10 Mai 2015

L'homme qui ne rit jamais !

"Si l'homme descend du singe, il peut aussi y remonter".

Caricature de Buster Keaton (Laurent Verron).

Dans Odilon Verjus - Tome 6 - "Vade Retro Hollywood !" (Verron et Yann, Le Lombard) Laurent Verron croque Buster Keaton et lui fait jouer son propre d'acteur américain au détour de deux cases où il croise brièvement Odilon.
(L'image est tirée de la planche 27, case 3).

 

Buster Keaton (1895-1966) était un comédien américain. Initié dès son plus jeune âge au spectacle comique en partageant la vie itinérante de ses parents comédiens, Buster parvient à s'imposer en solo en 1917 dans les films de Fatty Arbuckle, le roi du -slapstick-. Mais ce n'est qu'en 1919 qu'il obtient son premier grand rôle dans La maison démontable. Et c'est dans une série de courts-métrages comme Frigo a l'Electric Hotel qu'il confirme son talent pour la comédie burlesque.

Celui que l'on a appelé tout au long de sa carrière -L'homme qui ne rit jamais-, par opposition à Charlie Chaplin, se lance dans le long-métrage en tant que réalisateur et interprète. Suivant toujours les aventures d'un homme dépassé par ses problèmes, il enchaîne les gags visuels avec intelligence et efficacité dans des films comme Les trois âges, une parodie d'Intolerance de D.W. Griffith et Les lois de l'hospitalité sur le thème de la vendetta. Il est à son apogée dans La croisière du Navigator en 1924, et Le mécano de la géneral en 1926, derniers films dont il a le plein contrôle. Réputé avoir filmé le déclin du comique, le réalisateur Edward Sedgwick met en scène Buster Keaton dans des œuvres redécouvertes aujourd'hui: Le caméraman en 1928, Le figurant en 1929, et Le metteur en scène en 1930.

Si sa carrière décline ce n'est vraiment qu'à la fin des années 30: alcoolique, vieillissant, souffrant du passage au parlant, il se contente de caméos comme dans Boulevard du crépuscule de Billy Wilder. Ce film nostalgique l'oppose aux stars du muet des années 20: Gloria Swanson et Erich Von Stroheim.

Surnommé -le zombie-, il donne tout de même une prestation comique remarquée aux côtés de Charlie Chaplin dans Les feux de la rampe en 1956. A la fin de sa vie, l'acteur est honoré d'un Oscar pour l'ensemble de sa carrière et entre enfin dans la légende du septième art.

Kevin Spacey: "Ce que Keaton faisait physiquement est assez bluffant lorsqu'on découvre qu'il faisait lui-même ses propres cascades".

Publié par Chelmi à 07:00am
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

Commentaires