Articles avec #reference catégorie

17 Août 2017

R.i.P Terre obscure !

"Tout ce en quoi nous croyons, ce pour quoi nous luttons... ce n'est qu'une horrible, monstrueuse farce !"
(©Alan Moore dans Batman: The killing joke).


Illustration de Rackham pour le conte Rip Van Winkle d'Irving (1905).

Rip Van Winkle selon Yanick Paquette.jpg
Terra Obscura - Vol.2 #6 de Paquette, Moore, et Hogan (Couverture).

Dans le comics Terra obscura - Vol. 2 #6 - "Future now !" (Paquette, Moore, et Hogan, America's Best Comics) Yanick Paquette pastiche un dessin d'Arthur Rackham réalisé pour illustrer le conte Rip Van Winkle de Washington Irving, sur la couverture de sa BD. Ici les jeunes enfants sont remplacés par la Princesse Pantha et Diana Adams Masquerade alias Miss Masque, et Rip Van Winkle par une mise en abyme d'Alan Moore.

Terra Obscura est un spin de la série Tom Strong d'Alan Moore et Chris Sprouse.

 

Rip Van Winkle est une nouvelle de l'écrivain américain Washington Irving (1783-1859), sérialisée par CS Van Winkle (Eh oui, le nom de l'éditeur a inspiré l'auteur ! Oo) dans les 34 numéros de The sketch book of Geoffrey Crayon de 1819 à 1820. Outre Rip Van Winkle, cette série de recueils de contes et de nouvelles d'Irving inclue aussi la non moins célèbre Légende de Sleepy Hollow (La), ainsi que: Roscoe, Le cœur brisé, Le Poète-roi, L'art de faire des livres, Le spectre-fiancé, L'abbaye de Westminster, La Petite-Bretagne, John Bull, ...

La nouvelle Rip Van Winkle, connait sa première parution solo en 1905 chez l'éditeur William Heinemann. Et ce dernier confie la tâche d'illustrer ce conte à Arthur Rackham (1867-1939). A l'époque le célèbre illustrateur de Peter Pan en 1906, d'Alice au pays des merveilles en 1907, ou encore Le songe d'une nuit d'été en 1908, pour ne citer que quelques un de ses travaux, n'est pas encore très connu mais a tout de même fait ces preuves notamment sur Les contes de Grimm quelques années plutôt.

Synopsis:

Le début de l'histoire se situe en 1769 dans les montagnes Kaatskill, dans l'Etat de New York. L'action se déroule avant et après la guerre d'Indépendance des Etats-Unis. L'histoire est supposée être racontée par Diedrich Knickerbocker, un historien hollandais fictif, personnage récurrent dans l'œuvre d'Irving.
Rip est un brave homme apprécié de tous, mais qui est affligé d'une épouse particulièrement acariâtre. Un jour de septembre, il part dans les montagnes avec son fusil, et fait la rencontre de personnages vêtus étrangement, qui jouent aux quilles... Il accepte de boire avec eux une liqueur, et peu de temps après il s'endort au pied d'un arbre. Quand il se réveille, son fusil tombe en poussière de bois et de rouille, ses vêtements sont en lambeaux et une épaisse barbe blanche couvre le bas de son visage. Il redescend au village, s'étonne de le trouver changé, reconnaît enfin la taverne où il avait ses habitudes. Mais aucun de ses amis n'est là, tous sont morts à la guerre, et le Rip Van Winkle qu'on lui présente s'avère être son propre fils. Il doit reconnaître qu'il a dormi pendant vingt ans. Sa femme est morte, sa maison a disparu, et il est recueilli par sa fille, mariée. L'étrange équipage fantôme qu'il a rencontré était celui de Henry Hudson, qui revient tous les vingt ans sur ces lieux, la vallée de l'Hudson River qu'ils avaient découverte. Le mortel qui accepte de boire avec eux s'endort jusqu'au jour de leur nouvelle apparition...

