16 Juin 2013

Rapcore

Adrock: "Cette alternance [rap / rock] est aussi agréable en concert, inclure des titres instrumentaux permet de surprendre les spectateurs qui s'attendent à une simple prestation rap. Et puis, visuellement, c'est appréciable".

Licensed to ill des Beastie Boys.
Licensed to ill des Beastie Boys (1986).

Licensed to ill selon Harold Sakuishi.
Beck - Tome 12 de Sakuishi (Page 67).

Dans le manga Beck - Tome 12 (Sakuishi, Delcourt), Harold Sakuishi pastiche la pochette de l'album musical Licensed to ill des Beastie Boys sur la page d'introduction du chapitre 2 de sa BD.

 

Ce que Sam Phillips, propriétaire du Studio Sun, avait fait avec Elvis, ce que Dr Dre, patron du label Aftermath, réussira avec Eminem, Rick Rubin y est parvenu avec les Beastie Boys, signés en 1985 sur son label Def Jam. Avec son premier album, Licensed to ill, le trio va ouvrir une passerelle entre musique noire et public blanc. Mais pour réaliser cette synthèse, MCA, Ad-Rock et Mike D vont ôter la dimension sociale du rap pour lui substituer un discours white trash misogyne et fêtard, perceptible dès le premier single, l'irrésistible Fight for your Right (to Party). Musicalement, le groupe s'appuie sur des références rock et une solide connaissance de la contre-culture adolescente, dont témoignent les samples de Led Zeppelin ou Black Sabbath. Agrémentée d'un solide sens de l'humour et de la provocation, la mixture prend au-delà de toute espérance. En effet, ce disque se classe en tête des ventes et s'écoule à quatre millions d'exemplaires aux Etats-Unis, une première pour un disque de rap.

Titres de l'album:

1. Rhymin & Stealin
2. The new style
3. She's crafty
4. Posse in effect
5. Slow ride
6. Girls
7. (You gotta) Fight for your right (to party!)
8. No sleep till Brooklyn
9. Paul Revere
10. Hold it now, hit it
11. Brass monkey
12. Slow and low
13. Time to get ill

Attention cependant, à ne pas confondre Licensed To ill avec un simple album de comiques ratés. Les Beastie Boys font bel et bien du rap, en témoigne Slow and low et Brass Monkey. L'influence des maîtres du rap old school se fait également sentir sur Hold it now, Paul Revere, Posse in effect et The new style, uniquement portés par une boîte à rythme, un sampler et le chant alterné des trois Boys.

"Trois idiots créant un chef-d'œuvre". Cette phrase apparue dans le magazine RollingStone lors de la sortie de Licensed to ill est restée célèbre, tant elle définit à merveille et avec une économie de moyen salutaire le génial sentiment de défoulement procuré par le disque.

Pour la petite histoire, la scission entre le rap festif ""blanc"" et son versant ""noir"" plus politique se creuse lorsque Public Enemy, groupe emmené par des militants black power, détourne le titre Fight for your Right (to Party) pour créer Party for your right to fight, présent sur l’album It takes a nation of millions to hold us back de 1988.

***


Beastie Boys - Sabotage (live).

Perso en terme de fusion, je suis plus Rage against the machine, mais à petites doses les Beastie c'est pas mal. Mon titre préféré du groupe que je mets toujours dans mes playlists, c'est Sabotage, 6e titre de l'album Ill communication.

PS: La tournée Licensed to ill suscitera plusieurs polémiques. Les Beastie Boys prennent en effet l'habitude de provoquer leur public, allant jusqu'à déclencher une émeute à Liverpool. A la manière d'Eminem quinze ans plus tard, le trio devient aussi le cauchemar des féministes: sur scène, des danseuses nues enfermées en cage se trémoussent autour d'un pénis gonflable géant ! Classe ! ^^

Publié par Chelmi à 07:00am
Avec les catégories : #reference , #manga , #musique

Commentaires