7 Novembre 2011

Choose Life

"Choisir la vie, choisir un boulot, choisir une carrière, choisir une famille, choisir une putain de télé à la con, choisir des machines à laver, des bagnoles, des platines laser, des ouvres boites électroniques. Choisir la santé, un faible taux de cholestérol et une bonne mutuelle, choisir les prêts à taux fixes, choisir son petit pavillon, choisir ses amis. Choisir son survêt' et le sac qui va avec, choisir son canapé avec les deux fauteuils, le tout à crédit avec un choix de tissu de merde, choisir de bricoler le dimanche matin en s'interrogeant sur le sens de sa vie choisir de s'affaler sur ce putain de canapé et se lobotomiser au jeux télé en se bourrant de McDo. Choisir de pourrir à l'hospice et de finir en se pissant dessus dans la misère en réalisant qu'on fait honte aux enfants niqués de la tête qu'on a pondus pour qu'ils prennent le relais. Choisir son avenir, choisir la vie. Pourquoi je ferais une chose pareille ? J'ai choisi de pas choisir la vie, j'ai choisi autre chose. Les raisons ? Y'a pas de raison. On n'a pas besoin de raison quand on a l'héroïne".

Trainspotting de danny Boyle.
Trainspotting de Boyle (1996).

Trainspotting selon Arthur Suydam.
Deadpool: Merc With A Mouth #7 de Dazo et Gischler (Couverture de Suydam).

Dans le comics book Deadpool: Merc With A Mouth #7 (Dazo et Gischler, Marvel) le dessinateur de la couverture, Arthur Suydam, pastiche l'affiche du film Trainspotting de Danny Boyle. Ici, même si l'ordre des correspondances n'est pas respecté, Deadpool remplace Ewan McGregor alias Renton, le moins évident Têtepool (la tête de zombie) substitue Robert Carlyle alias Begbie, Lady Deadpool double Kelly Macdonald alias Diane, Major Deadpool supplante Ewen Bremner alias Spud, et The Deadpool Kid relaye Jonny Lee Miller alias Sick Boy (Ouf, j'arrive au bout, encore un, et je ne trouvais plus de synonyme de -remplacer-. ^^).

 

Pitch du film:

"Trainspotting décrit la vie tragi-comique d'un groupe de jeunes marginaux, accros à l'héroïne, dans la ville d'Edimbourg. Au chômage, comme la plupart des jeunes écossais de sa génération, Mark Renton (Ewan McGregor) traîne dans la banlieue d'Edimbourg avec ses copains Sick Boy (Jonny Lee Miller) un cinéphile tombeur de filles, Spud (Ewen Bremner) un gentil crétin, Begbie (Robert Carlyle) un dangereux désaxé cherchant toujours la bagarre, et Tommy (Kevin McKidd) un adepte de la musculation. Pour tromper leur ennui, ils volent, arnaquent et prennent de l'héroïne. Entre une séance de drogue et une tentative de décrochage g, Renton courtise Diane (Kelly Macdonald), une lycéenne délurée issue d'un milieu très bourgeois. Au fil de ses tentatives de décrocher, il pose un regard lucide sur sa condition de drogué et sur la déchéance de son groupe d'amis... "Le monde change. La musique change. Les drogues changent. Même les hommes et les femmes changent. Dans 1000 ans, il n'y aura ni mec, ni nana. Que des branleurs".

Après son premier film, le très remarqué et remarquable Petits Meurtres entre amis, le réalisateur Danny Boyle collabore de nouveau avec le scénariste John Hodge et le producteur Andrew MacDonald, tous deux écossais. Le trio se retrouvera sur les deux films suivants du réalisateur, Une vie moins ordinaire et La Plage. Du côté du casting, de même, plusieurs comédiens de Petits Meurtres entre amis ont travaillé sur Trainspotting, comme Keith Allen, Peter Mullan, et Ewan McGregor qui sera également le héros d'Une vie moins ordinaire. C'est d'ailleurs le film qui nous intéresse aujourd'hui qui révèle ce dernier, car même si il était déjà excellent dans Petits Meurtres entre amis, Trainspotting est le film qui lance véritablement la carrière du talentueux Ewan McGregor.

Le mot -trainspotter- désigne les individus, qui, en Angleterre, regardent les trains partir, et notent leurs numéros. Les membres de cette communauté de doux dingues s'appellent ensuite pour comparer leurs résultats... Fascinent non !? Ce terme désigne par extension tout comportement obsessionnel, compulsif. Une autre signification est donnée par Ewan McGregor au magazine Première au moment de la sortie du film : "[...]En matière d'héroïne, le trainspotting fait allusion aux différents points - comme des gares sur une ligne ferroviaire - qui forment sur les bras les traces de piqures dans une veine -station to station- [...]"

Trainspotting couvre une période qui va du milieu des années 80 jusqu'à l'année du tournage du film, 1995. Cette évolution est notamment perceptible à travers la musique, qui tient une place importante dans le récit. Les morceaux appartiennent aux courants qui se sont succédé dans la pop britannique de l'époque: des derniers feux du punk avec Lust for life d'Iggy Pop qui ouvre le film en fanfare, à la britpop de Blur, et à la techno avec Underworld, en passant par la pop synthétique de New Order. Ce qu'il y a de bien avec les films britannique, outre cette british touch qui leur est propre, c'est les bandes sons toujours savamment orchestrées et couillues.

Pour ceux qui ne l'aurait jamais vu je recommande vivement le visionnage de ce film culte. Et si tu ne connais pas la filmographie du réalisateur Danny Boyle, je te recommande aussi de regarder au minimum les films incontournables suivants: Petits Meurtres entre amis, 28 jours plus tard, et Slumdog Millionaire.

Mark Renton: "Pourquoi j'avais fait ça ? J'avais des tas d'explications, toutes fausses. La vérité c'est que je suis un sale type, et ça va changer, je vais changer, tout ça est bien fini, désormais je suis clean, j'avance dans le droit chemin, je choisis la vie. J'en jubile à l'avance. Je vais devenir comme vous... Le boulot, la famille, la super-téloch, la machine à laver, la bagnole, la platine laser et l'ouvre boite électrique, la santé, le cholestérol, une bonne mutuelle, les traites, la baraque, le survêt, les valises, mes costards 3 pièces, le bricolage, les jeux-télés, le Mc Do, les mômes, les balades en forêt, le golf, laver la voiture, tout un choix de pulls, les Noëls en famille, les plans d'épargne, les abattements fiscaux, déboucher l'évier, s'en sortir, voir venir... Le jour de sa mort...".

Publié par Chelmi à 08:00am
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

Commentaires