19 Août 2015

La maison de l'opportunisme

Jean-Paul Sartre: "Le désir s'exprime par la caresse comme la pensée par le langage".

Photographie de Sylva Koscina et Gabriele Tinti sur le tournage de La maison de l'exorcisme de Mario Bava et Alfredo Leone (1973).
Photographie de Koscina et Tinti sur le tournage de La maison de l'exorcisme de Bava et Leone (1973).

La maison de l'exorcisme selon Elvifrance.
Série Bleue - Tome 65 de Tacconi (Couverture).

Dans le fumetti Série bleue - Tome 65 - "Le baron rouge" (Tacconi, Elvifrance) l'illustrateur de la couv' transpose un cliché pris sur le tournage du film La maison de l'exorcisme de Mario Bava et Alfredo Leone, sur la couverture de sa BD. Ici, le baron et la baronne remplacent Gabriele Tinti alias George, le chauffeur et Sylva Koscina alias Sophia Lehar.

Si tu sais qui est l'illustrateur de cette couverture, je suis preneur pour compléter l'article. ;-)

 

Pitch du film:

Se croyant pourchassé par le diable, Lisa (Elke Sommer) s'enfuit et se cache dans un manoir où elle a le malheur de tomber sur une famille particulièrement... déjantée. Mais ses problèmes ne s'arrêtent pas là: le diable l'a retrouvée et elle est bientôt victime de possession. Emmenée dans un hôpital, elle y fait l'objet d'une tentative d'exorcisme.

La casa dell'esorcismo, le titre original de La Maison de l'exorcisme, est un film d'épouvante italo-germano-espagnol, réalisé par Mario Bava et Alfredo Leone. Le film a été en compétition au Festival international du film fantastique d'Avoriaz en 1974.

La maison de l'exorcisme est une nouvelle version de Lisa et le diable voulue par Alfredo Leone au détriment de Mario Bava. En effet, l'intérêt de ce long métrage réside essentiellement dans son historique incroyable. Alfredo Leone, un producteur peu scrupuleux, commande un film au réalisateur Mario Bava. Ce dernier s'engage dans la réalisation de Lisa et le diable. Ce film reprend les thèmes qui lui sont chers, à savoir un voyage aux frontières du rêve et la réalité empreint d'une ambiance macabre. Ce film d'auteur est donc une œuvre signée aux couleurs très personnelle et au ton onirisme et morbide.

Malheureusement, le long métrage ne plaît pas et aucun distributeur ne se risque à l'acheter. Le producteur se retrouve donc avec le film sur les bras. On est en 1972, quelques mois plus tard, Friedkin sort L'exorciste et fait un carton, ce qui donne des idées à Leone. Il demande à Bava de lui tourner des scènes d'exorcisme à intégrer à Lisa et le diable, afin de l'exploiter quand même, le propos étant, comme tout le monde l'aura compris, de surfer sur la vague du succès de L'exorciste. Avec ces nouvelles scènes et son nouveau montage, le film est imbuvable, l'histoire n'a ni queue ni tête.

Aujourd'hui, on peut trouver les deux versions du film en DVD, et même si la restauration de la version Lisa et le diable est bien dégelasse par rapport à celle de La maison de l'exorcisme, je vous engage, si vous aimer ces vieux films d'horreur qui ont mal vieilli, à privilégier la version originale de Bava.

Edgar Watson Howe: "Faire des affaires sans publicité, c'est comme peloter une fille dans le noir: vous savez ce que vous faites, mais personne d'autre ne le sait".

Publié par Chelmi à 07:00am
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #cinema-serie-tv , #glamour

Commentaires