Articles avec #musique catégorie

10 Décembre 2015

De la mûre, de la mûre, de la mûr..ge ♫

"Ma devise est: exister, c'est insister !"

Caricature de Johnny Hallyday (Didier Conrad).

Dans Astérix - Tome 35 - "Astérix chez les Pictes" (Conrad et Ferri, Les édition Albert René) Didier Conrad croque Johnny Hallyday et lui donne le rôle du barde Mac Keul du village des Mac Oloch. Le pauvre se prend une rouste par Obélix qui n'a pas apprécié d'être dérangé pendant son repas par l'interprétation d'un air du Loch Andloll... Réaction du barde: "Quoi Mac Keul ? Qu'est ce qu'il a ma Mac Keul !" ^^
(L'image est tirée de la page 29, case 6).

 

Pour avoir plus de détail sur la bio/discographie de la grande star du rock francophone, va faire un tour »ici« où que j'ai déjà (à que coucou ! ^^) traité le sujet ! ;-)

Ce Johnny, quel poète :

"Je vis avec moi-même tous les jours".

"[...] pour remettre les pendules à leur place".

"Est-ce que vous les connaissez ces joueurs de l'équipe de France de Football ? - Oui, je connais Zazie évidemment, je l'adore...".

"Si on avait pas perdu une heure et quart, on serait là depuis une heure et quart".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #musique

24 Novembre 2015

Yucca brevifolia

Bono Vox: "La musique peut changer le monde car elle change les gens".

The Joshua tree de U2.
The Joshua tree de U2 (1987).

The Joshua tree selon Nick Runge.
Ghostbusters #4 de Schoening et Burnham (Couverture alternative de Runge).

Dans le comics book Ghostbusters #4 (Schoening et Burnham, IDW) Nick Runge, l'illustrateur de la couv', pastiche la pochette de l'album musical The Joshua tree de U2, sur la couverture bis de sa BD. Ici, Larry Mullen est remplacé par Ray Stantz, Adam Clayton par Winston Zeddemore, The Edge alias David Evans par Egon Spengler, et Bono Vox par Peter Venkman.

 

Pour avoir plus d'informations sur cette album de U2 et en voir une autre parodie, va faire un tour »ici« où j'ai déjà traité le sujet.

Adam Clayton: "Dans les années soixante, les mouvements de la jeunesse ont fini par créer une situation qui à débouché sur le retrait américain du Viêt-Nam. Je pense qu'un disque peut au moins aider les gens à prendre position vis-à-vis de problèmes comme celui de l'agression militaire. La guerre à laquelle on nous prépare est avant tout basée sur une intoxication par les médias. Si un disque peut aider à lutter contre ce type d'offensive, il n'arrivera jamais à empêcher une bombe de tomber".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

22 Novembre 2015

Pourquoi tant de DouSar ?!

"Je suis comme le poireau : pas du tout exportable".

Caricature de Michel Sardou (Jean Solé).

Dans Superdupont - Tome 2 - "Amour et forfaiture" (Solé et Lob, Fluide Glaciale) Jean Solé croque Michel Sardou dans son propre rôle le temps d'une case dans l'histoire "L'intox" où Superdupont apprend à un jeune métaleux déluré ce que c'est que la vraie musique française.
(L'image est tirée de la planche 8, case 4).

 

Michel Sardou (1947) est un chanteur et un comédien français. Issu d'une famille artiste depuis la première moitié du XIXe siècle, il est le fils des comédiens Fernand Sardou et Jacky Sardou. Il est éduqué en pension dans les Yvelines d'où il part à 16 ans pour se produire dans le cabaret de son père.

Le succès arrive à la fin des années soixante grâce aux rencontres de Jacques Revaux, auteur d'une partie de son répertoire, et du chanteur Michel Fugain, auteur de ses premières chansons. Après deux ans de contrat chez Barclay, il fonde Trema, s'enchaînent alors les tubes comme Les bals populaires, ou Et mourir de plaisir.

