15 Mars 2014

La commère d'Hollywood

"Personne n'est intéressée par la douceur et la lumière".

Caricature de Hedda Hooper (Laurent Verron).

Dans Odilon Verjus - Tome 6 - "Vade Retro Hollywood !" (Verron et Yann, Le Lombard) Laurent Verron croque Hedda Hopper et lui fait jouer son propre rôle de journaliste à potins au bras long.
(L'image est tirée de la planche 5, case 6).

A ses côtés, on reconnait une de ses illustres et rivales consœurs répondant au doux nom de Louella Parsons, qui fera l'objet d'un futur article. ;-)

 

Hedda Hopper (1885-1966) était une actrice et une journaliste américaine. Elle commence sa carrière dans les chœurs et comme doublure sur la scène de Broadway. Et même si Florenz Ziegfeld dit que cette starlette est une "vache maladroite", elle finit quand même par s'imposer sur scène dans des pièces comme Le garçon du pays, et La fille du Quaker...

En 1916, Hopper commence sa carrière dans le cinéma muet avec La Bataille des cœurs. Elle apparaît dans plus de 120 films sur ses vingt-trois ans de carrière, habituellement dans des rôles la dépeignant comme une femme distinguée. Dans le cinéma parlant, on peut citer des productions telles que: Don Juan avec John Barrymore en 1926, Les Ailes avec Garry Cooper en 1927, Holiday en 1930, Lhomme qui jouait à être Dieu avec Bette Davis en 1932, Désirs secrets avec Katharine Hepburn en 1935, La baronne de minuit en 1939, Les naufrageurs des mers du sud avec John Wayne en 1942, Boulevard du crépuscule où elle joue son propre rôle en 1950 ...

Au milieu des années trente, sa carrière cinématographique commence à décliner. On lui propose de moins en moins de rôle, elle cherche alors de nouvelles sources de revenus. En 1937, cette chance lui est offerte: elle entame une carrière de journaliste people. Ses colonnes à potins appelé Hedda Hopper's Hollywood débutent dans le Los Angeles Times le 14 février 1938. Après des années de lutte en tant qu'actrice, elle trouve finalement sa branche. Elle est connue pour sa plume acérée et sa facilité à frayer avec les plus grands noms de l'industrie cinématographique afin obtenir des scoops. On la remarque alors pour ses grands chapeaux flamboyant et extravagant, considéré comme sa marque de fabrique. Geneviève de Fontenay Power ! ^^

Elizabeth Gouslan: "A Hollywood règnent deux papesses du potin, Louella Parsons et Hedda Hooper. Impériales, elles font et défont les carrières, décident des cotes aux box-offices. Pour contredire un écho, une brève, les membres du gotha n'ont d'autre choix que de décrocher une entrevue avec ses divas. On n'imagine pas l'étendu de leur pouvoir. Aujourd'hui, les agents et les publicistes dressent un mur infranchissable entre les stars et les médias. Mais, dans les années cinquante, Hedda et Louella rendaient la justice de manière directe, en recevant chez elles les plaignants, ravalés au rang d'enfants humiliés. Mères fouettardes plus craintes que respectées, elles soufflaient le chaud et le froid sur la nuque de leurs élèves".

Conservatrice pure et dure, Hopper crée la controverse en nommant les noms des communistes soupçonnés ou allégués durant la Liste Noire d'Hollywood. Ses attaques fréquentes contre Charlie Chaplin dans les années 1940 pour sa politique de gauche et sa vie amoureuse contribue à son départ des Etats-Unis en 1952. C'est aussi Hedda qui révéle la relation entre Kim Novak et Sammy Davis Junior. Après la publication d'un article de fond sur la relation entre Katharine Hepburn et Spencer Tracy, ce dernier la confronte dans un club en la menaçant de lui "botter le derrière". De même, après qu'elle ait imprimé un article sur la relation extraconjugale entre Joseph Cotten et Deanna Durbin, Cotten court après Hopper durant une soirée et retire sa chaise de sous elle avant qu'elle ne s'assoit. Elle propage également des rumeurs selon lesquelles Michael Wilding et Stewart Granger avait été intime. etc...

Hopper est restée active en tant que rédactrice jusqu'à sa mort, en produisant six colonnes et une colonne quotidienne le dimanche, pour le syndicat du Chicago Tribune, ainsi que la rédaction d'innombrables articles pour des magazines de célébrités telles que Photoplay.

Hedda Hooper lors des funérailles du producteur Harry Cohn: "Il est venu beaucoup de monde. Il faut maintenant faire la queue pour venir le détester".

Publié par Chelmi à 08:00am
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv , #journalisme

Commentaires