Recherche pour "impitoyable eastwood"

26 Mai 2012

Mystic Croisette

Le film qui suit, a été présenté en compétition officielle au 56e Festival de Cannes en 2003. Il était nominé pour la Palme d'Or, le Grand Prix, le Prix du Jury, et le Prix de la mise en scène.

Mystic River de Clint Eastwood.
Mystic River d'Eastwood (2003).

Mystic River selon Harold Sakuishi.
Beck - Tome 20 de Sakuishi (Page 197).

Dans le manga Beck - Tome 20 (Sakuishi, Delcourt), Harold Sakuishi parodie l'affiche du film de Clint Eastwood, Mystic River, sur la dernière planche de sa BD.

 

Pitch du film:

Jimmy Markum (Sean Penn /Jason Kelly), Dave Boyle (Tim Robbins / Cameron Bowen) et Sean Devine (Kevin Bacon / Connor Paolo) ont grandi ensemble dans les rues de Boston. Rien ne semblait devoir altérer le cours de leur amitié jusqu'au jour où Dave se fit enlever par un inconnu sous les yeux de ses amis. Leur complicité juvénile ne résista pas à un tel événement et leurs chemins se séparèrent inéluctablement.
Jimmy sombra pendant quelque temps dans la délinquance, Sean s'engagea dans la police, Dave se replia sur lui-même, se contenta de petits boulots et vécut durant plusieurs années avec sa mère avant d'épouser Celeste (Marcia Gay Harden).
Une nouvelle tragédie rapproche soudain les trois hommes : Katie (Emmy Rossum), la fille de Jimmy, est retrouvée morte au fond d'un fossé. Le père endeuillé ne rêve plus que d'une chose: se venger. Et Sean, affecté à l'enquête, croit connaître le coupable: Dave Boyle...

Mystic River est basé sur le roman homonyme de Dennis Lehane. Clint Eastwood a découvert le synopsis de cet ouvrage à la dernière page d'un journal.

Même si le film n'a remporté aucun prix à Cannes en dépit de ses 4 nominations. Il s'est bien rattrapé aux Oscars en décrochant l'Oscar du Meilleur acteur pour Sean Penn et celui du Meilleur acteur dans un second rôle pour Tim Robbins. Idem aux Golden Globes et au César avec le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique pour Sean Penn, Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle pour Tim Robbins, et le César du meilleur film étranger.

PS: Eli Wallach, alias Tuco, "fidèle" partenaire de Clint Eastwood dans Le bon, la brute et le truand, fait ici une apparition clin d'œil dans le rôle d'un vieil épicier.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #manga , #cinema-serie-tv

11 Décembre 2007

Charlie Cache

Ben cherche... ^^

Caricature de Charles Bronson (Malik).

Dans la série Archie Cash (Malik et Brouyère, Dupuis) Malik caricature Charles Bronson et lui donne le rôle de Archie Cash, le héros baroudeur de la série.
(L'image est tirée de la couverture du tome 1 de la série).

 

Pour avoir plus de détails sur Charles Bronson et voir d'autres caricatures, tu peux faire un tour »ici« et »là« où j'ai déjà traité le sujet.

Le savais-tu ?: Pendant un temps Bronson a été envisagé pour incarner Superman au cinéma (Tout comme Paul Newman, Robert Redford, Arnold Schwarzenegger, Kris Kristofferson, Clint Eastwood, James Caan et Sylvester Stallone) mais c'est finalement Christopher Reeve qui décrocha le rôle.

Publié par Chelmi à 11:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

4 Mars 2011

Kelly's Heroes

"- Hey, y'a une mine !
- De quel genre ?
- Du genre qui vous pète à la gueule, est-ce que j'sais, moi, d'quel genre ?"

De l'or pour les braves de Brian G. Hutton.
De l'or pour les braves de Hutton (1970).

De l'or pour les braves selon Simon Léturgie.
Spoon et White -Tome 4 des Léturgie (Quatrième de couverture).

Dans Spoon & White - Tome 4 - "Spoonfinger" (Léturgie Père et fils, et Yann, Vents d'Ouest) Simon Léturgie (le fils) pastiche un plan du film de Brian G. Hutton, De l'or pour les braves, sur le quatrième de couverture de sa BD. On retrouve Clint Eastwood alias Kelly, quelques secondes avant qu'il ne passe un marché avec le dernier char allemand faisant barrière entre lui et l'or.

