What is more beautiful than a beautiful girl ?

Alberto Vargas

Vargas Girl pour Esquire (Alberto Vargas).
Illustration de Vargas pour le calendrier Esquire (1945).

Vargas Girl selon Mike DeBalfo.
Ex-libris - Marvel de DeBalfo (Comic Con d'Arizona 2013).

Sur l'Ex-libris de l'univers Spiderman (Marvel) réalisé pour le Comic Con d'Arizona de 2013, Mike DeBalfo pastiche une pin-up d'Alberto Vargas tirée de la page d'avril du calendrier 1945 du magazine Esquire. Ici, la Vargas Girl est remplacée par Mary Jane Watson, et la casquette par le masque de Spiderman.

C'est la deuxième illustration que je vais sortir à l'Amazing Arizona Comic Con 2013, avec les couleurs impressionnantes de Ula Mos ! C'était la première fois que je desinais Mary Jane. Je tenais à rendre hommage aux dessins d'Adam Hughes avec Mary les pieds nus [où elle lave le costume Spiderman] et celui de J. Scott Campbell avec son jeans déchiré [où elle attend Spidey dans son canapé]. Je pense que c'est une façon sexy de dépeindre un des plus célèbres personnages de Comics dans un style -Girl Next Door-. Je sais qu'ici ses seins ne sont pas vraiment obéissant aux lois de la pesanteur mais c'est voulu !

Mike DeBalfo

Façon -Girl Next Door-, d'accord, mais c'est surtout façon Vargas !

 

Esquire, créé en 1933, est un mensuel masculin publié par Hearst Corporation. Il est célèbre pour avoir publié d'importantes figures littéraires, comme Ernest Hemingway et Francis Scott Fitzgerald.

Le magazine s'adresse à une clientèle financièrement aisée. Comprenant des photos dites de charme, il est un mélange de mode masculine, d'articles sur l'économie, et sur les nouvelles technologies. Ses pages sont complétées par des critiques de films et de livres...

Dans les années 1940, sa popularité augmente lorsqu'il édite des peintures d'Alberto Vargas qui mettent en vedette des pin-ups. Dans les années 1960, il publie John Sack, Tom Wolfe, Norman Mailer, Tim O'Brien et Gay Talese, figures de proue du nouveau journalisme aux Etats-Unis.

Cette position pour le moins inconfortable, une chandelle si les jambes étaient bien tendues à la verticale, a été de nombreuses fois reprise le de séances photo comme je l'ai déjà évoqué »ici«.

PS: Si tu veux revoir une autre Vargas Girl qui cette fois a été publiée dans le mag' aux grandes oreilles, c'est par »ici« que ça se passe.

Retour à l'accueil