Les prises de position qu'il interprète comme son soutien aux Américains au Viêt-Nam avec Les ricains, ou la peine de mort avec Je suis pour, lui valent d'être détesté par certains mais n'entame en rien le succès populaire de l'artiste qui remporte plusieurs fois des Victoires de la musique: en 1987 avec la chanson Musulmanes, en 1990 avec l'album Le privilège, et 1999 pour sa tournée qui rassemble plus de 575000 personnes.

Dans les années 90, il se produit au théâtre renouant avec une de ses passions transmise par ses parents et devient le nouveau directeur du théâtre de la Porte Saint-Martin qu'il rachète en 2001. En 2004, il sort l'album Du plaisir, comportant notamment un duo avec Garou.

Michel Sardou est aujourd'hui considéré comme l'une des figures incontournables de la chanson française aux tubes incontournables: La maladie d'amour, Une fille aux yeux clairs, Le France, Je vais t'aimer, J'accuse, La java de Broadway, En chantant, Etre une femme, Les Lacs du Connemara, Afrique adieu, Marie-Jeanne...

PS: ... sans oublier, Je vole, remise sur le devant la scène il y a un déjà an, avec l'interprétation de Louane Emera dans le film à succès La famille Bélier d'Eric Lartigau.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #musique

7 Novembre 2015

Les loups sont de sortie !

Tim Armstrong: "Si je n'avais pas écouté les Ramones, je n'aurais jamais fait de musique".

...And out come the wolves de Rancid (1995).
...And out come the wolves de Rancid (1995).

...And out come the wolves selon Harold Sakuishi.
Beck - Tome 16 de Sakuishi (Page 131).

Dans le manga Beck - Tome 16 (Sakuishi, Delcourt), Harold Sakuishi parodie la pochette de l'album musical ...And out come the wolves du groupe Rancid sur la page d'introduction du troisième chapitre de sa BD. Ici, Lars Frederiksen est remplacée par Chiba Tsunemi.

 

Rancid est un groupe punk rock américain, formé en 1991 à Berkeley, en Californie. Le groupe est reconnu pour avoir contribué, avec les groupes Green Day et The Offspring, à ramener le punk rock sur l'avant-scène musical aux Etats-Unis durant les années 1990.

A la sortie de leur troisième album en 1995, ...And out come the wolves, le groupe est composé de Tim Armstrong (Guitare et chant), Lars Frederiksen (Guitare et chant), Matt Freeman (Basse et chant), et Brett Reed (Batterie).

Titres de l'album:

1. Maxwell murder
2. The 11th hour
3. Roots radicals
4. Time bomb
5. Olympia Wa
6. Lock, step & gone
7. Junkie man
8. Listed M.I.A.
9. Ruby Soho
10. Daly city train
11. Journey to the end of the east bay
12. She's automatic
13. Old friend
14. Disorder and disarray
15. The wars end
16. You don't care nothin'
17. As wicked
18. Avenues & alleyways
19. The way I feel

...And Out Come the Wolves qu'on peut traduire par: -Voilà les loups qui sortent-, en référence aux différents labels voulant à tout prix signer avec Rancid et rôdant autour du groupe. L'album est enregistré entre Berkeley et New York par le producteur phare de la nouvelle vague punk, Jerry Finn qui produit entre autres Green Day et Blink 182.

Avec cet album, Rancid accroît encore plus son succès, balayant un panel de plus en plus large de genres musicaux, avec en particulier l'introduction du ska sur des morceaux comme Old friend, Daly city train, ou encore Time bomb. Cet album, considéré par beaucoup comme leur meilleur, devient disque de platine, en partie grâce à la vente à plusieurs millions d'exemplaires du single Ruby Soho.

Minor Threat de Minor Threat (1984).
Minor Threat de Minor Threat (1984).

Avec la pochette de ...And Out Come the Wolves, Rancid rend hommage à la compilation du groupe Minor Threat au titre éponyme. Ici, Lars Frederiksen reprend la posture d'Alec MacKaye, le frère d'Ian MacKaye, le leader de Minor Threat.

PS: Les plus jeunes d'entre vous connaissent peut être mieux ce groupe grâce au succès du single Fall back down extrait de l'album Indestructible paru en 2003.

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #manga , #musique

22 Octobre 2015

Boule à Z

Sinéad O'Connor: "Je déteste les pubs pour cheveux d'Andie MacDowell, elle fait tellement propre sur elle ! Si je la rencontrais, je lui raserais la tête".

I do not want what I haven't got de Sinéad O'Connor.
I do not want what I haven't got de O'Connor (1990).

I do not want what I haven't got selon Michael Avon Oeming.
Powers #10 d'Oeming et Bendis (Couverture).

Dans le comics book Powers #10 - "Role play, Part 3" (Oeming et Bendis, Image Comics) Michael Avon Oeming pastiche la pochette de l'album musical I do not want what I haven't got de Sinéad O'Connor, sur la couverture de sa BD. Ici, la chanteuse Sinéad O'Connor est remplacée par l'inspecteur Deena Pilgrim.

 

Un cœur de feu avec un visage de madone chauve, ainsi pourrait-on décrire Sinéad O'Connor en 1990, à l'époque où sort I do not want what I haven't got, le deuxième album de l'artiste. Il prend la première place des charts aux Etats-Unis et devient double Disque de platine. Rolling Stone le classe à la 406e place de son classement des 500 meilleurs albums de tous les temps

Titres de l'album:

1. Feel so different
2. I am stretched on your grave
3. Three babies
4. The emperor's new clothes
5. Black boys on mopeds
6. Nothing compares 2 U
7. Jump in the river
8. You cause as much sorrow
9. The last day of our acquaintance
10. I do not want what I haven't got

Emouvante à l'extrême, la voix de Sinéad O'Connor imprègne ces dix titres d'une personnalité hors du commun dont le point d'orgue est l'inévitable Nothing compares 2 U, écrit par Prince. Cette chanson ne laisse personne indifférent, mais trouve dans l'album ses contrepoints parfaits à travers les intimes Feels so different et Three babies, ou encore le racé The emperor's new clothes. La chanson éponyme qui termine le disque est quant à elle totalement interprétée a capella, telle une profession de foi.

Madonna: "Sinead O'Connor a autant de sex-appeal qu'un store vénitien. On dirait qu'elle s'est fait prendre la tête par une tondeuse à gazon".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

6 Octobre 2015

Atomics band

John Lennon: "Le christianisme passera. Il s'éclipsera et se ratatinera. Je n'ai pas besoin de discuter de cela. J'ai raison et il sera prouvé que j'ai raison. Maintenant, nous sommes plus populaires que le Christ. Je ne sais pas qui partira le premier, le rock'n'roll ou le christianisme. Jésus était très bien mais ses disciples étaient épais et ordinaires".

Abbey Road des Beatles.
Abbey Road des Beatles (1969).

Abbey Road selon Mike Allred.
Madman Atomic Comics ! #16 de Allred, Willumsen, et Rich (Premier et quatrième plat de couverture).

Dans le comics book Madman Atomic Comics ! #16 - "Last night the Atomics saved my life ! / Tweenage Wasteland" (Allred, Willumsen, et Rich, Image) Mike Allred pastiche la pochette de l'album musical Abbey Road des Beatles sur la couverture de sa BD. Ici, les Beatles sont remplacés par les Atomics.

 

Pour avoir plus d'information sur cet album et en voir d'autres adaptations, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20. ;-)

John Lennon: "Cela aurait été pareil si j'avais dit que la télévision est plus populaire que Jésus. Je suis désolé de l'avoir ouverte. Je ne suis pas anti-Dieu, anti-Christ ou anti-religion. Je n'étais pas en train de taper dessus ou de la déprécier. J'exposais juste un fait, et c'est plus vrai pour l'Angleterre qu'ici [aux Etats-Unis]. Je ne dis pas que nous sommes meilleurs, ou plus grands, je ne nous compare pas à Jésus Christ en tant que personne, ou à Dieu en tant qu'entité ou quoiqu'il soit. J'ai juste dit ce que j'ai dit et j'ai eu tort. Ou cela a été pris à tort. Et maintenant, il y a tout ça".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

20 Septembre 2015

Gozerian hotel

Jim Morrison: "Aucune récompense éternelle ne viendra nous pardonner d'avoir gâché l'aube".

Morrison hotel de The Doors.
Morrison hotel de The Doors (1970).

Ramones selon Nick Runge.
Ghostbusters #8 de Schoening et Burnham (Couverture alternative de Runge).

Dans le comics book Ghostbusters #8 - "The man who holds the hands of death" (Schoening et Burnham, IDW) Nick Runge, l'illustrateur de la couv', parodie la pochette de l'album musical Morrison hotel des Doors, sur la couverture bis de sa BD. Ici, Ray Manzarek est remplacé par Egon Spengler, Robby Krieger par Winston Zeddemore, Jim Morrison par Peter Venkman, et John Densmore par Ray Stantz.

 

Morrison hotel est le cinquième album du groupe de rock américain The Doors sorti en février 1970 et produit par Paul A. Rothchild. Le titre de l'album, Morrison Hotel, provient d'un hôtel portant le nom du chanteur, par un pur hasard.

Pistes de l'album:

Face A : Hard rock cafe
1. Roadhouse blues
2. Waiting for the sun
3. You make me real
4. Peace frog
5. Blue sunday
6. Ship of fools

Face B : Morrison hotel
7. Land Ho !
8. The spy
9. Queen of the highway
10. Indian summer
11. Maggie M'Gill

Les Doors condamnent et tournent en dérision, toujours avec la même délectation, l'establishment et toutes les formes de pouvoir, tout en se montrant lucides quant au devenir de la -Woodstock Nation-. Morrison Hotel est le plus rhythm'n'blues de tous les disques jamais sortis par les quatre californiens. Dans Roadhouse blues, You make me real ou Ship of fools, notamment, la voix de Jim dit le Roi Lézard renvoie au grand bluesman, tandis que Robbie Krieger semble puiser ses sources dans le blues du Vieux Sud. Mention spéciale, également, pour le très doorsien Indian summer.

Le disque est divisé en deux parties correspondant aux deux faces du 33 tours, intitulées respectivement Hard rock cafe et Morrison hotel. Ces noms viennent de ceux d'un hôtel, recto de la pochette, et d'un café, verso de la pochette. Les photos recto et verso sont l'œuvre de Henry Diltz, musicien devenu photographe de légende, qui les prend alors qu'il se promène avec le groupe à Los Angeles. Le nom de ce café est repris l'année suivante, lors de la création de la chaîne Hard rock cafe, inspiré par cette photo. L'hôtel est toujours en activité alors que le bar n'existe plus.

Jim Morrison: "D'une certaine façon, je crois que les concerts de rock ont toujours servi une fonction. Ils représentent une chance pour un grand nombre de gens, de même condition dans la vie, de se rassembler, de s'assembler aussi d'une certaine manière, et simplement de se sentir exister en tant que masse, en tant que nombre...".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

10 Septembre 2015

Le Higelin belge

"Je suis le plus mauvais musicien du monde, juré sur mes deux bonbons".

Caricature d'Arno (Simon Léturgie).

Dans Spoon & White - Tome 8 - "Neverland" (Léturgie Père et fils, Vents d'Ouest) Simon Léturgie (le fils) croque Arno et lui fait jouer le rôle d'un rescapé belge du crash du vol 815.
(L'image est tirée de la page 1, case 7).

 

Arnold Charles Ernest Hintjens dit Arno (1949) est un chanteur belge. Longtemps considéré comme un croisement entre Tom Waits et Jacques Brel, Arno a toujours été attiré par la musique. Il est né d'un père socialiste, qui écoute beaucoup de jazz et d'une mère qui fait la vaisselle en chantant Brel et Gréco. A 18 ans, il donne son premier concert au Festival de rock d'Ostende. En 1975, il signe avec Freckle face un premier album autoproduit. Il forme ensuite T.C. Matic et fait la première partie de Simple Minds en 1985.

L'année suivante, Arno se lance en solo et sort trois albums. A l'âge de 40 ans, il signe Ratata puis écrit la musique du film Merci la vie de Bertrand Blier. Il forme par la suite un groupe blues acoustique Charles & Les Lulu. Arno s'envole ensuite pour Nashville aux Etats-Unis et enregistre l'album Idiots savants en 1993. Suit, sous le nom d'Arno & The Subrovnicks, l'album Water.

En 1995, Arno sort Arno à la française. L'année suivante, il reçoit le prix du Meilleur chanteur de l'année en Belgique au Humo Pop Poll. En 1998, le chanteur s'investit dans le groupe Charles and the White Trash European Blues Connection puis signe en solo les albums A poil commercial et Le European cow-boy. En 2002, il sort Charles Ernest. Deux ans plus tard, il sort French Bazaar, et enfin Jus de box en 2007 avant d'entamer une grande tournée. Il retourne en studio en 2012 pour enregistrer Future Vintage avec le célèbre producteur anglais John Parish.

Le cocktail entre cette voix déchirée et ces compositions torturées, empruntant au rock et au rhythm'n'blues anglo-saxon, avec certes un coté déstructuré mais une énergie hors norme sur scène, fait mouche. Des cymbales, un accordéon, un piano viennent ajouter une note nostalgique, d'autres cassures, dans cette grande réécriture d'un rock affranchi des codes habituels. Ce dandy séducteur décadent, entreprend de construire une œuvre de destruction systématique, de déstabilisation. Bègue mais parfois affable, belge ou européen, alcoolique ou extrêmement lucide, le personnage cultive tous les paradoxes. Spontané, sincère et incapable de faire semblant, il a réussi à réconcilier la chanson traditionnelle avec les expressions contemporaines.

Arno: "Je ne vais jamais travailler avec des musiciens qui ont les mêmes goûts musicaux que moi [...). Quand j'ai fondé TC-Matic, j'ai pris un batteur qui était fou de Jethro Tull et de Focus, un bassiste branché disco et soul music et un clavier qui aimait Can et Yes. Le guitariste, lui, était fou de Jimi Hendrix...Et tu sais ce que je leur ai dit ? On va essayer de jouer dans le style de James Brown !".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #caricature , #bd-franco-belge , #musique

4 Septembre 2015

Vive jeunesse

Kim Gordon: "Lorsqu'un groupe comme Nirvana sort de l'underground, cela exprime vraiment un phénomène culturel et ce n'est pas une simple marchandise".

Goo des Sonic Youth.
Goo des Sonic Youth (1990).

Goo selon Harold Sakuishi.
Beck - Tome 16 de Sakuishi (Page 67).

Dans le manga Beck - Tome 16 (Sakuishi, Delcourt), Harold Sakuishi pastiche la pochette de l'album musical Goo du groupe Sonic Youth sur la page d'introduction du deuxième chapitre de sa BD. Ici, Maureen Hindley est remplacée par Maho Minami, et David Smith par Yukio Tanaka alias Koyuki.

 

Sonic Youth (composé de Kim Gordon, Thurston Moore, Lee Ranaldo, et Steve Shelley) est un groupe de rock avant-gardiste américain fondé à New-York en 1981 et considéré comme l'une des figures majeures du rock alternatif. Goo est leur sixième album studio paru en 1990. C'est l'album de la rupture pour le groupe qui franchit un palier supplémentaire sur le plan de la notoriété. Rupture parce que Goo est le premier opus des new-yorkais à apparaître sur une major, Geffen en l'occurence, et surtout parce que le groupe bénéficie alors d'une production sacrément léchée, peut-être un peu trop en regard des précédentes productions.

Titres de l'album:

1. Dirty boots
2. Tunic (Song for Karen)
3. Mary-Christ
4. Kool thing
5. Mote
6. My friend Goo
7. Disappearer
8. Mildred Pierce
9. Cinderella's big score
10. Scooter + Jinx
11. Titanium exposé

Bien qu'un peu plus éloigné des délires acides des épisodes antérieurs, et que l'aspect venimeux s'impose beaucoup moins, Sonic Youth n'en reste pas moins fidèle à l'esprit indé qui l'animait jusque-là. Plus attractif, moins difficile d'accès, Goo présente une palette de titres fonctionnant comme des tubes attractifs, des choses simples, simplement rock comme Dirty boots, une manière de composer à laquelle s'adapte facilement le groupe mais que certains pourront trouver formatées. J'invite ces derniers à réécouter Mote et My friend Goo qui restent tout à fait dans l'esprit des albums précédents... Même majorisé Sonic Youth reste Sonic Youth. Rock, c'est indéniable, mais également une forte tendance à pêcher dans le marais post punk, en témoigne un excellent Titanium exposé qui en rajoute une couche sur cette curieuse impression d'avant garde qui se dégage de leur œuvre.

La pochette est une illustration de Raymond Pettibon connu pour avoir aussi dessiné des jacquettes pour les groupes The Minutemen ou Black Flag.

Maureen Hindley et David Smith (Photopraphie de presse).
Maureen Hindley et David Smith (Photopraphie de presse).

Pour son dessin Pettibon s'inspire d'un cliché paparazzié par les tabloïds britanniques, de Maureen Hindley et de son époux, David Smith. Tous deux proches de Ian Brady et Myra Hindley (Maureen étant la sœur cadette de Mya) et témoins dans le procès des deux assassins ci-nommésde l'affaire des sept -Meurtres de la lande- en Grande Bretagne dans les années 60.

PS: Déçu par le résultat Sonic Youth ne s'attache pas à Goo comme il l'avait fait pour Bad moon rising (1985). Le groupe lui préfère l'enregistrement des démos qui sont diffusées un an plus tard sous le titre Goo Demos. Mais cet état de fait n'empêche pas le groupe de revenir sur cette décision en ressortant une édition deluxe de Goo en 2005.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #manga , #musique

27 Juillet 2015

Tout feu tout flamme !

"J'en avais assez de coucher avec des mecs horribles pour obtenir des séances photos minables. C'était finalement beaucoup plus rentable de se taper de vrais mecs devant des caméras".

100 Fires de Traci Lords.
1000 Fires de Lords (1995).

Traci Lords selon Lorenzo Sperlonga.
Skorpio #21 Collectif (Couverture de Sperlonga).

Dans le fumetti Skorpio #21 (Collectif, Eura Editoriale) Lorenzo Sperlonga, l'illustrateur de la couverture transpose une photographie de Traci Lords tirée du livret de l'album musical 1000 Fires de la chanteuse, sur la Une du mag. Ici, Traci est remplacée par Degree 13.

 

Traci Lords est une des plus grandes stars du cinéma pornographique américain des années 1980. Restée célèbre pour le scandale qu'elle provoque en 1986 lorsque le FBI découvre qu'elle a tourné la quasi-totalité de ses films en étant mineure. Evénement qui met fin à sa carrière dans le porno. Mais elle réussit par la suite à se reconvertir dans le cinéma traditionnel. Elle tourne notamment dans Cry-Baby de John Waters avec Johnny Depp, et Blade de Stephen Norrington avec Wesley Snipes. Elle apparaît aussi dans de nombreuses séries TV tels que: MacGyver, Marié, deux enfants, Highlander, Melrose place, Will et Grace...

Outre la comédie classique, elle se reconvertit aussi dans la musique. D'abord en participant aux chansons: Little baby nothing des Manic street Preachers en 1992, et Somebody to love des Ramones en 1993. Et par la suite, en 1995, en sortant son album solo 1000 Fires après le succès de ses deux singles Control et Fallen angel.

Titres de l'album:

1. Control
2. Fallen angel
3. Good-N-Evil
4. Fly
5. Distant land
6. Outlaw lover
7. I want you
8. Say something
9. Father's field
10. Okey Dokey

L'album est enregistré à Londres et est produit par Juno Reactor, Mike Edwards, Babble, et Gary Kurfirst sous le label Radioactive. La sonorité se veut techno electronica trance trip hop (^^). Une version instrumentale remixée de Control est intégrée à la bande originale du film Mortal Kombat. Idem avec Fallen angel retravaillé par Paul Oakenfold pour la BO de Programmé pour tuer. Le morceau, Father's field, raconte son adolescence brisé par le viol de son père. Evénement qu'elle tenait secret jusque là, qui sans faire dans la psychologie de comptoir, en dit long sur son début de carrière dans le porno a à peine de 16 ans.

PS: La possession de films pornographiques dans lesquels Traci Lords apparaît, est illégale dans de nombreux pays, sauf l'unique qu'elle a tourné étant majeure.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #musique , #glamour