Recherche pour "gustave courbet"

17 Décembre 2006

Le vent dans les peupliers

Et hop, après Monet, Courbet, Van Gogh, et Manet: re-Monet.

-Les quatre arbres- ou -Les quatres peupliers- de Claude Monet.
-Les quatre peupliers- ou -Les quatre arbres- de Monet exposé au Metropolitan Museum of Art de New York.

-Les quatre arbres- ou -Les quatres peupliers- selon Michel Plessix.
Le vent dans les saules - Tome 1 de Plessix (Page 22, case 4).

Dans Le vent dans les saules - Tome 1 - "Le bois sauvage" (Plessix, Delcourt), Michel Plessix insère le tableau de Claude Monet Les quatre arbres (ou Les quatre peupliers) dans une case de sa BD. Dans le fond, les deux silhouettes que tu peux percevoir sont Taupe et Rat qui rentrent de promenade.

 

Descriptif -maison- du tableau :

(Oui, maison, car après une heure de recherche infructueuse, je capitule. ^^)

En 1891, Claude Monet (1840-1926) peint Les quatre arbres (aussi nommé Les quatre peupliers). Cette toile représente un paysage au alentour de Giverny (en Haute-Normandie) où l'on peut voir les troncs de quatre peupliers longeant un cours d’eau.

Rapide, concis, efficace ! ^^

PS: Y a pas, ils sont forts ces Chelmi. ^^

Publié par Chelmi à 11:29am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

26 Février 2008

From Hell

Trouvaille de Mr Tanagra alias Zartan du forum BDGest'. :-)

La divine comédie par Gustave Doré.
Gravure de Doré illustrant le Chant V du Premier Cantique de La divine comédie.

La divine comédie selon Milo Manara.
Giuseppe Bergman - Tome 4 de Manara (Page 46, case 2).

Dans Giuseppe Bergman - Tome 4 - "Revoir les étoiles" (Manara, Casterman) Milo Manara reprend une des gravures de Gustave Doré illustrant le Chant V du Premier Cantique: L'Enfer, de La divine comédie de Dante Alighieri dans une planche de sa BD.

 

La Divine Comédie de Dante Alighieri (1265-1321) est un poème divisé en trois Cantiques: L'Enfer, Le Purgatoire, et Le Paradis. Chacun des ces Cantiques est lui-même composé de trente-trois Chants (plus un Chant inaugural placé dans l'Enfer). Ces cent Chants décrivent la descente de Dante aux Enfers, puis son passage par le Purgatoire et enfin son accession au Paradis, pour terminer par son union à Dieu.

La gravure de Gustave Doré (1832-1883) qui nous intéresse aujourd'hui accompagne les vers 32 à 34 du Chant V de L'Enfer:

"Le souffle impétueux de l'éternel orage
Emportait les esprits comme au gré de sa rage,
Les roulant, les heurtant avec ses tourbillons."

(Traduction de Louis Ratisbonne).

PS: La suite dans un futur épisode. ;-)

Publié par Chelmi à 09:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure , #litterature

22 Novembre 2006

L'oreille cassée

Car après Courbet et Monet, c'est au tour du fou automutilé...

La méridienne ou La sieste d'après Millet de Vincent Van Gogh.
La Sieste d'après Millet ou La méridienne de Van Gogh exposé au musée d'Orsay.

La méridienne selon Michel Plessix.
Le vent dans les sables - Tome 1 de Plessix (Page 4, case 6).

Dans Le vent dans les sables - Tome 1 - "L'invitation au voyage" (Plessix, Delcourt), Michel Plessix insère le tableau de Vincent Van Gogh La méridienne (ou La sieste d'après Millet) dans une case de sa BD.

 

Extrait de la fiche du musée d'Orsay :

"[...] La Méridienne fut peinte lors du séjour de [Vincent] Van Gogh [(1853-1890)] à Saint-Rémy de Provence [en 1889] alors qu'il était interné dans un asile. La composition est reprise d'un dessin de Millet pour les -Quatre heures de la journée-. Vincent justifie sa démarche à son frère Théo : "C'est plutôt traduire dans une autre langue, celle des couleurs, les impressions de clair-obscur en blanc et noir". Van Gogh a copié à de nombreuses reprises des oeuvres de Millet qu'il considérait comme "un peintre plus moderne que Manet". Fidèle à la composition originale jusque dans les détails de la nature morte du premier plan, Van Gogh fait pourtant complètement sienne cette scène de repos qui symbolise chez Millet la France rurale des années 1860. Cette retranscription personnelle se fait essentiellement par une construction chromatique fondée sur le contraste des couleurs complémentaires bleu-violet et jaune-orangé. Malgré le caractère apaisant du sujet on y retrouve l'intensité unique de l'art de Van Gogh. [...]".

