Recherche pour "lino ventura"

11 Mai 2009

Angiolino Giuseppe Pasquale Ventura

"On recommence !... Alors marié ? Des enfants ? Non ! Pourquoi, ça fait des saletés ?"
Garde à vue).

Caricature de Lino Ventura (Griffo).

Dans SOS Bonheur - Tome 3 (Griffo et Van Hamme, Dupuis) Griffo croque Lino Ventura et lui donne le rôle du commissaire Carelli qui enquête sur la disparition d'une multitude de gens.
(L'image est tirée de la couverture de l'intégrale de la série).

 

Pour en savoir plus sur Lino et voir d'autres caricatures, rends-toi »ici« et »là« où j'ai déjà traité le sujet. ;-)

Lino Ventura: "Je trouve complètement ridicule que la publicité d'un film soit basée sur la longueur d'un baiser".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

26 Octobre 2012

L'aventure, c'est l'aventure...

... et Ventura, c'est Ventura.

Caricature de Lino Ventura (Gaël Séjourné).

Dans Jour J - Tome 2 - "Paris, secteur soviétique" (Séjourné, Duval, et Pécau, Delcourt), Gaël Séjourné caricature Lino Ventura et lui donne le rôle d'un inspecteur de police résident au 93 rue Lauriston, le siège de la police politique populaire.
(L'image est triée de la page 18, case 2).

 

Pour avoir plus de détails sur la bio/filmographie du Grand Lino et en voir d'autres caricatures, va faire un tour »ici« , »là« , et aussi »ici« où j'ai déjà développé le sujet. ;-)

Jean-Marie Gourio: "Tu vas pas bosser? - Non, Lino Ventura est mort, c'est pas un jour ordinaire… - Qu'est-ce que tu bois? - Comme d'habitude."

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

9 Février 2007

Bourre-pif

"Non mais t'as déjà vu ça ? en pleine paix, y chante et pis crac, un bourre-pif, mais il est complètement fou ce mec ! Mais moi les dingues j'les soigne, j'm'en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j'vais lui montrer qui c'est Raoul. Aux quatre coins d'Paris qu'on va l'retrouver éparpillé par petits bouts façon puzzle... Moi quand on m'en fait trop j'correctionne plus, j'dynamite... j'disperse... et j'ventile..."

Caricature de Lino Ventura (Mathieu Reynès).

Dans Lola Bogota - Tome 1 - "Notre Dame de Colombie" (Reynès, Brrémaud et Chanoinat, Bamboo) Mathieu Reynès caricature Lino Ventura et lui donne le rôle du bras droit de Georges Abadi, le parrain de la pègre bordelaise.
(L'image est tirée de la page 44, case 9).

Comme avec Bernard Blier et Jean Lefèvre, les auteurs rendent hommage au Tontons Flingueurs de Georges Lautner (et Michel Audiard au dialogue).

 

Je ne reviens pas sur la bio/filmographie de Lino Ventura que j'ai déjà évoqué »ici«. ;-)

PS: A la fin des années 80, Le film, Tontons flingueurs a été colorisé. Oo Je n'ai jamais vu cette version.

Publié par Chelmi à 11:29am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

3 Octobre 2006

Un Romain en Gaule

Et hop encore un petit tour au pays des sangliers. ^^

Caricature de Lino Ventura (Albert Uderzo).

Dans Astérix - Tome 15 - "La Zizanie" (Uderzo et Goscinny, Hachette), Albert Uderzo caricature Lino Ventura et lui donne le rôle du centurion Caius Aérobus, le commandant du camp retranché romain d'Aquarium.
(L'image est triée de la page 26, case 5).

