation de flic fatigué dans 36 quai des orfèvres en 2004 est saluée par la critique.

Héros de téléfilms de prestige qui assoient sa popularité: Les misérables, Les rois maudits, Depardieu n'en demeure pas moins une figure centrale et un pilier du cinéma français, comme en témoignent encore ses retrouvailles avec les stars: Adjani avec Bon voyage en 2003 et Deneuve avec Les Temps qui changent en 2004. Prochainement, on le retrouvera dans le troisième volet d'Astérix, Between strangers, Vivaldi et bien d'autres...

PS: Cet article est le 100e de la rubrique kiCswiLA?.

Retour à l'accueil