PS: Il est fort ce Plessix. Et ce n'est pas fini... ;-)

Publié par Chelmi à 11:29am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

16 Décembre 2014

Martian Gothic

Gustave Flaubert: "Fermier: Toujours lui dire: Maître un tel. Les fermiers sont tous à leur aise".

American Gothic de Grant Wood.
American Gothic de Wood exposé à l'Art Institute de Chicago (1930).

American Gothic selon Ivan Reis.
Brightest day #15 de Gleason, Clark, Johns, et Tomasi (Couverture alternative de Reis).

Dans le comics book Brightest day #15 - "Whatever happened to the Manhunter from Mars?" (Gleason, Clark, Johns, et Tomasi, DC Comics) Ivan Reis, l'illustrateur de la couv', pastiche la célèbre peinture de Grant Wood, American Gothic, sur la couverture alternative de la BD. Ici, le fermier est remplacé par J'Onn J'Onzz alias Martian Manhunter, et la fermière par D'Kay D'Razz.

 

Pour avoir plus de détails sur cette célèbre toile américaine et en voir d'autres adaptations, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5. ;-)

Nicolas Boileau: "Tout ce qu'on boit est bon, tout ce qu'on mange est sain. La maison le fournit, la fermière l'ordonne".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure

29 Novembre 2006

Pique-nique

Et hop après Monet, Courbet, Van Gogh, c'est au tour de Manet ...

Le déjeuner sur l'herbe d'Edouard Manet.
Le déjeuner sur l'herbe de Manet exposé au musée d'Orsay.

Le déjeuner sur l'herbe selon Michel Plessix.
Le vent dans les saules - Tome 1 de Plessix (Page 23, case 4).

Dans Le vent dans les saules - Tome 1 - "Le bois sauvage" (Plessix, Delcourt), Michel Plessix insère le tableau d'Edouard Manet Le déjeuner sur l'herbe dans une case de sa BD. Il remplace le trio du premier plan par Rat, Taupe et Loutre.

Compléments suite au commentaire septique de Timon. ^^
Détails. [Tout d'abord, les trois personnages adoptent des postures points pour points identiques: Rat qui se tient le menton, Taupe une main sur le genou, Loutre pointant son index...
Mais aussi des indices plus ou moins cachés par la colorisation de l'herbe comme la canne de Loutre, et beaucoup plus vicieux, l'esquisse du panier de provisions renversé aux pieds de Rat, qui aux premiers regards s'apparente à des brins d'herbes (Clique sur la vignette ci-jointe pour mieux voir).]

 

Extrait de la fiche du musée d'Orsay :

"[...] Rejetée par le jury du Salon de Paris en 1863, cette œuvre est exposée par Manet [(1832-1883)] sous le titre -Le Bain- au Salon des Refusés accordé cette année là par Napoléon III. Elle en constitua la principale attraction, objet de moqueries et source de scandale.

Pourtant, Manet revendique dans -Le déjeuner sur l'herbe- l'héritage des maîtres anciens et s'inspire de deux oeuvres du Louvre. -Le Concert champêtre- du Titien [...] fournit le sujet, tandis que la disposition du groupe central s'inspire d'une gravure d'après Raphaël : -Le jugement de Pâris-.

Mais dans -Le déjeuner sur l'herbe-, la présence d'une femme nue au milieu d'hommes habillés n'est justifiée par aucun prétexte mythologique ou allégorique. La modernité des personnages rend obscène, aux yeux de ses contemporains, cette scène presque irréelle. Manet s'en amusait d'ailleurs, surnommant son tableau -La partie carrée-.

Le style et la facture choquèrent presque autant que le sujet. Manet abandonne les habituels dégradés pour livrer des contrastes brutaux entre ombre et lumière. Aussi, lui est-il reprochée sa manie de voir par taches. Les personnages ne semblent pas parfaitement intégrés dans ce décor de sous-bois davantage esquissé que peint, où la perspective est ignorée et la profondeur absente. Avec -Le déjeuner sur l'herbe-, Manet ne respecte aucune des conventions admises, mais impose une liberté nouvelle par rapport au sujet et aux modes traditionnels de représentation. [...]".