 

Lino Ventura (1919-1987) était un acteur italien mais c'est en France qu'il a fait l'essentiel de sa carrière. Lutteur professionnel de poids moyen, il est champion d'Europe de catch en 1950. Malheureusement, un accident au cours d'un combat l'oblige à abandonner sa carrière sportive. Il se reconverti alors dans l'organisation de combats mais en 1953 grâce à son ami Emmanuel Casuto il est pistonné pour jouer dans le film de Jacques Becker, Touchez pas au grisbi, aux côtés de Jean Gabin. C'est un tel succès que les deux compères décident de ne plus se quitter et on les retrouve ainsi dans: Razzia sur la chnouf (^^), Crime et châtiment, Le Rouge est mis et Maigret tend un piège.

Lino est maintenant une vraie vedette et le succès populaire du film Le Gorille vous salue bien en 1957 ne fait qu'accentuer son rang de star. Il tourne alors avec Jean-Paul Belmondo en 1959 dans Classe tous risques, encore un énorme nouveau succès. Mais pour moi il trouve la véritable consécration en 1961 dans Un taxi pour Tobrouk, j'adore ce film.

Jusqu'ici, ses rôles sont surtout basés sur sa gueule cassée et son physique de déménageur, et pour ne pas se terrer dans ce registre du bourru de service, il s'essaie à la comédie où il démontre qu'il sait aussi faire rire en se parodiant: Les Tontons flingueurs, L'aventure c'est l'aventure, (avec son compatriote Aldo Marcione), L'emmerdeur, ... et c'est encore un franc succès.

C'est à la fin de sa carrière dans les années 80 qu'il trouve ses plus beaux rôles, avec Garde à vue et surtout Les Misérables où il reprend le rôle de Jean Valjean, qu'avait jadis tenu son ami et mentor Jean Gabin.

PS: Lino Ventura était aussi le père d'une enfant handicapée, c'est pourquoi en 1966 dans la générosité, la simplicité et la discrétion qui le caractérisait, il a créé l'association Perce-neige dont le but est l'aide à l'enfance inadaptée.

Publié par Chelmi à 13:38pm - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

26 Mai 2015

Pas bougum !

Circulation à Rome).

Caricature de Paul Mercey (Achdé).

Dans Lucky-Luke - Tome 78 - "Les tontons Dalton" (Achdé, Gerra, et Pessis, Lucky Comics) Achdé croque Paul Mercey, et lui donne le rôle du barman du saloon de Rupin city.
(L'image est tirée de la page 17, case 9).

Après Francis Blanche, les auteurs continuent leur hommage aux Tontons flingueurs où Mercey joue Henri, le barman du bowling.

 

Paul Mercey (1923-1988) était un acteur suisse. Né en Yougoslavie, il s'installe avec sa famille à Paris où il obtient son baccalauréat et suit des cours de comédie. En 1947, Paul débute au cinéma dans La carcasse et le tord-cou de René Chanas avec Michel Simon, puis enchaîne pendant une dizaine d'années des silhouettes voire des rôles mineurs parfois non crédités. Entre temps, il se consacre à la scène en interprétant des pièces de théâtre comme Douze hommes en colère ou des opérettes comme Monsieur Carnaval avec Georges Guétary.

A l'instar de Robert Dalban ou de Philippe Castelli mais sans leur notoriété, il va devenir un des visages familiers du cinéma français qui s'impose en -troisième couteau- à la fin des années 50. Patron de bar dans Archimède le clochard de Gilles Grangier avec Jean Gabin, rôle de prédilection qu'il interprète dans Les tontons flingueurs de Georges Lautner avec Lino Ventura. Gilles Grangier qu'il retrouve dans Les vieux de la vieille toujours avec Jean Gabin, Pierre Fresnay et Noël-Noël et dans Le gentleman d'Epsom. Avec son physique rondouillard, on le retrouve furtivement en homme des bains turcs dans La grande vadrouille en 1966 avec De Funès, homme du 5ème étage dans Le cerveau en 1968 avec Belmondo, ou automobiliste vindicatif des Aventures de Rabbi Jaco en 1973, tous trois réalisés par Gérard Oury.

Au cinéma, au-delà de ses 150 films, il n'obtient que deux rôles conséquents: dans le drame Les honneurs de la guerre de Jean Dewever, et dans la comédie Le tatoué de Denys de la Pattelière encore avec Jean Gabin et Louis de Funès où il joue l'entrepreneur Pellot.

