Recherche pour "marilyn monroe"

29 Août 2015

Comme un poisson dans l'eau !

"Je ne veux pas être riche. Je veux être merveilleuse".
Ben, je crois que c'est chose faite !

Photographie de Marilyn Monroe par Larry Schiller dans Something's got to give de George Cukor.
Photographie de Monroe par Schiller dans Something's got to give de Cukor (1962).

Marilyn Monroe selon Alessandro Barbucci.
Ekhö monde miroir - Tome 3 de Barbucci et Arleston (Page 8, case 1).

Dans Ekhö monde miroir - Tome 3 - "Hollywood boulevard" (Barbucci et Arleston, Soleil) Alessandro Barbucci pastiche un cliché de Marilyn Monroe pris par Larry Schiller lors du tournage du film Something's got to give de George Cukor, sur un planche de sa BD. Ici, Marilyn alias Ellen Wagstaff Arden joue son propre rôle dans le monde miroir d'Ekhö où elle a gardé son nom de naissance, Norma Jean.

Dans ce tome, les auteurs rendent hommage au cinéma hollywoodien de la grande époque avec de nombreux clins d'œil, et tout particulièrement à Marilyn qui est en plein cœur de cette histoire. De futurs articles à suivre... ;-)

 

Si tu veux voir le dit plan en situation, je t'invite à visionner la scène complète ci-dessus entre 18 minutes 10 secondes et 18 minutes 50 secondes... et pendant que tu y es, juste pour le plaisir des yeux, tu peux laisser tourner jusqu'à 23 minutes. ;-)

 

Pitch du film:

Ellen (Marilyn Monroe) est mariée à Nicholas (Dean Martin), qui lui a donné deux enfants. Un jour, elle disparaît mystérieusement. Laissée pour morte, elle réapparaît plus tard dans la vie de son époux.

Something's got to give réalisé par George Cukor, est la dernière prestation de Marilyn Monroe à l'écran. Le film est inachevé, l'actrice ayant été renvoyé du plateau en raison d'une grande instabilité psychologique. Elle est morte peu après, le 5 août 1962.

En effet, Cukor, qui avait déjà fait tourner Marilyn dans Le milliardaire deux ans plus tôt et qui avait à cette occasion vécu une mauvaise expérience, n'a accepté qu'à contrecœur de réaliser le film. Sur trente jours de tournage, Monroe n'a été présente que treize jours. La Fox, à bout, l'a alors congédiée. Après avoir essayé sans succès de la remplacer et après une campagne de relation publique de Marilyn, la production et la diva finissent par renégocier un contrat afin de pouvoir finaliser le film mais Marilyn Monroe décède dans la nuit du 4 au 5 août 1962.

Dans les archives de la Fox, environ 500 minutes de film ont été retrouvées qui ont permis la production d'un Something's got to give de 37 minutes dans l'émission de télévision Marilyn Monroe - The final days. La réalisation finale en 2001 du film inachevé est dédiée à Marilyn Monroe (1926-1962), Dean Martin (1917-1995) et George Cukor (1899-1983).

Marilyn Monroe: "Je suis égoïste, impatiente et peu sûre de moi. Je fais des erreurs, je suis hors de contrôle et parfois difficile à gérer. Mais si vous ne pouvez pas me supporter pour le pire, nul doute que ne vous me méritez pas pour le meilleur".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv , #glamour

28 Avril 2011

Lifting

"J'aime les choses barbantes. J'aime que les choses soient exactement pareilles encore et encore".

Ten Marilyns d'Andy Warhol.
Ten Marilyns de Warhol (1967).

Ten Marilyns selon Arthur Suydam.
Raise the dead #3 de Petrus, Reppion et Moore (Couverture de Suydam).

Dans le comics book Raise the dead #3 - "Thicker than Water" (Petrus, Reppion et Moore, Dynamite) le dessinateur de la couverture, Arthur Suydam, parodie la toile d'Andy Warhol, Ten Marilyns, sur la couverture de sa BD. Ici, les visages de Marilyn Monroe sont retravaillés à la sauce zombie.

 

Pour avoir plus d'infos sur ce tableau pop art de Warhol , va faire un toue »ici« où j'ai déjà évoqué le sujet. ;-)

Andy Warhol: "C'est étrange que quand vous êtes seul et que vous lisez quelque chose de drôle, cela ne vous fait pas rire, mais dès que vous êtes avec quelqu'un vous, vous riez".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure

30 Octobre 2013

Les goûts et les couleurs...

