Articles avec #peinture-gravure catégorie

14 Février 2007

Bisous baveux ...

... à toutes mes lectrices. Saint Valentin oblige ! ^^

Le baiser de Gustave Klimt.
Le baiser de Gustav Klimt exposé à l'Österreichische Galerie de Vienne.

Le baiser selon Bill Sienkiewicz.
Elektra the Hand #5 - Couverture de Sienkiewicz.

Dans le cinquième et dernier comics book de la série Elektra the Hand (Gossett et Yoshida, Marvel) Bill Sienkiewicz insère le tableau Le baiser de Gustav Klimt sur la couverture du fascicule.

 

Extrait de la fiche de la toile:

"[Gustav Klimt (1862-1918) peint cette toile en 1907.] [...] Sur un bout de prairie en fleurs, deux personnes englouties l'une dans l'autre sont en quelque sorte emportées dans une aura et une auréole qui à la fois les entoure, les réunit et les dérobe du monde.

Le site de la scène est imprécis, le couple apparaît comme hors du temps et de l'espace mais près de la nature. L'isolement des deux personnes ainsi que le visage détourné de l'homme renforcent l'impression de repliement . [...]"

PS: Merci à Zartan du forum BDGest' à qui j'ai piqué la découverte, et à Fei et Tifou d'AGDB pour leur coup de main pour trouver l'auteur de cette couverture. :-)

Publié par Chelmi à 10:09am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #peinture-gravure

7 Février 2007

Croisière parmi les nymph...

... éas. ^^

Nymphéas bleus de Claude Monet.
Nymphéas bleus de Monet exposé au Musée d'Orsay.

Nymphéas bleus selon Michel Plessix.
Le Vent dans les saules - Tome 1 de Plessix (La couverture de l'album).

Dans Le vent dans les saules - Tome 1 - "Le bois sauvage" (Plessix, Delcourt), Michel Plessix s'inspire grandement du tableau de Claude Monet Nymphéas bleus pour dessiner la couverture de sa BD. Il y ajoute tout de même Taupe et Rat dans une barque.

La mise en page n'est pas vraiment superposable, mais tous les détails sont là: l'eau, les nénuphars en fleur, le feuillage, les couleurs et l'ambiance.

 

Descriptif "maison" du tableau :

(Maison, car encore une fois, je n'ai pas trouvé de fiche détaillé, finalement on ne trouve pas tout sur le net).

En 1916, Claude Monet (1840-1926) peint les Nymphéas bleus. Cette toile deux mètres sur deux, peint à l'huile, représente un paysage au alentour de Giverny (en Haute-Normandie) où l'on peut voir des nénuphars en fleurs sur une étendu d'eau, le tout surplombé de feuillage.

PS: Pourquoi faire des nymphéas bleus quand on peut les faire blancs ? Pourquoi appeler ça des nymphéas quand on peut les appeler des nénuphars ? ^^

Publié par Chelmi à 11:23am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

31 Janvier 2007

La fin donne faim !

Il y a peu, je t'avais demandé quelle toile pouvait on voir lors du voyage d'Astérix chez les belges, comme tu es mauvais, tu n'as pas trouvé ; voici donc la réponse en image ! ^^

Le repas de noces de Pieter Bruegel.
Le repas de noces de Bruegel exposé au Kunsthistorisches Museum de Vienne.

Le Reaps de noces selon Albert Uderzo.
Astérix - Tome 24 de Uderzo et Goscinny (Page 47, case 1).

Dans Astérix - Tome 24 - "Astérix chez les belges" (Uderzo et Goscinny, Hachette), Uderzo transpose le tableau de Pieter Bruegel Le repas de noces dans une des cases de sa BD. Ici, les noces sont remplacées par un banquet d'adieux entre gaulois et belges. Repas qui précède d'ailleurs de 5 cases le véritable banquet final très cher à Obélix.

 

Pieter Bruegel (~1525-1569) peint cette toile en 1568. Le repas de noces est organisé dans une vaste grange. Le décor de la pièce est presque inexistant. Seul le drap vert tendu derrière la mariée montre un souci d'ornement. La mariée est identifiable grâce à la couronne nuptiale. Les mains jointes, les yeux clos, elle semble en plein méditation : comme le veut la tradition, elle n'a pas le droit de manger et de parler.

Elle n'est pas véritablement au centre de l'attention des convives. Les visages sont plutôt tournés vers les serveurs, quand les invités ne sont pas engagés dans des discussions personnelles. Le repas est simple, à base de bouillie et de soupe. Les plats sont approchés de la table par deux serveurs qui utilisent comme plateau une porte sortie de ses gonds.

Les couleurs chaudes dominent largement le tableau. La composition est assez simple. Elle oppose l'espace très dense de la table, qui suit la ligne de fuite, vers la porte, à l'espace beaucoup moins occupé du premier plan.

PS: Sur ce, je vous laisse pour aller avaler mon assiette de choucroute. :-)

Publié par Chelmi à 11:30am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

24 Janvier 2007

Rosé au frais

Hips ! ^^

Rosier sous les arbres de Gustav Klimt.
Rosiers sous les arbres de Klimt exposé au musée d'Orsay.

Rosiers sous les arbres selon Michel Plessix.
Le vent dans les saules - Tome 1 de Plessix (Page 23, case 6).

Dans Le vent dans les saules - Tome 1 - "Le bois sauvage" (Plessix, Delcourt), Michel Plessix insère le tableau de Gustav Klimt Rosiers sous les arbres dans une case de sa BD. Le rosier de droite est remplacé pas un petit sapin et les deux de gauche par deux troncs d'arbres.

 

Extrait de la fiche du musée d'Orsay:

"[...] [Klimt (1862-1918) peint des -Rosiers sous les arbres- en 1905.] Dans [ce tableau], le semis de touches et de teintes juxtaposées - jaune, vert, bleu, mauve - semble, à tort, désigner une œuvre impressionniste. Mais là, pas d'étude des effets de lumière et d'atmosphère, Klimt recherche davantage des effets décoratifs.

La toile est parfaitement carrée, le format standard des paysages de l'artiste viennois est 110 par 110 centimètres. Sa surface est presque intégralement saturée par la mosaïque uniformément plate du feuillage et des fleurs confondus. Cette facture fait écran au motif que l'on n'identifie pas immédiatement comme un paysage. Une discrète et excentrée ligne d'horizon ouvre des perspectives et nous permet de comprendre l'espace autrement. A la perception première d'une peinture ornementale succède la reconnaissance de fleurs et d'arbres.

Faut-il voir dans cette œuvre de Klimt l'affirmation d'une horreur radicale du vide manifestée par un remplissage de la surface picturale ou bien la volonté d'obtenir une lecture équivoque par un cadrage serré ?".

J'en sais rien moi ! Pis, faut dire que je m'en tape un peu ! Pis d'abord, t'es qui pour me poser des questions !? ^^

PS: Quand y en a plus, y en a encore ! 8-) (Je parle bien sûr des tableaux du Vent dans les saules et pas du rosé au frais ^^).

Publié par Chelmi à 10:40am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

10 Janvier 2007

BOUUUHHHH !!

Après la fresque de Raphaël ...

Le Cri d'Edward Munch.
Le Cri de Munch exposé à la Galerie nationale d'Oslo (jusquà son vol en 2004).

Le Cri selon Jean-Luc Masbou.
De cape et de crocs - Acte 5 de Masbou et Ayroles (Page 10, case 5).

Dans De cape et de crocs - Acte 5 - "Jean sans Lune" (Masbou et Ayroles, Delcourt) Jean-Luc Masbou insère la toile Le Cri d'Edward Much dans une de ses planches. Le personnage est remplacé par un pirate terrifié par une étrange musique semblant surgir de nulle part.

 

Informations succinctes sur l'œuvre:

Le Cri, peint en 1893, est un célèbre tableau expressionniste de l'artiste norvégien Edvard Munch (1863-1944). Cette œuvre, symbolisant l'homme moderne emporté par une crise d'angoisse existentielle, est souvent considérée comme l'œuvre la plus importante de l'artiste. Le paysage au fond est Oslo, vu depuis la colline d'Ekeberg.

Edvard Munch: "Je me promenais sur un sentier avec deux amis, le soleil se couchait, tout d'un coup le ciel devint rouge sang, je m'arrêtais, fatigué, et m'appuyais sur une clôture. Il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord [=Vallée glaciaire] bleu-noir et de la ville. Mes amis continuèrent, et j'y restais, tremblant d'anxiété, je sentais un cri infini qui passait à travers l'univers".

... Tout en fumant la moquette ! ^^

PS: Le tableau me fait aussi penser au masque des tueurs dans les films Scream de Wes Craven. J'imagine que ce n'est pas une coïncidence vu le titre de la saga mais je n'en sais pas plus.

Publié par Chelmi à 11:25am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

28 Décembre 2006

Pine de truie et dent de lion...

... Eh oh, tu vas me causer correct ! J'vais quand même pas me laisser insulter en rosbif ! ^^
Je n'ai pas trouvé d'appellation officielle en français, et je suis résigné à penser qu'il n'en existe pas.

Pine Trees and Dandelions in the Garden of Saint-Paul Hospital de Vincent Van Gogh.
Pine Trees and Dandelions in the Garden of Saint-Paul Hospital de Van Gogh exposé au Kröller-Müller Museum de Otterlo.

Pine Trees and Dandelions in the Garden of Saint-Paul Hospital selon Michel Plessix.
Le vent dans les saules - Tome 1 de Plessix (Page 23, case 5).

Dans Le vent dans les saules - Tome 1 - "Le bois sauvage" (Plessix, Delcourt) Michel Plessix insère un tableau de Vincent Van Gogh Pine Trees and dandelions in the garden of Saint-Paul Hospital dans une case de sa BD. En arrière plan, tu peux voir Taupes et rat qui se promènent.

 

Descriptif très succinct de l'œuvre:

Van Gogh (1853-1890) peint cette toile en 1890. Elle représente le jardin de l'asile Saint-Paul situé à proximité de Saint-Rémy-de-Provence, où le peintre s'est de lui-même fait interner. Les troncs sont ceux d'arbres à pin et les fleurs des pissenlits (finalement je ne suis pas si mauvais que ça en English ^^).

Voilà, c'est tout, car je n'ai rien trouvé de plus sur le web, et ce n'est pas faute d'avoir cherché.

PS: Après mes multiples échecs dans mes recherches et mes appels au secours, je tiens encore à dire MERCI à Alf, membre du forum Atelier Magique, qui a réussi à me trouver de quelle toile était tirée cette case. :-)

Publié par Chelmi à 11:28am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

17 Décembre 2006

Le vent dans les peupliers

Et hop, après Monet, Courbet, Van Gogh, et Manet: re-Monet.

-Les quatre arbres- ou -Les quatres peupliers- de Claude Monet.
-Les quatre peupliers- ou -Les quatre arbres- de Monet exposé au Metropolitan Museum of Art de New York.

-Les quatre arbres- ou -Les quatres peupliers- selon Michel Plessix.
Le vent dans les saules - Tome 1 de Plessix (Page 22, case 4).

Dans Le vent dans les saules - Tome 1 - "Le bois sauvage" (Plessix, Delcourt), Michel Plessix insère le tableau de Claude Monet Les quatre arbres (ou Les quatre peupliers) dans une case de sa BD. Dans le fond, les deux silhouettes que tu peux percevoir sont Taupe et Rat qui rentrent de promenade.

 

Descriptif -maison- du tableau :

(Oui, maison, car après une heure de recherche infructueuse, je capitule. ^^)

En 1891, Claude Monet (1840-1926) peint Les quatre arbres (aussi nommé Les quatre peupliers). Cette toile représente un paysage au alentour de Giverny (en Haute-Normandie) où l'on peut voir les troncs de quatre peupliers longeant un cours d’eau.

Rapide, concis, efficace ! ^^

PS: Y a pas, ils sont forts ces Chelmi. ^^

Publié par Chelmi à 11:29am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

29 Novembre 2006

Pique-nique

Et hop après Monet, Courbet, Van Gogh, c'est au tour de Manet ...

Le déjeuner sur l'herbe d'Edouard Manet.
Le déjeuner sur l'herbe de Manet exposé au musée d'Orsay.

Le déjeuner sur l'herbe selon Michel Plessix.
Le vent dans les saules - Tome 1 de Plessix (Page 23, case 4).

Dans Le vent dans les saules - Tome 1 - "Le bois sauvage" (Plessix, Delcourt), Michel Plessix insère le tableau d'Edouard Manet Le déjeuner sur l'herbe dans une case de sa BD. Il remplace le trio du premier plan par Rat, Taupe et Loutre.

Compléments suite au commentaire septique de Timon. ^^
Détails. [Tout d'abord, les trois personnages adoptent des postures points pour points identiques: Rat qui se tient le menton, Taupe une main sur le genou, Loutre pointant son index...
Mais aussi des indices plus ou moins cachés par la colorisation de l'herbe comme la canne de Loutre, et beaucoup plus vicieux, l'esquisse du panier de provisions renversé aux pieds de Rat, qui aux premiers regards s'apparente à des brins d'herbes (Clique sur la vignette ci-jointe pour mieux voir).]

 

Extrait de la fiche du musée d'Orsay :

"[...] Rejetée par le jury du Salon de Paris en 1863, cette œuvre est exposée par Manet [(1832-1883)] sous le titre -Le Bain- au Salon des Refusés accordé cette année là par Napoléon III. Elle en constitua la principale attraction, objet de moqueries et source de scandale.

Pourtant, Manet revendique dans -Le déjeuner sur l'herbe- l'héritage des maîtres anciens et s'inspire de deux oeuvres du Louvre. -Le Concert champêtre- du Titien [...] fournit le sujet, tandis que la disposition du groupe central s'inspire d'une gravure d'après Raphaël : -Le jugement de Pâris-.

Mais dans -Le déjeuner sur l'herbe-, la présence d'une femme nue au milieu d'hommes habillés n'est justifiée par aucun prétexte mythologique ou allégorique. La modernité des personnages rend obscène, aux yeux de ses contemporains, cette scène presque irréelle. Manet s'en amusait d'ailleurs, surnommant son tableau -La partie carrée-.

Le style et la facture choquèrent presque autant que le sujet. Manet abandonne les habituels dégradés pour livrer des contrastes brutaux entre ombre et lumière. Aussi, lui est-il reprochée sa manie de voir par taches. Les personnages ne semblent pas parfaitement intégrés dans ce décor de sous-bois davantage esquissé que peint, où la perspective est ignorée et la profondeur absente. Avec -Le déjeuner sur l'herbe-, Manet ne respecte aucune des conventions admises, mais impose une liberté nouvelle par rapport au sujet et aux modes traditionnels de représentation. [...]".

PS: Mouais, c'est quand même assez décevant que Rat ne soit pas à poils. ^^

Publié par Chelmi à 11:29am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

22 Novembre 2006

L'oreille cassée

Car après Courbet et Monet, c'est au tour du fou automutilé...

La méridienne ou La sieste d'après Millet de Vincent Van Gogh.
La Sieste d'après Millet ou La méridienne de Van Gogh exposé au musée d'Orsay.

La méridienne selon Michel Plessix.
Le vent dans les sables - Tome 1 de Plessix (Page 4, case 6).

Dans Le vent dans les sables - Tome 1 - "L'invitation au voyage" (Plessix, Delcourt), Michel Plessix insère le tableau de Vincent Van Gogh La méridienne (ou La sieste d'après Millet) dans une case de sa BD.

 

Extrait de la fiche du musée d'Orsay :

"[...] La Méridienne fut peinte lors du séjour de [Vincent] Van Gogh [(1853-1890)] à Saint-Rémy de Provence [en 1889] alors qu'il était interné dans un asile. La composition est reprise d'un dessin de Millet pour les -Quatre heures de la journée-. Vincent justifie sa démarche à son frère Théo : "C'est plutôt traduire dans une autre langue, celle des couleurs, les impressions de clair-obscur en blanc et noir". Van Gogh a copié à de nombreuses reprises des oeuvres de Millet qu'il considérait comme "un peintre plus moderne que Manet". Fidèle à la composition originale jusque dans les détails de la nature morte du premier plan, Van Gogh fait pourtant complètement sienne cette scène de repos qui symbolise chez Millet la France rurale des années 1860. Cette retranscription personnelle se fait essentiellement par une construction chromatique fondée sur le contraste des couleurs complémentaires bleu-violet et jaune-orangé. Malgré le caractère apaisant du sujet on y retrouve l'intensité unique de l'art de Van Gogh. [...]".

PS: Il est fort ce Plessix. Et ce n'est pas fini... ;-)

Publié par Chelmi à 11:29am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

15 Novembre 2006

Les grosses têtes

Les 58 grosses têtes pour être exact. Ben quoi, je peux bien l'appeler comme je veux cette fresque du XVIe siècle puisqu'elle n'a été baptisée L'Ecole d'Athènes qu'un siècle après, car personne ne connaissait sa véritable appellation. ^^

L'Ecole d'Athènes de Raphaël.
L'Ecole d'Athènes de Raphaël exposé au musée du Vatican sur une paroi de la Salle des signatures.

L'Ecole d'Athènes selon Jean-Luc Masbou.
De cape et de crocs - Acte 6 de Masbou et Ayroles (Page 27, case 4).

Dans De cape et de crocs - Acte 6 - "Luna Incognita" (Masbou et Ayroles, Delcourt) Jean-Luc Masbou insère la fresque L'Ecole d'Athènes de Raphaël dans une de ses planches. Ce passage illustre la grandeur de la civilisation et de la société de Callikinitopolis, la ville lunaire où Armand, Don Lope, et leurs amis ont aluni...

 

Descriptif rapide de l'œuvre :

Raphaël (1483-1520) peint cette fresque en 1511. L'Ecole d'Athènes est avant tout la représentation des grands penseurs de l'antiquité. Les deux personnages centraux sont Platon et Aristote. Autour d'eux, on trouve : Socrate, Epicure, Héraclite, Parménide, Anaximène de Milet, Averroès, Pythagore... Du côté d'Aristote on voit les scientifiques tels que Ptolémée, Euclide... Cette disposition n'est pas anodine, il y a une séparation entre le monde physique à droite avec Aristote, et le monde métaphysique à gauche avec Platon.

On retrouve aussi des artistes et des contemporains de Raphaël, ils sont 58 et je ne vais pas tous vous les citer.

Cette fresque symbolise la philosophie et la recherche du Vrai, elle est en opposition avec La Dispute du Saint-Sacrement, une autre fresque de Raphaël, qui elle représente la victoire de la théologie sur la pensée antique.

PS: Si tu n'as jamais lu la série De cape et de crocs, cours vite l'acheter ! ^^

Publié par Chelmi à 11:33am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure