30 Janvier 2007

Pithivier

Ingrédients: 2 rouleaux de pâte feuilletée déjà étalée de 240g. Crème d'amande: 80g de beurre 80g de sucre semoule 80g de poudre d'amande... Mais non ! L'autre Pithivier !! ^^

Caricature de Jean Lefebvre (Mathieu Reynès).

Dans Lola Bogota - Tome 1 - "Notre Dame de Colombie" (Reynès, Brrémaud et Chanoinat, Bamboo) Mathieu Reynès croque Jean Lefebvre et lui donne le rôle d'un des hommes de mains de Georges Abadi, le parrain de la pègre bordelaise.
(L'image est tirée de la page 22, case 4).

Comme avec Bernard Blier, les auteurs se sont inspirés des personnages et des dialogues des Tontons Flingueurs de Georges Lautner (comme en témoigne d'ailleurs les remerciements fait en page de garde de la BD) et Jean Lefebvre ne fait pas exception.

 

Jean Lefebvre (1919-2004) était acteur français. Fils d'un maréchal-ferrant du Nord, il fait des études de pharmacie qu'il interrompt au début de la seconde guerre mondiale. Attiré par la scène, il entre au Conservatoire de Paris en 1948 pour en ressortir avec un Prix d'opéra comique. Sa carrière commence donc au cabaret avec des spectacles comme les Vignes du Seigneur, puis continue à New York où il se produit dans La plume de ma tante, de Robert Dhery.

Du cabaret, il passe au théâtre avec Je veux voir Mioussov, ou encore Les jumeaux, puis du théâtre au cinéma à partir de 1951. Il multiplie les timides apparitions dans Les Diaboliques, Gas-oil, Et Dieu créa la femme ou encore Un drôle de dimanche.

A partir de la décennie suivante, il se spécialise dans le registre comique, intégrant la troupe des Branquignols pour La Belle Américaine et donnant la réplique à des comédiens de renom comme Jean Gabin avec Le Gentleman d'Epsom en 1962 et Louis De Funès aux côtés de qui il incarne le maréchal des logis Lucien Fougasse dans la saga du Gendarme de Saint-Tropez. Parallèlement, Jean Lefebvre se trouve un réalisateur à qui il restera fidèle: Georges Lautner. Débute alors une fructueuse collaboration émaillée de quelques gros succès que viennent enrichir les dialogues de Michel Audiard: Les Tontons flingueurs, Les Bons vivants et Ne nous fâchons pas.

En 1967, il se retrouve pour la première fois en tête d'affiche d'une comédie intitulée Un idiot à Paris. Dans les années 70, il est au faîte de sa carrière en jouant Pithivier dans la trilogie Mais où est donc passée la septième compagnie? au côté de Aldo Maccione dans le premier volet. Cantonné aux éternels seconds rôles de benêt dépassé par les événements, Jean Lefebvre enchaîne dès lors des films restés mémorables pour leur titre: C'est pas parce qu'on n'a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule, La Situation est grave... mais pas désespérée, Ils sont fous ces sorciers ou encore On n'est pas sorti de l'auberge.

Au tournant des années 80-90, il se consacre essentiellement au petit écran avec les téléfilms La Grande embrouille et Papy super star, et au théâtre, en se produisant dans Pauvre France.

Les dernières années de sa vie seront consacrées au théâtre de boulevard où son succès ne sera jamais démenti avec en moyenne 700 représentations par pièces. Infatigable, il reprend la pièce Les Jumeaux au Théâtre des Nouveautés à Paris. Côté cinéma, sa dernière apparition marquante remonte à 2001 avec Fifi Martingale, une comédie de Jacques Rozier restée inédite en salles.

Jean Lefebvre: "J'ai dû faire suffisamment de navets pour en faire un vrai potager".

Publié par Chelmi à 11:04am
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

Commentaires