11 Mai 2012

Arrête ton char d'... !

"Un bel avion est un avion qui vole bien".

Caricature de Marcel Dassault (Hergé).

Dans Tintin et Milou - Tome 22 - "Vol 714 pour Sidney" (Hergé, Casterman) Hergé caricature Marcel Dassault et lui donne le rôle du milliardaire Laszlo Carreidas, le constructeur d'avions.
(L'image est tirée de la page 37, case 11).

Je t'accorde que ce n'est pas la plus probante des caricatures que je te montre ici, mais il est avéré qu'Hergé s'est très librement inspiré de Dassault, pour les traits de Carreidas, on retrouve l'écharpe, les lunettes, et l'indétrônable chapeau visé sur sa tête. Il dégage la même allure trompeuse et truqueuse, et si on ajoute à cela le côté -homme qui ne rit jamais-, la boucle est bouclée.

 

Marcel Dassault (1892-1986) était un ingénieur et entrepreneur français. Après des études secondaires passées au Lycée Condorcet, il entre à l'ESIEE, puis intègre l'école supérieure d'aéronautique et de construction mécanique, Supaéro dont il sort diplômé en 1913.

Il dessine l'hélice Eclair pour avion, utilisée par l'aviation française durant la Première Guerre mondiale et construit son premier avion en 1917. Il fonde la Société Anonyme des Avions Marcel Bloch.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est arrêté en 1940 par la police française, internés, déporté en 1944, et sauvé huit mois plus tard par Marcel Paul, membre du Parti communiste français, et également par Albert Baudet. Il manifestera par la suite sa gratitude en nommant Albert Baudet directeur de la publicité de son magazine Jours de France, et en versant chaque année une somme d'argent au journal l'Humanité.

En 1946, il fait changer son patronyme en Bloch-Dassault, puis en Dassault. Dassault est une déformation du nom de code Char d'assaut utilisé par son frère, le général Darius Paul Bloch, dans la résistance. Sa société devient la Société des Avions Marcel Dassault qui produit les premiers avions à réaction français: Ouragan en 1949, Mystère II en 1952, Mirage III en 1956, Mirage IV en 1959 qui équipe les forces nucléaires françaises, et l'avion civil d'affaires Mystère-Falcon en 1963. Une division électronique est créée en 1954 pour le développement du guidage de missiles.

Absorbant les usines Bréguet, la SAMD est renommée Marcel Dassault-Bréguet Aviation en 1971. Elle produit alors l'Alpha Jet en 1973, avion d'entraînement qui équipe entre autres la Patrouille de France, le Mirage 2000 en 1978, l'avion de transport de passagers Mercure 100 en 1973, les Rafale et des évolutions de la série des Falcon. Il se crée ainsi un groupe industriel militaire et civil centré sur l'aviation, l'électronique et l'informatique.

En 1976, la société renommée (encore !) Dassault Aviation est éclaboussée par un scandale: un ancien cadre licencié, révèle une fraude fiscale massive. En 1981, elle échappe à la nationalisation en faisant cadeau à l'état de 26% de ses actions.

Marcel Dassault avait d'autres cordes à son arc. Il possédait l'hebdomadaire Jours de France, il était aussi producteur de cinéma, et fut Sénateur des Alpes-Maritimes, puis Député de l'Oise, doyen de l'Assemblée nationale de 1978 à 1986.

Il a été décoré de la plus haute distinction française, la Grand croix de la Légion d'honneur. Dans le palmarès des plus grandes fortunes de France, il fut le premier en 1985.

PS: La place du Rond-point des Champs-Élysées est renommée Rond-Point des Champs-Elysées Marcel Dassault en 1992.

Publié par Chelmi à 07:00am
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #invention-industrie

Commentaires

Stéph 11/05/2012 11:07


Ah ben ça c'est une référence que je ne connaissais absolument pas ! merci pour l'info Chelmi !!

Chelmi 11/05/2012 20:57



Mais de rien ! ;-)