Arthur Rackham réalise plus de cinquante dessins pour illustrer Rip Van Winkle. Dans ses scènes réalistes se mêlent les thèmes fantastiques qui fondent la renommée de Rackham dont le génie est de rendre le monde imaginaire proche du monde humain.

Le dessin qui nous réunit aujourd'hui se situe après les vingt années de sommeil de Rip et son retour au village. L'illustration accompagne le texte suivant:

Rip reprit alors ses promenades et ses habitudes d'autrefois. Il eut bientôt retrouvé plusieurs de ses anciennes connaissances ; mais leur caractère s'était déplorablement modifié avec les années, et il préféra se faire des amis parmi la génération naissante, auprès de laquelle il fut bientôt en grande faveur.

Cette illustration est reprise les années suivantes pour faire la couverture dans plusieurs rééditions du conte.

Rip Van Winkle est salué par la critique comme "le meilleur conte du siècle" pour la beauté grandiose des paysages décrit par Washington Irving, et ses références à l'histoire américaine, en partie légendaire par l'évocation d'Hendrick Hudson, de son vrai nom Henry Hudson qui découvrit en 1609 l'embouchure du fleuve qui porte son nom, et par l'introduction de la guerre d'Indépendance.

PS: Athur Rackham gagne la médaille d'or à l'Exposition universelle de Milan en 1906.

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #illustration , #litterature

14 Août 2017

Poly Vinyl Pyrrolidone

Mais non pas le polymère mais le comics de geeks... Désolé des vieux reste de mon bac S. ^^

Abbey Road des Beatles.
Abbey Road des Beatles (1969).

Abbey Road selon Scott Kurtz.
PVP #37 de Kurtz (Couverture).

Dans le comics book PVP #37 (Kurtz, Image) Scott Kurtz pastiche la pochette de l'album musical Abbey Road des Beatles sur la couverture de sa BD. Ici, les quatre Beatles: George, Paul, Ringo, et John sont respectivement remplacés par quatre des employés du magazine de jeux vidéo Player Vs Player: Francis Ottoman, Skull the Troll, Brent Sienna, et Cole Richards.

 

Pour avoir plus de détails sur cet album mythique du quatuor anglais et en voir d'autres adaptations, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23. ;-)

PS: PVP est aussi l'abréviation de la polyvinylpyrrolidone, un polymère organique synthétisé par polymérisation de la N-vinylpyrrolidone. On le retrouve aussi sous le nom de E1201 sur l'emballage de certains produits comme la bière, le vinaigre, les boissons aromatisées, le chewing-gums... pour ses propriétés raffermissante, stabilisante, et agent de dispersion. Si le monomère est cancérigène et très toxique, l'additif de forme polymère, serait inoffensif, mais il contient des traces de forme monomère préoccupantes. A la bonne vôtre ! ^^

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

7 Août 2017

Toutes voiles dehors !

Professeur Choron: "Qui sème le vent court après son chapeau !".

7 ans de réflexion de Billy Wilder.
7 ans de réflexion de Wilder (1955).

7 ans de réflexion selon Frank Cho.
Liberty Meadows #16 de Cho (Couverture).

Dans le comics book Liberty Meadows #16 (Cho, Image) Frank Cho pastiche un plan du film de Billy Wilder, 7 ans de réflexion, sur la couverture de sa BD. Ici la voisine de Richard Sherman alias Marilyn Monroe est remplacée par la psychiatre pour animaux Brandy Carter.

 

Pour avoir plus d'informations sur ce film de Wilder, et en revoir d'autres parodies, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8. ;-)

Coco Chanel: "Si une femme est mal habillée, on remarque sa robe, mais si elle est impeccablement vêtue, c'est elle que l'on remarque". et si il y a du vent, c'est encore plus flagrant ! ^^

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv , #glamour

5 Août 2017

Canasson d'intérieur

Stan Laurel: "L'humour, c'est la vérité; l'esprit, c'est une exagération de la vérité".

Y a erreur ! de Leo McCarey.
Y a erreur ! de McCarey (1929).

