Articles avec #exploration catégorie

30 Septembre 2010

Alden

"C'est un petit pas pour l'homme mais un bond de géant pour l'humanité".

Caricature Neil Armstrong (Philippe Buchet).

Dans Jour J - Tome 1 - "Les Russes sur la Lune !" (Buchet, Duval et Pécau, Delcourt) Philippe Buchet caricature Neil Armstrong et lui fait jouer son propre rôle.
(L'image est tirée de page 4, case 3).

 

Neil Alden Armstrong (1930) est astronaute américain. Passionné par l'aviation et le modélisme dès son enfance, il passe son brevet de pilote en 1946. Il participe à la guerre de Corée à partir de 1950 comme pilote de l'US Navy sur l'USS Essex. Rentré aux Etats-Unis, il suit les cours de l'Université Purdue, dont il sort diplômé en génie aéronautique en 1955.

Il intègre ensuite la base aérienne d'Edwards en Californie en qualité de pilote d'essai pour le NACA, qui deviendra la NASA en 1958. A cette occasion, il effectue sept vols en North American X-15, puis quitte son poste après avoir effectué près de 2500 heures de vol sur près de 200 appareils.

Il participe au programme de planeur orbital Dyna Soar entre 1960 et 1962, année de sa sélection par la NASA au sein de son second groupe d'astronautes. Il se voit confier en 1966 le commandement de la navette Gemini 8 aux côtés de David Scott, puis la mission Apollo 11 en juillet 1969, faisant de lui le premier homme à marcher sur la lune le 20 juillet de la même année. Le petit pas d'Armstrong sur le sol lunaire dure 2 heures 31 minutes, durée pendant laquelle il parcourt environ 250 mètres.

Administrateur adjoint de la section aéronautique de la NASA de 1970 à 1971, il démissionne pour devenir professeur d'ingénierie aérospatiale à l'université de Cincinnati de 1971 à 1979. Il est alors nommé vice-président de la commission d'enquête sur l'explosion de la navette spatiale Challenger, en 1986.

De 1992 à 2002, il assure la présidence de la société d'avionique AIL Technologies. Neil Armstrong est membre de la Commission nationale sur l'espace.

Neil Armstrong: "Les pilotes se moquent de marcher. Ce qui les motive, c'est de pouvoir voler." ^^

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #exploration

24 Novembre 2008

Père de la Nouvelle-France

Surnom dû à son acharnement à vouloir implanter une colonie française en Amérique du Nord.

Caricature de Samuel de Champlain (Achdé).

Dans Lucky Luke - Tome 73 - "La belle province" (Achdé et Gerra, Lucky Comics) Achdé caricature Samuel de Champlain de fondateur de Québec.
(L'image est tirée de la page 4, case 5).

 

Samuel de Champlain (1957(?)-1638) était un navigateur, soldat, explorateur, géographe, cartographe français. Lorsqu'il accomplit son premier voyage vers le Nouveau Monde, en 1598, il propose à Henri IV de percer l'isthme de Panama. Après un bref retour en France, il se rend en Amérique du nord en tant que géographe de l'expédition d'Aymar de Chaste. Lors du voyage, il a l'occasion d'explorer le fleuve Saint-Laurent puis remonte jusqu'à Montréal.

L'année suivante, en 1604, il accompagne l'expédition de Pierre Dugua de Mons et explore la côte acadienne. Il retourne sur les terres américaines en 1608 et installe une colonie européenne au Canada. C'est ainsi qu'est fondée, le 3 juillet, la ville de Québec.

Champlain s'applique alors à entretenir de bonnes relations avec les habitants autochtones. Poursuivant ses explorations, il découvre un lac auquel il donnera son nom. Il s'attelle toujours à améliorer la colonie qu'il a mise en place et en est finalement nommé gouverneur dès 1619. En 1629, les Anglais prennent la ville d'assaut et arrêtent Champlain. Il faudra attendre 1632 avant que Québec ne revienne à la France par le traité de Saint-Germain-en-Laye et que son fondateur ne soit libéré.

Samuel de Champlain a effectué 23 traversées de l'Atlantique et passé plusieurs hivers en Nouvelle-France. Il a négocié avec les Amérindiens, arbitré leurs disputes, établi des alliances et mené la guerre contre les Iroquois, sortant gravement blessé du second combat. Après avoir exploré plus de 2400 kilomètres le long du Saint-Laurent et quelque 2000 kilomètres de la côte atlantique, il a poursuivi ses explorations jusqu'au lac Huron et plaidé inlassablement la cause de la colonie. En 1629, les Kirke amènent Champlain prisonnier en Angleterre; déterminé à poursuivre son œuvre, il revient à Québec.

Administrateur local de la ville de Québec jusqu'à sa mort, il ne reçoit jamais le titre officiel de gouverneur de la Nouvelle-France, même s'il en exerce les fonctions. Les difficultés rencontrées dans cette entreprise sont nombreuses, et ce n'est qu'à partir des étés 1634 et 1635, dans les 18 derniers mois de sa vie, que Champlain voit son rêve de colonisation se concrétiser, avec l'arrivée et l'établissement de quelques dizaines de familles de colons.

Raymonde Litalien (Conservatrice honoraire des archives du Canada): "Non seulement Champlain a fondé Québec, mais il a veillé sur son développement pendant plus de vingt-cinq ans. Il l'a défendue et l'a fait connaître par ses écrits et ses cartes".

Publié par Chelmi à 09:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #exploration

20 Octobre 2008

Pas de cartier !

Désolé ! oo'

Caricature de Jacques Cartier (Achdé).

Dans Lucky Luke - Tome 73 - "La belle province" (Achdé et Gerra, Lucky Comics) Achdé caricature Jacques Cartier dans son propre rôle d'explorateur.
(L'image est tirée de la page 4, case 2).

 

Jacques Cartier (1491-1557) était un navigateur français. Mandaté par François Ier, il dirige trois voyages d'exploration dans la région du Saint-Laurent en 1534, 1535-1536 et 1541-1542. On lui attribue habituellement la découverte du Canada, désignant par là, la mince région du Québec, à laquelle il donne le nom de Canada durant son expédition de 1535.

Il est le premier explorateur du golfe du Saint-Laurent et certainement le premier à tracer la cartographie du fleuve Saint-Laurent, dont la découverte, en 1535, a permis à la France d'occuper l'arrière-pays de l'Amérique du Nord.

D'après les notes des carnets de voyage qu'on lui attribue, il semble que la carrière de Cartier ait commencé avec des expéditions au Brésil. Il a probablement accompagné Giovanni da Verrazzano en Amérique en 1524 et en 1528, et est certainement venu à Terre-Neuve avant 1534, puisque la destination déclarée de son premier voyage officiel est la "baie des Châteaux" (détroit de Belle-Isle), et qu'il s'y est rendu directement comme si l'endroit lui était familier.

Au retour de sa troisième expédition, il fait expertiser sa cargaison de minerai et apprend qu'il ne rapporte que de la pyrite et du quartz au lieu d'or et de diamant présumé. Cette mésaventure est à l'origine de l'expression "Faux comme des diamants du Canada". Déçu (puni ?), il se retire dans son manoir de Limoëlou, près de Saint-Malo. Considéré comme un sage, on le consulte parfois et on met à profit ses connaissances du portugais. Il succombe en 1557 de la peste qui frappe la ville. Ses restes, retrouvés en 1944, reposent depuis dans la cathédrale de Saint-Malo.

Cartier mérite de figurer parmi les grands explorateurs du XVIe siècle. Il a découvert l'un des plus grands fleuves au monde, un fleuve qui sera appelé à devenir l'axe du pouvoir français en Amérique du Nord.

PS: Le portrait de Jacques Cartier utilisé dans l'animation est de Théophile Hamel, 1848, d'après un portrait aujourd'hui disparu produit par François Riss en 1839.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #exploration

21 Juillet 2008

Dit -Abd el Hai-

Qui se traduit de l'islam par: L'esclave du vivant.

Caricature de Henry de Monfreid (Hergé).

Dans Tintin et Milou - Tome 4 - "Les cigares du Pharaon" (Hergé, Casterman) Hergé caricature Henry de Monfreid et lui fait jouer le rôle du capitaine d'un voilier qui s'avère être aussi un trafiquant d'armes.
(L'image est tirée de la page 13, case 5).

 

Henry de Monfreid (1879-1974) était un aventurier écrivain français. Il est élevé dans une famille anticonformiste. Il passe les premières années de sa vie à la Franqui où il y découvre la mer. A 7 ans, la séparation de ses parents l'affecte douloureusement et marque son entrée en pension au lycée de Carcassonne. Adolescent, le jeune Monfreid est révolté, épris de liberté, et plus assidu à l'amusement qu'aux études.

