Articles avec #invention-industrie catégorie

11 Mai 2012

Arrête ton char d'... !

"Un bel avion est un avion qui vole bien".

Caricature de Marcel Dassault (Hergé).

Dans Tintin et Milou - Tome 22 - "Vol 714 pour Sidney" (Hergé, Casterman) Hergé caricature Marcel Dassault et lui donne le rôle du milliardaire Laszlo Carreidas, le constructeur d'avions.
(L'image est tirée de la page 37, case 11).

Je t'accorde que ce n'est pas la plus probante des caricatures que je te montre ici, mais il est avéré qu'Hergé s'est très librement inspiré de Dassault, pour les traits de Carreidas, on retrouve l'écharpe, les lunettes, et l'indétrônable chapeau visé sur sa tête. Il dégage la même allure trompeuse et truqueuse, et si on ajoute à cela le côté -homme qui ne rit jamais-, la boucle est bouclée.

 

Marcel Dassault (1892-1986) était un ingénieur et entrepreneur français. Après des études secondaires passées au Lycée Condorcet, il entre à l'ESIEE, puis intègre l'école supérieure d'aéronautique et de construction mécanique, Supaéro dont il sort diplômé en 1913.

Il dessine l'hélice Eclair pour avion, utilisée par l'aviation française durant la Première Guerre mondiale et construit son premier avion en 1917. Il fonde la Société Anonyme des Avions Marcel Bloch.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est arrêté en 1940 par la police française, internés, déporté en 1944, et sauvé huit mois plus tard par Marcel Paul, membre du Parti communiste français, et également par Albert Baudet. Il manifestera par la suite sa gratitude en nommant Albert Baudet directeur de la publicité de son magazine Jours de France, et en versant chaque année une somme d'argent au journal l'Humanité.

En 1946, il fait changer son patronyme en Bloch-Dassault, puis en Dassault. Dassault est une déformation du nom de code Char d'assaut utilisé par son frère, le général Darius Paul Bloch, dans la résistance. Sa société devient la Société des Avions Marcel Dassault qui produit les premiers avions à réaction français: Ouragan en 1949, Mystère II en 1952, Mirage III en 1956, Mirage IV en 1959 qui équipe les forces nucléaires françaises, et l'avion civil d'affaires Mystère-Falcon en 1963. Une division électronique est créée en 1954 pour le développement du guidage de missiles.

Absorbant les usines Bréguet, la SAMD est renommée Marcel Dassault-Bréguet Aviation en 1971. Elle produit alors l'Alpha Jet en 1973, avion d'entraînement qui équipe entre autres la Patrouille de France, le Mirage 2000 en 1978, l'avion de transport de passagers Mercure 100 en 1973, les Rafale et des évolutions de la série des Falcon. Il se crée ainsi un groupe industriel militaire et civil centré sur l'aviation, l'électronique et l'informatique.

En 1976, la société renommée (encore !) Dassault Aviation est éclaboussée par un scandale: un ancien cadre licencié, révèle une fraude fiscale massive. En 1981, elle échappe à la nationalisation en faisant cadeau à l'état de 26% de ses actions.

Marcel Dassault avait d'autres cordes à son arc. Il possédait l'hebdomadaire Jours de France, il était aussi producteur de cinéma, et fut Sénateur des Alpes-Maritimes, puis Député de l'Oise, doyen de l'Assemblée nationale de 1978 à 1986.

Il a été décoré de la plus haute distinction française, la Grand croix de la Légion d'honneur. Dans le palmarès des plus grandes fortunes de France, il fut le premier en 1985.

PS: La place du Rond-point des Champs-Élysées est renommée Rond-Point des Champs-Elysées Marcel Dassault en 1992.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #invention-industrie

1 Septembre 2011

Le Van Braun soviétique

Dans Stargate SG-1, un vaisseau de classe dédale porte son nom. Il apparaît dans le 20e épisode de la saison 9 mais est détruit dans ce même épisode.

Caricature de Sergueï Korolev (Malo Kerfriden).

