Recherche pour "xiii william vance"

15 Décembre 2007

Bruno

Y paraît que c'est son surnom.

Caricature de Bruce Willis (William Vance).

Dans XIII - Tome 13 - "The XIII mystery, L'enquête" (Vance et Van Hamme, Dargaud) William Vance caricature Bruce Willis et lui donne le rôle du Contre-Amiral Franklin Edelbricht, chef d'état-major de la US Navy, et le numéro VII des 20 chefs de la conjuration.
(L'image est tirée de la page 23, case 3).

 

Pour plus de détails sur la bio/filmographie de Bruce, rends toi »ici« et »là« où j'ai déjà traité le sujet. :-)

PS: Info à prendre avec des bonnes grosses pincettes (Source Wikipédia): un Die Hard 5 serait en pré-production.

Publié par Chelmi à 10:18am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

29 Septembre 2008

Détective Jeff Bailey

"Les films m'ennuient. Particulièrement les miens".

Caricature de Robert Mitchum (William Vance).

Dans XIII - Tome 13 - "The XIII mystery, L'enquête" (Vance et Van Hamme, Dargaud) William Vance croque Robert Mitchum et lui donne le rôle Lloyd Jennings, conseiller à la Maison Blanche pour la sécurité, et le numéro XII des 20 chefs de la conjuration.
(L'image est tirée de la page 22, case 8).

 

Pour avoir plus de détails sur la biofilmographie de Mitch et voir une autre caricature de l'acteur, rends-toi »ici« où j'ai déjà traité le sujet.

PS: Mitchum a aussi sorti un disque de chansons calypso: Calypso is like so où il reprend notamment la célèbre Matilda déjà chantée par Harry Belafonte. Une curiosité musicale où l'acteur chante avec l'accent local.

PPS: Bonne fête à tous les Mitch, enfin les Chelmi, bref les Michel quoi ! ;-)

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

23 Septembre 2006

Le XIIIème salopard

Après la ravissante Whitney...

Caricature de Lee Marvin (William Vance).

Dans XIII (Vance et Van Hamme, Dargaud), William Vance caricature Lee Marvin dans le rôle du général Ben Carrington. Comme Jones, il aide XIII à se sortir de nombreuses situations difficiles.
(L'image est tirée du tome 2, page 47, case 4).

C'est aussi un clin d'œil au personnage du Major John Reisman interprété par Lee Marvin dans Les Douze Salopards où il joue entre autre au côté de Charles Bronson et Donald Sutherland.

 

Lee Marvin (1924-1987) était un acteur américain. Issu d'un milieu aisé, il fait ses études dans des écoles privées dont il est systématiquement renvoyé pour indiscipline. En 1943 durant la seconde guerre mondiale, il s'engage dans les marines et une grave blessure l'immobilise pendant plus d'un an. Il multiplie ensuite les petits boulots et fait ses débuts au théâtre. C'est en 1951 qu'il obtient son premier rôle au cinéma dans You're in the Navy Now.

Dans les années 50, Lee accumule les seconds rôles de durs: Règlement de comptes, L'équipée sauvage, Ouragan sur le Caine... Doté d'une carrure et d'une gueule impressionnante, il fait passer une sorte d'humour noir dans ses personnages souvent très cyniques et assez terrifiants.

Parallèlement à ça, il acquière une certaine notoriété à la télévision grâce à la série Mr Squad. On le retrouve ensuite plusieurs fois dans des westerns au côté de John Wayne: Les Comancheros, (je suis plus Clint Eastwood que John Wayne, mais j'aime beaucoup ce film), L'Homme qui tua Liberty Valance, La Taverne de l'Irlandais. Vient ensuite A bout portant qui est, selon moi, l'un des ses meilleurs films. En 1965, il atteint la consécration avec Cat Ballou en remportant un Oscar pour son interprétation de l'ivrogne.

Les années suivantes Lee Marvin joue dans des films qui deviendront des classiques: Les Professionnels, Les Douze Salopards, Le Point de non-retour, Au delà de la gloire, Canicule.

En 1986, un an avant de nous quitter, Il apparaîtra une dernière fois à l'affiche dans Delta Force avec Chuck Norris.