PS: Mouais, c'est quand même assez décevant que Rat ne soit pas à poils. ^^

Publié par Chelmi à 11:29am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

7 Février 2014

Old Glory

Emile de Girardin: "Un drapeau qu'on cache dans sa poche, ce n'est pas un drapeau, c'est un mouchoir".

Raising the flag on Iwo Jima de Joe Rosenthal.
Raising the flag on Iwo Jima par Rosenthal (1945).

Raising the flag on Iwo Jima selon David Finch.
Justice League of America #1 de Finch et Johns (Couverture).

Dans le comics book Justice League of America #1 - "World's Most Dangerous" (Finch et Johns, DC Comics) David Finch parodie la photographie Raising the flag on Iwo Jima de Joe Rosenthal sur une planche de sa BD. Ici, les militaires sont remplacés par Vibe alias Francisco Ramon, Catwoman alias Selina Kyle, Green Arrow alias Oliver Jonas Queen, et Simon Baz.

Ce numéro est paru avec différentes variantes de la couverture où a chaque fois la bannière étoilée est remplacée par l'étendard de différents états américains comme: le Tennessee, l'Utah, le Vermont, le Wyoming, la Pennsylvanie, le New Hampshire, l'Oregon, le Delaware, la Géorgie ...

 

Pour avoir plus de détail sur cette célèbre photographie et en voir d'autres adaptations, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6. ;-)

Gustave Flaubert: "Tous les drapeaux ont été tellement souillés de sang et de merde qu'il est temps de n'en plus avoir, du tout".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #militaire , #journalisme , #propagande

7 Février 2013

Tiens toi droit !

"L'art ne peut pas être moderne. Il est intemporel".

Autoportrait aux alkékenges d'Egon Schiele.
Autoportrait aux alkékenges de Schiele exposé au Leopold Museum de Vienne (1912).

Autoportrait aux alkékenges selon Alex Maleev.
Wolverine and the X-Men #9 de Jason et Christopher (Couverture alternative de Maleev).

Dans le comics book Wolverine and the X-Men #9 - "Day of the Phoenix" (Jason et Christopher, Marvel) Alex Maleev, l'illustrateur de la couverture, pastiche le tableau d'Egon Schiele, Autoportrait aux alkékenges, sur la Une de sa BD. Ici, Egon Schiele est remplacé par Captain America, et le rouge de l'armure d'Iron Man et de la cape de Thor rappelle celui des alkékenges (ou lanternes).

 

Egon Schiele (1890-1918) appartient au mouvement Expressionniste fortement imprégné par la Sécession viennoise à l'image de son maître Gustave Klimt. Très grand portraitiste, Schiele a le génie du dessin. Comme le montre cet autoportrait, ses personnages sont filiformes, sur des fonds monochromes, très caractéristiques de son style. La position du corps est excentrique. L'artiste donne au motif botanique une importance presque aussi grande qu'à son propre visage et à son buste. La figure et les plantes composent l'œuvre en y créant des tensions. Ainsi, la finesse des tiges de la plante et le rouge de ses alkékenges s'opposent à la zone noire de l'habit et de la chevelure.

***

Cette couverture spéciale s'inscrit dans le projet "Avengers Art Appreciation" accompagnant la sortie en salle du blockbuster Avengers en 2012. De nombreux auteurs Marvel s'amusent à dessiner les vengeurs à la manière de grands Maîtres avec plus ou moins de réussite et de ressemblance. Les meilleurs, comme celle d'aujourd'hui, auront droit à leur propre article à paraître prochainement.

Et voici celles qui n'auront pas droit à leur article:

Dardevil #11 de Steffi Schutzee à la manière d'Al Hirschfeld.
Dardevil #11 de Steffi Schutzee à la manière d'Al Hirschfeld (Aerosmith - 1977 / Woody Allen - 1999).

Age of Apocalypse #2 de Christian Nauck à la manière d'une fresque égyptienne.
Age of Apocalypse #2 de Christian Nauck à la manière de la fresque égyptienne de la chambre funéraire du fonctionnaire Merib (IVe dynastie).

Winter Soldier #4 de John Tyler Christopher dans un style art déco à la Erté.
Winter Soldier #4 de John Tyler Christopher dans le style art déco de Romain de Tirtoff, alias Erté (Rubis, série Pierres précieuses - 1930).

Fantastic Four #605 de Michael Kaluta à la manière de Winsor McCay.
Fantastic Four #605 de Michael Kaluta à la manière de Winsor McCay pour Little Nemo in Slumberland.

