Articles avec #photographie catégorie

31 Août 2016

Nancy sous terre ?

Frédéric Beigbeder: "Ce qui serait bien, à présent, pour l'évolution de l'histoire du cinéma, ce serait de tourner un film porno où les acteurs feraient l'amour en se disant «Je t'aime» au lieu de «Tu la sens, hein, chiennasse». Il paraît que cela arrive dans la vie.".

Photographie de Nancy Suiter prise par Art Mancini pour le magazine Club International (1978).
Photographie de Suiter prise par Mancini pour Club International (1978).

Nancy Suiter selon Elvifrance.
Super-Terrifiant - Tome 18 d'Elvifrance (Couverture).

Dans le fumetti Super-Terrifiant - Tome 18 - "Le château hanté" (Elvifrance), l'illustrateur de la couv' plagie une photographie de Nancy Suiter alias Leyla prise par Art Mancini pour le numéro novembre 1978 du magazine Club International, sur la couverture de sa BD. Ici, Nancy est remplacée par Ophélie.

Si tu connais les auteurs de cette BD (Scénariste, dessinateur et illustrateur de couverture), je suis preneur pour compléter l'article. :-)

 

Pour avoir plus de détails sur le magazine masculin pour adulte Club International, et revoir d'autres playmates, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10. ;-)

Ce Club International est le volume 7 numéro 10 paru en novembre 1978. Il met en avant Nancy Suiter d'abord sur sa Une shootée par Barry Vincent, puis à intérieur dans une série de clichés pris par Art Mancini intitulée: Leyla, le pseudo de Nancy pour cette séance photo. Parmi les autres donzelles de cette revue, on trouve aussi: Billie, Beverly, et Suzie sous l'objectif de Rupert Daines, Mandy photographiée par Fanny, et Kate shootée par Adam Cole.

 

Nancy Suiter (196?-????) est/était une actrice porno américaine. Elle commence sa carrière en posant pour des revues érotiques sous différents pseudonymes à la fin des années 70. La jolie blonde devient ensuite très vite un phénomène de l'industrie du cinéma porno en quatre ans et peu de films entre 1979 et 1983 avec les films: Taxi girls où elle est présentée comme le sosie de l'actrice Cherryl Ladd de la série TV Drôles de dames, 800 Fantasy Lane créditée au générique sous le nom de Candy Summer, The ecstasy girls, et The beauty pageant. Puis elle disparait laissant dernière elle toute une pléiade de rumeurs comme... Elle aurait épousé un multimillionnaire qui l'aurait fait quitter la pornographie. Elle aurait été assassinée par un petit ami jaloux / par un amant / par son souteneur. Elle serait morte d'une overdose après avoir eu de mauvaises fréquentations et être tombé dans la prostitution. Elle se serait reconvertie dans le trafic de narcotique... Bref on ne sait pas qui elle était avant d'arriver dans le porno, ni ce qu'elle est devenue après.

Michel Galabru: "J'ai bien connu une actrice de film porno qui était prédestinée: elle était née sous X".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

25 Août 2016

Douche froide

Antoine Chuquet: "Economisez l'eau, prenez votre douche avec un ami".

Photographie de Mariwin Roberts prise par Malinowski pour le magazine Penthouse (1978).
Photographie de Roberts par Malinowski pour Penthouse (1978).

Mariwin Roberts selon Roberto Molino.
Les drôlesses - Tome 5 de Dino et Pizzardi (Couverture de Molino).

Dans le fumetti Les drôlesses - Tome 5 - "Palo Alto" (Dino et Pizzardi, Elvifrance) l'illustrateur de la couv', Roberto Molino, plagie une photographie de Mariwin Roberts prise par Malinowski pour le numéro d'avril du magazine Penthouse sur la couverture de sa BD. Ici, la drôlesse remplace Mariwin.

 

Pour avoir plus de détails sur ce mensuel masculin pour adulte et en revoir d'autres Pets, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9. ;-)

Dans ce numéro paru en avril 1978, c'est Jane Hargrave shootée par Bob Guccione qui est en Une du mag'. A l'intérieur, sous l'objectif de Malinowski, c'est Mariwin Roberts qui est la Penthouse Pet's of the month du mois. Dans une série de clichés intitulés: Sky Queen, on la voit tour à tour: faire du deltaplane, se prélasser sur la plage, prendre une douche, et se tripoter sur son canapé.