PS: Le producteur Joel Silver a pour projet de faire un remake des Douze Salopards.

Publié par Chelmi à 15:20pm - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

16 Septembre 2006

Lieutenant Whitney

Tu ne trouves pas que ça sent un peut trop la testostérone en ce moment ? Et puis Brigitte Nielsen doit se sentir un peu seule. Allez zou...

Caricature de Whitney Houston (William Vance).

Dans la série XIII (Vance et Van Hamme, Dargaud) William Vance croque le lieutenant (/major) Jones sous l'apparence de Whitney Houston. Elle est le bras droit du général Carrington (dont je te parlerai dans un autre article ^^). Jones aide XIII à retrouver son identité et à se sortir des nombreux pièges dans lesquels il se jette assez allègrement.
(L'image est tirée du tome 13, page 5, case 3).

 

Whitney Houston (1963) est une chanteuse, un mannequin et une actrice américaine. Fille de Cissy Houston, une choriste de R&B renommée aux USA, et cousine de la célèbre chanteuse Dionne Warwick ("célèbre" ?? Je dois t'avouer que je ne la connais pas, mais c'est Monsieur Google qui me l'a dit alors c'est que ça doit être vrai ^^), c'est donc très logiquement qu'elle est prédestinée à une carrière de chanteuse.

En 1982, elle chante Memories sur l'album de Material et se fait remarquer par le patron d'Arista. Whitney sort son premier album en 1985. Cet opus éponyme est vendu à 14 millions d'exemplaires dans le monde. En 1987, elle épouse la star américaine Bobby Brown et sort son deuxième album: Whitney. En 1990, son célèbre I'm Your Baby Tonight (3e album) fait le tour du monde sur les radios. En 1992, elle tourne dans Bodyguard (dont elle signe la BO) au côté de Kevin Costner. Le film est un triomphe, et la bande originale est vendue à plus de 25 millions d'exemplaires. Les deux albums suivants connaissent un succès plus mitigé (Waiting To Exhale, Preacher's Wife).

Après avoir flirté avec le cinéma pendant 8 ans (La femme du pasteur, Où sont les hommes ?, Princesse malgré elle), Whitney revient à la musique avec My Love Is Your Love en 1998. Elle signe ensuite Just Whitney... en 2002. L'année suivante, alors qu'elle connaît quelques déboires avec son mari, la diva sort l'album de Noël One Wish.

(Même si j'arrive à apprécier, n'étant un grand amateur de chanteuses -à voix-, je t'avouerai que j'ai honteusement paraphrasé de-ci de delà ce que j'ai trouvé comme biographie sur le net).

PS: Normalement le Tome 18 doit être le dernier de la série XIII. Si c'est vraiment le cas, je finirai peut être par passer le cap du Tome 3 et peut être même par m'offrir cette série à succès, et enfin découvrir pour de bon cette série qui fait tant parler d'elle.

Publié par Chelmi à 20:20pm - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #musique , #cinema-serie-tv

13 Octobre 2007

Mon idole

"La vérité comme l'art est dans l'œil du spectateur".

Caricature de Clint Eastwood (William Vance).

Dans XIII - Tome 13 - "The XIII mystery, L'enquête" (Vance et Van Hamme, Dargaud) William Vance caricature Clint Eastwood et lui donne le rôle de Edwin Rauschenberg, président de la chaîne CBN, et le numéro XVIII des 20 chefs de la conjuration.
(L'image est tirée de la page 23, case 8).

 

Clint Eastwood (1930) est un acteur et un réalisateur américain. C'est pendant la grande dépression économique américaine qu'il vient au monde. D'un milieu très modeste, son père, à la recherche d'un emploi de comptable, oblige sa famille à parcourir le pays. Le jeune Clint quitte rapidement la maison et multiplie les jobs pour vivre. Inscrit à l'Université de Seattle pour étudier la musique, il est mobilisé pour la Guerre de Corée. Chanceux, il reste à la base, à donner des cours de natation, et fera la rencontre de Maggie Johnson, qu'il épouse en 1953.