En 1900, Henry à 21 ans. Il échoue à Central et s'installe en ménage avec Lucie Dauvergne qui a déjà un enfant. Réformé du service militaire, il vit pendant 10 ans de boulots successifs: chauffeur, vendeur, chimiste, laitier...

A 31 ans, Henry tombe malade et part chez son père où il rencontre Armgart Freudenfeld. Sa longue convalescence sera pour lui une véritable prise de conscience et le convaincra de changer de vie. Un an plus tard, en 1911, il débarque en Abyssinie sur les bords de la Mer Rouge. Il devient négociant en café et cuirs dans les hauts-plateaux Ethiopiens pour Guignony. Révolté par le mode de vie colonial, Henry se fond aux indigènes et apprend leur langue. Deux ans plus tard, il se marie avec Armgart.

Après l'aventure dans les montagnes du Tchertcher, Henry décide de vivre en mer et de vivre de la mer. Il construit plusieurs voiliers avec lesquels il pratique un commerce risqué: armes, hachisch, et perles, dans une zone contrôlée par les anglais en pleine Première Guerre Mondiale. Au temps des grands vapeurs, lui préfère la marine à voile et s'intègre parfaitement au milieu de la Mer Rouge.

Sa rencontre avec Joseph Kessel le pousse à publier ses écrits. Cela fait plus de 20 ans qu'il écrit pour ses proches: journal de bord, abondante correspondance... Le premier ouvrage Les secrets de la Mer Rouge rencontre un succès immédiat. Il écrit au total 75 livres, traduits en plus de 12 langues dont Le Russe et le Chinois. Henry de Monfreid devient alors un des grands écrivain-aventuriers du 20ème siècle.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il sert les Italiens et, capturé par les Britanniques, il est déporté au Kenya. Libéré, il vit de chasse et de pêche sur les pentes du Mont Kenya ; il retournera en France en 1947.

Aventurier, peintre, écrivain, Henry de Monfreid a eu une existence hors du commun qu'il a façonnée grâce à une formidable liberté d'action.

Henry de Monfreid: "N'ayez jamais peur de la vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d'autres espaces, d'autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #exploration , #litterature

11 Septembre 2007

William Frederic Cody

... de son vrai nom.

Caricature de Buffalo Bill (Morris).

Dans Lucky Luke (Morris et Goscinny, Lucky Comics) Morris croque Buffalo Bill dans son propre rôle.
(L'image est tirée du tome 45, page 5, case 1).

Lors de ses brèves et régulières apparitions dans les albums, les auteurs font de cette légende de l'ouest, un personnage ridicule et imbu de sa personne. Ce parti pris, est finalement assez logique, vu la teneur de ses exploits (voir ci-dessous) qui on fait de lui un mythe du Far West.

 

Buffalo Bill (1846-1917) est un -disons- aventurier américain. Il tente d'abord de faire fortune en cherchant de l'or. En vain. Il prend alors part à la guerre de Sécession, avant de soutenir le général Custer dans sa lutte contre les Indiens d'Amérique. Il poursuit la lutte même après la mort du général et se fait rapidement un nom, qui retentit dans toute l'armée lorsqu'il élimine le chef des Cheyennes, Main-Jaune.

Il participe aussi au développement du Pony Express. Grand chasseur, il joue également un rôle important dans la disparition des bisons d'Amérique étant chargé de fournir en viande les employés du chemin de fer de la Kansas Pacific. A ce propos, son surnom, Buffalo Bill, lui vient d'un pari contre Bill Comstock qu'il a gagné en tuant 69 bisons (Buffalo dans la langue de Shakespeare) contre 48 en une journée. Ces bisons tués ne furent pas consommés mais juste abattus pour le prestige des chasseurs. (Les bisons consommés, par ailleurs, ne sont dépecés que d'un seul flanc, évitant ainsi aux chasseurs de se fatiguer à les retourner).

Faute d'avoir prospéré dans la ruée vers l'or, il profite de sa popularité et fonde un cirque ambulant, le Buffalo Bill's Wild West Show, dont il est la vedette et où il met en scène ses exploits passés. Ses déambulations dans le monde sont un véritable succès.

PS: Les héros d'hier, ne sont pas toujours ceux d'aujourd'hui.

Publié par Chelmi à 08:02am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #exploration , #militaire