... Oui, c'est Mame qu'il faut blâmer ♪♫♪♫♪♪

Rita Hayworth alias Gilda | Gilda

Gilda de Charles Vidor.
Gilda de Vidor (1946).

Gilda selon Philippe Berthet.
Pin-up - Tome 4 de Berthet (Planche 13, cases 4 et 5).

Dans Pin-up - Tome 4 - "Blackbird" (Berthet et Yann, Dargaud) Philippe Berthet rend hommage au film de Charles Vidor, Gilda, en pastichant quelques plans du long métrage dans sa BD. On reconnait bien la sublime Rita Hayworth alias Gilda simulant son mémorable strip-tease sur la chanson Put the Blame on Mame, où elle retire ses longs gants noirs, mettant ainsi ses bras à nu. Glups ! 😋

 

Gilda est un long métrage réalisé par Charles Vidor et sorti dans les salles obscures le 25 avril 1946. Ce film noir écrit par Marion Parsonnet est une adaptation de l'œuvre de E.A. Ellington. C'est le troisième des quatre films dans lequel Vidor dirige Rita Hayworth, film qui fait de l'actrice un mythique, un sex symbol, et constitue l'apogée de sa carrière.

Ballin Mundson (George MacReady), directeur d'un casino, prend sous sa protection un jeune Américain, Johnny Farrell (Glenn Ford), après l'avoir sauvé d'une mort certaine. Ballin, devant s'absenter, confie la direction de son établissement à Johnny. Il revient quelque temps plus tard marié à Gilda (Rita Hayworth), l'ancienne maîtresse de Johnny.

AlloCiné | Gilda

L'histoire s'appuie majoritairement sur la posture post Seconde Guerre mondiale américaine, à savoir une paranoïa au sujet de Nazis ayant réussi à s'échapper et à prendre une nouvelle identité en Amérique du Sud. Le film aborde également des thèmes controversés pour l'époque, tels que l'impuissance, la misogynie ou l'homosexualité. Tout ceci de manière suggérée, afin de rester en conformité avec le Code Hays, l'organisme de censure alors en vigueur.

Put the Blame on Mame, est une chanson humoristique écrite par Allan Roberts et Doris Fisher spécialment pour le film. Ce titre y est chanté par le personnage-titre joué par Rita Hayworth. La chanson intervient à deux reprises dans l'histoire, l'une interprétée par Rita Hayworth elle-même, l'autre où la voix de l'héroïne est doublée par Anita Ellis. La version interprétée par Anita Ellis est classée à la 84e place dans la liste des 100 plus grandes chansons du cinéma américain de l'American Film Institute.


Put the Blame on Mame interprétée par Rita Hayworth et doublé par Anita Ellis dans Gilda de Charles Vidor (1946).

La chanson évoque une femme fatale, Mame, à laquelle reviendrait la faute de tous les maux du monde, le grand incendie de Chicago en 1871, le grand blizzard de 1888 qui a dévasté New York aussi bien que le tremblement de terre de San Francisco en 1906, et même la mythique fusillade de Dan Mac Grew qui aurait eu lieu en 1905 durant la ruée vers l'or du Klondike. Le refrain dénonce à chaque fois les explications qui ont été données de la catastrophe en précisant que la véritable responsable, ce serait Mame. La danse provocante qui manque de finir en strip-tease donne à la chanson des sous-entendus: une invitation aux hommes pour la luxure puisque c'est toujours sur la femme que retombe le péché originel, celui d'une subversion de la morale religieuse, celui de la complaisance pour la femme réduite à la condition de putain et assimilée au tentateur.

Tous les hommes que j'ai connu ont passé la nuit avec Gilda et se sont réveillés avec moi.

Rita Hayworth

Retour à l'accueil