14 Janvier 2014

Bardenois

"Entre l'époque où les océans ont englouti l'Atlantide et l'avènement des fils d'Arius, il y eu une période de l'histoire fort peu connue dans laquelle vécu Conan, destiné à poser la couronne d'Aquilonia ornée de pierres précieuses sur un front troublé. C'est moi son chroniqueur qui seul peut raconter son épopée. Laissez-moi-vous narrer ces jours de grande aventure !".

The Barbarian de Frank Frazetta.
The Barbarian de Frazetta pour l'affiche de Conan le Barbare de Milius (1982).

The Barbarian selon Etienne Willem.
Ex-libris L'épée d'Ardenois de Willem.

Sur un ex-libris tiré de la série L'épée d'Ardenois (Willem, Paquet), Etienne Willem parodie l'illustration The Barbarian de Frank Frazetta utilisée pour l'affiche du film de John Milius, Conan le barbare. Ici, Conan alias Arnold Schwarzenegger et Valéria alias Sandahl Bergman sont remplacés par l'ours Arthus et une -belle cochonne-. ^^

 

Pitch du film:

Encore enfant (Jorge Sanz), Conan (Arnold Schwarzenegger) assiste impuissant au massacre de ses parents par le cruel Thulsa Doom (James Earl Jones), et est réduit en esclavage. Enchaîné à la roue de douleur, il y acquiert une musculature peu commune qui lui permet, adulte, de gagner sa liberté comme lutteur. Désireux d'assouvir sa soif de vengeance, il part accompagné de deux voleurs, Subotai (Gerry Lopez) et Valéria (Sandahl Bergman), à la recherche de Thulsa Doom...

En 1975, le producteur et éditeur Edward Summer suggère à Edward R. Pressman un projet de film basé sur le personnage de Conan le Barbare, créé par Robert E. Howard. Il le persuade de s'engager dans ce projet en lui montrant des aventures de Conan en bandes dessinées et des dessins de Frank Frazetta. Pressman acquiert donc les droits d'adaptation des récits de Howard mettant en scène le personnage, processus délicat qui lui prend deux ans.

Pressman approche ensuite Frazetta pour qu'il serve de consultant visuel mais les deux hommes ne parviennent pas à un accord. Le producteur engage alors Ron Cobb, qui a conçu des décors pour Alien. Cobb réalise une série de peintures et de dessins pour Pressman avant de partir rejoindre Milius sur un autre projet.

Oliver Stone écrit une première version du scénario au début de l'année 1978. Ce scénario s'inspire des nouvelles: Le Colosse noir et Une sorcière viendra au monde!. L'histoire se situe dans un futur post-apocalyptique et prévoit une bataille où Conan mène une armée contre une horde de 10 000 mutants. Mais Pressman, Summer et Stone n'arrivent pas à convaincre les grands studios de production de financer leur projet.

Pendant ce temps, Cobb montre à John Milius le travail qu'il a effectué pour Conan ainsi que le scénario de Stone, ce qui aiguise l'intérêt de Milius. Celui-ci contacte Pressman, et les deux hommes parviennent à un accord. Le réalisateur s'attelle alors à la réécriture du scénario et replace le film durant la protohistoire, étant ainsi libre de créer son propre monde en mélangeant tout ce qui le fascine dans différentes cultures anciennes.

Bien avant d'avoir acquis les droits d'adaptation, Pressman et Summer s'étaient mis en quête de leur Conan. Ils envisagent d'abord Charles Bronson puis Sylvester Stallone avant de visionner le documentaire Pumping Iron où ils sont impressionnés par le physique d'Arnold Schwarzenegger, qu'ils trouvent parfait pour interpréter Conan. Schwarzenegger est contacté et il accepte immédiatement le rôle.

Evitant l'imagerie gréco-romaine utilisée abondamment dans les péplums des années 1960, Milius invente un monde qui amalgame des cultures aussi diverses que les Mongols et les Vikings. Plusieurs scènes, comme celle de l'orgie de la secte de Doom, s'inspirent directement des dessins de Frank Frazetta.

Le film connaît un succès commercial à sa sortie au cinéma, malgré des critiques assez mitigées. La bande originale de Basil Poledouris est largement saluée pour sa qualité. Les thèmes principaux du film sont le secret de l'acier ainsi que la mort et la renaissance, mais une partie des analystes voit dans le film une célébration du surhomme et de l'individualisme revenu en vogue au début des années 1980. Le film lance la carrière de Schwarzenegger et une suite, Conan le Destructeur, sort en 1984.

Le magicien: "La richesse peut être merveilleuse, mais le succès peut mettre à l'épreuve le caractère d'un homme aussi sûrement que le plus fort de ses adversaires".

Publié par Chelmi à 08:00am
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #illustration , #cinema-serie-tv

Commentaires

pierig 20/03/2014 10:17

Il y a aussi d'autres clin d'oeils dans la bd (qui ont sans doute déjà fait l'objet d'une note sur ton blog) :
Krän (Les runes de Gartagueul)
Lanfeust De Troy (L'ivoire du Magohamoth)

... et j'en oublie certainement.

Chelmi 20/03/2014 16:23

Les deux que tu relèves ici, je ne les ai pas encore publiés, mais je les ai effectivement en préparation dans mes tiroirs.