Il décide alors de se lancer dans le cinéma et fait sa première apparition en 1955 dans La Revanche de la créature puis enchaîne les petits rôles dans cinq films où personne ne le remarque véritablement. Il commence son ascension grâce à un rôle de cow-boy dans un feuilleton, Rawhide diffusé sur CBS. Entre 1956 et 1958, il apparaît successivement dans Ne dites jamais adieu, La Corde est prête, Escapade au Japon, et C'est la guerre. Mais, il devient véritablement populaire grâce à Sergio Leone et sa trilogie des dollars: Pour une poignée de dollars, Et pour quelques dollars de plus, et le monumental Le Bon, la brute et le truand. Mais Hollywood ne croit toujours pas en lui. Eastwood, pour s'imposer, crée sa propre maison de production, Malpaso, et devient ainsi plus indépendant.

Il tourne avec Vittorio De Sica un film à sketch Les Sorcières puis Pendez-les haut et court. En 1969, il est enfin reconnu avec Quand les aigles attaquent, excellent film mêlant guerre, espionnage, thriller, et action. Eastwood profite de cette notoriété naissance pour réaliser en 1971 Un frisson dans la nuit. Puis il est remarqué par Don Siegel, naît alors une belle amitié et une longue collaboration entre les deux hommes: cinq films dont Les Proies, Un sheriff a New York ou L'évade d'Alcatraz. Leur association donne aussi naissance au très célèbre et controversé Dirty Harry (1971), en français L'inspecteur Harry. Son rôle de flic violent ne lui attire pas que des sympathies. Il est accusé de fascisme, de machisme... Conséquence : ses rôles ou ses films suivants sont méprisés par une grande partie de la critique, qui réserve un mauvais accueil à sa comédie dramatique Breezy. Le film est un échec au box-office, qui affecte Clint. L'acteur attend quinze ans, et Bird, avant de réaliser un autre film dont il n'est pas l'acteur principal. Mais tout ça n'empêche pas l'inspecteur Harry Callahan de raccrocher son flingue: Magnum Force, L'Inspecteur ne renonce jamais, Le Retour de l'inspecteur Harry, et La Dernière cible mais sans Siegel derrière la caméra.

Il n'oublie pas pour autant le grand ouest et réalise plusieurs excellents westerns dont le rôle principal lui est toujours taillé sur mesures: L'homme des hautes plaines en 1972, Josey Wales hors la loi en 1976, et Pale Rider qui lui est projeté à Canne en 1985.

Sans pour autant renier les films d'action, il tient à explorer d'autres horizons, et il réalise Honkytonk man en 1982 qui marque un tournant dans sa carrière, s'en suit Bird qui retrace la vie Charlie Parker, et montre la passion du réalisateur pour sa première vocation la musique le jazz.

En 1992, c'est la consécration avec l'excellent Impitoyable, un western crépusculaire qui remporte quatre Oscars dont ceux du Meilleur film et du Meilleur réalisateur. c'est pour moi, sa plus belle création. Ensuite, à 65 ans, avec Sur la route de Madison, Eastwood joue et réalise son premier rôle et film romantique. Les critiques applaudissent et le public suit, et pour cause: c'est très juste, émouvant, tout en retenu sans tomber dans le mélo. Il enchaîne avec Minuit dans le jardin du bien et du mal dans lequel il fait jouer sa fille Alison Eastwood, puis retrouve les casquettes de réalisateur et d'acteur dans: Jugé coupable, Space Cowboys et Créance de sang: pas ses meilleurs mais sa reste du bon cinéma.

En 2003, Clint Eastwood signe le drame Mystic river, porté par Sean Penn, Tim Robbins et Kevin Bacon, et gagne sa quatrième invitation pour le Festival de Cannes après Pale Rider en 1985, Bird en 1988 et Chasseur blanc, cœur noir en 1990. Deux ans plus tard, avec encore un drame Million dollar baby, le cinéaste obtient une nouvelle consécration en remportant, douze ans après Impitoyable, l'Oscar du Meilleur film et du Meilleur réalisateur, ses comédiens Hilary Swank et Morgan Freeman repartant avec les statuettes de La Meilleure actrice et du Meilleur second rôle masculin. Eastwood décide alors de relever un nouveau défi en réalisant un dyptique sur la bataille d'Iwo Jima prenant place lors de la Seconde Guerre Mondiale. Pour la première fois, avec Mémoires de nos pères et Lettres d'Iwo Jima, un cinéaste fait le choix de montrer les points de vue des deux camps : américains et japonais, en leur consacrant un film chacun.

C'est article est déjà bien trop long, mais je ne peux pas m'empêcher d'énumérer quelques films que je n'ai pas encore cités de sa très belle filmographie: De l'or pour les braves, Le canardeur, Firefox, l'arme absolue, La Corde raide, Le maître de guerre, Dans la ligne de mire, Un monde parfait ... etc. c'est peine perdue, il y en a trop.

Sans aucun genre de prédilection dans son impressionnante filmographie, il enchaîne westerns, policiers, comédies dramatiques... Figure désormais légendaire du cinéma, Clint Eastwood est reconnu de tous, aussi bien pour ses talents d'acteur (à la gueule charismatique et la stature impressionnante) et de réalisateur (rapide et efficace, ce qui est dans la boite est à l'écran) que de producteur, et même de compositeur (Oui, oui, -compositeur-, par exemple les mélodies de Impitoyable, Sur la route de Madison, Mystic river, Million dollar baby ... c'était lui !). La grande classe, le grand Clint est une légende vivante. Et ce qu'il ya de bien avec les légende vivante, c'est que leur histoire n'est pas finie, prochainement: The human factor et The changeling.

PS: Outre les Oscars qu'il a remportés, Clint Eastwood reçoit en 1998 un César d'honneur et en 2000 un Lion d'or, pour l'ensemble de sa carrière. Million dollar baby est également le César 2006 du Meilleur film étranger.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

11 Avril 2007

JVH...

... un belge comme JCVD, au coup de pied retourné moins maîtrisé mais à la prose plus claire. ^^

Caricature de Jean Van Hamme (Bruno Gazzotti).

Dans Soda - Tome 10 - "Dieu seul le sait" (Gazzotti et Tome, Dupuis) Bruno Gazzotti croque Jean Van Hamme et lui donne le rôle d'un docteur spécialiste de l'amnésie participant à un débat télévisé.
(L'image est tirée de la page 25, case 1).

Outre ce clin d'œil fait à Van Hamme, les auteurs rendent hommage à l'une de ses séries phare: XIII. Ce tome 10 de Soda commence par un rêve qui ressemble fortement à la première planche de XIII avec Soda échoué sur une plage et arborant un mystérieux tatouage; au cours de l'aventure Salomon devient amnésique; et pour chapoter le tout, Gazzotti s'amuse à insérer le chiffre treize sur chacune des planches de l'album.

 

Jean Van Hamme (1939) est un romancier et un scénariste bédé, télé et ciné belge. Après des études de journalisme et d'économie politique et quatre licences universitaires, il poursuit pendant 12 ans une carrière dans le marketing. Ses expériences administratives lui vaudront d'ailleurs le poste de directeur des éditions Dupuis en 1986. Poste qu'il occupera moins d'une année, préférant de loin se consacrer à l'écriture.

Il a déjà touché à l'écriture en traduisant des strips américains pour le journal Le Moustique entre 1965 et 1967. En 1968, c'est Paul Cuvelier qui permet à Van Hamme d'entrer dans le monde de la BD, en lui commandant un scénario pour une série adulte: Epoxy. Il écrit par la suite pour le même dessinateur deux scénarii pour une série déjà existante: Corentin (Tome 7 et 8, Le Lombard).

Ayant fait ses preuves, il scénarise deux albums de Mr Magellan pour Géri et quatre tomes de Michael Logan pour Beautemp. Il reprend également pour quatre aventures la série de Greg Domino pour Chéret. En 1977 il envoie un scénario à Greg au Journal de Tintin. Ce dernier est emballé par l'histoire et propose le dessin à Dany, et Histoire sans héros paraît et est acclamé par la critique. Il remporte le Prix St-Michel du meilleur scénario réaliste.

En 1976, il rencontre Rosinski, un artiste-peintre polonais voulant faire de la BD. Afin de rester dans ce que Rosinski fait de mieux, il lui propose une série mettant en vedette un viking, Thorgal, qui remporte un franc succès en Europe. En 1978, Dany lui demande de créer un personnage commercial, de là naît Arlequin.

Il écrit par la suite cinq scénarios de Tony Stark pour Aidans aux éditions Novedi de 1980 à 1981. Mais entre temps, il publie plusieurs romans dont la série des Largo Winch chez Mercure et Le Télescope chez Le Cri. Suivront dans les années 90: Les Steenfort, maîtres de l'orge chez Robert Laffont et Le destin des Steenfort chez Nil.

En 1984, Greg lui présente Vance, et Van Hamme décide de créer une série sur mesure pour ce dernier, se situant aux Etats-Unis et parlant des valeurs américaines. Et c'est ainsi que naît la série à succès XIII. Peu après, Van Hamme adapte un scénario prévu au départ pour la télévision en une courte série de trois volumes: SOS Bonheur, sous les traits de Griffo. Ensuite suit un de ses plus grands chefs d'œuvre, Le Grand Pouvoir du Chinkel dessiné par Rosinski, avec un synopsis se rapprochant un peu de Tolkien. Casterman ayant été assez exigeant quant au scénario, ce n'est que 4 ans plus tard que l'album parait et remporte le Prix de l'Alph art du public à Angoulême.

En 1990, il reprend ses propres romans et les adapte en scénarii de BD, et sous la plume de Francq, Largo Winch (Dupuis) prend forme. Idem pour Les maîtres de l'orge (Glénat) en 1992 sous les traits de Vallès. Largo Winch et Les maîtres de l'orge sont aussi par la suite adaptés pour la télévision.

Après la parution de Lune de guerre (Herman, Dupuis) en 1999 et l'excellent Western (Rosinski, Le Lombard) en 2001, Jean Van Hamme commence à prendre de l'âge et désir avoir un peu plus de temps pour lui et sa famille, et pour faire des one shots. Il arrêtera ainsi sa participation a Wayne Shelton après deux volumes, et terminera la série XIII au tome 19.

PS: Jean Van Hamme a aussi travaillé pour le cinéma en scénarisant deux films: Diva de Beineix en 1981 et Meurtres à domicile de Lobet en 1982.

Publié par Chelmi à 09:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #auteur-bd

3 Décembre 2006

Lee

Après XIII ...

Caricature de Lee Marvin (Morris).

Dans Lucky Luke - Tome 16 - "En remontant le Mississippi" (Morris et Goscinny, Dupuis), Morris croque Lee Marvin et lui donne le rôle de Pistol Pete, une fine gâchette et un mercenaire engagé par le capitaine Lowrner pour s’occuper et Lucky Luke qui lui protège le bateau -Daisy Belle- du capitaine Barrows.
(L'image est tirée de la page 37, case 4).

 

Pour plus d'informations sur Lee Marvin, allez faire un tour sur »cet article«.

PS: Aucun rapport mais hier soir, je suis allé voir Les infiltrés, et comme dirait Biff Tannen: "Quel putain de bon film !". Un film de gangster INCONTOURNABLE.

Publié par Chelmi à 11:51am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

24 Janvier 2012

The Fab Four

Paul McCartney: "Je suis vivant, bien portant et indifférent aux rumeurs sur ma mort. Mais si j'étais mort, je serais le dernier au courant !".

Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles.
Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles (1967).

Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band selon J.H. Williams III.
Promethea #10 de Williams III et Moore (Couverture).

Dans le comics book Promethea #10 - "Sex, Stars & Serpents" (Williams III et Moore, America's Best Comics), J.H. Williams III pastiche la pochette de l'album musical Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles sur la couverture de sa BD.

Toutes les couvertures de ce comics créé par Alan Moore rendent toutes hommage à un artiste ou un style graphique particulier. Mais contrairement à la couverture qui nous intéresse aujourd'hui, ce n'est pas aussi évident et flagrant, c'est plus une imitation de style qu'un -hommage plagia-.

 

Pour avoir plus d'information sur cet album et en voir une autre adaptation, va faire un tour »ici« où j'ai déjà évoqué le sujet. ;-)

George Harrison: "La chose la plus sympa, c'est d'ouvrir un journal et de ne pas vous trouver dedans".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

22 Décembre 2011

Mafia Blues

Jacques Lacan: "Le débile soumis à la psychanalyse devient toujours une canaille".
Et une canaille soumis à une psychanalyse, il devient quoi ? ^^

Caricature de Lorraine Bracco (Youri Jigounov).