Et au beau milieu de toute une pléiade d'autres Pets, on peut lire différents articles dont The first hundred lies of Jimmy Carter de Craig S. Karpel, ou la dernière histoire de James Jones: Stateside.

Denis Langlois: "Un jour, en prenant sa douche, Dieu découvrit qu'il avait un nombril et commença à se poser la question de son origine".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

22 Août 2016

Fenn-Tastic Woman

"Ce n'est pas réaliste de penser que quelque chose de magique va arriver, mais je pense que je cherche la magie".

Photographie de Sherilyn Fenn prise par Barry Hollywood pour le magazine Playboy (1990).
Photographie de Fenn prise par Hollywood pour Playboy (1990).

Sherilyn Fenn selon Jeff Johnson.
Wonder Man #2 de Johnson et Jones (Couverture).

Dans le comics book Wonder Man #2 - "Screen goddess" (Johnson et Jones, Marvel) Jeff Johnson pastiche une photographie de Sherilyn Fenn prise par Barry Hollywood pour le numéro de décembre 1990 du magazine Playboy. Ici, Sherilyn est remplacée par Julia Cornwall Carpenter alias Spider-Woman.

Wonder Man #2 - Crayonné de Jeff Johnson. Wonder Man #2 - Encrage de Terry Austin.
Travail sur la couverture de Wonder Man #2 - Crayonné de Johnson et encrage de Austin.

Entre le crayonné de Jeff Johnson et l'encrage de Terry Austin, la caricature de Sherilyn Fenn a perdu de sa ressemblance au niveau du visage et de la coupe de cheveux, et son buste a été rhabillé. En plus le nounours a été remplacé par d'autres jouets mais ça on s'en fout ! ^^

 

Pour avoir plus d'informations sur le mensuel masculin aux longues oreilles et voir d'autres parodie de playmates, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28. ;-)

Le Playboy qui nous réunit aujourd'hui est paru en décembre 1990. Ce numéro met à l'honneur l'actrice Sherilyn Fenn que l'on retrouve en couverture et l'intérieur du mag' shootée en noir et blanc et en couleur par Barry Hollywood dans l'article intitulé: Fenn-Tastic ! Met twin peaks' mysterious siren Sherilyn Fenn. La Playmate of the month de ce mois de décembre est Morgan Fox photographiée par Stephen Wayda. On peut aussi une longue interview de Jay Leno.

 

Sherilyn Fenn (1965) est une actrice américaine. A 17 ans elle débute des études pour devenir actrice. Elle fait ses premières apparitions cinématographiques dans Out of control, Phantom, ... mais aussi à la télévision dans les séries Cheers et 21 Jump Street. Elle trouve dans A fleur de peau en 1988 son premier rôle marquant et dénudé, mais le film reste malgré tout très moyen, puis elle enchaine dans des rôles plus mineur dans: Crime zone, True blood, Meridian: le baiser de la bête...

Mais c'est en 1990 avec le rôle de la sensuelle et intrépide Audrey Horne, la femme fatale de la série culte Mystères à Twin Peaks créé par David Lynch qui lui offre la célébrité et qui lui vaut une nomination aux Emmy Awards ainsi qu'aux Golden Globes. Le personnage d'Audrey fut l'un des plus marquants du show, notamment pour une scène dans laquelle elle réussit à faire un nœud avec une queue de cerise dans sa bouche ainsi qu'une scène où elle se met à danser seule sur la musique d'Angelo Badalamenti. En parallèle, Lynch fait aussi appel à elle pour une courte mais epique scène dans Sailor et Lula.

Après Twin Peaks et une série de photos pour le numéro de Playboy de décembre 1990, Sherilyn devient l'un des nouveaux sex symbols du moment, elle est notamment choisie en 1991 par le magazine People comme l'une des 50 plus belles personnes du monde, et peut s'extirper des rôles de série B qui lui étaient proposés jusque-là. Les années 90 sont son heure de gloire et elle enchaîne ses meilleurs films qui malheureusement seront tous de relatifs échecs: Hitman, le tueur avec Sharon Stone, Ruby avec David Duchovny, Des souris et des hommes avec John Malkovich, Boxing Helena avec Bill Paxton, 3 de cœur avec William Baldwin... mais malgré de bonnes interprétations, elle n'arrive pas à sortir du lot.

