La fiction, c'est la part de vérité qui existe en chaque mensonge.

Stephen King

Christine de john Carpenter.
Christine de Carpenter (1983).

Christine selon Steve Kurth.
Ghostbusters: Legion #1 de Kurth et Dabb (Couverture).

Dans le comics Ghostbusters: Legion #1 - "Legion, Part 1" (Kurth et Dabb, 88 MPH) Steve Kurth parodie l'affiche du film de John Carpenter Christine sur la couverture de sa BD. Ici, la Plymouth Fury alias Christine est remplacée par la Cadillac S&S ambulance, l'Ectomobile ou Ecto 1.

 

Christine est un film d'horreur réalisé par John Carpenter. Le long métrage est sorti dans les salles obscures en 1983. Adapté du roman éponyme de Stephen King sorti la même année, le film raconte l'histoire d'une automobile surnaturelle et malveillante qui prend petit à petit le contrôle de l'adolescent qui l'a achetée et qui tue ceux qui essaient de les séparer.

Détroit, 1958. Au cœur de l'industrie automobile américaine, des ouvriers s'affèrent dans les usines Plymouth. Sur la chaîne de montage, un véhicule se distingue par sa carrosserie rouge et blanche: Christine.
Vingt ans plus tard, dans la banlieue de Los Angeles, le jeune Arnie Cunningham (Keith Gordon), va tomber sous l'emprise de cette voiture. Pour son plus grand malheur et celui de ses proches... Car Christine a une âme. Habitée par un esprit malfaisant, elle exerce une étrange fascination sur Arnie qui tourne vite à l'obsession. Pour lui, plus qu'un objet fétiche, elle devient alors une véritable compagne. Une compagne à la jalousie maladive qui n'hésitera pas à supprimer toute personne s'interposant entre elle et son nouveau propriétaire.

AlloCiné | Christine

Au final, le film déroute les lecteurs de Stephen King car la critique sociale est moins évidente que dans le livre, et le fantastique moins présent. Avec le recul, le réalisateur semble d'ailleurs regretter de n'avoir pas d'avantage collé au texte.

Ce film n'est pas le meilleur cru de John Carpenter. Pourtant, Christine est une série B sympathique qui, malgré le poids des ans, reste tout à fait regardable. Je trouve même qu'il se bonifie avec le temps.

PS: John Carpenter compose la bande originale de son film avec l'aide d'Alan Howarth, avec lequel il a notamment collaboré sur New York 1997. La musique d'introduction du film est signée George Thorogood Bad to the bone, musique maintes fois reprise dans d'autres films comme par exemple dans Terminator 2: Le Jugement dernier.

Retour à l'accueil