Dans XIII - Tome 20 - "Le jour du Mayflower" (Jigounov et Sente, Dargaud), Youri Jigounov croque Lorraine Bracco dans le rôle du docteur en psychiatrie Suzanne Levinson, chez qui, XIII va consulter afin de retrouver la mémoire.
(L'image est tirée de la page 3, case 4).

Avec ce clin d'œil les auteurs font bien sûr référence à son rôle de psy dans la série de David Chase, Les Soprano, où elle incarne le Docteur Jennifer Melfi, le psychiatre de Tony.

 

Lorraine Bracco (1954) est une actrice américaine. Elle commence son parcours artistique en France, en tant que mannequin pour Jean-Paul Gaultier mais également en tant que disc-jockey. Elle débute au cinéma en 1979 dans le film Duos sur canapé. Après quelques apparitions dans des productions européennes, l'américaine retourne aux Etats-Unis pour donner un nouvel élan à sa carrière.

Son retour sur ses terres natales est rapidement couronné de succès. Après avoir joué au côté de Tom Beranger dans Traquée, de Ridley Scott, elle est nommée à l'Oscar du Meilleur second rôle féminin pour son rôle de Karen Hill dans Les Affranchis de Martin Scorsese.

En 1992, Lorraine Bracco joue avec Sean Connery dans le film d'action Medicine man de John McTiernan puis se tourne vers un registre plus satirique avec Even cowgirls get the blues de Gus Van Sant. Poursuivant un itinéraire cinématographique varié, elle travaille à nouveau en France, pour Elie Chouraqui et ses Menteurs.

Elle devient à partir de 1999 l'un des piliers de la série américaine Les Soprano au côté de James Gandolfini. En 2001, elle joue dans la comédie dramatique Ecarts de conduite de Penny Marshall, dans laquelle elle donne la réplique à Drew Barrymore. Ces dernières années, elle tient le rôle d'Angela Rizzoli dans la série Rizzoli & Isles.

PS: Elle a été nommée deux fois à l'Emmy Award pour son interprétation du Dr Jennifer Melfi.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

5 Décembre 2013

Deuxième rencontre avec Eric Henninot

A la 29ème Fête de la BD d'Audincourt, en 2011, je me suis fait dédicacer mon Tome 3 - "Little Jones" de la série XIII Mystery (Henninot et Yann, Dargaud) par son sympathique dessinateur: Eric Henninot.

Dédicace Eric Henninot sur XIII Mistery.

 

Affiche d'Eric Henninot pour la 29e Fête de la BD d'Audincourt.

Cette année là Eric Henninot était l'invité d'honneur et donc l'auteur de l'affiche du festival. Ce dernier avait eu la gentillesse de remplacer au pied levé l'auteur Midam qui avait décliné son invitation après que la municipalité d'Audincourt lui ait demandé de redessiner son affiche jugeant cette dernière trop violente. (Huhuhu ! Midam l'auteur de Kid Paddle... trop violent ! J'aimerai bien la voir cette affiche, pace que Kid Paddle, c'est quand même une bd destinée à un public très jeune. Alors certes, son style qui fait d'ailleurs son succès auprès des gosses d'une douzaine d'années, fleurte avec le faussement trash, mais ça reste quand même très très gentillet. Tout ça prouve encore une fois que nos représentants politique même de proximité, restent et demeurent bien déconnectés de notre quotidien).

Enfin bref... Moi, je suis bien content d'avoir eu l'occasion de revoir M. Henninot, et j'ai eu droit à un joli crayonné de Jones sur un Spin-off de XIII, et ça, ça le fait grave dans ma bdthèque ! C'est aussi à cette occasion que j'ai appris que c'était Milan Jovanovic qui reprenait Carthago au dessin (dont le tome 3 est paru cette année). Et j'ai compris à demi mot, entre les lignes, que les rapports compliqués avec le scénariste, Christophe Bec, ajoutés aux difficultés de l'époque des Humanos, étaient à l'origine de son départ volontaire de la série. Dommage !

PS: Pour revoir ma première dédicace d'Eric, rends-toi »ici«.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #dedicace , #bd-franco-belge