6 Février 2007

WC

"Si le chef de l'Etat n'est pas un expert dans l'art de prendre des résolutions, comment peut-il espérer enfreindre avec élégance les promesses de sa campagne électorale ?".

"Pour moi, les femmes sont comme les éléphants: des êtres superbes mais je n'en voudrais pas chez moi".

Caricature de W.C. Fields (Morris).

Dans Lucky Luke - Tome 36 - "Western Cicus" (Morris et Goscinny, Lucky Comics) Morris croque W.C. Fields et lui donne le rôle du capitaine Erasmus Mulligan, le propriétaire du Western Circus.
(L'image est tirée de la page 6, case 2).

Les auteurs, en lui donnant le rôle du directeur de crique alcoolo font référence à sa passion pour cet art spectacle et à ses ivresses légendaires. L'entre-deux vins était en quelque sorte son état naturel qui donnait toute sa plénitude à sa forme d'humour si particulière (Un Gainsbard avant l'heure).

 

W.C. Fields (1879-1946) était un humoriste, un acteur et un cinéaste américain. Le jeune William-Claude connaît une jeunesse turbulente et quitte ses parents à l'âge de onze ans après une violente dispute avec son père. Vagabond, il apprend à jongler et vie de petits boulots. Dès 1914, il s'est déjà fait une réputation de jongleur remarquable dans la troupe de Jim Fulton. Il devient vedette de music-hall en 1898 et son numéro, au cours duquel il jongle avec 75 boites de cigares, ravit les foules. Puis, ce sont les tournées internationales. Vedette des Folies Bergère à Paris en 1905. Il devient aussi une des têtes d'affiche des Ziegfeld Follies.

Il ne s'intéresse au cinéma que tardivement à l'âge de quarante-six ans. De 1926 à 1928, il fait surtout des compositions dans des reconstitutions historiques et apparaît dans huit films dont Sally, fille de cirque et Aïe, mes aieux!. Ce n'est qu'en 1930 qu'il s'installe définitivement à Hollywood pour se consacrer pleinement au cinéma. Parallèlement à son comique cynique et dévastateur, il continue d'apparaître jusqu'à la fin de sa vie dans des films à costumes tel Alice au pays des merveilles ou des revues de music-hall filmées comme Hollywood Parade, Hollywood Mélodie.

Au début des années trente, Fields est à l'orée d'une décennie qui va lui permettre de conquérir une popularité très étendue aux Etats-Unis. Il tourne dans Si j'avais un million, Une Riche affaire, Six of a Kind, David Copperfield ... Il collabore à des émissions de radio en compagnie du ventriloque Edgar Bergen, qui obtiennent une grande audience. Ses comédies familiales dans lesquelles il tente vainement de cacher à ses femmes possessives et acariâtre son penchant inconsidéré pour les boissons fortes portent à son apogée sa prodigieuse popularité. Ce penchant pour l'alcool, W.C n'avait d'ailleurs aucune peine à le faire admettre dans son personnage de cinéma puisqu'il était alcoolique également dans la réalité.

Son personnage était un mélange détonnant de cynisme, de méfiance, de caractère agressif et d'esprit de contradiction. Malgré les apparences, sa vie ne fut pas tellement différente de ses rôles à l'écran: une continuelle épreuve de force contre le mauvais sort, sa femme et la maladie. Il tombe malade en 1936. Les dernières années de sa vie, il les passera la plupart du temps allongé sur un lit d'hôpital, apparaissant sporadiquement dans des films où il n'est plus qu'une silhouette, l'ombre d'une gloire déchue (Mon petit poussin chéri, Six destins ...). Il meurt durant la nuit de Noël 1946 d'une hémorragie de l'estomac.

PS: En 1976, Arthur Hiller tourne W.C. and Me, avec Rod Steiger dans le rôle de Fields.

Publié par Chelmi à 11:20am
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

Commentaires