Avengers Assemble #2 de Stéphanie Hans à la manière de Claude Monet
Avengers Assemble #2 de Stéphanie Hans à la manière de Claude Monet pour une de ses nombreuses Cathédrale de Rouen et un de ses multiples Nymphéas.

X-Men #27 de Khoi Pham à la manière de Gustave Doré.
X-Men #27 de Khoi Pham à la manière de Gustave Doré, l'illustrateur du poème épique de John Milton - Paradis perdus.

Scarlet Spider #4 de Mike Del Mundo à la manière de Milton Avery.
Scarlet Spider #4 de Mike Del Mundo à la manière de Milton Avery (Yellow Sky - 1958).

Amazing Spider-Man #683 de Mike Del Mundo à la manière de Saul Bass.
Amazing Spider-Man #683 de Mike Del Mundo à la manière de Saul Bass (Vertigo / Anatomy of a murder / West side story / Advice & consent / Bird man of Alcatraz / Exodus / North by north west / One two three / In harm's way).

New Avengers #24 de Mike Deodato dans un style vitral.
New Avengers #24 de Mike Deodato dans un style vitral (Trinity Church de Boston).

PS: Schiele a fait près d'une centaine d'autoportraits se représentant souvent affligé d'un strabisme impressionnant, allusion humoristique à son nom de famille: en effet, le verbe -schielen- signifie loucher en allemand, et nombre de critiques hostiles à son art n'hésitaient pas à en faire des jeux de mots.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure

17 Novembre 2008

La Liberté éclairant le Monde

"- Je parie que tu t'es déjà posé la question, hein !
- Quelle question ?
- De savoir si elle est nue sous sa toge ? Elle est française, tu sais ça !"

SOS Fantômes II) ^^

La Statue de la liberté d'Auguste Bartholdi.
La Statue de la Liberté de Bartholdi.

La Statue de la liberté selon Albert Uderzo.
Astérix - Tome 22 de Uderzo et Goscinny (Page 35, case 7).

Dans Astérix - Tome 22 - "La grande traversée" (Uderzo et Goscinny, Hachette), Albert Uderzo fait un clin d'œil à la Statue de la Liberté de Bartholdi dans une des cases de sa BD contant les aventures d'Astérix et Obélix en Amérique. Ici la statue est remplacée par Astérix brandissant une torche de la main droite, et tenant dans sa main gauche une toile offerte par les indiens, faisant office de tablettes.

 

La Statue de la Liberté de Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904) est achevée en 1884. Gustave Eiffel a participé au projet en construisant la charpente métallique.

L'œuvre représente une femme drapée dans une toge et brandissant une torche de la main droite. Sur les tablettes qu'elle tient de la main gauche, on peut lire en chiffres romains 4 juillet 1776, jour de l'Indépendance américaine. A ses pieds, se trouvent les chaînes brisées de l'esclavage.

Les visiteurs doivent gravir 354 marches pour accéder à la couronne. Celle-ci est ajourée par 25 fenêtres symbolisant les 25 pierres gemmes. Les sept rayons de la couronne représentent les sept mers et continents. La statue est composée de 31 tonnes de cuivre et de 125 tonnes d'acier. Les plaques de cuivre qui recouvrent l'édifice ont une épaisseur de 2,37 millimètres. Sur une plaque de bronze du piédestal, est gravé le poème d'Emma Lazarus, intitulé The New Colossus qui s'adresse aux millions d'immigrants débarquant à Ellis Island.

La statue originale est remise officiellement aux Etats-Unis le 4 juillet 1884 à Paris, puis désassemblée en 350 pièces pour être réassemblé sur l'île de Bedloe, située en face de la presqu'île de Manhattan. Inaugurée par le Président Groover Cleveland le 28 octobre 1886, elle sera déclarée monument historique le 15 octobre 1924.

Bartholdi: "Je lutterai pour la liberté, j'en appellerai aux peuples libres. Je tâcherai de glorifier la république là-bas [(les Etats-Unis)], en attendant que je la retrouve un jour chez nous [en Alsace (non française à l'époque)]".
Bartholdi décéda le 5 octobre 1904 à Paris. L'Alsace et la Lorraine ne redeviendront françaises qu'en 1918.

Publié par Chelmi à 09:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #sculpture-bronze

6 Mai 2015

jOan Grey

Comme promis après Shadowcat, Rogue, et Storm...