Y a erreur ! selon Laurent Verron
Odilon Verjus - Tome 6 de Verron et Yann (Page 8, case 8).

Dans Odilon Verjus - Tome 6 - "Vade Retro Hollywood !" (Verron et Yann, Le lombard) Laurent Verron parodie une scène du film Y a erreur ! de Leo McCarey, sur une planche de sa BD.

 

Pitch du film:

Dans une écurie, Stanley (Stan Laurel) et Oliver (Oliver Hardy) nourrissent un pur-sang nommé Blue Boy, quand ils surprennent deux hommes entrain de parler d'une rétribution de 5000$ pour le retour de Blue Boy, mais en fait ces derniers font allusion au tableau de Gainsborough et non à l'animal. Alléchés par la prime, Laurel et Hardy décident de ramener le cheval au millionnaire (Dell Henderson)...

Y a erreur ! est un court-métrage noir et blanc de vingt minutes réalisé par Leo McCarey en 1929 avec en vedette le duo Stan Laurel et Oliver Hardy.

Oliver Hardy: "Nous ne nous considérons pas comme les autres nous voient".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #cinema-serie-tv

14 Novembre 2016

Femme de petite vertu

"Je veux vivre un conte de fées !".

Pretty Woman de Garry Marshall.
Pretty Woman de Marshall (1990).

Pretty Woman selon Arthur Suydam.
Deadpool: Merc with a mouth #5 de Dazo et Gischler (Couverture de Suydam).

Dans le comics book Deadpool: Merc With A Mouth #5 - "Head Trip" (Dazo et Gischler, Marvel) l'illustrateur de la couverture, Arthur Suydam, parodie l'affiche du film de Garry Marshall, Pretty Woman. Ici, Deadpool remplace Richard Gere alias Edward Lewis, et le Dr Betty prend la pose de Julia Roberts alias Vivian Ward.

 

Pour avoir pus d'information sur ce conte de fée hollywoodien et en voir une autre adaptation, va te balader »ici« ou j'ai déjà arpenté le sujet. ;-)

Le personnage que j'aime le plus dans ce film, c'est le directeur de l'hôtel, Barney Thompson alias Hector Elizondo. Son attention et sa bienveillance déterminante font de lui un véritable deus ex machina qui influe favorablement sur les évènements jusqu'à la fin.

Vivian Ward: "Vous devez être avocat: vous dégagez quelque chose de malin et d'inutile".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv , #glamour

7 Novembre 2016

Skrullgiving

Victor Hugo: "Le dindon est un animal ridicule: il y en a peut-être trop pour un ; mais il n'y en a pas assez pour deux".

Freedom from want de Norman Rockwell.
Freedom from want de Rockwell pour la couverture du Saturday Evening Post (1943).

Freedom from want selon juan Doe.
Secret Invasion: Front Line #4 de Castiello et Reed (Couverture de Doe).

Dans le comics book Secret Invasion: Front Line #4 - "The Fall of Manhattan" (Castiello et Reed, Marvel) le dessinateur de la couverture, Juan Doe, parodie l'illustration Freedom from want de Norman Rockwell, faisant la Une du Saturday Evening Post du 6 mars 1943.

 

Pour avoir plus d'informations sur cette célèbre couverture du Saturday Evening Post, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 -5 - 6 - 7 - 8.

Friedrich Nietzsche: "Observer la démarche des plus belles Anglaises: on ne trouve en aucun pays du monde de plus beaux canards ni de plus beaux dindons...".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #illustration

1 Novembre 2016

Electro Power

Alan Vega: "David Bowie n'invente plus rien, il se contente de vampiriser tout le monde et de se pointer au bon moment avec le son qu'il faut, pour ça il est fort, mais il ne découvre rien. C'est la méthode Picasso, il pompe le passé et après il nous refile sa semoule. Quand à ses films, ils puent...".

Suicide de Martin Rev et Alan Vega.
Suicide de Suicide (1977).

Suicide selon Michael Avon Oeming.
Powers #22 d'Oeming et Bendis (Couverture).

