22 Octobre 2013

Les réfugiés

Lauryn Hill: "Je ne suis pas sûre qu'aujourd'hui il y ait moins de conscience dans le rap qu'à la fin des années 80. [...] Les textes sont profondément ancrés dans leur époque, en phase avec le monde de la rue. Ils parlent un langage que tout le monde n'est pas en mesure de comprendre, mais qui touche les principaux intéressés".

The Score des Fugees.
The Score des Fugees (1996).

The Score selon Harold Sakuishi.
Beck - Tome 13 de Sakuishi (Page de garde).

Dans le manga Beck - Tome 13 (Sakuishi, Delcourt), Harold Sakuishi pastiche la pochette de l'album musical The Score des Fugees sur la page de garde sa BD. Ici, Wyclef Jean, Lauryn Hill, et Pras Michel, sont remplacés par Tanaka Yukio dit Koyuki, Maho Minami, et Saitô Ken'ichi.

 

The Score est le deuxième et dernier album studio des Fugees, sorti le 13 février 1996. Ce disque a connu un succès commercial considérable, a été classé à la 469e place des 500 plus grands albums de tous les temps selon le magazine RollingStone en 2003 et parmi les 100 meilleurs albums de rap du magazine The Source en 1998. En 1997, l'album a remporté le Grammy Award du Meilleur album de rap et la chanson Killing me softly with his song celui de la Meilleure performance vocale RnB par un duo ou un groupe.

Titres de l'album:

1. Red intro
2. How many mics
3. Ready or not
4. Zealots
5. The beast
6. FU-GEE-LA
7. Family business
8. Killing me softly with his song
9. The score
10. The mask
11. Cowboys
12. No woman, no cry
13. Manifest/Outro

*** Titres bonus ***
14. Fu-Gee-La (Refugee Camp Remix)
15. Fu-Gee-La (Sly & Robbie Mix)
16. Mista Mista
17. Fu-Gee-La (Refugee Camp Global Mix)

Le disque de rap le plus vendu au monde: ultra-cool mais guerrier dans l'âme, ferme, mais jamais agressif, et relevé par la délicieuse voix de Lauryn Hill. Il conjugue hip-hop alternatif, qui domine le rap de la fin des années 1990, et influences soul et reggae. Les paroles traitent davantage des problèmes sociaux que des thèmes classiques du gangsta rap.

The Score réussit la connexion rêvée du rap et du reggae en mêlant saveurs roots et minimalisme hip-hop: l'impact est terrible. Wyclef, Pras et Lauryn créent un rap inédit, populaire et parfumé façon haïtienne. Car le patronyme du groupe vient directement de l'expérience de réfugiés vécue par la communauté haïtienne dont les deux compères sont issus.

Presque entièrement produit par le trio new-yorkais, l'album s'est vu catapulté au sommet des hit-parades par la grâce de l'adaptation rap-gospel d'un standard popularisé en 1973 par Roberta Flack Killing me softly et se termine par la reprise du No Woman, no cry de Bob Marley. Mais il ne faut aussi oublier les tubes: FU-GEE-LA ou Ready or not...

Avec cet album, en mélangeant guitares sèches et beats hardcore, souvenirs haïtiens et quotidien de Brooklyn, les Fugees ont donné au hip-hop un rap fécond et au monde ébahi quelques tubes effrontément sensuels.

Wyclef Jean: "En débarquant d'Haïti, j'ai atterri directement à Brooklyn, en plein quartier jamaïcain où la musique reggae était omniprésente. Je suis allé en Jamaïque l'année dernière et j'avais emporté avec moi une cassette de la reprise que je venais d'enregistrer. Un soir, je l'ai fait écouter à des gars qui ont complètement craqué sur le morceau et m'ont demandé si le mec qui chantait était jamaïcain, s'il était rasta".

Publié par Chelmi à 07:00am
Avec les catégories : #reference , #manga , #musique

Commentaires