En 2003, elle Mme Calderon dans The United States of leland de Matthew Ryan Hoge avec Ryan Gosling et Kevin Spacey. Mais le cinéma se fait de plus en plus rare et elle revient vers la petite lucarne qui a fait son succès en apparaissant dans les séries suivantes avec des rôles plus ou moins récurrents: Rude Awakening, Friends, Love therapy, Les nuits de l'étrange, Boston public, Dawson, New York, unité spéciale, NCIS: Enquêtes spéciales, Les 4400, Dr House, Ray Donovan...

PS: 2017 devrait voir revenir Twin Peaks pour une saison 3 plus de 25 ans après le dernier épisode de la saison 2. Sherilyn Fenn a resigné et après moult rebondissements et négociations David Lynch devrait bien être aux manettes. Miam !! :-)

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #glamour

13 Août 2016

Zara vit goth

Théophile Gautier: "Rentre ! C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille".

Photographie de Stephanie prise par Clive McLean pour le magazine Men Only (1975).
Photographie de Stephanie par McLean pour Men Only (1975).

Stephanie selon Alessandro Biffignandi.
Zara la vampire - Tome 68 de Balzano et Pederiali (Couverture de Biffignandi).

Dans le fumetti Zara la vampire - Tome 68 - "Le bal des vampires" (Balzano et Pederiali, Elvifrance), Alessandro Biffignandi, l'illustrateur de la couv', pastiche une photographie du magazine Men Only volume 40 numéro 4, paru en avril 1975, sur la couverture de sa BD. Le modèle qui pose sur ce cliché est Stephanie, et le photographe est Clive McLean. Ici, Stephanie est remplacée par Zara Bapst, la vampire.

 

Pour avoir plus d'informations sur ce numéro spécifique de Men Only, va faire un tour »ici« et »là« où j'ai déjà traité le sujet. Et si tu veux revoir d'autres donzelles de ce mensuel masculin pour adulte, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2. ;-)

Richard Burton Matheson: "Encore une question sans réponse, à ajouter à celle qui lui était venue la nuit précédente : comment un vampire musulman aurait-il réagit à la vue d'une croix ?".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

10 Août 2016

Je peux pas j'ai piscine !

Maria Pacôme: "Je ne suis pas photogénique. Dans une piscine, quand j'ai la tête mouillée, j'ai l'air d'un rat saucé dans l'huile".

Photographie de Jamie et une de ses acolytes prise par J. Stephen Hicks pour le site web www.DDGirls.com (2005).
Photographie d'Adams et une de ses acolytes par Hicks pour www.DDGirls.com (2005).

DDGrils.com selon Higashiyama Shou.
Prism #1 de Higashiyama (Chapitre 5, page 140, case 3).

Dans le manga Prism #1 - Chapitre 5 (Higashiyama, Houbunsha) Higashiyama Shou plagie une photographie du site web pour adultes www.ddgirls.com prise J. Stephen Hicks en 2005.Ici, Jamie Adams (aussi connu sous le nom de Adrienne D.) et sa comparse sont remplacées par Megumi dit Megu et Hikaru.

Ce manga a été abandonné au milieu du deuxième tome car l'auteur a eu des problèmes avec la justice pour plagiat et violation de Copyright sur des photos prises sur la toile dont il n'avait pas l'accord des ayants droit. J'en ai encore quelques unes à te montrer dans de futures articles. ;-)

 

www.DDgirls.com est un site web pour adultes créé par le photographe, J. Stephen Hicks, au début des années 2000. A l'origine DDGirls était l'acronyme Digital Dream Girls mais depuis quelques années ça a changé pour Digital Desire, et l'url du site s'est elle aussi transformée en www.digitaldesire.com.

Bien que Hicks se défend de ne pas être un producteur de pornographie en argumentant, à raison, que la qualité de son travail met l'accent sur "[...] le choix des modèles [...], la lumière souvent saturée, parfois très colorée, [...] et la géométrie des compositions, qui révèle et accentue les formes de ses modèles [...]", ok certains clichés comme celui d'aujourd'hui peuvent être classé comme érotique, mais beaucoup d'autres sont pornographiques, jolis et de qualité mais pornographique !

La photographie d'aujourd'hui est tiré d'une série de clichés pris Hicks montrant d'abord Jamie Adams se déshabiller dans une piscine, puis se faire rejoindre par une compagne de jeux, où elles s'enlacent langoureusement pour un baiser sous-marin, avant de s'adonner à toutes sortes de cascades lesbiennes subaquatiques à faire pâlir un poisson rouge et à rendre martin un requin ! Haha ! ^^

Fanny Ardant: "En amour, il y a un temps pour plonger, mais il faut attendre que la piscine se remplisse si l'on ne veut pas plonger dans un bain de pieds".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #manga , #photographie , #glamour

7 Août 2016

Clim au max !

Woody Allen: "Nous vivons une société beaucoup trop permissive. Jamais encore la pornographie ne s'était étalée avec une telle impudeur. Et en plus, les films sont flous !".

Photographie de Janet et Jeff par Jens Theander pour le magazine Blue Climax (1976).
Photographie de Janet et Jeff par Theander pour Blue Climax (1976).

Janet de Blue Climax selon Elvifrance.
Hors-Série Bleu - Tome 14 d'Elvifrance (Couverture).

Dans le fumetti Hors-Série Bleu - Tome 14 - "Le mystère de la dame en noir" (Elvifrance), l'illustrateur de la couverture plagie une photographie des de Janet (et Jeff) prise par Jens Theander pour numéro 5 du magazine pornographie Blue Climax paru en novembre 1976. Ici, Janet est remplacée la dame en noir terrorisée par Wallestein.

(Si tu connais les auteurs de cette BD: Scénariste(s), dessinateur(s) et Illustrateur de couverture, je suis preneur).

Une fois n'est pas coutume, même si cette solution de censure ne me convient pas vraiment, j'ai flouté les photos, que j'ai jugées trop hardcore pour kiCswiLA?.

 

Color Climax Corporation (CCC) est une société de production pornographique danoise fondée en 1967. Elle a été, jusque dans les années 90, l'un des principaux producteurs de porno européen. CCC a d'abord publié des revues, puis dans les années 70 a commencé à produire des vidéos en 8mm puis en VHS.

CCC a été un pionnier dans la pornographie juvénile commerciale, oui oui -juvénile-, perso j'appelle ça de la pédophilie, mais apparemment dans les années 70 à Copenhague filmer des gosses de 7ans se faisant tripoter par des adultes c'était légal ! Putain c'est quand même bien flippant !! OO

Leurs éventails de choix étant pour le moins très éclectique, Ben oui quand on utilise des enfants et des animaux, après les clichés d'adultes hétéro, homo, lesbo, et transgenre, ça passe comme une lettre à la Poste !, leurs éditions papier se divisaient en plusieurs titres avec chacun sa spécialité, dont Blue Climax qui proposait des clichés hardcore restant relativement soft. Au milieu des années 90, les titres ont été revendus à Silwa, une société allemande.

Aujourd'hui Color Climax continue de vivre mais uniquement sur la toile avec son site: www.colorclimax.com, mais durant ses années de gloire sur papier et VHS, CCC a vu passer une belle brochette de star du X: Julia Channel, Lolo Ferrari, John Holmes, Silvia Saint, Tabatha Cash, Rocco Siffredi ... et Clyda Rosen en couverture du numéro qui nous réunit aujourd'hui.

Umar Timol: "L'homme est un pornographe qui a inventé l'érotisme pour mieux séduire les femmes".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

4 Août 2016

Wonder Carver

Serge Gainsbourg: "Car pour les pin-up, il faut des pick-up".

Photographies de Jordan Carver pour le site web www.pinupfiles.com (2010). Jordan Carver selon Don Monroe.
Photographies de Jordan Carver pour le site web www.pinupfiles.com (2010). Jordan Carver selon Don Monroe.
Photographies de Jordan Carver pour le site web www.pinupfiles.com (2010). Jordan Carver selon Don Monroe.
Photographies de Jordan Carver pour le site web www.pinupfiles.com (2010). Jordan Carver selon Don Monroe.
Photographies de Carver pour www.pinupfiles.com (2010)
et
Ex-libris Wonder Woman de Don Monroe.

Avec cette série de quatre ex-libris tirés de l'univers DC Comics, Don Monroe parodie quatre clichés de Jordan Carver extraits du site web www.pinupfiles.com. Ici, Jordan revêt le costume de Diana Prince alias Wonder Woman, la princesse des Amazones.

Don Monroe s'est aussi amusé à plagier d'autres bombasses du net dans la tunique de Diana Prince, mais celles-ci feront l'objet de futurs article ! ;-)

 

www.pinupfiles.com est un site web American à caractère érotique qui a été mis en ligne en 1998. Il propose moyennant quelques dollars de reluquer des galeries de photographies et de vidéos de pinups topless très fortement poumonées. A ces débuts le site a d'abord remplis sa base de données avec de nombreux modèles glamours et plantureuses des années 50, 60 et 70.
En 2003, en débauchant les pinups Maggie Vert, Miriam Gonzalez et Barbara Moorele, le site publie ses propres créations tout en gardant le même style éditorial rétro qui a fait son succès. Depuis la liste de modèle s'est étendue et modernisée: Rachel Aldana, Denise Milani, Jana Defi, Anya Zenkova, Brandy Robbins, Erica Campbell, Jaime Marteau, LaTasha Marzolla, Lorna Morgan, Bianca Beauchamp, Danielle Riley, Taylor Kennedy, Taylor Stevens, Jelena Jensen, Dahlia Dark, Monica Mendez...
En 2005, pour réorganiser le site dont le rassemblement de starlettes devenait de plus en plus fouillis, les webmasters ont créé une nouvelle sous-collection: Pinup Glam, plus classieuse rassemblant la fine fleur de leurs pinups rétro moderne destinée à devenir la vitrine du site. Et en 2010, c'est dans cette collection qu'est apparue Jordan Carver avec la série de clichés qui nous réunit aujourd'hui.

Jordan Carver (1986) est un modèle glamour allemand travaillant aux Etats-Unis. En 2010, elle crée son propre site: www.modeljordancarver.com et se fait une petite renommée sur la toile. Très vite, elle pose pour le magazine masculin britannique: Zoo Weekly.
En 2011, elle est photographiée nue dans magazine italien Alula, et fait des pubs pour la télévision allemande.
En 2013, elle joue le rôle d'une playmate naïf dans la comédie germano-américaine Who killed Johnny ?, et participe à l'émission de téléréalité allemande Wild Girls - Auf Talons durch Afrika où elle et d'autres participants doivent vivre dans le désert de Namibie avec les autochtones.

Pierre Desproges: "Pour rester belle. Si vous avez les seins qui tombent, faîtes-vous refaire le nez, ça détourne l'attention".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #glamour

1 Août 2016

Grosses chaleurs

"- Vous êtes marié ? Vous ne vous êtes jamais disputé, vous ?
- Oui, mais jamais à coups de fer à souder.
- Ben, c'est parce que vous n'êtes pas bricoleur !".
Le Père Noël est une ordure de Jean-Marie Poiré).

Photographie(s) de Kimberly McArthur par Arny Freytag pour Playboy (1982).
Photographie(s) de McArthur par Freytag pour Playboy (1982).
(Photomontage rapide -tête corps- fait par mes soins (voir photos d'origines plus bas)).

Kimberly McArthur selon Elvifrance.
Série Blanche - Tome 14 de Chizzoli, Montanari, Santilli, et Pigi (Couverture).

Dans le fumetti Série Blanche - Tome 14 - "Taxi de nuit" (Chizzoli, Montanari, Santilli, et Pigi, Elvifrance), l'illustrateur de la couv' monte et plagie deux photographies de Kimberly McArthur prises par Arny Freytag pour le magazine Playboy en 1982, sur la couverture de sa BD. Ici, Kimberly fait monter la température à coup de fer à souder.

Photographie de Kimberly McArthur par Arny Freytag pour Playboy. Photographie de Kimberly McArthur par Arny Freytag pour Playboy.
Photographies de Kimberly McArthur par Arny Freitag

Comme le montre mon photomontage rapide en tout début d'article, le dessinateur reproduit le corps de la première photographie ci-dessus avec la tête et le bras gauche du deuxième cliché.

 

Pour avoir plus d'informations sur ce mensuel masculin pour adulte et voir d'autres pastiches de playmates, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27. ;-)

Kimberly McArthur (1962) est un model et une actrice américaine. Née au Texas, elle se fait connaître en 1982 grâce au magazine Playboy en devant la Playmate of the month de Janvier. Les années suivantes, elle fait de nombreuses autres apparitions dans le mag' aux longues oreilles dont trois couvertures.

Cette renommée lui permet de faire ces preuves en apparaissant dans quelques séries TV tels que Magnum ou Les routes du paradis et des rôles un chouia plus conséquent dans les téléfilms: Docteur in love, Hold-up en jupons, et Slumber Party massacre II. Mais les téléspectateurs se souviennent surtout d'elle pour son rôle récurrent de Kelly Capwell dans le soap opera à succès Santa Barbara.

Pour la petite histoire: Le rôle Kelly Capwell a été tenu par quatre actrices. Kimberly McArthur (1988-1989) a succédée à Robin Wright (1984-1988) puis a laissé la place à Carrington Garland (1989-1991) et Eileen Davidson (1991-1993). Santa Barbara, tu me diras, pourquoi, j'ai le mal de vivre... ♫ Désolé un vieux relent ! ^^

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

7 Juin 2016

A point ! ... Nommé !

William Shakespeare: "Venez, esprits qui assistez les pensées meurtrières ! Du crâne au talon, remplissez-moi de toute la plus atroce cruauté !".

A Japanese soldier's skull de Ralph Morse pour le magazine Life.
A japanese soldier's skull de Morse pour Life (1943).

A Japanese soldier's skull selon J. G. Jones.
Before Watchmen: Comedian #5 de Jones et Azzarello (Couverture).

Dans le comics book Before Watchmen: Comedian #5 - "Kicks" (Jones et Azzarello, DC Comics) J. G. Jones pastiche la photographie A Japanese soldier's skull de Ralph Morse, extraite du numéro du magazine Life paru le 1 février 1943, sur la couverture de sa BD.

 

Pour avoir plus d'informations sur le magazine Life et voir d'autres clichés de la revue, je t'invite à relire les articles suivantes: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7. ;-)

Ralph Morse (1917-2014) était un photographe talentueux du magazine Life. Durant sa carrière, il a couvert de nombreux sujets dont les plus célèbres sont la conquête de l'espace avec les projets Mercury et Apollo, ainsi que beaucoup d'évènements sportifs où il a révolutionné les prises de vue, et aussi en médecine dont il a documenté plusieurs avancées...

Mais aux débuts de sa carrière il a d'abord œuvré comme correspondant de guerre pendant la Seconde guerre mondiale sur les fronts pacifique et européen. Et c'est ce premier front qui nous réunit aujourd'hui avec la Campagne de Guadalcanal.

En effet, c'est à la fin de l'année 1942, sur l'île de Guadalcanal, alors que l'armée a pris le relais des marines, Ralph crapahute avec une patrouille à travers la jungle hostile, et il tombe sur ce crâne de soldats japonais calciné -ornant- un char nippon. Morse immortalise la scène avec son appareil. Peu après, Ralph tombe gravement malade, atteint de paludisme, il est alité et soigné, et ses pellicules sont expédiées au pays sans même que le photographe ne puisse les analyser. Et quelques mois plus tard le cliché horrifie l'Amérique dans les pages de Life, alors que Ralph Morse n'est même pas au courant. Sur la légende accompagnant la photographie parue dans le magazine du 1e février 1943, on peut lire:

"A Japanese soldier's skull is propped up on a burned-out Jap tank by U.S. troops. Fire destroyed the rest of the corpse".
(Un crâne de soldat japonais apposé sur un tank nippon. Le feu a détruit le reste du corps).

Le reste de l'article dénonce les barbaries de la guerre, et met l'accent sur celles faites par les alliés. Ce qui sous-entend donc, affirme même, que ce crâne décapité a été placé là en trophée par les boys américains...

Pourtant Ralph Morse se souvient que lorsque son peloton a approché le char arborant cette tête tranchée, le sergent a mis en garde ses hommes en leur interdisant de s'en approcher car elle était assurément placé là par les Japonais afin de les attirer dans un piège dissimulant un dispositif explosif: "Tout le monde reste à l'écart dit le sergent, puis il se tourne vers moi. Toi, dit-il, va prendre ta photo si tu veux puis casse-toi vite fait". J'y suis donc allé, ai pris mes photos et couru comme un dératé à l'endroit où la patrouille m'attendait.

Alors qui a raison le sergent ou Life magazine ? Perso, je suis plus de l'avis du sergent qui était sur place et dans l'action. Quoi qu'il en soit Life n'avait pas le droit d'utiliser cette photo dans un tel article, ces derniers n'étant pas du tout sûr du contexte. Dénoncer les atrocités commises par les alliés, c'est plus que louables, mais quand on est journaliste, on se doit d'utiliser des preuves et des faits avérés et recoupés, et ne pas interpréter à la va vite pour faire du sensationnel. Ce qui est d'autant plus gênant dans cette histoire, c'est qu'il existe d'autres clichés et témoignages de l'époque attestant et montrant des GI faisant bouillir des têtes, ornant leurs propres Jeeps de crânes, faisant des colliers d'oreilles et de dents... Mais il faut croire que ces clichés-là étaient moins réussi, moins sexy, moins vendeur... Bref, loin de moi d'être complotiste, mais encore une fois comme je l'ai déjà dit dans mes articles sur Raising the flag on Iwo Jima, Mort d'un soldat républicain, et Drapeau rouge sur le Reichstag, il faut se méfier du poids des photographies instrumentalisées pour faire du sensationnalisme quel que soit le bienfondé de la cause. Un journaliste doit interpréter les faits et non pas les extrapoler. Un mensonge louable ou pas, ce n'est pas du journalisme, c'est de la propagande.

Après la diffusion de ce cliché, Life a reçu des nombreuses lettres de protestation de personnes stupéfaites que des soldats américains soient capables d'une telle brutalité envers l'ennemi. Les éditeurs répondirent que: "La guerre est désagréable, cruelle, inhumaine. Et il est plus dangereux d'oublier sa nature que d'être choqué par des rappels qu'elle l'est".

PS: Cependant pour la petite histoire, l'image de la tête coupée a généré moins de la moitié de la quantité de lettres de protestation reçue à propos de l'image d'un chat maltraité dans le même numéro du magazine.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #journalisme , #militaire , #propagande

14 Mai 2016

Tiens, voilà du boudin... ♫

Général Deligny: "Soldats de la Légion étrangère, votre drapeau n'a pas de plis assez amples pour contenir tous vos titres de gloire".

Raising the flag on Iwo Jima de Joe Rosenthal.
Raising the flag on Iwo Jima par Rosenthal (1945).

Raising the flag on Iwo Jima selon Kevin Maguire.
L.E.G.I.O.N. #32 de Kitson et Grant (Couverture de Maguire).

Dans le comics book L.E.G.I.O.N. #32 - "The seeds of dissent" (Kitson et Grant, DC Comics) l'illustrateur de la couv', Kevin Maguire, parodier la photographie Raising the flag on Iwo Jima de Joe Rosenthal sur la couverture de sa BD. Ici, les militaires sont remplacés par la nouvelle L.E.G.I.O.N composée de: Bertron Diib, Amon Hakk, Borb Borbb, Darius alias A.I.-11, Adam Blake alias Captain Comet, Ig'nea G'odd, Lydea Mallor alias Darkstar, et Zena Moonstruk.

 

Pour avoir plus de détail sur cette photographie de guerre et en voir d'autres pastiches, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16. ;-)

Guillaume Apollinaire: "Les grands hommes qui n'ont pas leur statue sont légion".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #photographie , #journalisme , #militaire , #propagande