Les cinéastes sont les conteurs d'aujourd'hui.

George Lucas

Star Wars - Episode IV - Un nouvel Espoir de George Lucas (1997).
Star Wars - Episode IV - Un nouvel Espoir de George Lucas (1977).

Star Wars selon Alex Ross. Star Wars selon Alex Ross.
Battlestar Galactica #3 de Razek, Abnett, et Lanning (Couverture d'Alex Ross).

Dans le comics book Battlestar Galactica #3 (Razek, Abnett, et Lanning, Dynamite Entertainment) l'illustrateur de la couverture Alex Ross pastiche l'affiche du film STAR WARS IV - Un nouvel espoir de George Lucas sur la couv' de la BD. Cette affiche de film est l'œuvre de Tom Jung. Ici, le lieutenant Starbuck prend la place de Luke Skywalker (Mark Hamill), la lieutenant Athena et Cassiopeia supplantent la princesse Leia Organa (Carrie Fisher), Boxey et Muffy remplacent C-3PO (Anthony Daniels) et R2-D2 (Kenny Baker), en fond le casque de Cylon transpose celui de Dark Vador (David Prowse), et en arrière-plan le Battlestar Galactica et la flotte de Viper starfighter évincent l'Etoile Noire et l'escadron d'X-Wings.

Le comics Battlestar Galactica est une adaptation de la série TV Galactica dont le créateur Glen A. Larson, s'est lui aussi très inspiré de Star Wars. Sur cette couverture qui nous réunis aujourd'hui on reconnait bien les acteurs suivants: Dirk Benedict (Starbuck), Maren Jensen (Athena), Laurette Spang (Cassiopeia), et Noah Hathaway (Boxey).

 

Star Wars - Episode IV - Un nouvel Espoir initialement intitulé La guerre des étoiles est un long métrage de science-fiction américain écrit et réalisé par George Lucas, et sorti dans les salles obscures le 25 mai 1977. C'est le premier opus de la saga Star Wars par sa date de sortie, mais le quatrième selon l'ordre chronologique de l'histoire. Il est le premier volet de la trilogie originale.

Il y a bien longtemps, dans une galaxie très lointaine... La guerre civile fait rage entre l'Empire galactique et l'Alliance rebelle. Capturée par les troupes de choc de l'Empereur menées par le sombre et impitoyable Dark Vador (David Prowse), la princesse Leia Organa (Carrie Fisher) dissimule les plans de l'Etoile Noire, une station spatiale invulnérable, à son droïde R2-D2 avec pour mission de les remettre au Jedi Obi-Wan Kenobi (Alec Guinness). Accompagné de son fidèle compagnon, le droïde de protocole C-3PO, R2-D2 s'échoue sur la planète Tatooine et termine sa quête chez le jeune Luke Skywalker (Mark Hamill). Rêvant de devenir pilote mais confiné aux travaux de la ferme, ce dernier se lance à la recherche de ce mystérieux Obi-Wan Kenobi, devenu ermite au cœur des montagnes désertiques de Tatooine...

AlloCiné | STAR WARS - Un nouvel espoir

En 1973, un jeune cinéaste nommé George Lucas, remarqué pour ses deux premiers longs métrages: THX 1138 et American Graffiti, pose les bases de La Guerre des étoiles, saga de science-fiction reprenant à la fois les grands thèmes des space-opéras et des serials de son enfance.

Lutte entre le Bien et le Mal, princesse à délivrer, apprentissage d'un jeune chevalier, quête mystique, voyage initiatique, compagnons divers: George Lucas y transpose également les éléments fondateurs du conte, des légendes et des westerns, mais aussi les grands thèmes et figures religieux et mythologiques, et s'adjoint d'ailleurs les services d'un spécialiste en légendes et mythologies pour l'assister. Au final, il créé un véritable univers cohérent, avec ses planètes, ses créatures, ses codes, ses cultures, ses religions, renvoyant à des images et thèmes universels, et entre dans la légende du cinéma...

Etrangement, les dirigeants de la Twentieth Century Fox n'ont aucun espoir quant à l'avenir de La Guerre des étoiles. Produit pour 11,5 millions de dollars, le film laisse les producteurs perplexes lors de la Première. Pourtant, sorti sur une petite trentaine de copies en mai 1977, Star Wars attire immédiatement les foules et devint un véritable phénomène de société. En quelques mois, il atteint la barre des 100 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis, devenant le film le plus rapide de l'histoire d'Hollywood à réaliser cet exploit commercial. Depuis, il s'est maintenu aux sommets du box-office avec 461 millions de dollars de recettes sur le sol américain et 798 millions de dollars récoltés dans le monde.

La sortie de La Guerre des étoiles a été une véritable révolution, à tous les niveaux. Technique, car elle a amené les effets visuels et l'utilisation de l'informatique à un niveau jamais atteint auparavant. Cinématographique ensuite, car après sa sortie, la saga est devenue un élément de référence majeur pour de nombreux cinéastes et scénaristes qui n'ont eu de cesse de s'en inspirer. Culturelle enfin, car en abordant des thèmes universels, mêlés à une technologie de pointe, la saga de George Lucas a enflammé bien des imaginaires, et créé une véritable sous-culture Star Wars à travers le monde...

Le sous-titre Episode IV – Un nouvel espoir n'a été introduit qu'en 1979, après le succès du film et la mise en chantier de sa suite. Vu à l'origine comme un échec annoncé par ses producteurs, La Guerre des étoiles n'aurait ainsi pas bénéficié d'un second volet, d'où cette absence de titre, ajouté lors de la ressortie du film en avril 1981.

L'art n'est pas d'arriver avec des idées neuves mais d'interpréter ces idées qui nous entourent depuis toujours.

George Lucas

Retour à l'accueil