Je photographie ce que je ne désire pas peindre, et je peins ce que je ne peux pas photographier.

Man Ray

Le Violon d'Ingres de Man Ray.
Le Violon d'Ingres de Man Ray exposé au Centre Georges Pompidou, musée d'art moderne de Paris.

Le Violon d'Ingres selon Catel.
Kiki de Montparnasse de Catel et Bocquet (Couverture).

Dans Kiki de Montparnasse (Catel et Bocquet, Casterman) Catel rend hommage à la célèbre photographie de Man Ray, Le Violon d'Ingres, sur la couverture de sa BD.

Cet album rapporte l'existence hors norme de Kiki de Montparnasse, qui fut l'une des figures les plus marquantes de la vie artistique parisienne de l'entre-deux guerres, lors des Années Folles. Egérie et amie de très nombreux artistes, elle fut la muse et l'inspiratrice de créateurs devenus depuis des signatures majeures de l'art moderne. Cette BD est autant l'évocation d'une époque que le portrait d'une femme libre.

 

Le Violon d'Ingres est une photographie réalisée par l'artiste américain Man Ray en 1924. Elle représente une femme, Kiki de Montparnasse, avec, en surimpression sur son dos nu, les ouïes d'un violon.

Sa coiffe, un turban, évoque les tableaux orientalistes du peintre français Jean-Auguste-Dominique Ingres, duquel le photographe était un admirateur et auquel le cliché rend hommage.

De fait, le photographe américain illustre l'expression "violon d'Ingres", le peintre était réellement un excellent violoniste, en associant le dos de sa muse, inspiré de La Baigneuse Valpinçon, aux ouïes d'un violon, dessinées sur la photographie originale. Un monument du surréalisme, adepte des bizarreries ingresques.

Qui penserait que pour construire un violon, il faut d'abord tracer deux pentagones dans un cercle ?

Stradivarius

Retour à l'accueil