2 Août 2015

Le risque-tout

Jennifer Garner: "Je trouve dangereux pour les acteurs de devenir des donneurs de leçons".

Daredevil de Mark Steven Johnson.
Daredevil de Johnson (2003).

Daredevil selon J.G. Jones.
Infinite crisis: 52 #5 collectif (Couverture de Jones).

Dans le comics book Infinite crisis: 52 #5 - "Dieu est mort" (Collectif, DC Comics) J.G. Jones, l'illustrateur de la couverture décalque une partie de l'affiche du film Daredevil de Mark Steven Johnson, sur la couv' de sa BD. Ici, Elektra Natchios alias Jennifer Garner est remplacée par Starfire alias Koriand'r.

 

Pitch du film:

Avocat le jour, super-héros la nuit, Matt Murdoch (Ben Affleck) possède une ouïe, un odorat, une force et une agilité incroyablement développés. Bien qu'il soit aveugle, son sens radar lui permet de se diriger et d'éviter le moindre obstacle. Inlassablement, cet être torturé arpente les rues de New York à la poursuite de criminels en tout genre qu'il ne peut punir au tribunal. Daredevil aura à affronter Kingpin (Michael Clarke Duncan), alias Le Caïd, qui dirige d'une main de fer la mafia new-yorkaise, ainsi que son homme de main Bullseye (Colin Farrell), alias Le Tireur.

Le costume de Daredevil a nécessité pas moins de huit mois de travail. Pour le chef costumier James Acheson, l'idée était de s'éloigner le plus possible de l'option collants et spandex, jugée trop traditionnelle et vieillotte. Le résultat fut à la hauteur des espérances du studio: un costume de cuir rouge mêlant tradition du comics book et goûts plus contemporains, mettant en valeur la musculature du héros. Une armure aussi bien esthétiquement avantageuse que fonctionnelle. Enfin, à l'instar des autres super-héros, Daredevil possède un accessoire fétiche, en l'occurrence une matraque rouge, de la couleur de son costume.

Dommage que le film ne soit pas à la hauteur du costume... Car pour moi, c'est de loin la plus mauvaise adaptation des héros Marvel.

Ben Affleck: "J'étais fasciné par ce saint homme, vêtu de rouge, qui paraissait voué au martyre. Il m'ouvrit tout un monde d'ambiguïtés, un espace ténébreux, étrange et merveilleux, où mes sympathies devenaient incertaines, où l'amour virait toujours à la tragédie, où les méchants possédaient panache et séduction, et où l'on pouvait tout juste espérer en un semblant de rédemption".

Publié par Chelmi à 07:00am
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

Commentaires

Zaïtchick 02/08/2015 13:47

Il y a pire...
Elektra.

Chelmi 02/08/2015 14:00

C'est clair que celui là aussi n'est pas terrible, mais je le trouve quand même meilleur... C'est pour dire le niveau !! ^^