 

Pitch du film:

En 1944, près de Nancy, un colonel allemand est capturé par le lieutenant américain Kelly (Clint Eastwood). Découvrant que son prisonnier est en possession de deux lingots d'or, il lui fait subir un interrogatoire au terme duquel sa victime fait une incroyable révélation: dans une banque à quelques 40 kilomètres de la ligne de front, les Allemands disposent d'un trésor de 16 millions de dollars... Kelly n'a alors plus qu'une idée en tête: s'en emparer, lui et ses hommes, pour leur propre compte.

J'adore ce film et j'ai l'impression qu'il est malheureusement méconnu par un grand nombre de gens. De l'or pour les braves fait partie d'un genre rare : la comédie satirique à gros budget. Le propos du film farouchement antimilitariste et anarchiste s'amuse à démystifier le héros traditionnel avec de nombreux clins d'œil au western spaghetti et au film de gangster. Et pour ne rien gâcher le casting, lui aussi, vaut son pesant de cacahuètes: Clint Eastwood, Telly Savalas, Donald Sutherland, Don Rickles ...

C'est le second film que Clint tourne sous la direction de Brian G. Hutton. En 1969, ils avaient collaboré pour Quand les aigles attaquent. Et étrangement, à mes yeux, je trouve aussi que cet excellent film est malheureusement peu reconnu du grand public.

PS: Sans être des remakes, deux autres films, eux plus connus mais moins bons, surfent sur le même thème: Les morfalous, et Les roi du désert qui transpose le tout durant la première guerre du Golf.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

24 Septembre 2013

L'habit ne fait pas le moine...

... oui mais: Les plumes font l'oiseau ! Haha ! ^^

Sierra Torride de Don Siegel.
Sierra Torride de Siegel (1970).

Sierra Torride selon Simon Léturgie.
Spoon & White - Tome 3 des Léturgie (Quatrième de couverture).

Dans Spoon & White - Tome 3 - "Niaq Micmac" (Léturgie Père et fils, et Yann, Vents d'Ouest) Simon Léturgie (le fils) pastiche un plan du film de Don Siegel, Sierra Torride, sur le quatrième de couverture de sa BD. On retrouve Clint Eastwood alias Hogan quelques instants avant qu'il ne sauve la sœur Sara d'une tentative de viol.

 

Pitch du film:

En pleine révolution mexicaine, un mercenaire nommé Hogan (Clint Eastwood) sauve la vie de la sœur Sara (Shirley MacLaine). Cette dernière est une résistante juariste, poursuivie par les français. Ceux-là mêmes qui détiennent le fort, dont Hogan a pour mission de découvrir les failles de ses défenses. Sara dont la tenue de religieuse n'est qu'un déguisement pour cette prostituée au grand cœur, décide de l'aider dans sa mission...

Avec ce long métrage, Clint Eastwood obtient la troisième place au Golden Laurel pour le Meilleur interprète dans un film d'action, et Shirley MacLaine est nommée Meilleure interprète dans une comédie. Comme quoi dans un western, il y a aussi de l'action et de l'humour !

Le titre français: Sierra Torride, met d'ailleurs plus l'accent sur le côté aventure alors que sa version original: Two Mules for Sister Sara (Traduction pour les anglophobes: Deux mules pour Sœur Sara) souligne le ton humoristique.

Au départ, Budd Boetticher tout de même crédité pour l'histoire de Sierra Torride, avait imaginé ce synopsis pour Steve McQueen et Brigitte Bardot. Ce film ne sera jamais réalisé par Boetticher, et Bardot tentera sans succès l'aventure du western dans Shalako avec pourtant à ses côtés Sean Connery.

Gary Cooper: "Quand on joue dans un western, on peut embrasser le cheval mais pas l'actrice". ^^

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

15 Janvier 2011

La corde raide

"Le monde se divise en deux catégories, mon ami : ceux qui ont la corde au cou et ceux qui la leur coupent".
(©Eli Wallach alias Tuco)

Le bon, la brute et le truand de Sergio Leone (1966).
Le bon, la brute et le truand de Leone (1966).

Le bon, la brute et le truand selon Simon Léturgie.
Spoon et White -Tome 2 des Léturgie (Quatrième de couverture).

Dans Spoon & White - Tome 2 - "A gore et à cris" (Léturgie Père et fils, et Yann, Vents d'Ouest) Simon Léturgie (le fils) pastiche un plan du film de Sergio Leone Le bon, la brute et le truand sur le quatrième de couverture de sa BD. On retrouve Eli Wallach alias Tuco et Clint Eastwood alias Blondin dans la dernière scène du western.

 

Pour avoir plus d'informations sur ce génialissime western et en voir une autre parodie, va faire un tour »ici« où j'ai déjà développé le sujet.

