7 Avril 2008

Tchizzzz !

Le sourire le plus énigmatique de la planète !

La Joconde de Léonard de Vinci.
La Joconde de De Vinci exposée au musée du Louvre à Paris.

La Joconde selon Jean-Louis Mourier. La Joconde selon Jean-Louis Mourier.
Trolls de Troy - Coffret T.5 à T.8 de Mourier et Arleston
et
l'Ex-libris offert avec ce coffret.
(Clique sur les immages pour les voir en grand).

Sur le Coffret de Troll de Troy (Mourier et Arleston, Soleil) contenant les albums 5 à 8, Jean-Louis Mourier peint une parodie de La Joconde de Léonard de Vinci ; et insère à l'intérieur de la boite, un ex-libris où il a dessiné une -sorte- de mise en abyme. J'image que derrière le troll se cache l'auteur se prenant pour le célèbre peintre italien, et les gribrouillis montrent que le dessinateur ne se prend pas au sérieux.

 

Extrait de la fiche du Louvre:

La Joconde est peinte [entre 1503 et 1506] sur un panneau de peuplier. Débité en pleine planche et sans aucune trace d'outil de façonnage, le bois est d'une qualité exceptionnelle. [...].

Sur une terrasse bordée d'un parapet et de deux colonnettes [...], Mona Lisa est assise dans un siège en bois, [...]. Elle est vue jusqu'au-dessous de la taille, les bras pliés, le buste tourné à droite vers le spectateur, la tête presque de face, le regard plus encore de côté. Elle croise les mains, la droite sur le poignet gauche, et la main gauche le long du montant de la balustrade du siège. [Son Visage] se détache sur une vision formée de deux parties superposées : un paysage humanisé et un paysage imaginaire. Le paysage suppose une vue à vol d'oiseau alors que la figure se laisse apercevoir de manière frontale. Pourtant, une harmonie s'instaure entre la figure et le paysage. La loge où se trouve Mona Lisa articule subtilement ces deux points de vue radicalement opposés. [...].

Léonard de Vinci [(1442-1519)] recourt exclusivement à la lumière pour définir les volumes, créer les modelés, suggérer les distances. Les contours sont estompés, dissous dans l'ombre et même dans la lumière. L'artiste abolit contrastes et limites, en mariant insensiblement, à l'image de la nature, le clair et l'obscur. D'un point de vue technique, la peinture est recouverte d'une succession de glacis colorés qui vitrifient littéralement le tableau. [...].

PS: Au fil des siècles, plusieurs thèses fantaisistes et rocambolesques ont été accréditées sur l'identité du modèle, et ce, en dépit du témoignage de Giorgio Vasari, premier biographe de Léonard de Vinci. Mais depuis le début de l'année (janvier 2008), un manuscrit de 1503 découvert à Heidelberg atteste que la mystérieuse jeune femme est bien Mona Lisa, alias Lisa Del Giocondo, née Lisa Maria Gherardini.

Publié par Chelmi à 08:00am
Avec les catégories : #reference , #bd-franco-belge , #peinture-gravure

Commentaires