16 Janvier 2015

Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?

Ridley Scott: "Personne ne veut prendre de risques, mais quand un succès éclate, on le copie".

Blade Runner de Ridley Scott.
Blade Runner de Scott (1987).

Blade Runner selon Micheal Avon Oeming. Blade Runner selon Micheal Avon Oeming.
Powers #18 de Oeming et Bendis (Couverture).

Dans le comics book Powers #18 - "Cosmic, Part 6" (Oeming et Bendis, Icon Comics) Michael Avon Oeming parodie l'affiche du film Blade Runner de Ridley Scott, sur la couverture de sa BD. Ici, le blade-runner Rick Deckard alias Harrison Ford est remplacé par l'inspecteur des homicides Christian Walker, et la répliquante Rachel alias Sean Young par l'inspecteur Deena Pilgrim.

 

Pitch du film:

Dans les dernières années du 20ème siècle, des milliers d'hommes et de femmes partent à la conquête de l'espace, fuyant les mégalopoles devenues insalubres. Sur les colonies, une nouvelle race d'esclaves voit le jour: les répliquants, des androïdes que rien ne peut distinguer de l'être humain. Los Angeles, 2019. Après avoir massacré un équipage et pris le contrôle d'un vaisseau, les répliquants de type Nexus 6, le modèle le plus perfectionné, sont désormais déclarés: hors la loi. Quatre d'entre eux parviennent cependant à s'échapper et à s'introduire dans Los Angeles. Un agent d'une unité spéciale, un blade-runner (Harrison Ford), est chargé de les éliminer. Selon la terminologie officielle, on ne parle pas d'exécution, mais de retrait...

Ridley Scott: "Une partie de l'action de Blade Runner se déroule dans les bas-quartiers d'une mégalopole qui pourrait être un mélange de Chicago et New-York, si ces deux villes venaient à fusionner. Le film est un thriller futuriste. Nous espérions avoir créé un décor totalement crédible et réaliste, bien qu'il soit également riche, exotique et bariolé. Nous avons commencé par dessiner des voitures aérodynamiques et étincelantes, mais elles nous ont semblé trop futuristes et nous sommes repartis dans une autre voie pour ne pas détruire cette sensation de familiarité".

A l'instar de son confrère Isaac Asimov, Philip K. Dick est l'un des très grands noms de la littérature SF. Il a de nombreuses fois été porté sur grand écran. La première fois en 1982 avec Blade Runner, adapté de sa nouvelle Do androids dream of electric sheep ?; puis huit ans plus tard avec Total Recall de Paul Verhoeven. En 1992, c'est un français qui s'empare d'une de ses nouvelles: Confessions d'un barjo de Jérôme Boivin, avec dans le rôle titre Hippolyte Girardot. En 1995, c'est au tour de Planète hurlante de voir le jour, inspiré par la courte nouvelle Second variety. Les années 2000 ne sont pas en reste, avec Minority report de Steven Spielberg en 2002; Paycheck de John Woo en 2004. En 2006, l'adaptation de sa nouvelle A scanner darkly est l'occasion de plonger le spectateur dans un univers semi-autobiographique, l'écrivain ayant en effet beaucoup usé de drogues au cours de sa carrière. En 2007, le Néo-Zélandais Lee Tamahori transforme la nouvelle The gold man en pure spectacle pyrotechnique avec Next , dans lequel Nicolas Cage en medium capable de voir le future et de modifier le présent en conséquence.

Ridley Scott: "Faites ce que vous n'avez pas encore fait, c'est la clé".

Publié par Chelmi à 08:00am
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

Commentaires