Dans le comics book Powers #22 - "Anarchy, Part 2" (Oeming et Bendis, Image Comics) Michael Avon Oeming pastiche la jaquette de l'album musical Suicide du duo du même nom.

 

Suicide est un duo américain de rock électronique et minimaliste formé à New York en 1970 par Martin Rev et Alan Vega. Ils sortent leur premier album au titre éponyme en 1977 sur le label Red Star Records qui est dirigé par Marty Thau, l'ancien manager des New York Dolls. Suicide est le premier groupe à abandonner dans les années 70 l'attirail obligatoire de tout groupe rock qui se respecte: plus de guitares et plus de batterie.

Titres de l'album:

1. Ghost rider
2. Rocket U.S.A.
3. Cheree
4. Johnny
5. Girl
6. Frankie Teardrop
7. Che
8. Cheree (remix)
9. I remember
10. Keep your dreams
11. Mr Ray (live)
12. Las Vegas man (live)
13. 96 Tears (live)
14. Keep your dreams (live)
15. I remember (live)
16. Harlem (live)
17. 23 minutes over Brussels (live)

Lorsqu'il paraît, le disque n'atteint pas les sommets des hit-parades. Pourtant, il est aujourd'hui regardé comme un classique. Un critique écrit: "Les hymnes proto-punks forts, inquiétants, se classent parmi les expérimentations mélodiques les plus visionnaires que le rock ait jamais produites". On trouve sur cet album, à la pochette striée de coulées de sang, les futurs classiques du groupe : Rocket U.S.A., Ghost rider, et Frankie Teardrop.

Alan Vega à propos d'Iggy Pop: "Ce type avec sa frange blonde, qui ressemblait à Brian Jones, a déboulé sur scène et d'abord j'ai cru que c'était une nana. Il portait une salopette déchirée et des mocassins super ridicules. Il avait un look vraiment délirant à fixer la foule en gueulant : -Je vous emmerde, je vous emmerde !-. Ça a changé ma vie parce que j'ai compris que tout ce que je faisais, était de la merde".

Publié par Chelmi à 08:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #musique

31 Août 2016

Nancy sous terre ?

Frédéric Beigbeder: "Ce qui serait bien, à présent, pour l'évolution de l'histoire du cinéma, ce serait de tourner un film porno où les acteurs feraient l'amour en se disant «Je t'aime» au lieu de «Tu la sens, hein, chiennasse». Il paraît que cela arrive dans la vie.".

Photographie de Nancy Suiter prise par Art Mancini pour le magazine Club International (1978).
Photographie de Suiter prise par Mancini pour Club International (1978).

Nancy Suiter selon Elvifrance.
Super-Terrifiant - Tome 18 d'Elvifrance (Couverture).

Dans le fumetti Super-Terrifiant - Tome 18 - "Le château hanté" (Elvifrance), l'illustrateur de la couv' plagie une photographie de Nancy Suiter alias Leyla prise par Art Mancini pour le numéro novembre 1978 du magazine Club International, sur la couverture de sa BD. Ici, Nancy est remplacée par Ophélie.

Si tu connais les auteurs de cette BD (Scénariste, dessinateur et illustrateur de couverture), je suis preneur pour compléter l'article. :-)

 

Pour avoir plus de détails sur le magazine masculin pour adulte Club International, et revoir d'autres playmates, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10. ;-)

Ce Club International est le volume 7 numéro 10 paru en novembre 1978. Il met en avant Nancy Suiter d'abord sur sa Une shootée par Barry Vincent, puis à intérieur dans une série de clichés pris par Art Mancini intitulée: Leyla, le pseudo de Nancy pour cette séance photo. Parmi les autres donzelles de cette revue, on trouve aussi: Billie, Beverly, et Suzie sous l'objectif de Rupert Daines, Mandy photographiée par Fanny, et Kate shootée par Adam Cole.

 

Nancy Suiter (196?-????) est/était une actrice porno américaine. Elle commence sa carrière en posant pour des revues érotiques sous différents pseudonymes à la fin des années 70. La jolie blonde devient ensuite très vite un phénomène de l'industrie du cinéma porno en quatre ans et peu de films entre 1979 et 1983 avec les films: Taxi girls où elle est présentée comme le sosie de l'actrice Cherryl Ladd de la série TV Drôles de dames, 800 Fantasy Lane créditée au générique sous le nom de Candy Summer, The ecstasy girls, et The beauty pageant. Puis elle disparait laissant dernière elle toute une pléiade de rumeurs comme... Elle aurait épousé un multimillionnaire qui l'aurait fait quitter la pornographie. Elle aurait été assassinée par un petit ami jaloux / par un amant / par son souteneur. Elle serait morte d'une overdose après avoir eu de mauvaises fréquentations et être tombé dans la prostitution. Elle se serait reconvertie dans le trafic de narcotique... Bref on ne sait pas qui elle était avant d'arriver dans le porno, ni ce qu'elle est devenue après.

Michel Galabru: "J'ai bien connu une actrice de film porno qui était prédestinée: elle était née sous X".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour

28 Août 2016

The Body

"Plus je m'aime, moins je veux faire semblant d'être une autre personne".

Photographie de tournage du film Perfect de James Bridges (2002).
Photographie de Curtis sur le tournage de Perfect de Bridges (2002).

Jamie Lee Curtis selon Stéphane Roux.
Uncanny X-Men #512 de Paquette et Fraction (Couverture bis de Roux).

Dans le comics book Uncanny X-Men #512 - "The origins of the species" (Paquette et Fraction, Marvel) l'illustrateur de la couv', Stéphane Roux, Pastiche un cliché du tournage du film Perfect de James Bridges, sur la couverture de sa BD. Jamie Lee Curtis alias Jessie Wilson est remplacée par Anna Marie alias Rogue (Malicia en VF).

 

Pitch du film:

Un journaliste (John Travolta) du magazine Rolling Stone spécialisé dans les enquêtes spectaculaires est sur deux coups: l'interview d'un trafiquant de drogue qui peut compromettre quelque importante personnalité et une enquête sur les clubs de la forme. En attendant son rendez-vous avec le truand, il visite le club le plus coté de la ville et rencontre la parfaite Jessie Wilson (Jamie Lee Curtis), professeur de body-building.

Perfect réalisé par James Bridges est sorti dans les salles obscures en 1985. Le film est un échec total tant auprès du public que des critiques. John Travolta est nommé au Razzie Awards pire acteur, Marilu Henner, pire second rôle féminin et enfin pire scénario.

Le seul intérêt du film, il faut bien l'avouer, c'est de contempler Jamie Lee Curtis transpirer et se donner cœur et âme dans ses scènes de coach en aérobic. Oo'

Jann Wenner qui joue le supérieur de John Travolta dans le film est en réalité le rédacteur en chef du magazine Rolling Stone. Le scénario de Perfect est adapté d'un roman d'Aaron Latham dont l'histoire est parue en plusieurs épisodes dans les colonnes de Rolling Stone. Un précédent livre du romancier avait déjà inspiré James Bridges qui réalisa en 1980 Urban Cowboy avec John Travolta dans le rôle principal.

 

Jamie Lee Curtis (1958) est une actrice américaine. Fille de Tony Curtis et de Janet Leigh, elle débute à 17 ans dans un épisode de Columbo, puis dans la série Operation Petticoat, où le réalisateur John Carpenter remarque son physique androgyne et décide de lui offrir le rôle de l'étudiante Laurie Strode, traquée par son demi-frère Michael Myers dans Halloween, La Nuit des masques. Le succès du film encourage l'actrice débutante à diriger sa carrière vers des films d'horreurs: Fog, Le bal de l'horreur, Le monstre du train, ce qui lui vaut bientôt d'être surnommée nouvelle -Scream queen- du cinéma de genre. Mais effrayée à l'idée de ne plus jamais pouvoir se débarrasser de cette étiquette, elle refuse après le tournage d'Halloween 2 en 1981 toutes les propositions de films d'épouvante qu'elle reçoit.

Jamie décide de casser radicalement son image en s'essayant aux drames avec Perfect en 1985, et Nicky et Gino en 1988, mais c'est surtout dans le registre de la comédie qu'elle démontre ses talents d'actrice, notamment grâce à Un fauteuil pour deux en 1983 et Un poisson nommé Wanda en 1988. L'actrice s'essaye ensuite dans des rôles physiques sous la direction de Kathryn Bigelow dans Blue Steel en 1990 ou pour le film d'action Virus en 1999, mais sa prestation la plus célèbre dans ce registre date de 1994 grâce à True Lies, dans le rôle d'une femme ordinaire cherchant à pimenter sa vie. La scène où elle effectue un strip-tease en face d'Arnold Schwarzenegger, dévoilant son corps sculptural, ne fera que confirmer son surnom de -The Body- auquel elle est associée depuis la fin des années 80.

C'est d'après son idée que naît le projet Halloween, 20 ans après en 1998, dans lequel elle interprète pour la troisième fois Laurie Strode, devenue adulte et mère de famille, affrontant de nouveau son dangereux et increvable demi-frère. Puis en 2002, cette actrice, qui avoue détester les films d'horreur, accepte une nouvelle fois de reprendre le rôle qui l'a rendu célèbre dans le huitième épisode de la saga Halloween, Halloween résurrection. L'année suivante, elle donne la réplique à Lindsay Lohan dans le culte Freaky Friday - Dans la peau de ma mère, avant d'enchaîner films familiaux et autres comédies.

Les opportunités se faisant plus rares au cinéma, l'actrice se tourne vers le petit écran à partir de 2012. Psychologue dans la saison 9 de NCIS: Enquêtes Spéciales, puis mère de Jess dans la saison 3 de New girl, elle rejoint, en 2015, le casting de Scream Queens, série comico-horrifique de Ryan Murphy qui rend hommage aux slashers des années 80.

Jamie Lee Curtis: "Ce que je recommande à tout le monde : abaissez-vous et regardez le monde de la façon qu'un enfant le voit".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #comics , #cinema-serie-tv , #glamour

25 Août 2016

Douche froide

Antoine Chuquet: "Economisez l'eau, prenez votre douche avec un ami".

Photographie de Mariwin Roberts prise par Malinowski pour le magazine Penthouse (1978).
Photographie de Roberts par Malinowski pour Penthouse (1978).

Mariwin Roberts selon Roberto Molino.
Les drôlesses - Tome 5 de Dino et Pizzardi (Couverture de Molino).

Dans le fumetti Les drôlesses - Tome 5 - "Palo Alto" (Dino et Pizzardi, Elvifrance) l'illustrateur de la couv', Roberto Molino, plagie une photographie de Mariwin Roberts prise par Malinowski pour le numéro d'avril du magazine Penthouse sur la couverture de sa BD. Ici, la drôlesse remplace Mariwin.

 

Pour avoir plus de détails sur ce mensuel masculin pour adulte et en revoir d'autres Pets, c'est par ici que ça se passe: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9. ;-)

Dans ce numéro paru en avril 1978, c'est Jane Hargrave shootée par Bob Guccione qui est en Une du mag'. A l'intérieur, sous l'objectif de Malinowski, c'est Mariwin Roberts qui est la Penthouse Pet's of the month du mois. Dans une série de clichés intitulés: Sky Queen, on la voit tour à tour: faire du deltaplane, se prélasser sur la plage, prendre une douche, et se tripoter sur son canapé.

Et au beau milieu de toute une pléiade d'autres Pets, on peut lire différents articles dont The first hundred lies of Jimmy Carter de Craig S. Karpel, ou la dernière histoire de James Jones: Stateside.

Denis Langlois: "Un jour, en prenant sa douche, Dieu découvrit qu'il avait un nombril et commença à se poser la question de son origine".

Publié par Chelmi à 07:00am - Voir les commentaires ()
Avec les catégories : #reference , #fumetti , #photographie , #glamour