Dans KGB - Tome 2 - "Le sorcier de Baïkonour" (Kerfriden et Mangin, Quadrant) Malo Kerfriden croque Sergueï Korolev et lui fait jouer son propre rôle d'ingénieur en aéronautique.
(L'image est tirée de la page 17, case 3).

 

Sergueï Pavlovitch Korolev (1907-1966) était un ingénieur en aéronautique ukrainien. Il se passionne dès l'âge de 6 ans pour l'aviation. Suivant ses études à Kiev puis à Moscou, il construit et vole sur son propre planeur dès 1929. Après avoir découvert les travaux de Tsiolkovski, il s'engage dans la conception de fusées de propulsion pour planeur, parallèlement à son travail sur les bombardiers.

Lors de la création de l'institut de recherche pour la propulsion par réaction en 1933, il est nommé adjoint au directeur. C'est lors de cette période que sont posées les bases techniques de la conquête spatiale. Mais les purges staliniennes de 1937 envoient Korolev au Goulag. La Seconde Guerre mondiale l'aide à retrouver des conditions de vie moins rudes: il rejoint une prison pour savant où il peut continuer à exploiter ses connaissances. En 1944, lorsque l'URSS prend la mesure de son retard en terme de propulsion par rapport aux Allemands, Korolev est libéré. Il travaille sur les V2 et la série des missiles russes R. Avec le R-5 puis le R-7 Semiorka, un missile intercontinental capable d'atteindre les Etats-Unis, les soviétiques prennent une avance considérable sur leur ennemi de la Guerre froide.

Korolev profite du développement du R-7 dont il a la charge pour proposer l'envoi d'un satellite dans l'espace. Sa requête est acceptée et quand, le 4 octobre 1957, un R-7 lance Spoutnik, le monde découvre que la conquête spatiale est désormais une réalité. Artisan dans l'ombre de cette conquête, Korolev participe à toutes les réussites de son pays: programmes Spoutnik et Luna, premier homme dans l'espace. Cependant, pour des raisons d'état, son nom est gardé secret.

Le 14 janvier 1966, il décède lors d'une opération chirurgicale, laissant l'URSS orpheline de son pionnier de l'espace. C'est d'ailleurs à la même époque que celle-ci se fait rattraper puis doubler par les Etats-Unis dans la conquête de la Lune.

PS: Le président Vladimir Poutine lui rend finalement hommage le 12 janvier 2007, à la veille du centième anniversaire de sa naissance.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #invention-industrie

23 Février 2009

"Marchand de canon"

ou "Faiseur de guerre".

Caricature de Basil Zaharoff (Hergé).

Dans Tintin et Milou - Tome 6 - "L'oreille cassée" (Hergé, Casterman) Hergé croque Basil Zaharoff et lui fait jouer son propre rôle de marchand d'arme, manipulateur et sans scrupule.
(L'image est tirée de la page 34, case 11).

 

Sir Basil Zaharoff (1850- 1936) était un marchand d'armes et un financier gréco-Russe. Il est directeur et président de la société Maxim-Vickers-Armstrong durant la Première Guerre mondiale. On dit de lui qu'il a alimenté les conflits en vendant des armes à des nations ennemies. Zaharoff, c'est surtout un système économique qui conçoit la guerre comme une source de profit, un système qui marie à jamais les intérêts des pays dominants à ceux des industries d'armement.

PS: Pour l'excellent film Lord of war avec Nicolas Cage dans le rôle titre du trafiquant d'arme, le réalisateur Andrew Niccol s'est inspiré en partie de Basil Zaharoff grâce à la lecture de L'oreille cassée.

Publié par Chelmi à 09:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #invention-industrie

15 Avril 2008

Alexandre Gustave Bönickhausen

Eiffel, ce nom mondialement connu, n'est en fait qu'un surnom, porté par la famille du célèbre architecte depuis le début du XVIIIe siècle, renvoyant à l'Eifel, le massif boisé d'Allemagne. Le vrai nom de cette famille est Bönickhausen. L'arrière-arrière-grand-père de Gustave, originaire d'une petite ville dans l'Eifel, s'était installée en France en 1710 et ajouta -Eiffel- à son nom patronymique.

Caricature de Gustave Eiffel (Morris).

Dans Lucky Luke - Tome 63 - "Le pont sur le Mississipi" (Morris, Fauche et Léturgie, Lucky Comics) Morris croque Gustave Eiffel et il lui fait jouer son propre rôle. On le voit montrer une maquette en bois de la tour Eiffel à James B. Eads, et ce dernier lui dit: "Laissez tomber le bois, monsieur Eiffel, croyez-moi, le matériau de l'avenir c'est l'acier".
(L'image est tirée de la page 46, case 8).

 

Alexandre Gustave Eiffel (1832-1923) était un ingénieur et un architecte français. Issu de la bourgeoisie dijonnaise, il se passionne tôt pour les disciplines scientifiques, notamment la chimie. En 1852, il rentre à l'Ecole centrale des arts et manufactures de Paris, puis rejoint l'entreprise de construction de Charles Neveu. Il y réalise sa première grande construction : le Pont du chemin de fer de Bordeaux de 1858 à 1860.

En 1867, il crée sa propre entreprise et se lance dans une série de grands projets qui le feront connaître à l'étranger: le Viaduc de la Sioule en 1869, le Pont Maria Pia de Douro en 1877.

Parvenu à ce stade, Gustave Eiffel libère l'architecture de métal et lui offre une marque : l'esthétique. De cette vision naissent la charpente de la Statue de la Liberté de Bartholdi et la Tour Eiffel, commandée pour l'Exposition universelle de 1889. Cependant, son implication dans le scandale financier du Canal de Panama en 1889 entache sa réputation.

Eiffel cesse alors toute construction et se lance dans l'expérimentation scientifique, principalement l'aérodynamique et la balistique, mettant fin à une carrière artistique pourtant exemplaire.

Il décède le 27 décembre 1923 dans son hôtel particulier de la rue Rabelais à Paris et est enterré au cimetière de Levallois-Perret avec tous les honneurs dus à son rang.

Dans l'album Trompe le monde, l'excellent groupe de rock américain The Pixies lui rend hommage dans une chanson intitulé Alec Eiffel (Alexandre Eiffel).

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #invention-industrie

27 Mars 2008

De haut en bas !

"Si vous le dites, je veux bien l'accepter. Mais d'abord, dites-moi donc à quoi ça sert tous ces sacrés records du monde ?"

Caricature d'Auguste Piccard (Hergé).

Dans Les aventures de Tintin (Hergé, Casterman) Hergé s'inspire d'Auguste Piccard pour le personnage du professeur Tryphon Tournesol.
(L'image est tirée du Tome 23, page 13, case 8).

Outre la ressemblance physique, l'auteur fait aussi référence au Trieste, le submersible inventé par le professeur Piccard, avec le sous-marin en forme de requin créé par Tournesol dans "Le Trésor de Rackham le Rouge", album où le professeur fait sa première apparition. Je ne sais pas si c'est voulu, mais quand on découpe le prénom Tryphon, le -Try- rappelle le -Tri- de Trieste, et le -phon- sonne comme le fond (profondeur, fond marin). Et si Tournesol est sourd comme un pot, c'est peut être parce qu'il a les tympans flingués à force d'aller si profond. ^^

 

Auguste Piccard (1884-1962) était un physicien suisse. Etudiant les sciences naturelles à la faculté de Philosophie II de l'Université de Bâle. Il y publie en 1904 son premier travail scientifique Nouveaux essais sur la sensibilité géotropique des extrémités des racines. En 1910, ingénieur diplômé, il obtient son doctorat, à la veille de la Première Guerre mondiale.

Nommé professeur de physique en 1922 à la Faculté des sciences appliquées de l'Ecole Polytechnique de Bruxelles, il réalise les premiers essais de vols stratosphériques en ballon libre. A cette occasion il est le premier à utiliser un aéronef pressurisé. Et le 27 mai 1931 à Augsbourg, il s'élève en ballon libre dans la stratosphère, et atteint l'altitude de 15781 mètres, qui est homologuée comme record du monde. A cette occasion, il est le premier à voir la courbure terrestre.

Il retourne en Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale, puis reprend son poste à Bruxelles. Dès 1945, il conçoit le premier vaisseau des profondeurs, le bathyscaphe et réalise la première descente en profondeur en 1948, au large de Dakar. En septembre 1953, avec son troisième bathyscaphe, le Trieste, piloté par son fils Jacques Piccard, il bat le premier record de plongée en profondeur : 3150 mètres, au large de l'Italie.

Le Trieste est un petit sous-marin sous lequel se trouve fixée une sphère détachable, en acier très épais, de 2 mètres de diamètre, munie d'un hublot et de deux projecteurs: le bathyscaphe, alimenté par batteries.

Avec le même submersible, à la demande de la marine américaine, le 22 janvier 1960, au large des Iles Mariannes du pacifique, accompagné de son fils et du lieutenant Don Walsh, il établie un record de plongée imbattable, puisque la fosse Challenger est la plus profonde sur terre, environ 11000 mètres.

A noter aussi qu'il est le découvreur de l'uranium 237.

En 1954, Auguste Piccard s'installe à Chexbres, où il s'éteint en 1962.

PS: Son fils Jacques, océanographe, a collaboré à ses recherches et ses records dans le domaine de la plongée, et son petit fils Bertrand, aéronaute, détient plusieurs records en ballon. Une sacré dynastie de -savanturiers-.

Publié par Chelmi à 09:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #scientifique , #invention-industrie

6 Juin 2007

Le pompon

Sans commentaire ! ^^

Caricature de James Buchanan Eads (Morris).

Dans Lucky Luke - Tome 63 - "Le pont sur le Mississipi" (Morris, Fauche et Léturgie, Lucky Comics) Morris caricature James Buchanan Eads et il lui fait jouer son propre rôle dans cette aventure relatant plus ou moins fidèlement la construction du pont reliant les deux berges du Mississipi.
(L'image est tirée de la page 37, case 3).

 

James Buchanan Eads (1820-1887) était un inventeur et ingénieur américain. Il invente la cloche de plongée (ou caisson de pressurisation) permettant de récupérer au fond du Mississipi les épaves des bateaux à vapeur naufragées. Il réussit à désensabler l'embouchure du fleuve à la Nouvelle-Orléans, ainsi qu'à aménager le canal sud selon ses plans.

Mais son principal accomplissement fut la construction du pont de 1964m sur le fleuve à Saint-Louis : Le Eads Bridge. Il est achevé en 1874. Les fondations et le scellement des larges travées posèrent de sérieux problèmes scientifiques et techniques qui demandèrent de nombreuses innovations. C'est aussi la première utilisation de véritable acier pour un projet de pont de grande envergure. Il est également le premier à utiliser exclusivement des méthodes de support en porte-à-faux.

On raconte qu'un étranger traversant le Mississipi en ferry-boat vit les structures du pont en construction et demanda à Eads: "Combien cela va-t-il coûter ?". Celui-ci, lui répondit: "7 millions de dollars". "Et combien de temps cela va-t-il prendre". "Oh, 7 millions d'année". Finalement, ça a prit environ 7 ans de 1867 à 1874.

Actuellement, le Eads Bridge est toujours utilisé pour les piétons et les voitures et son étage ferroviaire désert une ligne de tramway, mais le gros trafic utilise le pont MacArthur depuis son inauguration en 1989.

PS: Pendant sa construction, à cause des grandes chaleurs, les arches en acier du Eads bridge se dilatèrent, empêchant les deux parties de s'ajuster. En entourant de sac de glace les parties récalcitrantes, Eads les ramena à leur taille normale.

Publié par Chelmi à 09:08am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #invention-industrie