17 Octobre 2012

Cliffhanger

Reinhold Messner (Alpiniste italien): "La montagne n'est ni juste, ni injuste. Elle est dangereuse".

Caricature d'Arnold Fanck (Laurent Verron).

Dans Odilon Verjus - Tome 3 - "Eskimo" (Verron et Yann, Le Lombard) Laurent Verron croque Arnold Fanck, et lui fait jouer son propre rôle de réalisateur cinématographique sur le tournage de SOS Iceberg.
(L'image est tirée de la page 33, case 1).

 

Arnold Fanck (1889-1974) était un réalisateur allemand, pionnier dans le cinéma de montagne. Tout jeune, atteint d'asthme et de tuberculose, on l'envoie dans un sanatorium en Suisse. L'amélioration de sa santé lui permet de pratiquer avec le ski et l'alpinisme. Cette rencontre avec la montagne est déterminante pour le reste de sa vie. Avec son bac en poche, le jeune Arnold suit des cours de philosophie et se passionne pour la photographie. A partir de 1910, il étudie la chimie et la géologie à l'université de Zurich.

Entre temps, en 1913, il connaît sa première expérience cinématographique en apparaissant dans un documentaire sur la montagne réalisé par Sepp Allgeier. Lorsque la guerre éclate, il s'engage dans l'armée, mais il est réformé à cause de son asthme. En 1915, il revient à Zurich passer un doctorat en géologie avec comme sujet: la formation des fossiles. Puis il prend finalment du service au département d'espionnage des armées au service photographique.

Après la guerre, Arnold Fanck s'associe avec le Docteur Tauern, skieur et physicien, pour fonder la Berg-und-Sportfilm GmbH Freiburg, une compagnie de production spécialisée dans les films sur les sports de montagne. Fort de son expérience de photographe, il passe derrière la caméra et réalise une série de courts métrages et de documentaires qui ont pour seul sujet la montagne. La qualité exceptionnelle de ses productions en fait le maître incontesté du film montagnard, genre de films typiquement allemands.

En 1925, celui que l'on appelle désormais Docteur Arnold Fanck est forcé de vendre sa compagnie à la Universum Film AG pour pourvoir terminer un de ses premier films de fiction, La montagne sacrée, un drame de la jalousie entre deux alpinistes, interprété par Luis Trenker et Leni Riefenstahl. Le film est un énorme succès qui impose le réalisateur et son interprète féminine principale en véritables stars de la UFA. La collaboration des deux artistes se prolonge avec cinq films qui ont tous pour sujet la montagne: Le grand saut en 1927, Prisonniers de la montagne en 1929, Tempête sur le Mont-Blanc en 1930, Ivresse blanche en 1931, et SOS Iceberg en 1933.

En 1935, ses divergences d'opinion avec les autorités culturelles nazies le force à s'éloigner du cinéma. L'année suivante, il part au Japon tourner La fille du samouraï avec Sessue Hayakawa. Finalement, il retourne vers les studios allemands, dirige Ein Robinson en 1938 et accepte de prendre sa carte du parti nazi. Il doit plus que jamais tourner des films en conformité avec le régime. Il réalise un film sur un combat en montagne et deux documentaires qualifiés de propagande par les Alliés après la guerre, un documentaire sur le mur de l'Atlantique en 1943 et un autre sur le sculpteur Arno Breker en 1944, son dernier film. Ces deux productions lui seront fatals. Il est interdit de tournage par les Alliés après la guerre et tous ses films sont interdits. Tombé dans la pauvreté, il devient ouvrier forestier.

Lorsqu'un de ses films, Rêve éterne, est de nouveau projeté en 1957, au Festival du film de montagne de Trente, il sort de l'anonymat et vend ses droits pour la télévision. Arnold Fanck meurt d'un cancer, le 28 septembre 1974, à Fribourg.

Pour toi petit scarabée, un proverbe chinois: "Homme de la plaine, pourquoi gravis-tu la montagne ? Pour mieux regarder la plaine...?".

Publié par Chelmi à 07:00am
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

Commentaires