"Quand on y songe, les grands magasins sont un peu comme des musées".

Ten Marylins d'Andy Warhold.
Ten Marilyns de Warhold (1967).

Ten Marylins selon David Hine.
2000AD #666 Collectif (Couverture de Hine).

Dans le comics book 200AD #666 - "Prog 666" (Collectif, Rebellion) l'illustrateur de la couverture, David Hine, parodie le tableau d'Andy Warhold, Ten Marylins. Ici, les visages de Marilyn Monroe sont remplacés par ceux de Judge Dredd.

 

Pour avoir plus d'information sur cette toile -pop art- et en voir d'autres adaptations, va faire un tour »ici« et »là« où j'ai déjà traité le sujet. ;-)

Andy Warhold: "Avant les médias, il y avait une limite physique à l'espace qu'une personne pouvait occuper toute seule".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure

10 Avril 2014

Morpion

"Chacun a son Amérique à soi, et puis des morceaux d'une Amérique imaginaire qu'on croit être là mais qu'on ne voit pas".

Ten Marylins d'Andy Warhold.
Ten Marilyns de Warhol (1967).

Ten Marylins selon Phil Noto.
Mindfield #4 de Konat et Krul (Couverture alternative de Noto).

Dans le comics book Mindfield #4 - "Bad trip down memory Lane" (Konat et Krul, Aspen) Phil Noto, l'illustrateur de la couverture, pastiche la toile d'Andy Warhold, Ten Marylins. Ici, les visages de Marilyn Monroe sont remplacés par ceux de Connor.

 

Pour avoir plus d'information sur ce tableau -pop art- et en voir d'autres adaptations, va faire un tour »ici« , »là« , et aussi »ici« où j'ai déjà traité le sujet. ;-)

PS: Une autre couverture de ce même numéro 4 de Mindfield avait déjà l'objet d'un précédent article.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure

18 Août 2008

Trombinoscope

"Acheter est bien plus américain que penser."

Ten Marilyns d'Andy Warhol.
Ten Marilyns de Warhol (1967).

Ten Marlyns selon Jean-Louis Mourier.
Trolls de Troy - Tome 7 de Mourier et Arleston (Couverture spéciale du coffret tomes 5 à 8).

Dans Trolls de Troy - Tome 7 - "Plume de sage" (Mourier et Arleston, Soleil) Jean-Louis Mourier rend hommage à Andy Warhol en parodiant sa toile Ten Marilyns sur la couverture de son album édition coffret tomes 5 à 8. Ici, les visages de Marilyn Monroe sont remplacés par ceux de la femme du troll Teträm, Puitepée.

 

Andy Warhol (1928-1987) était un artiste américain devenu une figure centrale dans le mouvement du Pop Art dont il est l'un des pionniers. Ten Marilyns est une œuvre typique et emblématique de ce mouvement.

La photographie sérigraphiée est reportée sur toile. Le cliché utilisé est en noir et blanc, Warhol colore le fond de la toile, et ensuite, imprime le sujet, le visage de Marilyn Monroe, avec seulement quelques détails, pour le rendre plus neutre, pour les reproduire par sérigraphie. Le motif est ensuite reproduit plusieurs fois sur la toile.

Le pop art utilise des symboles populaires, qui marquent l'inconscient dès l'enfance dans un but de désacralisation de l'œuvre d'art qui auparavant était réservée à une élite et qui ne couvrait que des sujets dit -importants-. De Mickey Mouse à Marilyn Monroe, en passant par Mick Jagger, l'admiration quasi généralisée de certaines idoles y est exultée de manière neutre ou non, selon l'artiste. La culture publicitaire de la société de consommation est une autre source d'inspiration.

Andy Warhol: "Tous les tableaux devraient être de la même taille et de la même couleur de sorte qu'ils seraient interchangeables et que personne n'aurait le sentiment d'en avoir un bon ou un mauvais".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

12 Décembre 2014

Le mateur maté

"Je ne me soucie pas de vivre dans un monde d'hommes si je peux y être une femme".

7 ans de réflexion de Billy Wilder.
7 ans de réflexion de Wilder (1955).

7 ans de réflexion selon John Salvatore Romita Jr.
What if ... #34 de Morgan et Gimple (Couverture de Romita).

Dans le comic book What if... #34 - "No One Was Watching the Watcher ?" (Morgan et Gimple, Marvel) John Salvatore Romita Jr, l'illustrateur de la couverture, parodie une scène du film de Billy Wilder, 7 ans de réflexion, sur la Une de sa BD. Ici Marilyn Monroe est remplacée par le Gardien Uatu, dans la scène mythique de la grille de métro où sa robe blanche se soulève innocemment pour le plus grand plaisir de Tom Ewell.

Les comics What if... appartiennent à un univers parallèle à la continuité Marvel classique. -What if- qu'on peut traduire par -Et si- donne lieu a une sorte d'uchronie parfois humoristique de l'univers Marvel: Et si Dr Fatalis était pédiatre, Et si Wolverine hibernait, Et si Spiderman était boulimique, Et si Tony Stark était à la tête d'une chaine de laverie automatique, ... Pour le numéro qui nous intéresse aujourd'hui: Et si le guetteur se lâchait ?!. ^^

 

Si tu veux mater les guibolles de Marilyn sous la plume d'autres auteurs, et par la même occasion en apprendre un peu plus sur ce célèbre film, va faire un tour »ici« , »là« , aussi »ici« , et encore »là« , où j'ai déjà parcouru le sujet. ;-)

***

Betty Boop, première héroïne de dessin animé, représentée sous les traits d'une petite femme aguicheuse et sensuelle qui n'est pas sans rappeler Marilyn Monroe, laquelle reprendra avec un grand retentissement le fameux gloussement: "Poo-poo-pee-doo !", a souvent reprit cette pose...

Betty Boop se prend pour Marilyn Monroe.

Marilyn Monroe: "Les femmes ont à leur disposition deux armes terribles: le fard et les larmes. Heureusement pour les hommes elles ne peuvent pas s'en servir en même temps".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv , #glamour

29 Juillet 2015

Subway Dress

"Regarde, c'est bien l'image que les studios se font de moi: la jupe par-dessus la tête".

Photographie de Shaw sur le tournage de 7 ans de réflexion de Wilder.
Photographie de Sam Shaw sur le tournage de 7 ans de réflexion de Billy Wilder (1955).

Marilyn Monroe selon Mizuki Sakakibara.
Exiles #36 de Sakakibara et Winick (Couverture).

Dans le comics book Exiles #36 - "Fantastic voyage" (Sakakibara et Winick, Marvel) Mizuki Sakakibara parodie une photographie du tournage du film de Billy Wilder, 7 ans de réflexion, sur la couverture de sa BD. Ici Marilyn Monroe est remplacée par le mutant Kevin Sidney alias Morph.

Contrairement aux articles précédents: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6, où les dessinateurs pastichaient la même scène mythique de la grille de métro en s'inspirant d'un plan du film, là c'est un peu différent car il ne s'agit pas d'un plan mais d'un cliché de tournage dont la séquence de prise de vue n'est pas dans le montage final du long métrage. Les différences sont identifiables par la posture et la position des bras de Marilyn.

 

La Fox, a sans doute été sensible à l'argument publicitaire du réalisateur Billy Wilder qui a décidé de finir son tournage par la scène de la bouche de métro, et de filmer la séquence en décor naturel à New York, et non en studio comme prévu initialement.

Le producteur Charles Feldman, demande au photographe Sam Shaw de couvrir le tournage en raison de sa complicité avec Monroe. Evidemment, la production prend soin d'annoncer à la presse le jour et l'heure où Marilyn sera présente à la sortie du cinéma Trans-Lux avec son partenaire Tom Ewell. Des centaines de photographes se trouvent sur les lieux. Le succès dépasse les espérances des agents publicitaires. En effet, le 15 septembre 1954, en dépit de l'heure tardive, il est plus de minuit, c'est presque l'émeute au croisement de la 52e Rue et de Lexington Avenue. La circulation du métro est interrompue. Et c'est un machiniste qui, sous les grilles, actionne l'énorme ventilateur.

N'en déplaise à la légende, Marilyn a rompu avec ses habitudes: elle a pris soin de demander à sa costumière deux larges culottes de coton blanc qu'elle a superposées sous la robe blanche plissée créée par William Travilla. Des milliers de curieux hurlent en chœur dès que la jupe de Marilyn se soulève.

