6 Janvier 2012

C't âne l'est cul de brique

"Shining est un film optimiste. C'est une histoire de fantômes. Tout ce qu'il dit c'est qu'il y a une vie après la mort, c'est optimiste".

Shining de Stanley Kubrick.
Shining de Kubrick (1980).

Shining selon Sean Chen.
Grimm Fairy Tales: Wonderland Annual 2011 de Valiente , Rios et Gregory (Couverture de Chen et Ruffino).

Dans le comics book Grimm Fairy Tales: Wonderland Annual 2011 (Valiente , Rios et Gregory, Zenescope), le dessinateur et le coloriste de la couverture, respectivement Sean Chen et Nei Ruffino, parodient l'affiche du film de Stanley Kubrick, Shining, sur la couverture de l'album. Ici Jack Nicholson alias Jack Torrance est remplacé par Mad Hatter, et Shelley Duvall alias Wendy Torrance par Carroll Ann Liddle dit Calie, la fille d'Alice.

 

Pitch du film:

Jack Torrance (Jack Nicholson) est le gardien d'un hôtel fermé durant l'hiver. Il s'y installe avec sa femme et son fils, ravi de pouvoir profiter des longs mois de solitude pour peaufiner son roman. Ce n'est pas le cas de son fils Danny (Danny Lloyd) qui possède un don de médium, le -Shining-. Il est effrayé à l'idée d'habiter ce lieu marqué par de terribles évènements passés... Danny est en proie à des visions fantomatiques...

A l'époque, Stanley Kubrick veut réaliser un film d'horreur où le diable n'est pas en cause. La référence pour le genre est L'Exorciste, énorme succès de 1973. Dans un premier temps, Kubrick s'intéresse au roman de Diane Johnson, The Shadow Knows. Puis la Warner Bros lui fait parvenir un manuscrit intitulé The Shining. Il s'agit du dernier roman du maître moderne de l'horreur, Stephen King, écrit en 1977.

Après l'échec commercial de Barry Lyndon, l'adaptation d'un auteur à succès est moins risquée financièrement et répond aux exigences du box-office. Le choix final se porte sur le livre de Stephen King. Pourtant c'est Diane Johnson qui va co-signer le scénario avec Kubrick. Le travail d'adaptation s'étale sur plus de onze semaines.

A quatre mains, ils vont modifier profondément le livre. Le scénario sera un savant mélange de la psychanalyse avec la relation père, fils, mère ; la schizophrénie, thème de prédilection du réalisateur ; le roman gothique, la spécialité de Diane Johnson ; et enfin de l'intrigue du livre avec ses phénomènes surnaturels.

Le spectateur Stephen King trouve le film excellent, mais le romancier est extrêmement mécontent, le scénario trahit selon lui tout l'esprit du livre, et il refuse d'apparaître au générique final du film. Pour lui le thème le plus important du livre est qu'un bon père peut se transformer en un monstre par l'abus d'alcool. Quelques années plus tard, pour rectifier cela, King scénarise et produit lui-même un remake du film pour la télévision.

PS: Le film commence par des vues panoramiques aériennes accompagnée sur le particulièrement sombre et célèbre dies irae du cinquième mouvement de la Symphonie fantastique de Berlioz, le Songe d'une nuit de sabbat. La caméra rattrape la petite Volkswagen jaune, qui parcourt la route escarpée et déserte de la montagne. La voiture disparaît dans un tunnel sombre et lorsqu'elle atteint le sommet, un immense hôtel apparaît isolé dans la montagne enneigée. Dans l'un des premiers plans du film, les plus fins observateurs verront dans le coin droit de l'écran, l'hélicoptère à partir duquel une caméra aérienne suit la voiture de la famille Torrance.

Publié par Chelmi à 08:00am
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

Commentaires

Zaïtchick 07/01/2012 08:53


"Coucou, chérie."

Chelmi 07/01/2012 14:28



"Je ne vais pas te faire de mal... Je vais juste t’éclater la gueule !". ^^