Dans les années 60, Paul Mercey interprète des sketches avec Jean Yanne à l'époque de l'ORTF: Circulation à Rome ou Les routiers melomanes. En 1964, il participe à l'émission 1=3 de Jacques Martin et Jean Yanne, supprimée après un sketch qui compare les campagnes napoléoniennes à une course cycliste. Toujours à la télévision, on l'aperçoit dans la série Saintes chéries en 1965 ainsi que dans des pièces de l'émission Au théâtre ce soir de Pierre Sabbagh. La collaboration avec Jean Yanne se poursuit sur le grand écran, il est délégué suisse dans Moi y'en a vouloir des sous ! en 1973, résistant dans Les chinois à Paris en 1974, ministre de l'intérieur dans Chobizeness en 1975, commerçant dans Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ en 1982, et chef des sans-culottes dans Liberté, égalité, choucroute en 1984, le dernier de ses rôles.

Paul Mercey décède le 7 janvier 1988 à Férolles-Attilly. Incinéré au crématorium de Valenton, ses cendres sont dispersées.

PS: Il apparait aussi furtivement dans deux sagas culte du cinéma français: La septième compagnie et les Gendarmes.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

25 Mai 2007

Pascal...

...première gâchette chez Le Mexicain.

Caricature de Venantino Venantini (Mathieu Reynès).

Dans Lola Bogota - Tome 3 - "Le camp des Siciliens" (Reynès, Brrémaud et Chanoinat, Bamboo) Mathieu Reynès caricature Venantino Venantini et lui donne le rôle de Venantino, un des hommes de mains de Don Andrea.
(L'image est tirée de la page 36, case 6).

Les auteurs rendent de nouveau hommage aux films de Lautner et tout particulièrement aux Tontons flingueurs en -utilisant- un de ses acteurs fétiches.

 

Venantino Venantini (1930) est un acteur italien. Né à Fabriano, dans la Marche, Enrico il fait une première apparition au cinéma, à l'âge de vingt-trois ans, dans une comédie de Steno. Ce n'est que quatre ans plus tard qu'il fait une deuxième apparition sur le grand écran en tenant un autre petit rôle dans Sait-on jamais ?.

Après une nouvelle absence de trois ans, il revient au cinéma, cette fois en tenant le deuxième rôle principal masculin, celui d'un opérateur de prises de vues sur un documentaire, dans L'odyssée nue. Il s'y distingue si bien qu'il est engagé par le vétéran Carlo Ludovico Bragaglia pour incarner le protagoniste de Pastaciutta Nel Deserto, un soldat qui, pendant la campagne de Libye, tente désespérément de se faire renvoyer au pays. Toutefois, il ne semble pas entériner cette soudaine notoriété, puisque, aussitôt après, il n'occupe plus que des rôles secondaires, voire épisodiques, à l'exception de ceux de l'amant dans Il Vuoto et du rabatteur de l'héroïne dans a Celestina P... R... .

Parallèlement, Venantini mène une carrière en France après avoir interprété Pascal, le fidèle porte-flingue de Lino Ventura dans Les tontons flingueurs. Il tourne ainsi six autres fois sous la direction de Georges Lautner, qui lui confie même des rôles importants dans Galia et La grande sauterelle, mais aussi sous celle de Gérard Oury (au côté de De Funès), de Marcel Camus, de Gérard Pirès et Jean Aurel, pour l'essentiel dans des comédies: Le corniaud, La folie des grandeurs, Vivre la nuit, Erotissimo, Etes-vous fiancé à un marin grec ou un pilote de ligne ? ...