Roy Craft, attaché de presse de la Fox en charge de la star, déclare: "Les Russes auraient pu envahir Manhattan, personne ne s'en serait rendu compte !".

La scène est reprise quinze fois pendant cinq heures, jusqu'au petit jour. Si l'opération est un triomphe sous l'angle publicitaire, c'est une catastrophe du point de vue cinématographique. Billy Wilder ne peut utiliser aucune prise: les hourras de la foule survoltée et les flashs des photographes rendent les rushs inutilisables. Mais peu importe Sam Shaw, qui avec son accès privilégié, a LA photographie. Ce cliché, que lui-même appelait "la photo qui fit le tour du monde", que la Fox diffuse abondement dès le lendemain.

Et la scène que l'on voit dans le film est finalement filmée en plateau fermé dans les studios d'Hollywood.

Si Marilyn Monroe a pris un plaisir non dissimulé à tourner les deux versions de cette même scène, elle déteste cette photo de Shaw retenue pour la campagne de promotion. Elle y trouve ses jambes trop courtes et son visage grimaçant.

PS: En 2011, cette robe de William Travilla immortalisée par Marilyn Monroe, et baptisée Subway dress, est vendue aux enchères pour la modique somme de 4,6 millions de dollars.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv

1 Juillet 2012

L'été s'ra chaud !

Eh oui, -L'été s'ra chaud, dans les T-shirts, dans les maillots ♫♪♫♫♪-, car j'ai décidé que durant les deux mois à venir, j'allais me dévêtir d'une bonne partie de mon stock de pin-up.

Et pour commencer quoi de plus alléchant que...

Photographie de Marilyn Monroe par Tom Kelley pour Playboy (1953).
Photographie de Monroe par Kelley pour Playboy (1953).

Marilyn Monroe selon Juan Jose Ryp.
Lady Death: Leather & Lace 2005 de Ryp (Couverture).

Dans le comics book Lady Death: Leather & Lace 2005 (Collectif, Avatar press) Juan Jose Ryp, l'illustrateur de la couverture, rend hommage à la photographie de la page centrale du magazine Playboy n°1 de décembre 1953 sur la couverture de sa BD. Ce cliché de Marilyn Monroe est pris par Tom Kelley. Ici, la première -Playmate of the month- de l'Histoire est remplacée par Lady Death.

 

"Que ce soit clair, nous ne sommes pas un magazine familial. Sœur, épouse ou belle-mère, si vous avez ouvert ce journal par hasard, rendez-le, s'il vous plait, à l'homme de votre vie [...]". Ainsi débute l'éditorial du magazine américain Playboy dont Hugh Hefner vient de publier le premier opus, sans numéro ni date compte tenu de ses incertitudes concernant la postérité de la revue. Pour ce premier numéro (peut-être le seul?), Hefner a déniché, moyennant la somme très modique de 500 dollars, une photo de Marilyn Monroe nue prise par Tom Kelley pour un ""calendrier de camionneur"".

Pour avoir plus d'information sur le magazine aux longues oreilles et te rincer l'œil en matant d'autres adaptations, va voguer sur les sept articles où j'ai déjà effeuillé le sujet: 1  -  2  -  3  -  4  -  5  -  6  -  7. Oo'

PS: L'appellation -Playmate of the month- n'est apparue que sur le second numéro. Dans celui qui nous intéresse aujourd'hui Marilyn avait en fait le titre de -Sweetheart of the month-.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #glamour

30 Août 2012

L'été qui s'achève tu partiras à cent mille lieux de moi ♫♫♪

Et oui la saison estivale s'achève, et je ferme ma parenthèse pin-up pour reprendre une publication traditionnelle. Pour conclure ce défilé et boucler la boucle qui avait débuté avec Marilyn dans Playboy, voici Pam qui se prend pour Monroe sur la couv du mag aux longues oreilles.

Pamela Anderson dans Playboy par Stephen Wayda.
Photographie d'Anderson par Wayda pour Playboy (1991).

Pamela Anderson selon Randy Queen.
Top Cow Secrets Collectif (Planche 12 de Queen).