Joan Collins de Patrick Nagel.
Joan Collins de Nagel (1982).

Patrick Nagel selon WeLoveFine.
The Ladies of X-Men Go '80s: Phoenix des Mighty Fine Artist du site WeLoveFine.

Avec la sortie du film X-Men: Le commencement en 2011, le site de vente WeLoveFine et ses Mighty Fine Artist avaient sorti une collection de quatre T-Shirt intitulé The Ladies of X-Men Go '80s à la sauce Nagel. Le quatrième et dernier imprimé qui s'intitule The Ladies of X-Men Go '80s: Phoenix est un pastiche de Joan Collins de Parick Nagel. Ici, l'actrice Joan Collins est remplacée par Jean Grey alias le Phénix (Phoenix en VO).

 

Pour en apprendre plus sur l'œuvre de Nagel et en voir d'autres parodies, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4. ;-)

En raison de son style épuré et simplifié à l'extrême, les visages des femmes de Nagel sont assez peu différenciables, et ppourtant contrairement à ce que l'on peut penser, il a travaillé avec de nombreux models comme certaines playmates de Playboy comme Cathy St. George , Tracy Vaccaro, Shannon Tweed... mais aussi avec des vedettes de cinéma comme Joanna Cassidy.

Comme son nom l'indique, l'illustration de Patrick Nagel qui nous réuni aujourd'hui, est un portrait de Joan Collins. Cette actrice américaine est surtout connu pour son rôle de d'Alexis Carrington Colby dans le célèbre feuilleton Dynastie.

Joan Collins pour Orange Coast. Joan Collins par Mario Casilli pour le Playboy.
Photographie de Collins dans les magazines Orange Coast (1982) et Playboy (1983).

Quand on regarde ces clichés parus à la même époque dans les magazines Orange Coast et Playboy, finalement on la reconnait plutôt bien sur le dessin. Vu que Patrick Nagel a beaucoup travaillé pour Playboy, si le numéro du magazine de charme aux grandes oreilles de Décembre 1983 n'était pas sorti dans les kiosques un an après sa toile, on aurait facilement pu imaginer que ce cliché de Mario Casilli avait servi de modèle. En revanche celui de la couverture d'Orange Coat d'octobre 1982, colle parfaitement avec les dates, et finalement la coupe de cheveux, l'attitude et la position de Joan aussi...

Gustave Flaubert: "Phénix: Beau nom pour une compagnie d'assurances contre l'incendie".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #illustration

5 Novembre 2015

Jeux de vilains

"J'rigole pas, j'avais tellement bien pigé le truc qu'on m'a donné le paradis sur Terre".
(©Sam 'Ace' Rothstein alias Robert DeNiro dans Casino de Martin Scorsese)

Caricature de Gus Greenbaum (Philippe Berthet).

Dans Pin-Up - Tome 7 - "Las Vegas" (Berthet et Yann, Dargaud) Philippe Berthet croque Gus Greenbaum et lui fait jouer son propre rôle de gérant de casino mafieux pour qui Dottie, l'héroïne de la série, travaille un temps en démasquant les tricheurs.
(L'image est tirée de la planche 31, case 4).

 

Gustave 'Gus' Greenbaum (1894-1958) était un gangster américain. Il est d'abord associé avec Meyer Lansky et Bugsy Siegel dans les années 1910. Durant la Prohibition, il entre au service du syndicat du crime de Chicago.

Après la Seconde guerre mondiale, il prend le contrôle du jeu à Las Vegas avec Morris Rosen et Moe Sedway. Gus s'occupe d'abord du El Cortez Casino avec Moe, avant de gérer le casino du Flamingo Hotel avec Bugsy à la demande de William R. Wilkerson.

Après l'assassinat de Siegel, Greenbaum souhaite raccrocher et prendre sa retraite, mais il est contraint et forcé de reprendre les rênes du Riviera.

A la fin des années 50, Chicago met un contrat sur sa tête quand ces derniers s'aperçoivent qu'il tape dans la caisse du Riviera. Le 3 décembre 1953, Gus Greenbaum est retrouvé mort égorgé avec son épouse dans sa maison de Phoenix.

PS: La légende dit que c'est l'assemblage des patronymes de Gus Greenbaum, Morris Rosen et Moe Sedway qui a donner naissance au nom de -Morris 'Moe' Greene- dans le roman Le Parrain de Mario Puzo adapté au cinéma par Francis Ford Coppola. Dans le film c'est Alex Rocco qui tient le rôle de Moe Green.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #police