16 Juin 2012

L'homme sans nom devient l'étranger

"J'ai enterré mes réalisateurs".
Les pierres tombales du cimetière dans le film portent les noms des cinéastes Sergio Leone, Don Siegel et Brian G. Hutton.

L'homme des hautes plaines de Clint Eastwood.
L'homme des hautes plaines d'Eastwood (1973).

L'homme des hautes plaines selon Simon Léturgie.
Spoon et White - Tome 7 des Léturgie et Isard (Quatrième de couverture).

Dans Spoon & White - Tome 7 - "Manhattan Kaputt" (Léturgie Père et fils, et Isard, Vents d'Ouest) Simon Léturgie (le fils) parodie un plan du film de et avec Clint Eastwood L'homme des hautes plaines sur le quatrième de couverture de sa BD. A gauche, c'est Clint Eastwood alias l'Etranger et à droite Billy Curtis alias Mordecai.

 

Pitch du film:

Un étranger (Clint Eastwood), tout de noir vêtu, arrive dans une petite ville frontalière du sud-ouest américain. Trois jeunes cowboys le provoquent. Il les abat tous les trois. Les habitants lui demandent alors de les sauver de l'attaque de trois bandits qui ont juré la destruction de la communauté. Il accepte mais à des conditions qui vont bouleverser le conformisme de la bourgade...

Premier western de Clint Eastwood en tant que réalisateur, L'Homme des hautes plaines mélange les genres. L'arrivée de son personnage dans la ville de Lago évoque les westerns de Sergio Leone avec qui il a tourné de 1964 à 1966 les trois films légendaires qui composent la fameuse Trilogie des dollars qui l'a révélé au public. Eastwood y perpétue la magie cinéphilique associée à son personnage d'-Homme sans nom- en prenant ainsi le nom d'-Etranger-.

Le film rassemble déjà tous les thèmes développés ultérieurement par le cinéaste, notamment celui de la vengeance, qui sera au cœur de Josey Wales hors la loi et d'Impitoyable. De même, son personnage de l'Etranger préfigure celui du pasteur de Pale Rider. Ne pouvant pardonner la médiocrité et la veulerie des habitants de Lago, l'Etranger les force à repeindre leur ville en rouge et nomme leur souffre-douleur habituel, un nain, comme maire et shérif, autant d'images fortes qui confèrent au film une dimension à la fois crépusculaire et fantastique.

/!\ Spoiler: Frère du shérif Duncan, venu pour punir ses assassins ou ange exterminateur prêt à faire régner la justice? Clint Eastwood a préféré laisser le mystère entier. Contrairement à la version originale, où le personnage de l'Etranger désigne la tombe du shérif comme la sienne, la version française laisse plutôt croire que l'Etranger serait le propre frère du shérif Duncan.

Publié par Chelmi à 07:00am
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

Commentaires