Mais, au début des années soixante dix, sa carrière amorce une très nette baisse qualitative dans le choix des films. Il ne cesse en effet de tourner, mais en ne tenant que des petits rôles ou des rôles secondaires et presque uniquement dans des productions de type Z, principalement des films érotiques, des séries noires et des films d'horreur et fantastiques. De temps à autre, cependant, il travaille sur des films plus ambitieux, en Italie, naturellement, avec Dino Risi (Dernier amour, ...) et Ettore Scola (La terrasse, ...), et aussi en France, sous la direction de Francis Girod (René la Canne), Edouard Molinaro (La cage aux folles au côté de son compatriote Ugo Tognazzi) et, toujours, Georges Lautner (Flic ou voyou avec Belmondo, Attention une femme peut en cacher une autre, ...).

Dernièrement, on a ou le voir dans Atomik Circus avec Vanessa Paradis, et Je crois que je l'aime de pierre Jolivet, mais aussi dans en guest star dans les deux séries télé Greco et Mafiosa. Prochainement, il sera à l'affiche de J'ai toujours rêvé d'être un gangster de Samuel Benchetrit.

PS: Il est le père de Luca Venantini que tu as notamment pu voir dans la série Empire.

Publié par Chelmi à 09:57am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

5 Octobre 2006

T'as d'beaux yeux tu sais !

Merci, oui je sais, c'est d'ailleurs pour ça que j'en mets partout sur mon blog. ^^

La photo n'est pas très nette, mais c'est la mieux adaptée que j'ai trouvé (et ce n'est pas faute d'avoir cherché -__-).

Caricature de Jean Gabin (Morris).

Dans Lucky Luke - Tome 11 - "Lucky Luke contre Joss Jamon" (Morris, Dupuis) Morris caricature Jean Gabin dans le rôle d'un cow-boy qui prend la défense de Lucky Luke qui est déguisé en vieillard.
(L'image est tirée de la page 28, case 3).

 

Jean Gabin (1904-1976) était un acteur français. Mauvais élève, à 15 ans, il quitte l'école et enchaîne les petits boulots, il ambitionne de devenir conducteur de locomotive comme son grand-père. Mais à 18 as, son père, tenancier de café et comédien d'opérette, le force à entrer dans le monde du spectacle en le pistonnant auprès d'un de ses amis. Il fait de la figuration, et le chanteur d'opérette en imitant Maurice Chevalier. En 1928, il devient même partenaire de Mistinguett.

Jean Gabin: "Je suis monté sur les planches à contrecoeur. J'ai tourné mes premiers films sans enthousiasme, sans espoir. A présent, ça y est: me voilà mordu".

Il fait ses premiers pas dans le cinéma parlant en 1930 avec Chacun sa chance, Méphisto, Paris-béguin et Coeur de lilas. C'est Julien Duvivier qui lui offre ses premières lettres de noblesses dans La Bandera en 1935 et dans La Belle Equipe puis Pépé le Moko en 1936. Il devient alors une vraie tête d'affiche: La grande illusion, Le Quai des brûmes, La Bête humaine.

Refusant de jouer pour les Allemands sous l'occupation, il s'exile aux USA, où il retrouve Jean Renoir, Julien Duvivier. Il y tourne deux film assez peu connu (La Péniche de l'amour et L'imposteur). En 1944, il s'engage dans les forces françaises libres du Général de Gaulle et participe à la victoire des alliés comme chef de char d'assaut des fusiliers marins de la 2ème DB du général Leclerc. Il est décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre et est démobilisé à l'age de 41 ans.

Il retourne donc devant les caméras. Pendant une petite dizaine d'année, ses films ont plus ou moins de réussite mais c'est en 1954 avec Touchez pas au Grisbi accompagné de Lino Ventura qui débute qu'il retrouve véritablement les bonnes grâces du public. Et les vingt années qui suivent feront de lui un mythe à tout jamais: French Cancan, La Traversée de Paris, Le Cave se rebiffe, Un Singe en hiver (avec Belmondo), Mélodie en sous-sol, Le Tatoué (avec De Funès), Le Clan des Siciliens, Le Chat. (Pas facile de faire une sélection OO).