Dans le comics Artbook Top Cow Secrets: "Special Winter Lingerie Edition" (Collectif, Image Comics) Randy Queen pastiche une photographie de Pamela Anderson provenant de la couverture du numéro de février 1991 du magazine Playboy sur une planche de sa BD. Ce cliché a été pris par le photographe Stephen Wayda. Ici, Pamela Anderson est remplacée par Nicholette 'Nikki' Gold.

 

Comme d'hab', tu commence à connaître la musique... si tu veux en savoir plus sur Le mag aux grandes oreilles et reluquer d'autres playmates ...blablablabla...: 1  -  2  -  3  -  4  -  5  -  6  -  7  -  8  -  9  -  10. ;-)

 

C'est Christy Thom qui est la Playmate of the month en page centrale de ce Playboy de février 1991. Et comme dit précédemment, c'est Pamela Anderson qui en fait la couverture. Cette -Une- fait bien sûr référence à la célèbre photographie de la première playmate du magazine, Marilyn Monroe entièrement nue sur des draps de satin rouge.

Photographie de Marilyn Monroe par Tom Kelley pour Playboy (1953).
Photographie de Monroe par Kelley pour Playboy (1953).

Pamela récidive d'ailleurs 5 ans plus tard pour la couverture du Playboy espagnol d'Octobre 1996.

Pamela Anderson dans Playboy espagnole.
Photographie d'Anderson pour Playboy (1996).

De nombreuses autres couvertures de Playboy entretiennent le mythe Marilyn. Elles sont moins explicite, mais on retrouve souvent des nues sur fond rouge.

PS: Ne t'inquiète pas, j'ai encore plein de nanas légèrement vêtues à te dévoiler, ça se fera juste parcimonieusement entre une toile de Rembrandt et un film de Tarantino... comme d'hab' quoi... et puis je récidiverai peut être l'été prochain. ;-)

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #glamour

5 Mars 2014

Madame porte la culotte

... est le titre d'un autre film où Tom Ewell est visiblement encore porté sur la chose ! ^^
(Pour les lents du bulbe ceux qui n'ont pas l'esprit aussi tordu que le mien: Tom Ewell est le partenaire de Monroe dans le film suivant...).

7 ans de réflexion de Billy Wilder.
7 ans de réflexion de Wilder (1955).

7 ans de réflexion selon Jul.
Pilote HS n°4 (Couverture de Jul).

Dans le magazine Pilote - HS n°4 - "Bande & Ciné" (Dargaud) paru le 17 juin 2010, Jul signe une couverture immortalisant la célèbre scène de cinéma de Marilyn Monroe dont la jupe se soulève en passant au dessus d'une grille d'aération dans le film de Billy Wilder, Sept ans de réflexion.

Pour reluquer la culotte de Marilyn sous d'autres angles, et accessoirement avoir plus d'informations sur ce célèbre film, va faire un tour »ici« , »là« , et aussi »ici« , où j'ai déjà soulevé le voile. ;-)

 

Pilote est un magazine français créé le 29 octobre 1959 qui a fortement influencé le monde de l'édition de la bande dessinée dans le monde. Outre la bande dessinée, on y trouve également des nouvelles, romans, reportages et blagues en tous genres, et un pilotorama: une double page centrale didactique. Au cours des années, le mag' a subit de nombreuses changement notamment avec le rachat de Dargaud en 1960, et l'arrivée de Goscinny et Charlier en rédac-chef en 1963. Il devient beaucoup plus orienté bande dessinée. L'Hebdomadaire devenu Mensuel en 1973, parait pour la dernière fois en octobre 1989, et enait en 2004, sous forme annuelle avec des numéros spéciaux (avec quelques interruptions).

Le numéro spécial qui nous intéresse aujourd'hui, est paru en juin 2010 (dernier paru à ce jour) sous la houlette de Guy Vidal avec une couverture signée Jul. Il a pour thème: "La BD nouvelle star du 7e art". On y trouve à l'intérieur, 120 réalisateurs, dessinateurs: Chabat, Bilal, Delépine, Gotlib, Pétillon, Mœbius, Leconte, Blutch, Sfar, Rabaté, Dionnet, Veyron... qui nous racontent le lien de plus en plus serré qui unie la BD et le ciné.

Marilyn Monroe: "Ce que je porte la nuit ? Mais... N°5 de Chanel, bien sûr !". Oo'

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv , #glamour