PS: Le titre original du film était Les deux magnifiques bons-à-rien mais il fut changé dès le début du tournage, lorsque Vincenzoni vit en rêve le titre Le bon, la brute et le truand, qui plut aussitôt à Leone.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

26 Novembre 2010

L'homme sans nom

"Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses".
(©Clint Eastwood alias le Bon).

Le bon, la brute et le truand de Sergio Leone.
Le bon, la brute et le truand de Leone (1966).

Le bon, la brute et le truand selon Arthur Suydam.
The man with no name #1 de Diaz et Cage (Couverture).

Dans le comics book The man with no name #1 (Diaz et Cage, Dynamite Entertainment) Arthur Suydam l'illustrateur de la couverture parodie un plan du film Le bon, la brute et le truand de Sergio Leone sur la couverture de sa BD. Ce numéro est paru avec deux couvertures différentes: la couverture classique est de Richard Isanove et la variante sauce zombie qui nous intéresse aujourd'hui.

Cette série reprend le personnage récurrent de la trilogie cinématographique des dollars de Sergio Leone: l'homme sans nom incarné par Clint Eastwood. Les comics racontent la suite de ses aventures.

 

Pitch du film:

Pendant la Guerre de Sécession, trois hommes, préférant s'intéresser à leur profit personnel, se lancent à la recherche d'un coffre contenant 200000 dollars en pièces d'or volés à l'armée sudiste. Tuco (Eli Wallach) sait que le trésor se trouve dans un cimetière, tandis que -le Bon- (Clint Eastwood) connaît le nom inscrit sur la pierre tombale qui sert de cache. Chacun a besoin de l'autre. Mais un troisième homme entre dans la course : Setenza (Lee Van Cleef), une brute qui n'hésite pas à massacrer femmes et enfants pour parvenir à ses fins.

Lors de la sortie du film en 1966, les producteurs veulent absolument un montage qui ne dépasse pas les deux heures. La post-production dure huit mois, et Sergio Leone, en dépit des difficultés qu'il rencontre lors de cette étape, refuse de céder sur ce point. Le film dure 2h40 dans sa version internationale et presque trois heures dans la version italienne. Le Bon, la brute et le truand subit néanmoins de nombreuses coupes dans plusieurs pays à cause de la censure. La version anglaise du film ne durait ainsi que 2h28 à sa sortie.

Si l'idée de tourner un western en pleine guerre civile vient de Luciano Vincenzoni, le sujet ne pouvait que toucher le réalisateur italien qui avait connu la guerre pendant son enfance en Italie. Sergio Leone explique ses intentions avec ce projet: "J'ai commencé Le Bon, la brute et le truand comme les deux premiers mais cette fois avec trois hommes à la recherche d'un trésor. Ce qui m'intéressait dans le film était, d'une part, de démythifier les trois adjectifs et, d'autre part, de montrer l'absurdité de la guerre. Qu'est-ce que -bon-, -brute- et -truand- signifient? Nous avons tous quelque chose de bon, de mauvais et de laid en nous. Certaines personnes paraîssent vraiment horribles mais quand on apprend à les connaître, on réalise qu'elles valent mieux que ça. Quant à la Guerre Civile que les personnages rencontrent sur leur chemin, pour moi, c'est une chose stupide et inutile. On y trouve pas de -bonne cause-... Je montre un camp de concentration du Nord en pensant aux camps nazis avec leurs orchestres juifs. Tout ceci ne veut pas dire qu'il n'y a pas lieu de rire dans le film. Derrière ces aventures tragiques se cache un esprit picaresque."

Ce western est pour moi, LE western.

Syndrome George Lucas: Le Bon, la brute et le truand est le troisième volet des aventures de l'Homme sans nom après Pour une poignée de dollars tourné en 1964 et Et pour quelques dollars de plus réalisé en 1965. Mais dans la continuité de la trilogie, il est en fait le premier. On revient ici aux premières aventures de notre personnage. Ainsi, à la fin du film, il récupère le poncho qu'il ne quittait pas dans les deux long métrages précédents. Je sais pas si j'ai été bien clair mais tant pis. ^^

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

16 Avril 2015

Dirty Harry

Harry Callahan: "Vas-y, allez ! Fais moi plaisir !".

Caricature de Clint Eastwood (Maëster).

Dans Meurtres fatals - Tome 2 - "Meurtres fatals 002" (Maëster, Fluide Glacial) Maëster croque Clint Eastwood au détour d'une case dans le récit "Piège à vitesse fatale en en enfer".
(L'image est tirée de la page 13, case 4).