PS: Jean Gabin est un des Commissaires Maigret les plus connus: Maigret tend un piège, Maigret et l'affaire du Saint Fiacre, Maigret voit rouge. Et il a tourné dans une dizaine de films adaptés des romans de Georges Simenon (le -papa- de Maigret).

Publié par Chelmi à 13:13pm - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

23 Octobre 2006

Aldo la Classe !

"Ma, qu'est-ce qué tou dis là ?
Moi, zé ferais mêmé le domesticus dans cette lézion-là !"

Caricature de Aldo Maccione (Albert Uderzo).

Dans Astérix - Tome 29 - "La Rose et le Glaive" (Uderzo, Albert-René) Albert Uderzo croque Aldo Maccione est lui le rôle d'un légionnaire romain du camp retranché d'Aquarium. Une légion composée exclusivement de femmes a été envoyée en mission spéciale pour déloger les irréductibles Gaulois. Ça n'enchante pas les hommes qui sont relégués aux tâches ménagères, sauf Aldo bien sûr... ^^
(L'image est tirée de la page 34, case 3).

 

Aldo Maccione (1935) est un acteur italien. C'est dans les années 60 qu'il se fait remarquer pour la première fois dans un théâtre turinois en imitant les stars de cinéma. Venu travailler à Paris, il se produit dans le mythique Olympia où il assure les entractes. Le succès est au rendez-vous. Et en collaboration avec son groupe italien Les Brutos, un quatuor musical déjanté, il arpente désormais les quatre coins de la planète.

Mais ce n'est qu'une décennie plus tard qu'il décroche son premier rôle dans le cinéma français grâce à Claude Lelouch qui l'engage pour Le Voyou (1970). Deux ans plus tard, la paire remet le couvert pour la comédie L'aventure c'est l'aventure avec Lino Ventura, Charles Denner et Jacques Brel (J'adore ce film). C'est l'occasion pour le grand public de découvrir pour la première fois ce latin-lover à la démarche particulièrement chaloupée: Aldo la Classe.

Dès lors, Aldo va enchaîner les tournages dans l'hexagone et en Italie en participant à de nombreuses comédies d'aventure. En 1973, il tourne Mais où est donc passée la septième compagnie ? qui est un véritable succès populaire (Je n'ai d'ailleurs jamais compris pourquoi, il n'avait pas tourné dans les deux suivants). A la fin des années 70, il donne également la réplique à l'excellent Pierre Richard dans deux comédies, écrites et réalisées par ce dernier: Je suis timide, mais je me soigne et C'est pas moi, c'est lui ; et aussi à Jean-Paul Belmondo dans L'animal.

Ensuite, il enchaîne les comédies avec plus ou moins de succès en jouant l'éternel rital charmeur raté et gaffeur: Tais-toi quand tu parles !, Plus beau que moi tu meurs, Te marre pas, c'est pour rire !, Pizzaiolo et Mozzarel ...

Ayant définitivement raccroché sa tenue d'Aldo la Classe, il traverse un long passage à vide avant de tourner La Femme de chambre du Titanic. Puis dernièrement en 2005, pour ses 70 printemps, il revient à la comédie en étant l'une des têtes d'affiche de Travaux, on sait quand ça commence... aux côtés de Carole Bouquet.

PS: Le découpage de l'image ne permet pas de l'apprécier, mais Aldo Maccione est dans sa posture fétiche: la marche du séducteur. ^^

Publié par Chelmi à 10:04am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

9 Avril 2010

"Welcome Sir ! My name is John !"

Les tontons flingueurs)

Caricature de Robert Dalban (Efix).

Dans Mon amie la poof - Chapitre I - "Moorad" (Efix, Petit à Petit) Efix caricature Robert Dalban le temps d'une case et lui donne le rôle d'un figurant de bar jouant aux cartes.
(L'image ci-dessus est tirée de la planche 23, case 7).

Après Bernard Blier, Jean Lefebvre, et Francis Blanche, l'auteur continue son tour de table des Tontons Flingueurs de Georges Lautner.

 

Robert Dalban (1903-1987) était un acteur français. Il débute dès l'âge de 16 ans au Théâtre Montparnasse, en jouant avec Harry-Max et Maurice Dorléac. Il est aussi comique troupier au caf'conc' Les Trois Mousquetaires. Avant un départ en tournée aux Etats-Unis avec Sarah Bernhardt, il joue dans de nombreux théâtres de quartier. On le retrouve ainsi dans des opérettes et des revues, durant les années trente.

Robert joue plusieurs fois dans des pièces avec Gaby Morlay, qui le poussera vers le cinéma, qu'il découvre en 1934. Il donne la réplique aux plus grands du cinéma, Jean Gabin, Lino Ventura, Paul Meurisse, Jean Marais, ou encore Louis de Funès...

En 1955, il rencontre Robert Hossein et tourne dans Les salauds vont en enfer. C'est le début d'une grande amitié entre les deux hommes. Robert Dalban interprète entre autres, le père de Manette dans Mon oncle Benjamin d'Edouard Molinaro, et un ancien camarade de la Résistance de Danielle Darrieux dans Marie-Octobre. Mais c'est le tonitruant "Yes, Sir !" de Jean le majordome alias -John- ^^ dans Les Tontons flingueurs qui marque durablement les esprits. Il tournera pas moins de onze films avec ce dernier: Le Monocle noir, Les Barbouzes, Ne nous fâchons pas, Le Pacha, La Valise...

Il campe avec une égale conviction, les rôles de truands et ceux de policiers. On le voit comme l'éternel deuxième ou même troisième couteau du cinéma français, ce qui lui vaut quand même de jouer dans près de 200 films. L'histoire de sa carrière se confond avec celle de ses amitiés, car l'amitié est pour lui la vertu cardinale.

Ce que je retiens de sa filmographie pas encore cité ci-dessus: Les Diaboliques, Un témoin dans la ville, Fantômas, Le Grand restaurant, Le Cerveau, Le Grand Blond avec une chaussure noire, Mais où est donc passée la septième compagnie ?, Coup de tête, La Chèvre...

Répliques cultes de Jean (©Michel Audiard):

"Tiens, vous avez sorti le vitriol ?"

"Hé ben moi j'aurais donné à mademoiselle 20/20, et en cotant vache."

"Allons vite messieurs, quelqu'un pourrait venir, on pourrait se méprendre, et on jaserait. Nous venons déjà de frôler l'incident."

"On vous demande au téléphone, Monsieur Fernand. L'interlocuteur me semble un peu rustique. Le genre agricole, quoi !"

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

11 Juin 2007

Tassin

Juste pour le plaisir ! ^^

Caricature d'Aldo Maccione (Mathieu Reynès).

Dans Lola Bogota - Tome 3 - "Le clan des Siciliens" (Reynès, Brrémaud, et Chanoinat, Bamboo) Mathieu Reynès croque Aldo Maccione est lui donne le rôle de Aldo, l'homme à tout faire de Don Andrea. Il fait le ménage aussi bien avec un plumeau qu'avec un flingue.
(L'image est tirée de la page 48, case 3).

Les auteurs font un clin d'œil à sa célèbre démarche du séducteur, en mettant dans cette posture à plusieurs reprises.

 

Pour avoir plus de détails sur la bio/filmographie de Aldo Maccione, rends toi sur »cet article« où j'ai déjà développé le sujet.

Le savais tu ?: Le rôle tenu par Aldo Maccione dans L'Aventure c'est l'aventure de Claude Lelouche, aurait dû être joué initialement par un certain Bernard Tapie.

PS: Lelouche a pour projet de faire une suite qui s'intitulerait L'aventure, c'est encore l'aventure. Le casting n'est pas encore connu (Est il fait ?), mais une chose est sûr, mous n'aurons pas la même équipe car Lino, Brel et d'autres ne sont plus là. En revanche Aldo est toujours bien vivant, alors qui sait... à moins que Tapie lui ravisse la place.

Publié par Chelmi à 09:08am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv