28 Janvier 2010

Le jardin de Ledroit

"Bien venu dans mon jardin des plaisirs infernaux".
Requiem, Chevalier Vampire - Thurim)

Le jardin des délices de Jérôme Bosch. Le jardin des délices selon Olivier Ledroit.
Troisième tableau du Jardin des délices, L'enfer de Bosch exposé au musée du Prado
et
Requiem - Tome 7 de Ledroit et Mills (Double planche verticale 27-28).
(Clique sur les images pour les voir en grand).

Dans Requiem, Chevalier vampire - Tome 7 - "Le couvent des sœurs de sang" (Ledroit et Mills, Nickel), Olivier Ledroit pastiche le volet droit, L'enfer, le troisième tableau du tryptique du Jardin des délices de Jérôme Bosch sur la double planche verticale de sa BD. Tout n'est pas agencé à l'identique, mais l'esprit est là, et il incruste de nombreuses scénettes piochées deci delà, dont voici les plus marquantes (Pour les autres, je te laisse les trouver tout seul en agrandissant les deux images précédentes en cliquant dessus.):

Le jardin des délices - Bosch / Ledroit.
La mandoline au milieu, on la retrouve ailleurs dans le tableau.

Le jardin des délices - Bosch / Ledroit.
On retrouve bien la harpe avec son serpent enroulé, et le corps de l'homme nu et remplacé par une nonne.

Le jardin des délices - Bosch / Ledroit.
Ici, j'ai rattroupé trois parties de la double planche pour faire la comparaison.

Le jardin des délices - Bosch / Ledroit.
Ici, j'ai supprimé une partie des marches pour mieux comparer. Notes qu'en haut à droite, le mec qui se protège avec un livre, le fait avec le tome 1 de Requiem dans le pastiche.

 

Le triptyque, Le jardin des délices, de 1503 de Jérôme Bosch (1453-1516) dépeint l'histoire du monde et la progression du péché. Les panneaux fermés (Volets doit et gauche refermés sur celui du center) représentent la création du monde ; panneaux ouvert, l'histoire progresse avec Adam et Eve et le péché original sur le panneau gauche ; le panneau du centre dépeint un monde profondément engagé dans des plaisirs coupables ; et le panneau de droite, celui qui est mis en avant dans cet article, représente les supplices de l'enfer.

La musique, discipline sacrée est particuliairement mise à l'amende, car elle est une création humaine. Notamment au premier plan, un damné est crucifié sur une harpe, un métronome est retourné, preuve du reniement absolu de toute création humaine, vaine et stupide. Plus haut, les suppliciés souffrent les souffrances du feu éternel, les villes dans lesquelles tant de place était volontiers accordée à toute luxure possible, brûlent, Inutile d'évoquer, en ultime guise de condamnation de l'Homme, le symbole phallique gigantesque composé de deux oreilles et d'une lame de couteau.


PS: Vers 1486, Jerôme Bosch est cité comme membre de -La Confrérie Notre Dame-, proche d'une secte hérétique -Les Frères du Libre-Esprit-.

Publié par Chelmi à 08:00am
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure , #religion-mythologie

Commentaires

Robert Mudas 28/01/2010 22:57


Beau travail !
J'avais beaucoup aimé cette page de Requiem, et avais même détecté le tome 1 caché, mais pas vu le lien avec le tableau. Meric pour l'info.


Chelmi 28/01/2010 23:00


Merci.
Eh Eh ! ;-)


Thanagra 28/01/2010 17:13


Bien vu, mais on a Ledroit de ne pas aimer..... le peintre et la BD pour moi


Chelmi 28/01/2010 20:16


^^
Farpaitement. :-)
Moi-même, je suis assez hermétique à l'œuvre de Boch. En revanche j'adore les planches de Ledroit, cette façon d'aborder chaque page comme un tout et non case par case, tout en gardant une
lisibilité clair (si si n'en déplaise à ses détaracteurs, c'est très lisible), est exceptionnelle. Après c'est clair qu'il ne faut pas être allergique au gore et au gothique... Perso, n'étant à la
base pas un adepte du genre, j'ai passé le pas, et franchement je ne regrette pas, j'en prends plein les mirettes à chaque tome.