Dans la même case, on voit le commissaire Charolles, arme au poing dans une posture harrysienne, assener à Léonardo Di Machin un : "Fais moi plaisir...", une réplique culte du Retour de l'inspecteur Harry, et là le grand Clint pointe le bout de son nez est rétorque: "Copieur !".

 

Pour avoir plus d'informations sur la bio/filmographie de cet immense homme de cinéma, je t'invite à (re)faire un tour »ici« où j'ai déjà traité le sujet. ;-)

PS: Dernièrement, il a réalisé l'excellent American Sniper qu'on doit encore pouvoir visionner dans quelques salles. En dépit de son succès, ce film a fait polémique outre atlantique, en étant taxé par certain comme Michael Moore et Seth Rogen de long métrage de propagande en faveur de l'armée américaine... Perso, je ne suis pas du tout d'accord, je le trouve extrêmement plus nuancé que ce que ces derniers affirment... Je ne suis même pas loin de penser que Clint est victime d'un procès d'intention en raison de son image de justicier républicain qui lui colle à la peau depuis les Dirty Harry !

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

27 Juin 2015

L'homme de tous les secrets

"L'individu est handicapé en se retrouvant face à face avec une conspiration si monstrueuse, qu'il ne peut croire qu'elle existe".

Caricature de J. Edgar Hoover (Laurent Verron).

Dans Odilon Verjus - Tome 6 - "Vade Retro Hollywood !" (Verron et Yann, Le Lombard) Laurent Verron croque J. Edgar Hoover et lui fait jouer son propre de grand patron du FBI.
(L'image est tirée de la planche 28, case 5).

 

John Edgar Hoover (1895-1972) a été le premier directeur du FBI, le Federal Bureau of Investigation de 1924 à sa mort en 1972. Il a ainsi servi pendant les mandats de huit présidents différents de Coolidge à Nixon, pendant toute la Seconde Guerre Mondiale et une bonne partie de la Guerre Froide. Il est à ce jour celui qui est resté le plus longtemps à la tête de l'agence. Après lui, un mandat de dix ans a été instauré pour le chef du FBI.

S'il a fait du FBI. une agence gouvernementale efficace et moderne en améliorant notamment le recrutement, la formation, l'encadrement des agents, et la police scientifique, ses méthodes, sujette à controverse et même parfois illégales, ont été maintes fois critiquées.

L'une des affaires les plus retentissantes prises en charge par Hoover concerne l'enlèvement du fils aîné de Charles Lindbergh en 1932. Kidnappé le 1er mars 1932, son enfant est retrouvé mort le 12 mai. Un suspect, Bruno Hauptmann, est arrêté en 1934, condamné et exécuté pour le meurtre du bébé à la suite d'un procès très médiatisé, et ce malgré les doutes concernant sa culpabilité. Cette affaire suscite encore de nombreuses controverses de nos jours.

Hoover est victime d'une attaque cardiaque mortelle le 2 mai 1972 des suites d'une maladie cardio-vasculaire. Des funérailles nationales sont organisées à la demande du président Richard Nixon, privilège normalement réservé aux chefs d'Etat. Vingt mille personnes défilent devant son cercueil exposé au Capitole des Etats-Unis. Le siège du FBI, le J. Edgar Hoover Building, a été nommé en son honneur.

En 2012, Clint Eastwood réalise un biopic sur l'homme intitulé J. Edgar, et c'est Leonardo DiCaprio qui interprète Hoover.

Leonardo DiCaprio: "Hoover, quel que soit le rôle qu'il ait pu y jouer, a très certainement instrumentalisé l'enlèvement [de l'enfant Lindbergh,] pour se mettre en avant et promouvoir le FBI dans tout le pays".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #police , #politique

4 Février 2016

Monsieur tout le monde

"J'ai joué beaucoup de personnages quelconques qui n'ont rien de spécial, sans doute parce que je ne le suis pas moi-même".

Caricature de Tom Hanks (Alessandro Barbucci).

Dans Ekhö monde miroir - Tome 3 - "Hollywood boulevard" (Barbucci et Arleston, Soleil) Alessandro Barbucci croque Tom Hanks et lui fait jouer son propre d'acteur de cinéma sur le tournage de Forest Gump.
(L'image est tirée de la page 33, case 2).

Tout le monde a reconnu la casquette rouge Bouba Gump et la chemise bleue à carreau. ;-)

 

Tom Hanks (1956) est un acteur américain. Né au sein d'une famille recomposée, il vit une enfance relativement chaotique et consacre d'abord son temps libre au base-ball et à l'astronomie. C'est à l'adolescence qu'il se découvre une passion pour le théâtre. S'il participe à quelques spectacles au lycée, c'est surtout à l'Université de Sacramento, où il poursuit ses études, qu'il fait ses premières armes en tant qu'acteur amateur.

Repéré par le metteur en scène Vernon Dowling, il quitte l'Université pour suivre une troupe professionnelle. Pendant deux ans, il joue Gremio dans La mégère apprivoisée. Mais c'est d'abord la télévision, notamment la série Bosom Buddies, diffusée en 1982 et 1983 sur ABC qui le fait connaître. Dès 1984, Ron Howard lui offre son premier grand rôle, dans Splash au côté de Daryl Hannah.

Si ses premiers succès sont surtout des comédies, il montre, très vite, d'autres facettes de son talent, comme dans Big, dans lequel il joue un enfant perdu dans un corps d'adulte. Un talent qui lui permet aussi de jouer, quelques années plus tard, avec une subtilité qui lui vaudra deux Oscars de suite, un avocat atteint du SIDA dans Philadelphia, ou un candide attachant dans Forrest Gump.

Après Jonathan Demme et Robert Zemeckis, d'autres grands réalisateurs l'ont inscrit en tête de leur générique: Steven Spielberg dans son drame historique Il faut sauver le soldat Ryan, Sam Mendes dans Les sentiers de la perdition, ou encore les frères Coen dans Ladykillers.

Parmi sa riche filmographie, on compte aussi: Appollo 13, Arrête-moi si tu peux, Da Vinci code, Seul au monde, La ligne verte... Prochainement, il sera à l'affiche de Sully dirigé par Clint Eastwood.

PS: Dernièrement, tu as aussi pu le voir dans Le pont des espions de Spielberg, histoire vraie d'un échange d'espionsdurant la Guerre froide qui a aussi inspiré les auteurs de Pin-up dans le tome 4. ;-)

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

2 Avril 2013

Dallas

"Cette saloperie est en train de bouffer la coque !"
Alien, le 8e passager de Scott).

Caricature de Tom Skerrit (Maëster).

Dans Meurtres fatals - Tome 1 - "Meurtres fatals graves" (Maëster, Fluide Glacial) Maëster caricature Tom Skerrit dans le récit "Aux frontières fatales du réel vrai la vérité est alien". Il lui fait jouer le rôle d'un équipier de bord du cargo Nostrogo.
(L'image est tirée de la page 37, case 1).

Après Weaver, Hurt, et Kotto, le maestro continue son tour de bord du Nostrogmo... A suivre...

 

Tom Skerrit (1933) est un acteur américain. Après des études d'histoire de l'art, il fait un peu de théâtre et de télévision puis inaugure sa carrière cinématographique avec le film La Guerre est aussi une chasse, où il côtoie le débutant Robert Redford. Il devient dès lors l'un des plus fameux seconds rôles du cinéma américain, s'illustrant surtout, dans un premier temps, dans des films fantastiques ou policiers.

Au début des années 70, M.A.S.H. et Nous sommes tous des voleurs lui donnent l'occasion de travailler pour Robert Altman. Il travaille également pour Blake Edwards dans Deux hommes dans l'Ouest mais n'accède à la reconnaissance qu'en 1979, avec son rôle du commandant Dallas dans Alien, le huitième passager de Ridley Scott. Suivent ensuite des prestations remarquées dans Dead zone de David Cronenberg en 1983, Top gun à nouveau de Ridley Scott en 1986 et La relève de et avec Clint Eastwood en 1990.

Parallèlement à une intense activité télévisuelle notamment dans la série High Secret City: La ville du grand secret, Tom Skerrit poursuit son aventure sur grand écran. L'âge aidant, son visage buriné lui permet de camper des rôles plus dramatiques, comme dans Potins de femmes de Herbert Ross en 1989, Et au milieu coule une rivière où il retrouve Robert Redford trente ans après, cette fois-ci en tant que réalisateur, Singles de Cameron Crowe en 1992, ou encore Contact de Robert Zemeckis en 1997.

En 2001, Tom Skerrit apparaît dans le western Texas rangers. Deux ans plus tard, il accompagne Bruce Willis et Monica Bellucci dans Les larmes du soleil, thriller réalisé par Antoine Fuqua. Prochainement, il sera à l'affiche de Beer for my horses, Redemption road, et Open day.

Tom Skerrit: "Le fait d'être embauché par un grand metteur en scène est gratuit".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv